16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 18:31

Le 15 mars 2014

Retour à skis sur le sommet du Cheval Blanc pour la première fois depuis 2010, avec son versant nord-ouest haut de plus de 1000 mètres, strié de beaux couloirs calcaires. Après 3 hivers de disette, la neige a bien résisté à la chaleur des 2 dernières semaines dans cette extrémité sud des Alpes du Sud, tant en qualité qu’en quantité, et on déchaussera à seulement 1200 mètres après une descente en poudreuse puis moquette, à une demi-heure de marche du point de départ à 950 mètres dans le village de Chanolles…

L’ambiance sera encore bien hivernale dans les 2 branches du couloir en Y dominées par d’énormes corniches surplombantes, avec la branche de gauche (en montant) en neige déjà transformée et la branche de droite en vieille poudreuse bien agréable à skier… C’est décidément une valeur sûre du ski de proximité que ce Cheval Blanc, dont le long versant nord-ouest visible depuis la montagne Sainte-Victoire recèle un vivier de couloirs bien alpins à moins de 2 heures de route de Marseille !

DSC08417 (Large)DSC08435 (Large)DSC08447 (Large)DSC08480 (Large)

Sommet : 2300 m

Dénivelée : 1400 m

Difficulté : 4.1

DSC08640 (Large)

vue le lendemain de l'itinéraire parcouru

DSC08351 (Large)

ambiance printanière au départ à 1100 m

DSC08377 (Large)

entre les blancs du calcaire et de la neige

DSC08381 (Large)

face aux contreforts déjà verts des Préalpes dignoises

DSC08383 (Large)

des skieurs un peu incongrus

DSC08407 (Large)

à l'attaque de la branche de gauche du couloir en Y à 1950 m

DSC08413 (Large)

devant les sommets des Ecrins

DSC08417 (Large)

 

DSC08419 (Large)

entre piles d'assiettes de calcaire et corniches menaçantes...

DSC08435 (Large)

... ce sont finalement les cailloux qui nous tomberont dessus à intervalles réguliers !

DSC06658 (Large)

à la sortie du couloir à 2200 m, photo de Nicolas

DSC08447 (Large)

sur la crête sommitale et son ourlet de corniches

DSC08461 (Large)

vue vers la sortie du couloir au milieu de la photo

DSC08472 (Large)

sous le sommet du Cheval Blanc

DSC08474 (Large)

regards vers les pentes fuyantes des couloirs du Cheval Blanc

DSC08480 (Large)

départ au sommet de la branche de droite du couloir en Y

DSC08497 (Large)

une surfeuse en action

P3150027 (Large)

un skieur en action, photo de Miren

DSC08513 (Large)

 

DSC08527 (Large)

retour au village de Chanolles

Partager cet article

Repost0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 18:58

Les 8 et 9 mars 2014

WE de ski de randonnée dans les Ecrins, sur le versant sud de la vallée du Valgaudemar vers le refuge de l’Olan. La cîme du Vallon offre sur son versant sud une descente de plus de 2000 mètres de dénivelée, mais se déneige très vite dans sa partie basse vu son altitude et son exposition. On profitera donc de cette fin d’hiver bien enneigée pour limiter le portage, les skis étant déchaussés à 1400 m à la descente.

Même si les 2 journées se passeront sous la tempête de ciel bleu et une chaleur printanière, le couloir des Sorciers sous le sommet de la Rouye nous aura gardé 200 m de poudreuse après la montée au refuge d’hiver de l’Olan le samedi. Une bonne nuit panoramique face aux sommets du Champoléon, 1300 m au-dessus des lumières de la Chapelle-en-Valgaudemar, dans un refuge douillet à l’entrée déjà dégagée par nos prédécesseurs, nous permettra de mieux digérer les 1800 m de dénivelée du samedi et de repartir de la bonne peau dimanche.

