8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 19:25

Les 6 et 7 août 2016

Un superbe tour, exigeant physiquement avec ses 3600 m de dénivelée, dont plus de 2200 m de montée le premier jour, pour ma seconde sortie VTT de montagne et après mes débuts sur 2 roues il y 4 mois. Des lacs aux couleurs variées, des névés, des prairies fleuries, des sommets aux allures dolomitiques, la quintessence de la moyenne montagne à portée de roues, avec des descentes toujours roulantes, voire superbes comme le col du Vallon versant sud, mais qui se méritent avec des montées presque intégralement en poussage et portage...

Itinéraire : Névache - refuge des Drayères - col de la Plagnette - pas des Griffes - col des Marches - refuge des Marches - col des Bataillères - col de la vallée étroite - lac du Peyron - col des Méandes - Prat du Plan - col du Vallon - Névache

Dénivelée :

J1 : 2250 m (1600-2550-2150-2550-2000-2200-2100-2750-2200-2250)

J2 : 1400 m (2250-2800-2350-2450-2400-2700-2200-2650-1600)

J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond
J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond
J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond
J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond
J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond

J1 : de Névache au col de la Plagnette, en passant par le lac de la Clarée et le lac Rond

J1 : descente du col de la Plagnette, ça roule plutôt bien sous l'Aiguille Noire
J1 : descente du col de la Plagnette, ça roule plutôt bien sous l'Aiguille Noire

J1 : descente du col de la Plagnette, ça roule plutôt bien sous l'Aiguille Noire

J1 : remontée au Pas des Griffes, face aux Ecrins
J1 : remontée au Pas des Griffes, face aux Ecrins
J1 : remontée au Pas des Griffes, face aux Ecrins

J1 : remontée au Pas des Griffes, face aux Ecrins

J1 : descente est du Pas des Griffes, bien roulante sauf en son milieu
J1 : descente est du Pas des Griffes, bien roulante sauf en son milieu

J1 : descente est du Pas des Griffes, bien roulante sauf en son milieu

J1 : éclaircies et brouillard dans la montée au col des Marches, déjà près de 2200 de dénivelée ascendante au compteur
J1 : éclaircies et brouillard dans la montée au col des Marches, déjà près de 2200 de dénivelée ascendante au compteur

J1 : éclaircies et brouillard dans la montée au col des Marches, déjà près de 2200 de dénivelée ascendante au compteur

J1 : descente du col des Marches, au-dessus du lac de Bissorte

J1 : descente du col des Marches, au-dessus du lac de Bissorte

J2 : vues sur les sommets de Vanoise et de Maurienne dans la montée au col des Bataillères
J2 : vues sur les sommets de Vanoise et de Maurienne dans la montée au col des Bataillères

J2 : vues sur les sommets de Vanoise et de Maurienne dans la montée au col des Bataillères

J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc
J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc
J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc
J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc
J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc

J2 : montée au col des Bataillères, au-dessus du lac éponyme et sous les tours du Cheval Blanc

J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs
J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs

J2 : dans la très belle descente, technique mais roulante, du col des Bataillères vers le refuge du Mont Thabor, parmi prairies et lacs

J2 : remontée au col des Méandes, sous les reliefs dolomitiques du Grand Séru
J2 : remontée au col des Méandes, sous les reliefs dolomitiques du Grand Séru

J2 : remontée au col des Méandes, sous les reliefs dolomitiques du Grand Séru

J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan
J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan
J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan
J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan
J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan

J2 : dans la belle descente, roulante sauf sur sa fin, du col des Méandes vers le Prat du Plan

J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin
J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin

J2 : dernière et plus belle descente du raid, celle du col du Vallon, roulante, variée et esthétique du début à la fin

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 16:59

Le 4 août 2016

Journée de kayak au départ de Bandol vers les criques du rocher de la Galère et du port d’Alon, sur une côte moins grandiose que celle des célébrissimes calanques plus à l’ouest mais aussi plus verte avec la pinède qui vient souvent lécher la côte. A noter tout de même de belles portions sous les falaises colorées immédiatement au sud du rocher de la Galère, sur les eaux translucides entourant ce dernier, et surtout la découverte sans recherche spécifique de la grotte marine d’Alon, accessible en plongée au bout d’un siphon d’une dizaine de mètres ou à pieds par l’escalade facile d’un ressaut rocheux. On pourra donc explorer ce lac intérieur aux eaux fluorescentes qui rappelle beaucoup la grotte du Capelan à Sormiou, les spits en moins mais le rocher multicolore en plus !

