25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 19:31

Le 21 février 2020

Itinéraire : Larche - vallon de Bouchouse - couloir sud-est des arêtes de la Portiolette - Pré Lafont - ravin du Combal
Sommet : 2900 m
Dénivelée : 1300 m (1700-2900-2150-2250-1700)
Difficulté : 4.1 pour la partie skiée (partie finale du couloir mal enneigée et en neige dure)

Première journée d’une virée ski de randonnée de 5 jours à la frontière italienne, entre Val Maira et Stura. On vise l’un des couloirs sud de l’arête de la Portiolette, repéré 3 ans plus tôt pour sa géologie singulière lors justement du tour de la Portiolette. Après une approche, d’abord à pieds sur des pentes sud déneigées jusqu’à plus de 2000 mètres, puis à skis dans le long vallon sous le col de la Portiolette, on pourra admirer de près ces aiguilles de calcaire caractéristiques de l’Ubaye, qui trouvent ici leur plus belle expression avec notamment un bitard aux allures de demoiselle coiffée ! Les conditions sèches et chaudes de cet hiver ne permettront malheureusement pas de sortir le couloir à skis, dont les 50 mètres terminaux se feront donc en crampons entre les rochers et sur neige dure.
Après un départ le matin même de Marseille, le ciel voilé ralentira le dégel de la neige, au point que le couloir sera descendu en neige dure. Plus bas les descentes se feront  en neige bien décaillée, notamment dans les belles pentes rive gauche du ravin de Combal, chose appréciable à 17h, avant un superbe crépuscule coloré à Jausiers !

lichens sur calcaire

lichens sur calcaire

devant la Tête de Viraysse

devant la Tête de Viraysse

à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour

à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour

à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses

à la descente au milieu des tours rocheuses

pas de cadeau sous le sapin décoré de nos baskets de portage !

pas de cadeau sous le sapin décoré de nos baskets de portage !

vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions
vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions
vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions

vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions

crépuscule coloré à Jausiers

crépuscule coloré à Jausiers

16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 22:05

Le 16 février 2020

Une station de ski située à moins de 200 km de Marseille, dont l’accès routier à l’écart des grands axes permet d’éviter les bouchons de retour du dimanche à Savines et Tallard, un domaine skiable réduit mais de qualité sur 2 versants et plus de 1000 mètres de dénivelée, la plupart des pistes au-dessus de 1800 m avec un point culminant à 2450 m garantissant un bon enneigement naturel, un forfait de prix très réduit et une fréquentation faible, au point que les files d’attentes un dimanche de février de beau temps et de vacances scolaires seront presqu’inexistantes, ça existe ?

Oui, à Montclar, au nord des Préalpes dignoises, une des rares stations autogérées, où l’on profite d’un bon ski sur la poignée de téléskis et de télésièges – parfois datés - du domaine, qui offre qui plus est de beaux hors-pistes gravitaires, raides et panoramiques au-dessus du lac de Serre-Ponçon, sur le versant ouest de Dormillouse. Trêve de publicité, une « petite » station qui vaut le détour, et bien adaptée pour les premiers virages de petit.e.s sur les pistes des grand.e.s !

dans les hors-pistes versant ouest de Dormillouse, près de 400 mètres de pentes raides !
dans les hors-pistes versant ouest de Dormillouse, près de 400 mètres de pentes raides !

dans les hors-pistes versant ouest de Dormillouse, près de 400 mètres de pentes raides !

pistes versant Ubaye et Blanche, au loin les entrées maritimes
pistes versant Ubaye et Blanche, au loin les entrées maritimes
pistes versant Ubaye et Blanche, au loin les entrées maritimes

pistes versant Ubaye et Blanche, au loin les entrées maritimes

16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 21:59

Le 15 février 2020

Epaule ouest de l’Aiguillette, en aller-retour par la cabane des Mulets et le couloir sud de l’Aiguillette
Sommet : 2500 m
Dénivelée : 1050 m
Difficulté : 4.1, environ 200 mètres à 40°