La courte crête sommitale de la cîme du Vallon sera donc atteinte après 4 heures d’une ascension ralentie par plusieurs déchaussages de ski/chaussages de crampons dans des traversées exposées au-dessus de barres rocheuses, offrant une belle ambiance alpine au-dessus des énormes corniches surplombant la face nord face aux sommets du haut-Valgaudemar. La descente, exceptionnellement longue sur 2300 m de dénivelée d’une traite (dont 2000 m à skis), se déroulera sur des neiges aussi variées que sa longueur le laisse supposer : les neiges en cours de transformation dans les versants sud-ouest au-dessus du refuge, souvent croûtées et en tout cas pas décaillées à l’heure de descente 11h30, céderont la place sous le refuge à de la moquette, avant que la chaleur du WE ne transforme la fin de la descente sous 1700 m en du ski de combat entre boules d’avalanches, barres rocheuses et éboulis mal enneigés.

Un beau mini-raid en tout cas, dans le cadre sauvage des versants sud du Valgaudemar où il est difficile d’optimiser en même temps risque de plaques dans le haut et enneigement du bas…

DSC08166 (Large)DSC08241 (Large)DSC08001 (Large)DSC08211 (Large)DSC08305 (Large)

J1 : couloir des sorciers en AR, nuit au refuge d'hiver de l'Olan

Sommet : 2800 m

Dénivelée : 1750 m à la montée, 450 m à la descente

Difficulté : 4.3, 200 m de couloir à 40°, sortie à 45°

J2 : cîme du Vallon

Sommet : 3400 m

Dénivelée : 1050 m de montée, 2300 m de descente (dont 2000 m à skis !)

Difficulté : 4.1 exposition 3, une longue section assez raide en traversée au-dessus de barres rocheuses

DSC07929 (Large)

J1 : au départ, canyonisme ou ski de randonnée ?

DSC07952 (Large)

dans la montée à 1900 m, ça souffle !

DSC07956 (Large)

devant le chaînon Morges-Parières-Choucières Vertes...

DSC07979 (Large)

au-dessus du refuge à 2500 m, devant les escarpements de la Rouye

DSC07993 (Large)

à l'attaque du couloir, au fond le Dévoluy

DSC07999 (Large)

à 2700 m dans le couloir des sorciers

DSC08001 (Large)

 

DSC08021 (Large)

Sébastien au début de la descente

CIMG5982 (Large)

photo de Sébastien

DSC08030 (Large)

Franck près d'une petite purge de poudreuse

DSC08038 (Large)

 

CIMG5995 (Large)

photo de Sébastien

DSC08083 (Large)

il est 16h, retour au refuge pour le tea time

DSC08116 (Large)

crépuscule vers l'ouest sur le Dévoluy

DSC08128 (Large)

crépuscule sur les pentes sud-ouest de la cime du Vallon à gauche, l'itinéraire du lendemain remonte les pentes de neige suspendues en écharpe à droite

DSC08134 (Large)

le village la Chapelle commence à s'allumer en bas à gauche

DSC08163 (Large)

dernières lueurs à la fenêtre, c'est l'heure de la soupe

DSC08166 (Large)

un beau panorama nocturne depuis le refuge...

DSC08177 (Large)

J2 : il est 7h, le Valgau s'éveille

DSC08194 (Large)

 

DSC08196 (Large)

en crampons dans la traversée exposée à 2800 m

DSC08204 (Large)

sortie du raide sous le passage du Bâton 

DSC08207 (Large)

panoramique en bas de la partie supérieure des reliques du glacier du Vallon

DSC08211 (Large)

à 3250 m devant l'Olan

DSC08215 (Large)

devant le vallon de Navette à droite

DSC08233 (Large)

au sommet, méfiance sur les (énormes) corniches peut-être surplombantes

DSC08239 (Large)

idem, au fond les Bans et le pic Jocelme

DSC08241 (Large)

 

DSC08259 (Large)

premiers virages suspendus 2000 mètres au-dessus de la vallée du Valgaudemar

DSC08261 (Large)

 

DSC08268 (Large)

sortie du passage exposé au-dessus des falaises

CIMG6065 (Large)

sur la moquette, sous le refuge, photo de Sébastien

DSC08305 (Large)

à la descente à 2100 m, 1000 mètres au-dessus du village de la Chapelle-en-Valgaudemar au fond

CIMG6067 (Large)

photo de Sébastien

DSC08335 (Large)

 

DSC08339 (Large)

 