près de l'île rousse

près de l'île rousse

entre la pointe des Engraviers et la Galère
entre la pointe des Engraviers et la Galère
entre la pointe des Engraviers et la Galère
entre la pointe des Engraviers et la Galère
entre la pointe des Engraviers et la Galère

entre la pointe des Engraviers et la Galère

la côte près du port d'Alon
la côte près du port d'Alon
la côte près du port d'Alon

la côte près du port d'Alon

la magnifique grotte marine d'Alon
la magnifique grotte marine d'Alon
la magnifique grotte marine d'Alon
la magnifique grotte marine d'Alon
la magnifique grotte marine d'Alon

la magnifique grotte marine d'Alon

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 16:55

Les 2 et 3 août 2016

Petites sessions de plongée en masque et tuba lors de virées sur les plages des Sablettes à Fabregas ou du Cap Rousset à Carry-le-Rouet, l’occasion de tester à nouveau le caisson étanche récemment investi. La meilleure optique ne permet toujours pas de faire poser les girelles paons devant l’objectif, un vrai défi décidément pour un apnéiste de saisir les couleurs chatoyantes de ces petits poissons toujours surexcités !

les insaisissables girelles
les insaisissables girelles
les insaisissables girelles

les insaisissables girelles

saupes et dorades, plus flegmatiques
saupes et dorades, plus flegmatiques
saupes et dorades, plus flegmatiques

saupes et dorades, plus flegmatiques

31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 20:40

Le 31 juillet 2016

Retour dans la grotte des Tablettes, temple de l’escalade dite en « deep water solo », là où l’on grimpe au-dessus de l’eau, le plaisir de l’escalade libre sans baudrier et corde, quand la configuration de la paroi et des fonds marins permet des chutes à l’eau sans risque… La grotte s’atteint par une jolie traversée depuis l’anse de Ferrand sur une alternance de conglomérat coloré à gros galets et de grès, au-dessus des trottoirs d’algues incrustantes. Elle propose de belles lignes déversantes sur des strates de grès et de poudingue, une escalade aussi belle que son cadre sauvagissime…

le profil déversant de la grotte

le profil déversant de la grotte

sur le mille -feuilles géologique

sur le mille -feuilles géologique

anémone de mer

anémone de mer

les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte
les traversées dans la grotte

les traversées dans la grotte

sur, ou plutôt sous un toit
sur, ou plutôt sous un toit

sur, ou plutôt sous un toit

une traversée intégrale de la grotte presque réussie !
une traversée intégrale de la grotte presque réussie !

une traversée intégrale de la grotte presque réussie !

30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 17:42

Le 30 juillet 2016

plage de l'Arène
plage de l'Arène
plage de l'Arène
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 14:25

Séance de trail sur le sentier littoral de la côte bleue entre le tunnel du Resquiadou côté Estaque et la calanque de Méjean à Ensuès. Le parcours, presque toujours juste au-dessus de la mer, offre donx de très beaux points de vue sur une côte rocheuse bien découpée et variée entre le calcaire blanc de La Vesse ou le grès orangé de Méjean, agrémentée de superbes calanques encore sauvages comme celles de Figuerolles ou de l’Erevine. C’est parfois roulant sur de rares portions planes et terreuses, plus souvent cassant et technique sur des sentiers raides et étroits taillés dans le rocher, si bien que la baignade dans les eaux fluorescentes de la grotte marine de Méjean sera appréciée après l’heure et demi de trail !

entre le Resquiadou et la Vesse
entre le Resquiadou et la Vesse
entre le Resquiadou et la Vesse

entre le Resquiadou et la Vesse

vers la calanque de Figuerolles
vers la calanque de Figuerolles

vers la calanque de Figuerolles

entre Niolon et l'Erevine, avant la première baignade
entre Niolon et l'Erevine, avant la première baignade
entre Niolon et l'Erevine, avant la première baignade
entre Niolon et l'Erevine, avant la première baignade

entre Niolon et l'Erevine, avant la première baignade

entre l'Erevine et Méjean, c'est plus sympa que des tours de stade...
entre l'Erevine et Méjean, c'est plus sympa que des tours de stade...

entre l'Erevine et Méjean, c'est plus sympa que des tours de stade...

pause sportive et solaire dans la grotte marine de Méjean
pause sportive et solaire dans la grotte marine de Méjean

pause sportive et solaire dans la grotte marine de Méjean

28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 07:37

Le 27 juillet 2016

Voie "carte postale", 3 longueurs, équipé, 6b max

6b/6a/6b à mon sens

Soirée d’escalade au-dessus des Goudes, sur la falaise située entre les grottes de l’Ermite et de Saint-Michel d’eau douce. La voie « carte postale » offre 3 longueurs soutenues dans le 6a, avec 2 pas un peu plus durs au milieu des première et dernière longueurs, avec une vue permanente sur l’enfilade du village des Goudes, de l’île de Maïre et du phare du Planier. Une vraie image d’Epinal des calanques et une jolie perspective, complétée pour le grimpeur de tête du second dans les traversées, qui donne tout son sens au nom de l’itinéraire ! Si les chaussons en prennent plein les yeux, leur gomme n’est pas reste avec de beaux passages en dalle et en traversée sur un rocher très sculpté et abrasif malgré son orientation nord. A noter en particulier une traversée horizontale un peu impressionnante au-dessus d’un dévers et obligatoire au début de L2, heureusement que les crougnes encore non patinées laissent la cotation dans le 6a !

