25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 20:40

Les 15 et 16 février 2014

Troisième voyage en Iran après ceux de 2003 et 2005, dans un pays magnifique où la réalité sur place diffère totalement de l’image véhiculée par les medias occidentaux. Un pays moderne et progressiste par rapport à ses voisins du golfe, où le voile imposé par les mollahs depuis la révolution islamique ne doit pas faire oublier que l’université, mixte, compte plus d'étudiantes que d'étudiants, ou que les femmes peuvent divorcer de leur propre initiative, bien loin donc de l’obscurantisme wahhabite des saoudiens, cf. la tribune récente de Régis Debray dans Le Monde :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/01/24/iran-impressions-de-voyage_4354089_3232.html

Un pays où le touriste rare bénéficie d’une gentillesse désintéressée et d’un accueil exceptionnel des locaux, où l’on se retrouve invité autour d’un plat ou d’un verre de thé, au restaurant ou à domicile, pour parler en toute liberté du régime des mollahs, de la guerre en Syrie ou de l’image de l’Iran à l’étranger…

Un pays aux écosystèmes d’une variété extraordinaire, de la jungle subtropicale de la mer Caspienne aux glaciers de l’Alborz, des dunes du désert du Dasht-e Kavir aux sommets verts du Zagros en passant pat les lacs salés du haut-plateau central.

Après la découverte des villes phares de la route de la soie en 2003 et les 10 jours d’alpinisme sur le Damavand et l’Alam Kuh de 2005, place en 2014 à un mélange de ski de rando et de tourisme dans le sud du Zagros, entre les villes d’Ispahan et de Shiraz.

Après la redécouverte des sites pré-islamiques de Perspépolis on ira goûter aux neiges perses dans la station de ski la plus au sud de l’hémisphère nord, invités par une charmante Iranienne et sa famille qui rappelle une fois de plus l'incroyable hospitalité Perse ! 

DSC06089 (Large)DSC06159 (Large)DSC06175 (Large)DSC06193 (Large)

 

DSC06086 (Large)

les tombeaux de Naqsh-e Rostam près de Persépolis

DSC06089 (Large)

 

DSC06108 (Large)

les fabuleuses ruines de Persépolis à une heure de route au sud de Shiraz

DSC06112 (Large)

l'art pre-islamique de l'empire perse achéménide

DSC06124 (Large)

 

DSC06128 (Large)

détail des bas-reliefs ornant les escaliers monumentaux

DSC06138 (Large)

 

DSC06148 (Large)

 

DSC06159 (Large)

 

DSC06160 (Large)

 

DSC06169 (Large)

la mosquée Vakil de Shiraz

DSC06175 (Large)

détail des faïences

DSC06177 (Large)

dans le bazar de Shiraz

DSC06184 (Large)

journée de ski à Pooladkaf (2800-3300), la station de ski sans doute la plus au sud de l'hémisphère nord par 30° de latitude nord !

DSC06190 (Large)

le télécabine récemment importé... de France

DSC06193 (Large)

sur les pistes avec Shadi et ses ami(e)s

DSC06198 (Large)

sur la route du retour à Shiraz (à 1h30 mn de Pooladkaf)

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:51

Partager cet article

Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:45

Le 6 février 2014

En ce début d'hiver exceptionnellement arrosé en Provence paysages insolites sur le plateau de Vitrolles, lieu de trail à la pause de midi.

Dans les canyons habituellement secs qui entaillent ce vaste plateau calcaire situé entre Vitrolles et Aix-en-Provence on trouve depuis maintenant plusieurs semaines torrents et cascades qui se fraient un lit dans le maquis d'épineux. 

Pendant ce temps l'enneigement des Alpes du sud continue des croître jusqu'à se rapprocher des valeurs record de la saison 2013, déjà 3m50 d'épaisseur sur les cîmes du Mercantour, encore loin des 6m50 actuellement relevés à 2000 mètres vers la frontière italo-slovène !