 

Première journée d’un week-end ski, de randonnée et de télésièges ([sic]), dans les Préalpes Dignoises. Après une approche commune sur la piste -par endroits littéralement glacée - de la cabane des Mulets, sortie en solo dans le couloir sud de l’Aiguillette. C’est un bel itinéraire, en bonnes conditions ce jour avec de la neige de printemps à point à 15h en versant ouest ou une pellicule de poudreuse rapportée par le vent en versant nord, comme toujours sauvage dans ce massif confidentiel pour le ski de randonnée. Le couloir offre une belle ambiance où le canyon du ravin des Clots de Selon et les plissements et strates de calcaire garantissent le spectacle géologique, du beau caillou donc à défaut de bon puisque durant mon passage de bons pavés de la taille parfois d’un frigo tomberont puis rouleront dans le couloir… Il convient donc de se méfier par temps de redoux et dégel des falaises qui dominent le couloir rive gauche. Parvenu à l’épaule à 2500 m, l’heure tardive, la neige qui commence à trop ramollir dans le couloir mais s’avère complètement glacée versant nord, me dispenseront du sommet 100 mètres plus haut, et je profiterai d’une bonne neige de printemps à la descente, un peu trop cuite dans le couloir mais à point plus bas en versant ouest.
Des nombreux itinéraires déjà parcourus à skis au départ de la cabane des Mulets – col La Pierre, Dos de Chameau – Mournière – Pic des Têtes, ce n’est ni le plus skiant (de par la grande traversée entre le Clot du col La Pierre et le bas du couloir) ni le plus difficile, mais peut-être le plus esthétique !
 

sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel
sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel

sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel

plissements calcaires en bas du couloir
plissements calcaires en bas du couloir

plissements calcaires en bas du couloir

depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche
depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche

depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche

à mi-couloir

à mi-couloir

vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon
vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon
vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon

vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon

plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance
plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance
plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance

plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance

14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 19:57

Le 14 février 2020

Survol lors d’un vol Rome Marseille des Alpes, avec des points de vue… dominants sur le Valais, le nord du massif du Mont-Blanc puis le Haut-Giffre. On pourra notamment admirer le bassin du glacier d’Argentière avec le triptyque Aiguille Verte /Droites/Courtes ou le cirque du Fer à Cheval, autant de souvenirs à pieds ou à skis sous la carlingue !

les Alpes Apuanes, 2000 mètres de marbre au-dessus de la mer, skiées en 2015... pas cet "hiver" !

les Alpes Apuanes, 2000 mètres de marbre au-dessus de la mer, skiées en 2015... pas cet "hiver" !

le Valais, Cervin puis Grand Combin au centre-gauche des images
le Valais, Cervin puis Grand Combin au centre-gauche des images

le Valais, Cervin puis Grand Combin au centre-gauche des images

le massif du Mont-Blanc : bassin glaciaire d'Argentière sur la première photo (Vertes - Droites - Courtes) puis celui du Tour sur la seconde
le massif du Mont-Blanc : bassin glaciaire d'Argentière sur la première photo (Vertes - Droites - Courtes) puis celui du Tour sur la seconde

le massif du Mont-Blanc : bassin glaciaire d'Argentière sur la première photo (Vertes - Droites - Courtes) puis celui du Tour sur la seconde

le Haut-Giffre : du vieux lac d'Emosson à celui de Salanfe

le Haut-Giffre : du vieux lac d'Emosson à celui de Salanfe

le cirque du Fer à Cheval

le cirque du Fer à Cheval

14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 19:53

Le 12 février 2020

Entre 2 déplacements professionnels, visite des badlands d’Atri situés sur la côte adriatique italienne au nord de Pescara, des terres ravinées par les rares pluies torrentielles de ce climat méditerranéen marqué et sculptées en labyrinthes de ravines et de crêtes blanches. Quelques semaines après les badlands d’Andalousie, encore une belle découverte géologique en forme de robines blanches ou plutôt de tuf cappadocien made in Italy. Pour observer de beaux badlands, nul besoin d’aller dans le Dakota et le parc national éponyme, l’Europe du Sud offre déjà de beaux exemplaires en Espagne et Italie (sur une surface réduite…).