CIMG6079 (Large)

photo de Sébastien

Partager cet article

Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 19:44

Le 2 mars 2014

Quelques jours après l'Iran, ses couloirs de neige et ses glaciers de sel, et le lendemain d'une belle journée de grimpe dans les calanques, retour au ski sur le géant de Provence, le mont Ventoux aujourd'hui peu venteux mais bien enneigé sur tous ses versants. L'enneigement s'avère très bon dès 1400 mètres en versant sud, tant en quantité qu'en qualité avec une neige en cours de transformation en adret, encore bonne à une heure aussi indue que 15h. Le mistral conjugué aux récentes chutes de neige donne des airs arctiques à la crête sommitale parsemée de sapins complètement plâtrés, si ce n'est que la mer Méditerranée qui scintille au sud rappelle qu'on est bien en Provence et non pas au nord de la Norvège !

C'est une montagne décidément unique que le Ventoux, haute colline échouée au milieu des plaines provençales qui permet de skier le nez sur la Barre des Ecrins les spatules tournées vers la Grande Bleue !

DSC07824 (Large)DSC07850 (Large)DSC07854 (Large)DSC07870 (Large)

DSC07904 (Large)DSC07878 (Large)

Sommet : 1900 m

Dénivelée : 1000 m (1500-1900-1450-1850-1500-1700-1500)

Difficulté : 1.3

DSC07792 (Large)

au départ de Chalet Reynard à 1500 m

DSC07798 (Large)

les sapins de Noël de l'arête est

DSC07805 (Large)

panoramique sur la forêt arctique et les Alpes du sud

DSC07820 (Large)

en phase d'approche vers la fusée sommitale

DSC07824 (Large)

les sapins givrés en pleine contemplation des Alpes du Sud, du pic de Bure et de la Barre des Ecrins à la tête de l'Estrop

DSC07840 (Large)

les poteaux customisés par le mistral

DSC07850 (Large)

le mistral, sculpteur des poteaux sommitaux

DSC07854 (Large)

la double allée de monstres de givre

DSC07863 (Large)

pause au sommet, une belle épaisseur de neige  à l'abri du vent de nord    

DSC07867 (Large)

l'observatoire astronomique devant la plaine du Rhône

DSC07869 (Large)

à la fin de la première descente à 1450 m

DSC07870 (Large)

ski grand large face à la Grande Bleue

DSC07878 (Large)

panoramique vers le sommet

DSC07904 (Large)

rencontre impromptue avec un mulot curieux... et gourmand !

DSC07916 (Large)

Partager cet article

Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 20:35

Le 1er mars 2014

Après les couloirs de neige et des glaciers de sel du sud de l'Ira,n retour sur le calcaire blanc des calanques au Devenson, pour la voie de la cheminée du cirque. Une classique effectivement méritée pour la beauté du cadre sur un rocher tridimensionnel, face à la muraille de l'Oule et de Castelvieil, et pour la grimpe ludique et originale dans une cheminée-boyau où la progression se fait souvent en ramonage et en opposition...

DSC07663 (Large)DSC07758 (Large)DSC07675 (Large)DSC07705 (Large)DSC07788 (Large)

cheminée du cirque du Devenson

6 longueurs, équipé, 6a max

5a/6a/5b/5a/5c/5a

DSC07649 (Large)

les processions de chenilles sont de sortie...

DSC07652 (Large)

à la fin de l'approche devant la péninsule de Morgiou

DSC05380.ARW (Large)

au départ des 3 rappels de "riz au lait", photo de Régis 

DSC07663 (Large)

 

DSC07675 (Large)

 

DSC07679 (Large)

dans le dernier rappel

DSC05412.ARW (Large)

dans L3, première des 3 longueurs dans la cheminée, photo de Régis

DSC07705 (Large)

ambiance spéléologique et maritime dans L3

DSC07711 (Large)

 

DSC07719 (Large)

vue du relais sommital de L3    

DSC07720 (Large)

au départ de L4

DSC07726 (Large)

boyau de sortie de L4

DSC07739 (Large)

 

DSC07756 (Large)

le beau rocher concrétionné de L5

DSC05413.ARW (Large)

dans L5, photo de Régis

DSC07758 (Large)

 

DSC07774 (Large)

le boyau de sortie de L5, une vraie châtière

DSC07788 (Large)

vue à la sortie vers cap Castelvieil et cap Canaille

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 18:44

Le 24 février 2014

Après 5 jours de ski de randonnée on quitte les couloirs de neige et les -10°C nocturnes des montagnes du Zagros pour rejoindre les oasis de palmiers et les orangers de la côté du golfe persique près de Bushehr. L’objectif est de trouver et de visiter le « glacier de sel » repéré sur Internet dans des publications de géologie, dont les quelques photos glanées laissent entrevoir toute l’étrangeté et la beauté.

