30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 20:08

Le 30 mai 2020

Retour sur la côte bleue en kayak, avec en point de mire les beaux tombants de l’île de l’Erevine et du Moulon. On s’arrêtera comme souvent dans la grotte bleue de Méjean avant de pagayer vers l’est puis de plonger pour contempler à nouveau en masque et tuba les murs d’anémones jaunes encroûtantes et d’éponges multicolores dominant les forêts de gorgones. La typologie et la densité de la faune marine ne s’avéreront pas différentes de celles de 2019, avec notamment une observation de murène ; par contre la calanque de l’Erevine sera bondée comme jamais, des effets de report en période de fermeture des calanques… On s’éloignera donc de la foule des plagistes et des plaisanciers sur le mur déversant de poudingue du Moulon, de quoi préchauffer les bras en deep water solo avant la petite grande voie d’escalade de la fin d’après-midi à la Sainte-Victoire !

de la grotte bleue de Méjean au rocher du Moulon
de la grotte bleue de Méjean au rocher du Moulon

de la grotte bleue de Méjean au rocher du Moulon

deep water solo dans les dévers de conglomérat du Moulon
deep water solo dans les dévers de conglomérat du Moulon
deep water solo dans les dévers de conglomérat du Moulon

deep water solo dans les dévers de conglomérat du Moulon

sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones
sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones
sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones
sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones
sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones

sous les chaussons le tombant de gorgones et d'anémones

30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 20:04

Le 26 mai 2020

Retour en VTT vers le Pilon du Roi au départ des Mérentiers à Simiane-Collongue, en visant les crêtes de Luminier atteintes via le vallon ouest du Pilon. Après un rendez-vous manqué sur un malentendu je poursuis en solo… avant de crever sans possibilité de réparation après quelques centaines de mètres et un vélo qui vient d’être révisé ! Pas de chance donc ce soir, mais il faudra revenir dans ce beau vallon vert et sauvage blotti sous les chaos dolomitiques puis la crête panoramique à laquelle il donne accès.

 

au fond du vallon ouest du Pilon
au fond du vallon ouest du Pilon

au fond du vallon ouest du Pilon

24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 20:20

Le 24 mai 2020

L’éperon des Venellois, 9 longueurs, équipé, 6b max (2 premières longueurs non parcourues)
6a/5b/5c/6a+/6a+/6a+/6b/5c/5c+ à mon sens
Retour sur la falaise du Vernis découverte à l’été 2018 dans la voie « une pincée de ketchup », décidément un des hauts et beaux lieux de l’escalade dans les gorges du Verdon sur cette falaise panoramique à l’aval des gorges face aux cascades de Saint-Maurin. L’éperon des Venellois offre également une escalade soutenue dans le 6a/b, majoritairement en mur et dalle. La septième longueur en pilier suspendu de calcaire à la grimpe de plus en plus fine et aérienne puis la neuvième sur dalle à rondeurs compacte mais sculptée sont absolument superbes tant pour le caillou que pour l’escalade et donnent sens aux orteils et doigts douloureux après ces quelques heures de combat à armes inégales contre le calcaire à gouttes d’eau abrasives !

fin d'approche sur la vire aérienne

fin d'approche sur la vire aérienne

dans L3
dans L3
dans L3

dans L3

départ de L4

départ de L4

sur la proue de calcaire de L7
sur la proue de calcaire de L7

sur la proue de calcaire de L7

L8
L8
L8

L8

la splendide dalle terminale de L9
la splendide dalle terminale de L9

la splendide dalle terminale de L9

24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 20:19

Le 23 mai 2020

Après la balade en chaussons sur le Serre de Tusset, balade en baskets vers le belvédère de Rancoumas idéalement situé rive gauche du Verdon en face des grandes falaises de l’Escalès et juste en aval du couloir Samson, une randonnée d’une petite heure depuis le parking. On profitera donc du haut de la falaise de points de vue impressionnants sur les voies du coing, dont l’impressionnante fissure de la demande, le tout sublimé par l’orage qui approche par le nord (mais n’éclatera pas finalement).

vues sur le couloir Samson et la falaise de l'Escalès
vues sur le couloir Samson et la falaise de l'Escalès

vues sur le couloir Samson et la falaise de l'Escalès

crépuscule au bivouac devant les ruines de Châteauneuf-lès-Moustiers

crépuscule au bivouac devant les ruines de Châteauneuf-lès-Moustiers

24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 20:18

Le 23 mai 2020

Voie « parle à monkey », 5 longueurs, équipé, 6a+ max
A mon sens 6a+/6a/6a+/5c+/5b