De nouveaux rappels équipés au-dessus de la grotte de l’Ermite permettent une descente rapide au pied de la voie, avec un second et dernier rappel en fil d’araignée dans l’ouverture de la grotte absolument splendide dans ce paysage de… carte postale !

dans le pas dur de L1

dans le pas dur de L1

traversée panoramique à la fin de L1
traversée panoramique à la fin de L1
traversée panoramique à la fin de L1

traversée panoramique à la fin de L1

la traversée au début de L2
la traversée au début de L2
la traversée au début de L2

la traversée au début de L2

dans L3

dans L3

au départ des rappels de la grotte de l'Ermite

au départ des rappels de la grotte de l'Ermite

carte postale dans les rappels
carte postale dans les rappels

carte postale dans les rappels

derniers embrasements vers la côte bleue ([sic])

derniers embrasements vers la côte bleue ([sic])

24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 19:40

Le 24 juillet 2016

Jaune, puis les 3 oeufs de la mouette inquiète, sortie par rêve de pierre, 7 longueurs, équipé, 6b max

6a+ puis à mon sens 6a/5c+/5c+/5c/6b/6a

Journée d’escalade à Castelvieil au départ de la route du col de la Gineste, le col de la Gardiole étant comme chaque été fermé au trafic routier. On choisit donc de réaliser l’approche en vélo, bien nous en a pris avec une métamorphose de la longue et trop connue approche pédestre par le fond du vallon d’En Vau en une session de VTT panoramique et roulant face à la mer… Un tour de clé donné sur le cadenas et nous voilà pour une approche également inédite du plateau suspendu de Castelvieil : on remplace la cheminée classique patinée et malcommode d’accès par la très belle longueur de « jaune », un 5c aux allures de 6a++, de la belle escalade sur un éperon compact situé sur la crête de Castelvieil, à cheval entre les calanques d’En Vau et de l’Oule, seulement strié d’une fissure oblique rendant les 15 mètres de grimpe aussi bien physique que technique… Une fois sur le plateau, les 3 rappels classiques mènent rapidement au pied de la voie récemment équipée « les 3 œufs de la mouette inquiète », (encore) 3 belles longueurs situées juste à droite de la voie « rêve de pierre ». On alterne dans un niveau homogène dans le 5sup dalle et cheminée pour rejoindre la vire Ramond et les 3 dernières longueurs de la bien-nommée « rêve de pierre », sur un caillou qui tend vers le fantasme des grimpeurs des calanques : du calcaire blanc souvent très compact, suspendu 100 mètres au-dessus du bleu intense de la calanque, et parfois ciselé en gouttes d’eau et en taffonis, juste assez pour laisser l’escalade dans des cotations proches du 6a, à l’exception de quelques mètres très bien protégés à la fin de L5. Au final une très jolie combinaison donc, servie par des températures finalement agréables, que ce soit à l’ombre de « jaune » ou des « 3 œufs de la mouette inquiète », ou au soleil bien ventilé de "rêve de pierre".

durant la montée du col de la Gineste

durant la montée du col de la Gineste

vue sur la dentelle blanche et verte d'En Vau, et les eaux turquoise de la calanque
vue sur la dentelle blanche et verte d'En Vau, et les eaux turquoise de la calanque

vue sur la dentelle blanche et verte d'En Vau, et les eaux turquoise de la calanque

dans la fissure de "jaune"
dans la fissure de "jaune"
dans la fissure de "jaune"

dans la fissure de "jaune"

dans les rappels de "bleu"

dans les rappels de "bleu"

L1 des "3 oeufs de la mouette inquiète"
L1 des "3 oeufs de la mouette inquiète"

L1 des "3 oeufs de la mouette inquiète"

L2 en cheminée presque fermée

L2 en cheminée presque fermée

L3 des "3 oeufs de la mouette inquiète"
L3 des "3 oeufs de la mouette inquiète"
L3 des "3 oeufs de la mouette inquiète"

L3 des "3 oeufs de la mouette inquiète"

L4 de "rêve de pierre", un 6b aux allures de 5c qui se fait sentir (indûment) fort
L4 de "rêve de pierre", un 6b aux allures de 5c qui se fait sentir (indûment) fort
L4 de "rêve de pierre", un 6b aux allures de 5c qui se fait sentir (indûment) fort
L4 de "rêve de pierre", un 6b aux allures de 5c qui se fait sentir (indûment) fort