 DSC05912 (Large)

eaux vives au fond du canyon de Gourgoulousier

DSC05913 (Large)

 

DSC05917 (Large)

les couleurs du plateau de Vitrolles

DSC05921 (Large)

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 20:06

Le 9 février 2014

Parcours de la nouvelle voie "Abert", ouverte récemment par l'équipeur du même nom dans le secteur Draïoun des falaises soubeyrannes. Une jolie voie pas trop dure dans l'une des plus belles parties des falaises du cap Canaille, habituellement avare en grandes voies sous le niveau 7a. Là la difficulté ne dépasse jamais 6b+ et évolue le plus souvent vers le 6a/6a+, en se glissant au plus facile entre toits de grès, dalles de calcaire ou dévers de poudingue. Mais qu'on ne s'y trompe pas, la grimpe reste tout de même bien soutenue sur un rocher encore peu parcouru, et donc chipseux et souvent fragile... Il faudra faire d'autant plus attention que l'équipement n'est pas aussi serré que dans les itinéraires voisins, qui est plus avec des cotations plus sévères qu'ailleurs et quelques pas de 6a (comme le réta de L3)... corsés !

Quoi qu'il en soit un bel itinéraire accessible à des grimpeurs de petit 6, avec notamment de jolies L1 et L4.

DSC05937 (Large)DSC05969 (Large)DSC06018 (Large)DSC06046 (Large)

Voie Abert, 6 longueurs, 6b+max

6a/6b+/6a/6a+, demi-tour en rappels à la fin de L4 vu l'horaire tardif

DSC05933 (Large)

au départ du parking du belvédère

DSC05937 (Large)

dans la très belle L1 sur feuilles de grès déversants

DSC05969 (Large)

sur le nid d'abeille au départ de L2

 

DSC05975 (Large)

 

DSC05983 (Large)

dans le passage en dalle en 6b+

DSC06010 (Large)

dans L3    

DSC06018 (Large)

départ dans la belle cheminée de L4

DSC06026 (Large)

ambiance soubeyranne entre calcaire 3D et toits de conglomérat

DSC06030 (Large)

 

DSC06036 (Large)

 

DSC06040 (Large)

 

DSC06046 (Large)

fin de L4 sur poudingue

DSC06050 (Large)

 

DSC06056 (Large)

premier des 2 rappels de descente

DSC06060 (Large)

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 19:47

Le 2 février 2014

Retour sur l’éperon ouest de l’Eissadon 4 ans après son premier parcours. Les éclaircies promises par Météo France feront long feu, pas de quoi nous réchauffer durant cette après-midi nuageuse et frisquette et sur une arête finalement un peu exposée au mistral. Les doudounes et polaires ne pourront rien pour les quelques passages mouillés des pluies de la nuit, par exemple au départ du dièdre terminal en 5c !

L’escalade peu soutenue offre quelques beaux mais courts passages grimpants comme le Dulfer de L3 ou le dièdre de L6,entre de longues sections faciles en rocher parfois délité.

Une belle journée de calanquisme malgré tout, avec la marche d’approche à travers garrigue et caillou blanc et l’escalade sur un éperon perché au-dessus de la calanque de l’Eissadon face à l’aiguille éponyme. Et puis le soleil, après nous avoir ignorés toute la journée, nous gratifiera d’un superbe crépuscule nuageux flamboyant à souhait, un bouquet final de rouges après une journée dominée par les gris.

DSC05892 (Large)

DSC05839 (Large)DSC05906 (Large)

7 longueurs, équipé, 5c max

5b/4c/5c/4c/4c+/5c/5b+

DSC05799 (Large)

une cordée dans "et la mer profonde et bleue"

DSC05808 (Large)

dans L2

DSC05827 (Large)

sur une portion facile

DSC05839 (Large)

sur l'éperon devant l'aiguille de l'Eissadon

DSC05854 (Large)

dans les dernières longueurs

DSC05868 (Large)

 

DSC05872 (Large)

 

DSC05892 (Large)

les falaises du cap Canaille aux derniers rayons

DSC05902 (Large)

crépuscule au col de la Gardiole

DSC05906 (Large)

Partager cet article

Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 18:14

Le 1er février 2014

Demi-journée de grimpe sur la falaise du Cancéou après un accès rapide en rappel depuis la calanque de Morgiou, sur un court créneau météo entre le défilé de perturbations de flux de sud de ce début d’hiver très arrosé en Provence! Le ciel bleu du matin ne tiendra pas longtemps ses promesses et ne suffira pas en tout cas à sécher la première longueur en 6b de la voie de la Mouiette, dont la fissure encore trempée nous oriente vers la voie de l’aube. On louvoiera donc entre les voies de l'aube et du levant, relativement homogènes avec une escalade à l’ancienne en fissures et dalles sur un rocher tout en rondeurs.