Sur place à Shiraz ni notre chauffeur ni l’agence de voyages n’ont entendu parler de ce site, et c’est donc munis de vagues indications trouvées sur le Web que nous prenons la route du sud en quête d’un hypothétique « dôme de sel » dans les montagnes proches de Bushehr à 4 heures de route de Shiraz. Les locaux nous renseignent heureusement efficacement sur place, et lorsqu’une couche de blanc commence à se distinguer au loin sur une montagne on sait qu’il ne s’agit pas de neige mais bien de sel. A mesure que l’on se rapproche le gigantisme du site se confirme : du sommet d’une montagne nous dominant de près de 1000 mètres de dénivelée s’écoulent sur plusieurs kilomètres de large des langues glaciaires multicolores du sel-gemme blanc et rouge couvert de débris morainiques noirs. Leur morphologie rappelle beaucoup celle des glaciers alpins, si ce n’est que le sel remplace ici la glace, évidemment inconnue par les 20°C hivernaux et 45°C estivaux du golfe Persique ; pour plus de renseignement sur le mécanisme de formation des glaciers de sel voir Wikipedia :

http://en.wikipedia.org/wiki/Salt_glacier

C’est donc un site littéralement extraordinaire que nous arpenterons l’après-midi, un monde exclusivement minéral et totalement exempt de vie, mais qui déploie une panoplie irréelle de formes et de couleurs. Les tours de sel de parfois plusieurs dizaines de mètres de haut répondent aux stries multicolores des rainures de sel à la surface, avec dans ces sculptures de sel en fractales la palette de couleurs arc-en-ciel du sel-gemme. Partout du sel, blanc, rouge, noir, jaune, modelé en tours verticales ou plaques horizontales, aggloméré en cristaux, stalactites ou choux-fleurs, qui s’écoule lentement et sur des kilomètres carrés du sommet du dôme de sel vers les vallées en contrebas. Ces langues glaciaires présentent d’ailleurs toutes les caractéristiques des glaciers alpins : le « glacier » se découpe parfois en séracs… de sel, des torrents creusés à la surface ou en profondeur rappellent les bédières, des colonnes de sel protégées de la dissolution due aux pluies par un rocher tiennent lieu de tables glaciaires…

 Dans cette curiosité géologique qui défie l’entendement par sa nature-même et son échelle, on est transporté dans un wonderland de sculptures de sel pétries par la gravité et ciselées par l’érosion pluvial, pour ce qui restera un beau bouquet final de ce magnifique voyage au sud de l’Iran.

DSC07615 (Large)DSC07432 - Copie (Large)DSC07580 (Large)DSC07607 (Large)DSC07399 - Copie (Large)DSC07448 - Copie (Large)DSC07516 - Copie (Large)

 

DSC07264 (Large)

pont sur la route entre Shiraz et Bushehr

 

DSC07268 (Large)

 

DSC07284 (Large)

sur la plage de Bushehr, après les -10°C nocturnes de la semaine précédente dans les Zagros, place aux 25°C d'un golfe Persique à 20°C

DSC07293 - Copie (Large)

croûte de sel au nord-est de Bushehr

DSC07306 - Copie (Large)

paysage de badlands entre Bushehr et le glacier de sel    

DSC07632 (Large)

la montagne de sel 

DSC07329 - Copie (Large)

vue panoramique    

DSC07615 (Large)

devant les langues "glaciaires" de sel qui descendent du dôme de sel    

DSC07343 - Copie (Large)

détail d'une des langues du glacier de sel

DSC07358 - Copie (Large)

détail de la surface du glacier

DSC07374 - Copie (Large)

 

DSC07376 - Copie (Large)

sur un dôme glaciaire

DSC07380 - Copie (Large)

déatil de la surface du dôme glaciaire

DSC07399 - Copie (Large)

dans la grotte creusée par la bédière dans le glacier

DSC07408 - Copie (Large)

un petit lac et les concrétions de sel qui l'entourent

DSC07420 - Copie (Large)

détail de la surface du glacier, qui crisse sous les chaussures comme la glace d'un glacier alpin...