Découverte d’une voie nouvellement équipée sur la Tête de singe, une échine rocheuse dominant le pont du Tusset - juste en amont du couloir Samson des gorges du Verdon - fort poétiquement baptisée « parle à monkey ». 
C’est une jolie balade qui vaut surtout par ces troisièmes et quatrième longueur (couplables) dans une superbe fissure oblique raide qui raye la face et se remonte en Dülfer et inversées. Ailleurs l’escalade s’avère plus anecdotique, terreuse et très délicate dans L1 notamment, mais donne accès à la jolie «arête» (généralement peu marquée) sud qui se parcourt corde tendue sur des ressauts en III, IV… avant le bouclier sommital et son pas de 6b qui peut s’escamoter sur prises métalliques. L’itinéraire ne se termine vraiment qu’au retour sur la route à l’ouest du tunnel de la D952 après une descente sanglier entre buis et petites barres à désescalader. Au final une petite grande voie pas si petite avec le long parcours de l’arête sommitale, de quoi malgré tout reprendre l’escalade Verdon en douceur avant la grande voie plus longue et soutenue du lendemain.

l'itinéraire vu du pont du Tusset

l'itinéraire vu du pont du Tusset

la même avec plus de recul

la même avec plus de recul

fin de L1

fin de L1

la fissure de L2

la fissure de L2

au départ de L3 et de sa magnifique fissure large
au départ de L3 et de sa magnifique fissure large

au départ de L3 et de sa magnifique fissure large

sortie de L4 au-dessus du pont du Tusset

sortie de L4 au-dessus du pont du Tusset

sur l'arête sommitale du singe
sur l'arête sommitale du singe

sur l'arête sommitale du singe

dans le dernier ressaut sous le sommet
dans le dernier ressaut sous le sommet

dans le dernier ressaut sous le sommet

22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 20:16

Le 22 mai 2020

Entre 2 virées au Verdon, courte séance de kayak à l'ouest de l'étang de Berre, dans une eau déjà à plus de 25°C, l'occasion de ramasser coques et palourdes pour les spaghettis du soir (a posteriori attention, capture en fait autorisée uniquement les week-ends et jours fériés aux pêcheurs de loisirs).

https://etangdeberre.org/vivre/peche/reglementation/

de  la plage de cueillette de l'étang de Berre à la casserole !
de  la plage de cueillette de l'étang de Berre à la casserole !

de la plage de cueillette de l'étang de Berre à la casserole !

21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 20:55

Le 21 mai 2020

Après le canyon du matin au nord de Moustiers-Sainte-Marie, randonnée dans l’extrémité aval des gorges du Verdon vers les cascades, tufs et habitats troglodytes de la réserve naturelle de Saint-Maurin. Les grandes cascades que la route des gorges traverse rive droite m’avaient toujours intrigué avec leur débit important - y compris au cœur de la saison sèche - et les belles formations de travertin. Des sentiers parcourent en fait les vasques de travertin situées au-dessus de la route, et permettent de découvrir les falaises de tuf creusées d’habitats troglodytes depuis plusieurs siècles, puis le torrent, dont le lit présente des successions de vasques de travertin à l’instar des sources de l’Huveaune, et sa résurgence au débit impressionnant à la base des falaises de Saint-Maurin.
On peut ensuite emprunter un beau sentier qui monte en lacets jusqu’au bien-nommé col de Plein Voir ; de là le point de vue de la crête de l’Issioule offre un panorama superbe sur l’extrémité aval des gorges et le lac de Sainte-Croix, derrière les vautours qui profitent des thermiques du haut de falaises.

Au final une belle journée éclectique dans ce bas-Verdon encore redécouvert une nouvelle fois, 12 ans après la première virée sur place !

dans la prairie sous les falaises de Barbin

dans la prairie sous les falaises de Barbin

dans les grottes aménagées en habitats troglodytes et leur magnifique tuf
dans les grottes aménagées en habitats troglodytes et leur magnifique tuf
dans les grottes aménagées en habitats troglodytes et leur magnifique tuf
dans les grottes aménagées en habitats troglodytes et leur magnifique tuf

dans les grottes aménagées en habitats troglodytes et leur magnifique tuf

dans la Baume murale
dans la Baume murale
dans la Baume murale
dans la Baume murale

dans la Baume murale

chenille de pyrale du buis, vipérine et scorpion, les dangers du Verdon !
chenille de pyrale du buis, vipérine et scorpion, les dangers du Verdon !
chenille de pyrale du buis, vipérine et scorpion, les dangers du Verdon !

chenille de pyrale du buis, vipérine et scorpion, les dangers du Verdon !