Combinaison des voies "l'aube" et "le levant" à partir de leur cinquième longueur

4 longueurs, équipé, 6b max

6b/5c/6a+/6

DSC05753 (Large)

sur la vire d'approche avant le rappel

DSC05757 (Large)

au départ du rappel d'accès

DSC05761 (Large)

près du départ de l'escalade, devant la belle falaise du Cancéou

DSC05765 (Large)

dans L5 de "l'aube"

DSC05775 (Large)

dans L5 du levant

DSC05786 (Large)

arrivée au sommet avec les nuages...

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:37

Le 26 janvier 2014

Journée de ski de couloir au départ du col de Larche, vers la face sud de la tête de Moïse striée de beaux couloirs qui s’immiscent entre les tours rocheuses. Le vent tempétueux qui chasse rapidement la couverture nuageuse de l’aurore rappelle la journée de vendredi passée à combattre les bourrasques, et donnera à la montée dans le vallon de  l’Orrenaye un caractère d’expédition polaire, sur une neige balayée par le blizzard et face aux crêtes fumantes du Mercantour Italien. Les petites Dolomites de la face sud de la tête de Moïse succèderont ensuite à la banquise, et c'est sur une bande de neige croûtée mais stable que nous cramponnerons pour  atteindre le sommet du couloir à plus de 3000 mètres. Le vent ne nous laissera pas admirer trop longtemps le panorama grand large au sud et à l’est, et la descente se fera très précautionneusement, difficile d’enchaîner sur une croûte de neige lunatique qui prend un malin plaisir à casser ou non à chaque virage sauté…

Pas de grand ski donc aujourd’hui, à l’instar du mini-raid des 2 journées précédentes, mais une superbe ambiance alpine dans un couloir encaissé dans une forêt d’aiguilles calcaires.

DSC05651 (Large)DSC05719 (Large)DSC05641 (Large)DSC05699 (Large)

Antécime ouest de la tête de Moïse par le couloir sud depuis le col de Larche

Sommet : 3050 m

Dénivelée : 1100 m

Difficulté : 4.2, environ 200 m à 40°

DSC05609 (Large)

au départ devant la tête de Fer

 

DSC05617 (Large)

dans le vallon de l'Orrenaye sous la face ouest de la tête de Moïse dans la tempête

 

20140126 093003 (Large)

ambiance blizzard à 2400 mètres, photo de Laurent

 

DSC05637 (Large)

les crêtes du Mercantour Italien noyées dans la tempête de vent

 

DSC05641 (Large)

à 2800 m devant le rocher stratifié de la base du couloir sud

 

DSC05651 (Large)

à pieds sous les murailles de Moïse

 

DSC05655 (Large)

 

DSC05683 (Large)

 

DSC05693 (Large)

arrivée au sommet du couloir à 3050 m

 

DSC05699 (Large)

 

20140126 113327 (Large)

photo de Laurent

 

DSC05701 (Large)

premiers virages en haut du couloir sud

 

DSC05709 (Large)

en bas du couloir

 

20140126 123203 (Large)

photo de Laurent

 

DSC05719 (Large)

 

DSC05723 (Large)

sous les magnifiques flammes de pierre de la face sud de la tête de Moïse

 

DSC05729 (Large)

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:33

Les 24 et 25 janvier 2014

Petit raid à skis autour du Brec de Chambeyron dans l’Ubaye, un circuit jamais raide et relativement peu skiant mais adapté aux conditions nivo-météorologiques délicates, avec un vent de nord-ouest tempétueux le vendredi et fort le samedi. On trouvera ainsi des croupes nord et ouest complètement déneigées mais des combes est et sud chargées de neige rapportée, avec donc des plaques à vent en formation dans ces orientations. Après une montée au départ du joli village de Fouillouse et le passage du col de la Couletta dans le vent, l’arrivée au refuge d’hiver de Chambeyron apportera un peu de répit, vite tempéré par la montre-thermomètre qui affiche un revigorant -5°C DANS le refuge. On se consolera en disant que c’est toujours mieux que les -15°C et 100 km/h de vent à l’extérieur, puis en allumant le poêle qui permettra d’atteindre des températures positives dans un petit cercle autour. La nuit dans une température de freezer se passera finalement très bien sous la tempête qui continuera jusqu’au petit matin à s’acharner sur le refuge.

Le lendemain le vent en atténuation permettra un peu de farniente à l’abri du vent dans les versants sud du col de la Gypière et de Stroppia, et c’est finalement  sans gelures mais avec un visage brûlé par le soleil que ce mini-raid s’achèvera !