vues d'ensemble des badlands
vues d'ensemble des badlands

vues d'ensemble des badlands

les dentelles de terre
les dentelles de terre
les dentelles de terre
les dentelles de terre

les dentelles de terre

premières fleurs

premières fleurs

aux derniers rayons
aux derniers rayons
aux derniers rayons

aux derniers rayons

9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 20:19

Les 8 et 9 février 2020

Itinéraire : Villar-Loubière - le pas de Galiane - refuge des Souffles - col des Clochettes - lac du Lautier - pic Turbat - Chamousset - prés du Lautier - pas de Galiane - Villar-Loubière

Sommet : 3050 m

Dénivelée :

J1 : 1100 m (1050-2150-1950)

J2 : 1200 m (1950-2200-2150-2400-2350-3050-1050)

Difficulté : 3.3 max, mais pentes parfois exposées en neige dure sous le lac du Lautier et sous le pic Turbat

Encore une belle sortie dans ce versant sud du Valgaudemar où les 1500 mètres de descente, en excellente moquette ce jour, font oublier les 600 m de portage du départ. Un refuge d'hiver confortable, doté de plusieurs dortoirs et d’un poêle, un itinéraire panoramique et presqu'intégralement au soleil, l'ambiance grand large et rocheuse des combes sommitales 2000 mètres au-dessus de l'auge glaciaire en U de la vallée, font de cette course une belle classique d'hiver ou de début de printemps, évidemment déserte dans cet adret un peu ingrat dans les vernes du bas. 
La vallée du Valgaudemar, maintes fois explorée à skis ces dernières années, offre décidément bon nombre de parcours majeurs à skis, toujours sauvages et un peu délicats dans cette vallée aux versants très raide et avalancheux. La basse vallée n’a pas l’ambiance haute montagne glaciaire de la haute vallée vers les Rouies ou le Sirac, demande un portage plus long de par les départs à seulement 1000 mètres d’altitude, mais donne accès à des points de vues exceptionnels sur la vallée en U et encore plus de solitude et de wilderness qu’ailleurs !

J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches
J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches

J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches

J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles
J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles
J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles

J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles

J1 : ski crépusculaire au-dessus du refuge

J1 : ski crépusculaire au-dessus du refuge

J2 : départ devant les Arraches et le Dévoluy

J2 : départ devant les Arraches et le Dévoluy

J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier
J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier

J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier

J2 : vers le lac Lautier
J2 : vers le lac Lautier
J2 : vers le lac Lautier

J2 : vers le lac Lautier

J2 : dans les pentes sommitales
J2 : dans les pentes sommitales

J2 : dans les pentes sommitales

J2 : ente granite du Turbat et calcaire de la face nord-ouest de l'Olan

J2 : ente granite du Turbat et calcaire de la face nord-ouest de l'Olan

J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar
J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar

J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar

J2 : plongeoir vers l'auge en U

J2 : plongeoir vers l'auge en U

J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset

J2 : descente dans Chamousset

J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U

J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U

J2 : accident d'airbag !

J2 : accident d'airbag !