L4 de "rêve de pierre", un 6b aux allures de 5c qui se fait sentir (indûment) fort

la splendide L5 de "rêve de pierre", sa dalle éclatante de blancheur, ses taffonis et ses gouttes d'eau
la splendide L5 de "rêve de pierre", sa dalle éclatante de blancheur, ses taffonis et ses gouttes d'eau
la splendide L5 de "rêve de pierre", sa dalle éclatante de blancheur, ses taffonis et ses gouttes d'eau
la splendide L5 de "rêve de pierre", sa dalle éclatante de blancheur, ses taffonis et ses gouttes d'eau

la splendide L5 de "rêve de pierre", sa dalle éclatante de blancheur, ses taffonis et ses gouttes d'eau

L6 de "rêve de pierre"
L6 de "rêve de pierre"
L6 de "rêve de pierre"

L6 de "rêve de pierre"

au retour sur le plateau d'En Vau, face à l'orage qui gronde sur Cassis

au retour sur le plateau d'En Vau, face à l'orage qui gronde sur Cassis

24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 19:36

Du 19 au 21 juillet 2016

Après de nombreux déplacements professionnels au bord du lac Majeur retour en Italie, cette fois-ci dans les Apennins centraux et avec l’appareil photo ! Après un atterrissage à Rome au bord de la mer Tyrrhénienne on traverse la Botte sous le Gran Sasso, sommet des Apennins déjà gravi en 2004, avec de beaux points de vue sur le Paretone, les 1200 mètres de falaise de la face est du Corno Grande, encore encombré de névés dans les couloirs d’avalanche, pas mal pour une fin juillet, à 1700 mètres d’altitude, 50 km de l’Adriatique, à la latitude de Rome, par plus de 35°C à l’ombre. .. C’est dire à quel point les hivers sont humides ici, le vert éclatant des prairies en montagne peut encore en témoigner en plein été !

On rejoint ensuite la magnifique ville d’Asconi Piceno, à 15 km de l’Adriatique, avec son architecture médiévale et Renaissance exclusivement à base de travertin. Il faudra donc revenir profiter en randonnée pédestre, à skis, ou en canyonisme, de ce sauvage massif des Abruzzes encore peuplé d’ours et de lynx…

le Vatican durant l'approche de Fiumicino

le Vatican durant l'approche de Fiumicino

le centre historique d'Ascoli Piceno
le centre historique d'Ascoli Piceno

le centre historique d'Ascoli Piceno

les Abruzzes et la face est du Corno Grande, 1200 mètres de paroi !
les Abruzzes et la face est du Corno Grande, 1200 mètres de paroi !

les Abruzzes et la face est du Corno Grande, 1200 mètres de paroi !

les salines de Berre au retour

les salines de Berre au retour

17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 20:51

Le 17 juillet 2016

Court mais impressionnant canyon situé dans les Bauges près du village de Lescheraines. En arrivant sur place, dans un paysage de moyenne montagne vert et bucolique, où les douces pentes du Semnoz se partagent entre praires et forêts, on imagine pas que le fond de vallée cache un encaissement impressionnant sous le bien-nommé Pont du Diable : la vallée se rétrécit au passage d’une couche de calcaire jusqu’à former un canyon extrêmement encaissé et sombre, large de moins d’un mètre sur une quinzaine de mètres de longueur. Sur quelques centaines de mètres le parcours alterne vasques, pans inclinés et cascades dans une ambiance sombre et bruyante presqu’oppressante, avant que d’un coup le canyon s’ouvre à nouveau. Couleurs, lumières, rappels parfois convertissables en sauts et toboggans (attention au débit et aux arrivées sous cascades…) assurent l’intérêt sportif et esthétique tout du long, avec en point d’orgue un superbe passage sur cordes fixes qui se pratique commodément en opposition, c’est dire l’étroitesse du canyon sur certaines portions ! Un petit bijou donc à qui il ne manque que la longueur pour rivaliser avec des grands frères plus connus.

les premières cascades...
les premières cascades...

les premières cascades...

... et vasques sous le Pont du Diable
... et vasques sous le Pont du Diable

... et vasques sous le Pont du Diable

des rappels déportés de l'actif...
des rappels déportés de l'actif...

des rappels déportés de l'actif...

... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal
... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal
... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal
... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal
... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal
... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal

... comme les mains courantes dans l'encaissement maximal

jeux de lumières sur la fin du canyon...
jeux de lumières sur la fin du canyon...
jeux de lumières sur la fin du canyon...

jeux de lumières sur la fin du canyon...

... avant de retrouver le soleil
... avant de retrouver le soleil

... avant de retrouver le soleil

Rechercher