DSC07424 - Copie (Large)

devant le sommet du dôme de sel et une table glaciaire

DSC07432 - Copie (Large)

 

DSC07441 - Copie (Large)

 

DSC07448 - Copie (Large)

sur la table glaciaire

DSC07464 - Copie (Large)

fleurs devant un sérac

DSC07466 - Copie (Large)

deux des langues glaciaires

DSC07473 - Copie (Large)

dans la chute de séracs terminale de la langue glaciaire médiane

DSC07477 - Copie (Large)

 

DSC07488 - Copie (Large)

 

DSC07502 - Copie (Large)

torrent entre la moraine et une langue glaciaire

DSC07508 - Copie (Large)

sur une arête glaciaire devant un sérac    

DSC07512 - Copie (Large)

vue de détail de la surface d'un sérac

DSC07516 - Copie (Large)

 

DSC07530 - Copie (Large)

 

DSC07532 - Copie (Large)

dans le lit du torrent, un petit air de Mer Morte !

DSC07540 - Copie (Large)

sur le dépôt de sel de la cascade

DSC07545 - Copie (Large)

quelques inclusions...

DSC07556 - Copie (Large)

 

DSC07566 - Copie (Large)

 

DSC07574 - Copie (Large)

les pénitents de sel

DSC07576 - Copie (Large)

 

DSC07580 (Large)

 

DSC07590 (Large)

 

DSC07595 (Large)

un petit air de salar sud-américain...

DSC07607 (Large)

 

DSC07609 (Large) 

 

DSC07642 (Large)

sur les 6 heures de route retour à Shiraz, avant une soirée mémorable chez Shadi, en prélude à une nuit dans les avions et les aéroports...

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 18:41

Le 22 février 2014

La fatigue accumulée durant les 4 journées précédentes de ski de rando commence à peser sur les cuisses et la motivation, et on repère sur la route Yasuj-Sepidan un joli couloir culminant à 3000 mètres, de quoi nous remettre des efforts consentis la veille. Une fois n’est pas coutume, on ne profitera pas d'une poudreuse de rêve ou de moquette de printemps, mais d'une neige parfois soufflée et traîtresse qui n'enlève rien à la belle ambiance alpine d'un couloir raide entre corniches surplombantes et genevriers accrochés aux falaises de calcaire...

DSC07128 (Large)DSC07150 (Large)DSC07178 (Large)DSC07184 (Large)

Sommet : 3100 m

Dénivelée : 900 m

Difficulté : 4.2, 300 m de couloir dont 100 m à plus de 45°, sortie directe sous la corniche à 50°

DSC07128 (Large)

le parcours vu du point de départ près du col de Kakan

DSC07150 (Large)

en bas du couloir, sous les corniches déversantes...

DSC07158 (Large)

... et les rafales de neige

DSC07170 (Large)

genevrier 

DSC07178 (Large)

sortie en crampons...

DSC07184 (Large)

... sous le halo solaire...

DSC07192 (Large)

... et une petite corniche qu'il a fallu casser

DSC07195 (Large)

sur le plateau sommital à 3100 m

DSC07216 (Large)

à la descente dans une section en poudreuse du couloir

DSC07242 (Large)

à 2500 m, sur la route peu avant Pooladkaf

DSC07244 (Large)

 