J2 : sur la passerelle du torrent du Lautier

J2 : sur la passerelle du torrent du Lautier

7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:37
5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 11:18
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 20:54

Le 2 février 2020

Voie "le vieil homme et la mer", 3 longueurs, non équipé (quelques pitons), 6b max
6a/6b/6a+ 


Retour sur les falaises sud dominant l’Eissadon, dans la voie récemment ouverte du «vieil homme et la mer », une voie en terrain d’aventure voisine de la voie récemment équipée « le sourire de Pénélope ». Pas le moindre clou (au sens spit) dans cette voie, uniquement une poignée de lunules et de pitons à demeure, mais un clou du spectacle qui vaut le voyage avec une seconde longueur exceptionnelle dans une cheminée spéléo de plus de 40 mètres, avant une sortie à droite en traversée athlétique et technique plein gaz jusqu’au relais sommital. C’est superbe, raide, homogène et soutenu dans le 5c puis 6a, rappelant les plus belles longueurs de l’Oule avec ce rocher rond et chipseux qui s’apprivoise en oppositions et renfougne, avant cette traversée aérienne un peu psycho, heureusement protégée sur sa fin par une cordelette sur lunule (il est également possible de poser un friend en début de traversée). Les 2 longueurs inaugurale et conclusive, même si moins exceptionnelles, ne sont pas en reste avec notamment une fissure délicate puis une dalle ciselée (engagée) en première longueur, et un mur suspendu de calcaire mêlé d’aragonite en dernière longueur.
La voie au final s’avère tout de même sérieuse, soutenue dans le 6a (avec un pas de 6b à la fin de L2), en terrain d’aventures presque complet et en rocher parfois fragile dans L2 et surtout L3, mieux vaut avoir une bonne marge par rapport à ce niveau et de l’expérience en pose de protections… ou grimper en second ! Encore une belle et longue journée dans les calanques avec cette centaine de mètres d’escalade typée montagne… et ces centaines de mètres de dénivelée d’approche à pieds et en VTT !

au départ des rappels
au départ des rappels

au départ des rappels

dans les rappels, équipements d'époque
dans les rappels, équipements d'époque

dans les rappels, équipements d'époque

au départ de la voie, lestés de friends, pitons, excentrics, câblés...

au départ de la voie, lestés de friends, pitons, excentrics, câblés...

L1, fissure raide, dièdre puis traversée
L1, fissure raide, dièdre puis traversée

L1, fissure raide, dièdre puis traversée

la splendide cheminée de L2 et la sortie en traversée aérienne
la splendide cheminée de L2 et la sortie en traversée aérienne
la splendide cheminée de L2 et la sortie en traversée aérienne
la splendide cheminée de L2 et la sortie en traversée aérienne

la splendide cheminée de L2 et la sortie en traversée aérienne

au départ de L3

au départ de L3

crépuscule flamboyant au départ de la route de la Gardiole

crépuscule flamboyant au départ de la route de la Gardiole

2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 20:14

Le 1er février 2020

Journée de vélo autour de l’étang de Lavalduc, sur un parcours facile, comportant peu de dénivelée et donc parfaitement adapté à une pratique familiale. Qui plus est, nonobstant quelques centaines de mètres sur route au nord du point de départ (et d’arrivée…) parking de Saint-Blaise, l’itinéraire se fait intégralement sur pistes fermées à la circulation ou sur monotraces, le single du départ rive est de l’étang s’avérant d’ailleurs particulièrement ludique et esthétique entre canal des Martigues et étang de Lavalduc. On y évolue dans la forêt de Castillon, entre murs de cannes de Provence et de genêts à balais (en fleurs à la fin du printemps), sous les escarpements de molasse, avec quelques pauses pour admirer et savourer les premières orchidées et asperges sauvages. De l’autre côté, à l’ouest de l’étang, on profite encore de vues panoramiques sur l’étang sous un couvert forestier moins dense, mais qui isole en tout cas visuellement des cheminées d’usine de Fos quelques kilomètres à l’ouest…
Une boucle jolie et facile donc, à refaire en saison chaude pour admirer l’étang rouge, la concentration en sel et donc en crevettes artemia salina étant au plus bas en cet hiver humide, qui profite par contre aux moustiques, déjà nombreux et virulents en ce début février !

au départ rive est

au départ rive est

asparagus

asparagus

orchidée et détail de la mousse
orchidée et détail de la mousse

orchidée et détail de la mousse

vue sur l'étang d'Engrenier

vue sur l'étang d'Engrenier

rive ouest

rive ouest

Rechercher