29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 17:05

Du 2 au 4 juin 2005 avec Nicolas, Farshad et Hasan

Tentative d'ascension de l'Alam Kooh (4800m)en 3 jours, depuis Vanderban par la crête des allemands (german's ridge), demi-tour à 4400 m, nuits au refuge de Hesarchal puis bivouac sur neige à 4000 m
Sommet : 4850 m
Dénivelée : 3350 m en 3 jours, 700 m pour la partie technique entre 4100 et 4800 m (demi-tour à 4400 m)
Difficulté : AD+ (passages de IV en terrain d'aventure)

Première ascension de mon second voyage en Iran, après ma découverte enthousiasmante de ce pays, de ses habitants et de son patrimoine culturel en décembre 2003. L’Alam Kuh est – hors Damavand d’origine volcanique -  le point culminant de l'Alborz ou l’Elbourz, chaîne montagneuse située au nord de l'Iran entre les immenses déserts centraux et la lisière subtropicale des rivages de la mer Caspienne. Les steppes des contreforts Sud du massif contrastent donc avec la forêt de nuages et les plantations de thés des versants nord, ce qui rappelle un peu les contreforts orientaux de la Cordillère des Andes, qui fait également office de barrage aux précipitations et de frontière climatique entre la jungle à l’est et l’altiplano aride à l’ouest. C’est une magnifique montagne au demeurant, proéminente, alpine et encore dotée de petits glaciers blottis sous les falaises des versants nord. Alors que les températures dépassent quotidiennement les 40°C à l'ombre quelques dizaines de kilomètres plus au sud, les premiers névés se rencontrent dès une altitude de 2500 m au mois de juin, au-dessus de la mer de nuages quasi-permanente qui domine les rivages de la Caspienne...
On passera donc 3 jours sur place, dont 2 nuits au refuge de Hesarchal (a priori démantelé depuis), avec Farshad et Hasan – l’un des meilleurs alpinistes iraniens- comme guides. Après de fortes chutes de neige au-dessus de 4000 mètres quelques jours plus tôt, les conditions de neige s’avéreront bien délicates pour un mois de juin en Iran, avec de véritables tranchées à creuser et des rochers recouverts de neige parfois sans cohésion. Notre tentative sur la german’s ridge, une crête qui encadre à l’est la face nord et ses 800 mètres de falaise perchée au-dessus de la rimaye et une ligne technique avec de nombreux passages aériens en IV, s’arrêtera donc à 4400 m, face aux conditions météorologiques (très fort vent) et nivologiques (jusqu'à 1 mètre de neige fraîche non consolidée par endroits) quasiment hivernales. Dommage pour le sommet, mais on se rattrapera quelques jours plus tard sur le Damavand ! Il faudra donc revenir à skis dans ce massif sauvage et alpin pour sortir au sommet de l’Alam Kuh, où de très belles lignes skiables semblent exister versant sud…

au-dessus de Vanderban, un fond de vallée encore rempli d'avalanches

au-dessus de Vanderban, un fond de vallée encore rempli d'avalanches

dans l'approche

dans l'approche

au pied de la face à 4000 m, la "german's ridge" à droite

au pied de la face à 4000 m, la "german's ridge" à droite

l'immense crête nord de la "german's ridge", bien enneigée en cette mi-juin 2005

l'immense crête nord de la "german's ridge", bien enneigée en cette mi-juin 2005

dans les parties; techniques, encore beaucoup (trop) de neige
dans les parties; techniques, encore beaucoup (trop) de neige
dans les parties; techniques, encore beaucoup (trop) de neige

dans les parties; techniques, encore beaucoup (trop) de neige

Hasan face au Takht e Soleiman

Hasan face au Takht e Soleiman

retour vers le bivouac

retour vers le bivouac

à la descente sous le refuge, au-dessus de la mer de nuages de la Caspienne

à la descente sous le refuge, au-dessus de la mer de nuages de la Caspienne

commentaires

goeller 24/10/2011 11:28



Il sont magnifique vos photos



Rechercher