DSC05481 (Large)DSC05600 (Large)DSC05431 (Large)DSC05449 (Large)

Tour du brec de Chambeyron au départ de Fouillouse par les cols de la Gypière et de Stroppia

J1 : 1900-2750-2600

J2 : 2600-2950-2600-2850-1900

Difficulté : 2.3

DSC05425 (Large)

vue vers les crêtes fumantes du Massour et de Rocca Blanca au départ

 

DSC05431 (Large)

dans le village de Fouillouse dominé par la sentinelle du Brec de Chambeyron 1500 mètres plus haut

 

DSC05435 (Large)

le cimetière de Fouillouse

 

DSC05445 (Large)

ambiance à la Samivel avec les aiguilles de la Meyna sortant des nuées

 

DSC05449 (Large)

à 2500 mètres devant le Massour

 

DSC05481 (Large)

à 2750 m, au pas de la Couletta devant le Brec

 

DSC05483 (Large)

vue vers Vallon Claous en pleine tempête

 

DSC05491 (Large)

dans la courte descente vers le refuge de Chambeyron

 

DSC05505 (Large)

 vue vers l'ouest au crépuscule depuis le refuge...

 

DSC05507 (Large)

... vue vers l'est et le brec de Chambeyron 2 heures plus tard

 

DSC05513 (Large)

dans le freezer du refuge (-5°C)...

 

DSC05527 (Large)

départ du refuge le lendemain matin (après une soirée éclairée à l'électricité photovoltaîque !)

 

DSC05531 (Large)

descente du vallon sud du col de la Gypière

 

DSC05537 (Large)

la photo est trompeuse, on aura plus cassé la croûte que godillé dans la poudreuse...

 

DSC05539 (Large)

vue vers le refuge-bivouac Barenghi devant son arche

 

DSC05562 (Large)

à la descente du versant ouest du col de Stroppia

 

DSC05580 (Large)

dans le vallon de plate Lombarde devant la combe ouest du Massour

 

DSC05594 (Large)

au gîte de la Condamine un peu plus tard, on profite du chauffage et du crépuscule rosé sur la tête de Cuguret

 

DSC05600 (Large)

 

DSC05601 (Large)

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 09:30

Le 18 janvier 2014

Retour dans la grotte du Draïoun en ce WE de pluies et d’inondations qui nous fait trouver abri et chauffage (la cavité affiche une température proche de 20°C constante toute l’année) dans le plus beau réseau spéléologique du cap Canaille. Les vires d’accès et les puits équipés de cordes fixes dans le cadre d’une étude scientifique en cours rendent l’approche très rapide, et c’est en 45 minutes que nous parvenons au porche d’entrée, et en 20 minutes de plus au « camp de base », après un premier méandre qui n’a plus de secrets pour moi après 4 explorations de la grotte. On ne trouvera toujours pas durant cette tentative la sortie du méandre de l’arrache-esquigne, oppressant avec sa galerie en forme d’entaille, large de moins d’un mètre mais profonde de parfois plus de 10 mètres, et longue de plusieurs centaines de mètres. La progression s’y fait en opposition un pied de chaque côté sur des prises ou des corniches glissantes, à des hauteurs dépendant de la largeur de la fente, avec des portions d’escalade, désescalade ou de contorsionnements dans les chatières qui rendent le parcours exposé et parfois pénible, sous un souffle raccourci par l’oxygène rare et le dioxyde de carbone riche de cette cavité presque fermée.

On aura en tout cas pu retourner dans la magnifique galerie concrétionnée accessible sans peur ce jour grâce aux cordes fixes sécurisant la traversée exposée après le premier grand puits de 20 mètres.

Les choux-fleurs et aiguilles d’aragonite y poussent à profusion, avec même des bouquets d’excentriques tridimensionnelles d’une finesse extrême (jusqu’à 10 cm de long pour quelques millimètres d’épaisseur). Au-delà de l’esthétisme, des descentes de puits et des remontées sur corde, on retourne en enfance à se faufiler en rampant dans les chatières ou à rechercher la sortie d'un labyrinthe sans peur de se rouler dans la poussière ! Ce bain de jouvence (qui tourne parfois au bain de boue) permet un voyage au centre du caillou bien-nommé quand on a nourri son imaginaire de gamin des romans de Jules Verne.