les vasques de tuf du torrent de Saint-Maurin et sa résurgence à gros débit au pied de la falaise
les vasques de tuf du torrent de Saint-Maurin et sa résurgence à gros débit au pied de la falaise
les vasques de tuf du torrent de Saint-Maurin et sa résurgence à gros débit au pied de la falaise

les vasques de tuf du torrent de Saint-Maurin et sa résurgence à gros débit au pied de la falaise

panorama depuis la crête de l'Issioule au-dessus du col de Plein Voir

panorama depuis la crête de l'Issioule au-dessus du col de Plein Voir

21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 20:48

Le 21 mai 2020

Retour dans le Verdon et reprise de la saison de canyonisme dans le ravin de Balène, une descente réputée d’initiation et choisie donc pour son parcours possible avec enfant. Une fois passé le premier crux de la journée, la fin d’approche routière sur la piste ravinée par les derniers orages rive droite du Colostre, on rentre dans le canyon par quelques centaines de mètres dans un ruisseau envahi de végétation, parfois épineuse, avant de pénétrer dans l’encaissement. On descend alors un véritable canyon entre les parois de calcaire gris, dans un encaissement marqué et continu coupé de ressauts à désescalader ou descendre en rappel, la faible profondeur des vasques et l’opacité de l’eau troublée par les canyoneurs ne facilitant pas les sauts et toboggans. Certains de ses rappels, somme toute assez nombreux et d’une hauteur jusqu’à 15 mètres si l’on veut éviter un relais intermédiaire dans le bouillon, se font tout près voire dans l’actif, dans le bruit et la fureur qui peuvent effrayer un enfant. Un brusque élargissement puis une magnifique prairie fleurie marquent la fin de ce canyon, finalement beaucoup moins anodin qu’annoncé même si peu ludique, mais aussi peu adapté aux jeunes enfants dans ces conditions de débit printanières parfois impressionnantes.

dans les premiers rappels
dans les premiers rappels

dans les premiers rappels

flore du canyon

flore du canyon

les rappels arrosés de la seconde partie
les rappels arrosés de la seconde partie
les rappels arrosés de la seconde partie
les rappels arrosés de la seconde partie

les rappels arrosés de la seconde partie

sortie fleurie dans la prairie
sortie fleurie dans la prairie
sortie fleurie dans la prairie

sortie fleurie dans la prairie

19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 21:50

Le 19 mai 2020

Couennes sur la dalle blanche du vallon du Saut à Châteauneuf-les-Martigues

"géométrie variable", "la belle et la bête", "main de singe" et "l'harry golot"

Retour vespéral sur les couennes du vallon du Saut, 10 ans après leur découverte et parcours régulier en after work. La dalle blanche propose des lignes d’une vingtaine de mètres sur le calcaire particulier des lieux, des murs raides et du calcaire gris à fissures franches et prises beaucoup moins franches en dehors des fissures, donnant une escalade souvent technique et à placements, sur un équipement bon mais obligatoire (avec des premiers points souvent haut placés). Mention spéciale pour la belle fissure à Dülfer de « harry golot »… et bonnet d’âne pour les sikateurs de la dalle de « la belle et la bête », qui y a perdu son rocher et son âme avec ses grattons transformés en marches de ciment…

les aiguilles de calcaire qui émergent de la pinède
les aiguilles de calcaire qui émergent de la pinède

les aiguilles de calcaire qui émergent de la pinède

dans "la belle et la bête", jolie dalle avant que ses prises ne soient sikatées ([sic])
dans "la belle et la bête", jolie dalle avant que ses prises ne soient sikatées ([sic])
dans "la belle et la bête", jolie dalle avant que ses prises ne soient sikatées ([sic])

dans "la belle et la bête", jolie dalle avant que ses prises ne soient sikatées ([sic])

à la descente de "main de singe", l'étang de Berre à gauche

à la descente de "main de singe", l'étang de Berre à gauche

dans "harry golot", belle fissure rectiligne, Dülfer utile

dans "harry golot", belle fissure rectiligne, Dülfer utile

17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 17:32

Le 17 mai 2020

Après déjà 3 sorties d’escalade dans la semaine, on voudrait faire respirer les chaussons, mais la montagne encore inaccessible légalement, les canyons du Verdon soumis aux risques d’orages, la mer trop agitée et fraîche pour kayaker et plonger, nous amèneront à la découverte du site d’initiation de Verduron au-dessus de l’Estaque, une ancienne carrière abandonnée et recyclée en falaises de couennes façon Etoile Noire, même si la variété et la beauté des voies sont évidemment sans commune mesure. C’est plutôt un site d’initiation doté d’une quinzaine de voies majoritairement dans le 3 et le 4, avec une approche pédestre de quelques minutes, des voies courtes et très bien équipées sur scellements et relais chaînés, et une grande pelouse (parsemée de rue fétide…) en guise de pied de voie qui le rend particulièrement adapté aux enfants. Dommage pour les tags, qui n’indiquent pas le nom des voies (!) mais rappellent plutôt la proximité de la ville pourtant bien masquée par les ruines de l’aqueduc et la jungle de ce fond de vallon très vert.

sous l'aqueduc puis dans la carrière
sous l'aqueduc puis dans la carrière

sous l'aqueduc puis dans la carrière

Rechercher