DSC07246 (Large)

la petite station de Sepidan à 2400 m, attenante à celle de Pooladkaf

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 21:15

Le 21 février 2014

Après le ski de poudreuse facile de la veille, place à de la neige transformée dans le couloir sud du Dena sud. Le massif du Dena, baroud d’honneur au sud de la chaîne des Zagros avec un point culminant à près de 4500 mètres, offre un environnement très alpin quelques dizaines de kilomètres au nord des plages et de l’environnement tropical du golfe Persique. Un enneigement abondant permet de skier son versant nord au départ du village de Khafr jusqu’au cœur du printemps ; par contre son versant sud-ouest se constitue sous la crête faitière du massif d’une impressionnante barrière rocheuse, haute de 1000 à 2000 mètres et longue de plusieurs dizaines de kilomètres. Ce ruban de falaises interdit l’accès par le versant sud, et, peu motivés par 2200 mètres de dénivelée à tracer dans les 50 cm de poudreuse du versant nord, on cherche une ligne de faiblesse dans cette muraille sud, par exemple sous la forme d’un couloir, qui permettrait de profiter d’une neige transformée et donc portante. C’est en arrivant dans la ville de Sisakht qu’un magnifique couloir orienté plein sud se révèle à nos yeux fatigués,  offrant un accès direct à la crête sommitale à travers la falaise ; nos cuisses se réjouissent déjà d’échapper aux travaux de terrassement du versant nord et de profiter du terrain plus portant de cet unique couloir.

Après une mauvaise nuit dans les vapeurs d’un réchaud à pétrole et beaucoup de temps perdu à trouver l’accès routier le départ à skis se fera… à 9 heures, soit bien trop tard pour espérer sortir un couloir orienté plein sud par 30° de latitude nord. On paiera la « grasse » matinée et les errements en voiture quelques heures plus tard dans la fournaise du couloir, là où un soleil déjà presque au zénith en cette mi-février nous essorera littéralement.  Arrêt donc à 3500 mètres après 2 heures d’ascension à skis puis en crampons dans un magnifique couloir calcaire encaissé et très long (près de 1000 mètres de dénivelée sans doute) ; au-delà le couloir, titillant les 45° au point de demi-tour, semble s’élargir et se coucher, mais la crête sommitale ne serait de toute façon sans doute pas atteinte avant au moins 2 heures supplémentaires d’ascension. A la descente la neige Perse résistera bien mieux que les touristes venus du nord, et à midi ((sic]) une neige un peu trop revenue mais encore parfaitement skiable nous autorisera de belles courbes…

Un couloir exceptionnel par son ampleur et son ambiance, mais les 2000 mètres de dénivelée de Sisakht au sommet et l’orientation plein sud auraient exigé un départ  à la frontale au moins 3 heures plus tôt…

DSC06952 (Large)DSC06964 (Large)DSC06995 (Large)DSC07064 (Large)DSC07003 (Large)DSC07025 (Large)DSC07052 (Large)

Sommet : 4200 m (arrêt à 3500 m vu l'heure trop tardive)

Dénivelée : 1300 m

Difficulté : 5.1, 1000 mètres de couloir à 40° de moyenne avec des portions à 45°

Zagros

localisation du massif du Dena au sud-ouest de l'Iran

DSC07111 (Large)

l'itinéraire, vu depuis la ville de Sisakht au pied de l'extrémité sud du massif du Dena

 

DSC06940 (Large)

culture en terrasses près d'un village au pied de l'extrémité nord du massif du Dena

 

DSC06952 (Large)

champs verdissant au pied de la muraille sud du Dena 3000 mètres plus haut

 

DSC06962 (Large)

la barrière sud du Dena...

 

DSC06964 (Large)

...1000 à 1500 mètres de paroi sous la crête faitière à près de 4500 mètres

 

DSC06974 (Large)

crépuscule sur la ville de Sisakht

 

DSC06986 (Large)

peu après le départ, à 2400 m

 

DSC06991 (Large)

arrivée au pied des couloirs, le couloir sud se devine à gauche

 

DSC06995 (Large)

à 2800 mètres devant l'immensité des Zagros

 

DSC07003 (Large)

en bas du couloir sous le calcaire agrémenté de quelques genevriers

 

DSC07011 (Large)

à 3400 mètres, 1200 mètres au-dessus de la ville de Sisakht

 

DSC04310 (Large)

photo de Nicolas

 

DSC07025 (Large)

début de la descente...