Reste à retourner dans la grotte une sixième fois pour (enfin) trouver la sortie du dédale du méandre…

DSC05365 (Large)DSC05349 (Large)DSC05372 (Large)DSC05299 (Large)DSC05315 (Large)DSC05355 (Large)

 

DSC03000 (Large)

au départ de la vire d'accès, photo de Nicolas

 

DSC05279 (Large)

sur la vire d'accès

DSC05283 (Large)

les calanques sous le ciel plombé

DSC03009 (Large)

dernière longueur jusqu'au porche d'accès, photo de Nicolas

DSC05285 (Large)

vue depuis le porche d'accès

DSC05289 (Large)

au "camp de base"

DSC05293 (Large)

sur les corniches avant le premier puits

DSC05297 (Large)

dans la galerie juste après le premier puits de 20 mètres

DSC05299 (Large)

détail des stalactites

DSC05301 (Large)

dans la très belle galerie concrétionnée après le puits de 20 mètres

DSC05307 (Large)

dans les concrétions multicolores

DSC05313 (Large)

les bouquets d'excentriques de calcaire, la goutte d'eau donne l'échelle !

DSC05315 (Large)

sous le plafond d'épées de Damoclès

DSC05320 (Large)

passage en désescalade dans le long et délicat méandre

DSC05326 (Large)

demi-tour dans le méandre après 2 heures de recherche infructueuse de la sortie...

DSC05346 (Large)

première remontée sur cordes

DSC05349 (Large)

retour dans le décor baroque de la galerie supérieure

DSC05351 (Large)

 

DSC05355 (Large)

entre choux-fleurs et draperies

DSC05360 (Large)

 

DSC05365 (Large)

des formes aussi variées que les couleurs

DSC05372 (Large)

les oursins d'aragonite    

DSC05376 bis (Large)

 

DSC05377 (Large)

 

DSC05381 (Large)

vue de détail de la pelouse de calcaire, à noter l'excentrique en boucle en bas à droite

DSC05388 (Large)

seconde remontée sur cordes

DSC05390 (Large)

 

DSC05398 (Large)

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 19:04

Le 12 janvier 2014

Journée de ski de randonnée dans le massif des Cerces au départ du pont de l’Alpe.

Vu les températures actuelles et les risques d’avalanches encore importants en versants froids on s’oriente vers des expositions sud, en visant la neige transformée, et le couloir sud de Roche Colombe nous offrira effectivement des conditions de neige de printemps. La montée sur chemin damé par le passage nous amène vite aux pentes sud de Roche Colombe qui se raidissent en menant au couloir final, où l’ambiance s’avère magnifique entre les gendarmes et sous les falaises de calcaire de Cerces, le tout face aux glaciers de la Meije. Le grand plateau sommital atteint à pieds tranche avec les lignes fuyantes des couloirs et falaises d’accès, et offre un panorama grand large sur le massif du Pelvoux.

La branche de gauche du couloir sommital, qui nous semble en neige plus douce que la branche de droite, se négociera finalement à la descente avec un déchaussage en pleine pente pour éviter de gratonner sur le caillou mis à nu par les précédents passages. Après cet exercice de pose et de dépose de crampons, la suite de la descente se déroulera en grandes ou (surtout) petites courbes sur une neige poudreuse à l’abri du soleil ou transformée (un poil trop cuite), avec quelques courts intermèdes plus croûtés entre ces 2 Graal du randonneur à skis. 11 heures semble d’ailleurs constituer actuellement le meilleur créneau pour profiter en versant sud d’une neige revenue à point, prête pour dégustation en godille…

DSC05233 (Large)DSC05193 (Large)DSC05209 (Large)DSC05250 (Large)

link

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 1100 m

Difficulté : 4.2, 200 mètres à 40° avec sortie à 45°

DSC05161 (Large)

au départ du pont de l'Alpe

DSC05165 (Large)

arrivée au soleil à 2300 m

DSC05169 (Large)

devant la forteresse de calcaire de la face sud de Roche Colombe

2014-01-12 10.07.23 (Large)

photo de Laurent

DSC05193 (Large)

début du portage à la base du couloir sud

2014-01-12 10.09.28 (Large)

photo de Laurent

DSC05199 (Large)

à mi-couloir face aux Agneaux

DSC05209 (Large)

au col 2738 face à la Meije

DSC05217 (Large)

sur le plateau sommital de Roche Colombe

DSC05233 (Large)

descente en crampons de la branche de gauche du couloir, à l'étroiture inskiable

DSC05245 (Large)

premiers virages entre les gendarmes de calcaire

DSC05250 (Large)

 

DSC05253 (Large)

une belle ambiance minérale

DSC05269 (Large)

sur la moquette du bas de la face

DSC05273 (Large)

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens