17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 20:52

Le 17 janvier 2022

Itinéraire : les Mathieux - cabane de la Pale - combe du Verney – altitude 2050 m sous la Tête de la Réméouse - collu 1797 - confluence des ruisseaux de Périne et Jargnes - col des Vachers - point coté 1949 - Clamorel - combe de Clamorel - les Mathieux

Sommet : 2050 m sous la Tête de la Réméouse
Dénivelée : 1150 m (1200-2050-1650-1950-1200)
Difficulté : 2.3 

Une dernière sortie sur la route du retour dont on attendait pas grand'chose au vu de l'enneigement apparemment très faible, mais qui s'est finalement avérée la meilleure en termes de conditions de ski de cette virée : approche courte et agréable quoique froide (-10°C) par la piste du fond du vallon de Fallavaux en guise de fosse à froid et descentes presqu’intégralement en bonne neige (poudreuse tassée voire début de moquette en face sud raide), y compris la descente de la forêt de la combe de Clamorel, suffisamment enneigée et bien skiante à l'exception des 50 mètres du bas. Le choix de l’itinéraire, improvisé au cours de la journée en découvrant les conditions sous les semelles, se sera finalement avéré payant malgré le maigre manteau neigeux et les crêtes pelées par le vent.
Un grenier à bonne neige et un vrai sanctuaire de la poudreuse donc que ce versant ouest du Grand Capelet, juste au sud du sanctuaire de Notre-Dame de la Salette… Autre miracle du jour, des semelles (presque) intactes malgré la faible épaisseur de neige, merci au terrain herbeux de ces vallons pastoraux !

sculptures de la glace sur le ruisseau de Fallavaux
sculptures de la glace sur le ruisseau de Fallavaux

sculptures de la glace sur le ruisseau de Fallavaux

arrivée à 2050 m sous la Tête de la Réméouse

arrivée à 2050 m sous la Tête de la Réméouse

première descente ouest en poudreuse
première descente ouest en poudreuse
première descente ouest en poudreuse
première descente ouest en poudreuse
première descente ouest en poudreuse

première descente ouest en poudreuse

la suite de la descente en neige dure ou moquette versant sud, face à Roche Ferney

la suite de la descente en neige dure ou moquette versant sud, face à Roche Ferney

encore et toujours de la poudre au-dessus de Clamorel
encore et toujours de la poudre au-dessus de Clamorel

encore et toujours de la poudre au-dessus de Clamorel

dans la forêt de la combe de Clamorel, mieux enneigée et beaucoup plus skiante qu'escompté

dans la forêt de la combe de Clamorel, mieux enneigée et beaucoup plus skiante qu'escompté

17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 20:50

Le 16 janvier 2022

Itinéraire : Plan Collet - baraque du Jas par la piste - Coiro par le couloir sud-ouest - descente jusqu'à 2100 m dans la combe sud-ouest - remontée dans le couloir ouest au nord du point coté 2424 - baraque du Jas - Plan Collet par la pisteSommet : 2600 m
Dénivelée : 1900 m (1050-1750-1700-2600-2100-2400-1050)
Difficulté : 3.3 pour le haut du couloir ouest sous le sommet du Coiro

Après la neige fraîche en cours de transformation rapide (mais incomplète) la veille en exposition est dans les couloirs du Vercors, on visait cet adret pour sa neige transformée... et on aura finalement skié en bonne poudreuse la moitié de la descente !
L’approche du Coiro s’avère bien longue par une piste d’alpage qui ne dénivelle pas assez, mais qui a pour principal mérite son ruban blanc dans un versant sec par ailleurs. Parvenus dans la combe sud-ouest, on hésite entre les couloirs sud ou le sommet du Coiro par son couloir ouest. Un échantillonnage des neiges le long de la trace de montée nous enverra alors vers le Coiro et ses pentes ouest, mais on ne sera pas à l'ouest pour l'optimisation du ski... La neige sera en effet tellement bonne qu'on remettra les peaux pour en abuser une dernière fois ! Le couloir secondaire situé au nord du point coté 2424 offrira encore du très bon ski, qui plus est en neige vierge, de quoi faire de belles séries de gerbes de poudreuse avant les kilomètres de ski de fond du retour sur la piste (tout de même plus plaisants au retour qu’à l’aller, même si plus dangereux pour les semelles…).

dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest
dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest
dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest
dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest
dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest
dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest

dans la montée au Coiro, de la Baraque du Jas au sommet en passant par la combe sud-ouest

les traçeurs de la montée au traçage de la descente
les traçeurs de la montée au traçage de la descente

les traçeurs de la montée au traçage de la descente

dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest
dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest

dans la première descente, bonne poudreuse dans les contrepentes ouest

seconde montée dans un couloir ouest débouchant au point coté 2424

seconde montée dans un couloir ouest débouchant au point coté 2424

second descente, encore de la poudreuse, vierge cette fois-ci
second descente, encore de la poudreuse, vierge cette fois-ci
second descente, encore de la poudreuse, vierge cette fois-ci
second descente, encore de la poudreuse, vierge cette fois-ci

second descente, encore de la poudreuse, vierge cette fois-ci

les rayures de carres du jour

les rayures de carres du jour

17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 20:48

Le 15 janvier 2022

Itinéraire : Prélenfrey – Pas de l’Oeille par le couloir des Sultanes – descente par le couloir des Sultanes – remontée par le couloir des torcheurs du matin – descente par le couloir de droite - Prélenfrey
Sommet : 1950 m
Dénivelée : 1250 m (950-1950-1650-1900-950)
Difficulté : 4.1 pour le couloir des Sultanes à la descente

Vu l'enneigement faible mais de qualité de la veille, on s'oriente vers la barrière est du Vercors, découverte en février 2019 et où l'on s'était promis de retourner pour skier d'autres couloirs enserrés entre les aiguilles de calcaire.
On parcourra d'ailleurs ce jour trois couloirs sous le Pas de l'Oeille, aucun ne débouchant sur la crête faîtière mais tous esthétiques dans un décor rocheux tourmenté. Comme toujours dans ce coing, le premier tiers se fait dans une forêt généralement pas trop dense et donc plutôt skiante, le second dans des alpages, puis le dernier dans les corridors de neige qui font l'intérêt des lieux pour un skieur. Un départ matinal dans ce versant est permet d'y admirer le lever de couleurs sur les falaises sommitales, départ matinal qui garantira également du soleil dans ce versant qui passe à l'ombre dès 14h en début d'hiver. Le couloir des Sultanes, tournant et comprenant donc différentes orientations, offrira une neige irrégulière, de la poudreuse tassée à la neige lourde ou en cours de transformation, alors que le couloir « de droite » mieux protégé du soleil aura conservé de la neige froide, souvent  épaisse, sur toute sa longueur, et que le couloir des «torcheurs du matin» offrira la plus belle ambiance sur ses 150 mètres étroits et tournants entre les tours rocheuses,
Plus bas la neige sera irrémédiablement abîmée par la chaleur du jour, de la poudreuse lourde en cours d'humidification et donc de « croûtification », bref à l 'exception du tiers supérieur dans les couloirs, la quantité aura été ce jour plus présente que la qualité !

premiers rayons au départ à Prélenfrey, déjà beaucoup de neige à seulement 1000 m
premiers rayons au départ à Prélenfrey, déjà beaucoup de neige à seulement 1000 m
premiers rayons au départ à Prélenfrey, déjà beaucoup de neige à seulement 1000 m
premiers rayons au départ à Prélenfrey, déjà beaucoup de neige à seulement 1000 m

premiers rayons au départ à Prélenfrey, déjà beaucoup de neige à seulement 1000 m

sous le couloir des Sultanes
sous le couloir des Sultanes

sous le couloir des Sultanes

montée du couloir en crampons sous les tours rocheuses
montée du couloir en crampons sous les tours rocheuses
montée du couloir en crampons sous les tours rocheuses
montée du couloir en crampons sous les tours rocheuses

montée du couloir en crampons sous les tours rocheuses

au sommet skiable, sous la (grosse) corniche de sortie

au sommet skiable, sous la (grosse) corniche de sortie

à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes
à la descente du couloir des Sultanes

à la descente du couloir des Sultanes

remontée du couloir dit des "torcheurs du matin " ([sic]), sous les bouquetins
remontée du couloir dit des "torcheurs du matin " ([sic]), sous les bouquetins
remontée du couloir dit des "torcheurs du matin " ([sic]), sous les bouquetins
remontée du couloir dit des "torcheurs du matin " ([sic]), sous les bouquetins

remontée du couloir dit des "torcheurs du matin " ([sic]), sous les bouquetins

dans la descente du couloir dit "de droite"
dans la descente du couloir dit "de droite"

dans la descente du couloir dit "de droite"

17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 20:46

Le 15 janvier 2022

Itinéraire : sommet du Tabor depuis Saint-Honoré en aller-retour, remontée depuis le lac de Charlet
Sommet : 2400 m
Dénivelée : 1300 m (1500-2400-1900-2300-1500)
Difficulté : 3.3 par les couloirs ouest

Première journée de cette première virée ski de randonnée de la saison, en Oisans ou plutôt Matheysine, une destination imposée par la faiblesse de l'enneigement dans les Alpes du sud, comme souvent depuis... 2018 ! Le Tabor par sa voie normale répond bien au cahier des charges du jour : départ élevé, orientation ouest pour une évolution au soleil l'après-midi, et course courte... bien qu'on montera une seconde fois  pour profiter des bonnes conditions, neige poudreuse... et vierge si l'on fait l'effort de se lancer à vue dans les multiples couloirs ouest à l'écart de l'autoroute de montée. Une fois de plus à proximité de Grenoble, la fréquentation s'avère hors standards ubayens ou dévoluards, avec une foule de skieurs à toute heure du jour voire peut-être de la nuit, des randonneurs contemplartifs aux collants-pipette-low truc en pagaille !

à la montée, vers le lac de Charlet
à la montée, vers le lac de Charlet

à la montée, vers le lac de Charlet

début de première descente face au Grand Serre

début de première descente face au Grand Serre

plus bas vers le couloir nord-ouest sous l'Oreille du Loup
plus bas vers le couloir nord-ouest sous l'Oreille du Loup
plus bas vers le couloir nord-ouest sous l'Oreille du Loup

plus bas vers le couloir nord-ouest sous l'Oreille du Loup

seconde montée

seconde montée

seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest
seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest
seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest
seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest
seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest

seconde descente, toujours de la poudreuse vierge dans les couloirs ouest

12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 20:48

Le 12 janvier 2022

Et oui la Provence littorale compte bien des sources chaudes ! On trouve sur une portion de côte de nombreuses exsurgences d’eau chargée en soufre, le plus souvent sous-marines. Le débit de ces exsurgences chaudes semble varier suivant la pluviométrie des semaines précédentes, ce que j’ai constaté dans la vasque des photos ci-dessus, avec une température ressentie (pour donc le mélange d’eau de mer et de source chaude) proche de 30°C le 23 décembre (après plusieurs semaines de précipitations importantes) et plutôt de 25°C ce 12 janvier (après plusieurs semaines de sécheresse). Ces variations de débit et donc de température prouveraient que la chaleur proviendrait – de manière inhabituelle - plus d’une réaction chimique exothermique sur les eaux de pluie infiltrées que d’un phénomène géothermique…
Quoi qu’il en soit, on peut donc y profiter d’un barbotage agréable face au soleil couchant qui illumine l’horizon, une sensation encore agréable comparativement aux 14°C de la Méditerranée, et une nouvelle découverte dans une région décidément surprenante !

en tenues de source chaude ou d'hiver, face au crépuscule
en tenues de source chaude ou d'hiver, face au crépuscule

en tenues de source chaude ou d'hiver, face au crépuscule

après la longue pause baignade, long temps de pose

après la longue pause baignade, long temps de pose

9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 18:36

Le 9 janvier 2022

Découverte d’une grotte située versant sud de la Sainte-Baume entre Cuges-les-Pins et Signes, connue pour avoir été le lieu de tournage du film « Manon des sources » - dans la version de Claude Berri en 1986 – pour la scène du lac souterrain. On peut y admirer, non pas Emmanuelle Béart en tenue d'Eve prenant son bain (ah les émois d’adolescent !), mais un des plus beaux concrétionnements de la région, pour une approche « facile » (quelques dizaines de mètres de désescalade à travers châtières et boyaux, le tout sur un sol parfois un peu boueux) et qui ne demande en tout cas pas la corde. La dernière salle offre en effet un volume inhabituel, une cathédrale de calcite sur un côté avec une immense coulée de méduses sur une quarantaine de mètres de haut, face à des colonnes et une chandelle suspendue exceptionnelle, un vrai lustre de pierre à allumer à la frontale !
Au-delà de son intérêt patrimonial, cette grotte du Vieux Mounoï propose donc pour la région un des meilleurs ratios intérêt spélestéthique/temps d’approche et de parcours (30 minutes de marche + 30 minutes de progression spéléo dans des boyaux et chaos de blocs), le plus difficile étant comme souvent de trouver au départ LA galerie qui ne soit pas une impasse mais mène bien au Graal de la salle finale !

la grotte, ses lierres et ses trous au plafond
la grotte, ses lierres et ses trous au plafond

la grotte, ses lierres et ses trous au plafond

dans la première grande salle (cul-de-sac)

dans la première grande salle (cul-de-sac)

dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses

dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses

dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle

dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle

9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 10:37

Le 8 janvier 2022

Voie "les plaques grises", 3 longueurs, équipé, 6a max

à mon sens 5b+/5b/6a (soutenu)

Sur l'aiguille tordue, couennes "face sud", plutôt 6a que 5c à mon sens et "37,2° le matin", 6b

Retour vers le socle de la Candelle, une valeur sûre de l’escalade par mistral modéré, sur les 3 longueurs de la voie des « plaques grises ». C’est un itinéraire historique qui suit des vires et fissures dans l’un des rares secteurs abordables de la falaise, entre des murs lisses ou déversants de rocher rond, mais qui n’est pas si facile avec notamment une dernière longueur annoncée en 5c et qui vaut sans doute plutôt 6a, soutenue et raide avec un équipement bon mais obligatoire, et un petit vol de mon côté sur rupture de la bonne prise inversée main gauche du bas de la longueur (désolé pour les suivants !).

L1 panoramique
L1 panoramique

L1 panoramique

L2

L2

L3 au-dessus des dalles de la Lèque

L3 au-dessus des dalles de la Lèque

sur la voie "face sud" de l'aiguille tordue
sur la voie "face sud" de l'aiguille tordue

sur la voie "face sud" de l'aiguille tordue

dernières lumières sur la Candelle

dernières lumières sur la Candelle

9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 10:33

Le 8 décembre 2021

Voie "couci couça", 2 longueurs, équipé, 6b max

6a+/6b (1 pas)

Courte virée grimpe face sud du rocher Saint-Michel au-dessus de Callelongue, vers la voie « couci couça » et ses 2 longueurs de calcaire face aux îles, une voie assez soutenue dans le 6a (avec un pas de 6b au départ de L2) et variée dalle, dièdre et (petit) dévers. On descendra du rocher par les rappels de la grotte de l’ermite (très fréquentée ce jour), une valeur sûre du rappel esthétique avec son fil d’araignée face aux murailles de falaise du rocher des Goudes et de l’île Maïre.

L1
L1
L1

L1

L2
L2
L2

L2

le rappel de la grotte de l'ermite
le rappel de la grotte de l'ermite
le rappel de la grotte de l'ermite
le rappel de la grotte de l'ermite

le rappel de la grotte de l'ermite

6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 18:19

Une nouvelle édition du toponeige Ecrins Sud, une collection de topos de ski de randonnée parmi les plus exhaustifs et à la riche iconographie.

https://www.volopress.net/spip.php?article1212

De modestes contributions photographiques de ma part, derrière l'objectif ou pour une fois devant !

la dernière ascension de la très belle journée sur le pic de Disdier en février 2021

la dernière ascension de la très belle journée sur le pic de Disdier en février 2021

sous le sommet de la Cîme du Vallon avec la godille serrée caractéristique (dans la croûte en ce jour de mars 2014)

sous le sommet de la Cîme du Vallon avec la godille serrée caractéristique (dans la croûte en ce jour de mars 2014)

3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 18:15

Un petit bilan en images de l'année nature écoulée :

Encore une année impactée par le covid, et aux voyages donc généralement relocalisés en Europe par les contraintes que je préfère qualifier de réglementaires que de sanitaires, tant mieux pour le bilan carbone et tant pis pour l’exotisme culturel et/ou naturel.

Les Alpes nous offriront un beau terrain de jeux hivernal et printanier en 2021, avec encore une saison faste pour le ski de randonnée, se déplaçant peu à peu des confins de la Provence sur le Chiran début janvier aux glaciers du Mont-Blanc fin juin 

 avec entre temps des virées dans le Champsaur et Briançonnais en février

puis en Oisans en mars.

Un enneigement abondant – surtout au nord des Alpes, couplé à de nombreux créneaux météorologiques favorables donneront donc de belles sessions, dont on retiendra particulièrement une journée d’anthologie dans la poudreuse vierge du Valgaudemar sur le pic de Disdier en février.

Place ensuite aux activités d’eaux vives ou non : canyonisme pour découvrir de beaux encaissements de proximité, l’Infernet à la Sainte-Victoire :

 ou des classiques encore jamais parcourues, le val d’Angouire dans le Verdon : 

kayak de rivière, les gorges du Gardon :

et de mer, les îles Pontines et leur incroyable géologie volcanique :

L’été à la météo instable permettra plusieurs virées dans le Verdon rendu fréquentable par la fraîcheur puis sur les dalles de la Taillante

ou le gneiss de la Tête des Toillies

des classiques méritées de la grimpe (parfois engagée) dans le Queyras, avant un voyage varié au nord de l’Espagne, de la Navarre aux Asturies, des canyons de la Sierra de Guara

aux big walls de calcaire des Picos de Europa, en passant par le désert aux allures de western des Bardenas Reales.

L’automne permettra de retourner régulièrement sur les falaises maritimes de calcaire

ou de grès, dans des classiques équipées ou du terrain d’aventures… aventureux voire scabreux, et de découvrir le brame des cerfs dans les Abruzzes

puis la Transylvanie roumaine, ses montagnes de conglomérat

volcans de boue et châteaux encore bien préservés du tourisme de masse.

Fin décembre on profitera des eaux chaudes et surtout riches de la Mer Rouge, bien loin de la pluie tombant sur les Alpes jusqu’à 3000 mètres, à la rencontre entre autres des nombreuses raies pastenagues, raies guitare et « raies moras » ([sic]) collé.e.s sur ou sous les tortues !

rétrospective 2021
rétrospective 2021
rétrospective 2021
rétrospective 2021
rétrospective 2021
rétrospective 2021

Rechercher