 

DSC04325 (Large)

photo de Nicolas

 

DSC07029 (Large)

... dans une belle ambiance de calcaire et de neige

 

DSC04339 (Large)

photo de Nicolas

 

DSC07047 (Large)

 

DSC07052 (Large)

un couloir très encaissé

 

DSC07064 (Large)

 

DSC04343 (Large)

photo de Nicolas

 

DSC04345 (Large)

photo de Nicolas

 

DSC07086 (Large)

 

DSC07096 (Large)

en bas du couloir à 2700 mètres

 

DSC07119 (Large)

vue sur la grande ville de Yasuj à 2000 mètres au pied des 4000 du Dena, le Grenoble d'Iran...

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 21:04

Le 20 février 2014

Après la longue journée de la veille passée dans l’ombre des couloirs nord de Cheghakhor on vient se réchauffer sur une montagne aux formes douces dominant la route Borujen-Yasuj. Nous pensions nous reposer sur cette randonnée facile entre 2000 et 2800 mètres, mais nous ne résisterons pas à une seconde montée au sommet après une première descente dans 50 cm de farine de poudreuse surmontée d’un nappage de givre de surface de ce versant orienté au nord mais bien ensoleillé. Les Zagros nous gratifieront encore d’une magnifique journée de ski, bien différente de l’ambiance alpine de Cheghakhor mais au milieu des immenses plissements géologiques des Zagros, ponctués de petits villages et de lacs salés. Au final 1300 mètres de petite godille dans une neige de rêve où ça tourne avec les oreilles, sans bien évidemment aucune autre trace que nos courbes à perte de vue !

DSC06789 (Large)DSC06907 (Large)DSC06936 (Large)ob 5c2195 dsc04122-1200x900

Sommet : 2800 m

Dénivelée : 800 m + 500 m de remontée

Difficulté : 3.2

DSC06702 (Large)

sur la route entre Boldaji et Yasuj

DSC06764 (Large)

à la montée à 2600 m

DSC06779 (Large)

arrivée sur l'arête sommitale

DSC06784 (Large)

paysage des Zagros : des villages nichés partout au creux des vallons

DSC06789 (Large)

devant le village de Mal-e Khalifeh

DSC06843 (Large)

première descente dans une neige de rêve

ob 5c2195 dsc04122-1200x900

photo de Nicolas

DSC04111 (Large)

photo de Nicolas

DSC04123 (Large)

photo de Nicolas

DSC06901 (Large)

c'est trop bon, on remet ça : début de la seconde descente

DSC06907 (Large)

 

DSC06916 (Large)

les traces vues du bas

DSC06928 (Large)

une belle ambiance alpine avec les faces nord plâtrées

DSC06936 (Large)

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 20:49

Les 18 et 19 février 2014

Le massif du Zagros offre un énorme potentiel pour le ski de randonnée, totalement inconnu des iraniens malgré la présence ça et là de quelques stations de ski, qui s’avère facile à exploiter grâce à la densité du réseau routier, toujours dégagé et en excellent état, l’enneigement abondant skiable dès 2000 mètres en versant nord (pour des sommets entre 3000 et 4500 mètres) et généralement de bonnes conditions nivologiques et météorologiques.

Les 5 jours de ski de randonnée de ce mois de février 2014 se passeront ainsi sous un ciel immuablement bleu, des matinées froides et des après-midis douces, et sur une neige poudreuse en versants froids et transformée ailleurs, sans aucun signe d’instabilité malgré la grosse épaisseur de fraîche et les pentes souvent raides parcourues.

Une chute de 60 à 80 cm de neige pendant le trajet vers les fabuleuses mosquées d’Ispahan la veille couvrira d'ailleurs les montagnes du Zagros d’un beau nappage de poudreuse durant tout notre séjour, de quoi faire chauffer les cuisses à la montée et les cordes vocales à la descente dans une neige de cinéma !

Faute de cartes détaillées et de topos, tous les sommets auront été skiés à vue après un premier repérage sur Google Earth depuis la France, qui aura par exemple permis d’identifier le très beau site du lac de Cheghakhor près de Borujen, un lac de barrage à 2200 mètres dominé d’une couronne de couloirs menant à un sommet de 3700 mètres.

On skiera ainsi 2 beaux couloirs orientés plein nord dominant le lac 2 jours d'affilée, la tranchée laborieusement tracée le premier jour étant réutilisée le lendemain de manière fort opportuniste...

DSC06366 (Large)DSC06400 (Large)DSC06431 (Large)DSC06465 (Large)

J1 :

Sommet : 3200 m

Dénivelée : 950 m

Difficulté : 4.3, 200 mètres à 45° avec des passages étroits, puis 500 mètres à 40° de moyenne

J2 : 

Sommet : 3650 m

Dénivelée : 1400 m

Difficulté : 3.3

Zagros

localisation du massif du Zagros au sud-ouest de l'Iran

DSC06411 (Large)

l'itinéraire de montée en rouge, descente du premier jour dans le couloir de gauche et du second jour dans le couloir en S de droite

DSC06296 (Large)

dans la ville de Borujen au coeur des Zagros, vente des oranges qui viennent d'être cueillies quelques centaines de kilomètres plus au sud près du golfe Persique, là où le thermomètre flirte plus avec +25°C qu'avec les -10°C des matinées du Zagros

DSC06304 (Large)

J1 : départ du village de Sibak à 230 mètres, face à l'objectif du jour à l'arrière-plan (le couloir de gauche)

DSC06324 (Large)

construction de la tranchée de montée dans 60 cm de poudreuse tombée la veille, dure entrée en matière pour 2 Français peu entraînés et acclimatés !

DSC06334 (Large)

à 2800 m sur l'arête de montée devant le lac de Cheghakhor. Il est déjà 15h et on arrêtera la montée à 16h30 sans être parvenus au sommet...

DSC03718 (Large)

premier passage délicat de la descente, faite à vue une heure avant le crépuscule ([sic]), photo de Nicolas

DSC06357 (Large)

Nicolas dans le rétrécissement du couloir

DSC03735 (Large)

dans la poudreuse au-dessus du lac et des faces sud pelées, photo de Nicolas

DSC06382 (Large)

à l'entrée du splendide défilé final

DSC06390 (Large)

ambiance plâtrée et alpine par 30° de latitude nord...

DSC06392 (Large)

 

DSC06400 (Large)

dans le canyon de calcaire 

DSC06411 (Large)

à l'arrivée au village, devant le couloir qui vient d'être skié à gauche de la face

DSC06431 (Large)

J2 : on reprend la trace de montée de la veille, peu motivés par de nouveaux travaux de terrassement... à droite les traces de descente de la veille en bas du couloir et de son canyon final. L'objectif est cette fois de sortir au sommet !

DSC06437 (Large)

à la montée à 2700 m

DSC06447 (Large)

à 2900 m

DSC06449 (Large)

à 3100 m

DSC06465 (Large)

à 3300 m après une courte portion mixte en crampons sur l'arête de montée

DSC06489 (Large)

au sommet à 3650 m, à droite le village du départ

DSC06493 (Large)

dans la poudreuse de la croupe sommitale

DSC06499 (Large)

en haut du couloir en S, 1200 m au-dessus du lac

DSC03825 (Large)

dans le couloir en S, photo de Nicolas

DSC03849 (Large)

photo de Nicolas

DSC03886 (Large)

dans le bas du canyon final, photo de Nicolas

DSC06603 (Large)

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 20:46

Le 17 février 2014

Alors que la tempête déposera environ 60 cm de poudreuse en montagne, journée de transition au départ de Shiraz sur les routes d’Iran, en direction du massif du Zagros.

On fera escale à Ispahan, l’occasion de visiter 10 ans après sa découverte la splendide place de l’imam et ses mosquées de faïence bleue, toujours beaucoup d’émotion sur cette immense place qui rassemble quelques-uns des plus beaux monuments de l’art islamique, d’autant plus que les touristes se font aussi rares que 10 ans plus tôt !

DSC06200 (Large)DSC06206 (Large)DSC06242 (Large)DSC06251 (Large)

 

DSC06200 (Large)

la mosquée du Cheikh Loftallah sur la splendide place de l'Imam

DSC06206 (Large)

détail du dôme au crépuscule

DSC06226 (Large)

détail des mosaïques de céramique de la mosquée de l'Imam

DSC06242 (Large)

la grande coupole de la moquée de l'Imam

DSC06251 (Large)

les minarets entourant le portail de la moquée de l'Imam

DSC06272 (Large)

 

DSC06291 (Large)

dans la cour intérieure de l'hôtel

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens