14 avril 2022 4 14 /04 /avril /2022 17:39

Le 14 avril 2022

Itinéraire : glacier du Bouchet sous le col Pierre Lory - col Pierre Lory - point coté 3312 sur l'arête sud-est de la Pointe Rénod - glacier de Chavière jusqu'au col de Thorens

Sommet : 3300 m sous la pointe Rénod

Dénivelée : 550 m (3100-3150-2950-3300-2950-3100)

Difficulté : 2.3

Le léger voile nuageux présent depuis lundi soir et ses poussières sahariennes ont disparu, et le ciel dégagé de la nuit a permis un bon regel nocturne jusqu'à basse altitude ce jeudi. J’en profite durant cette courte escapade à la pause de midi sur le glacier de Chavière, vers la pente nord-est de la Pointe Rénod, présumée en poudreuse.... et trouvée en poudreuse jusqu'à 3100 m, avec une transition directe vers de la neige de printemps bien décaillée à 13h. C’est donc du très bon ski de haut en bas sur ce versant sauvage invisible de Val Thorens, les beaux paradoxes du ski de randonnée près du « plus grand domaine skiable du monde » !

vue vers la partie nord du glacier de Chavière, désormais scindé en 2 et dont seule cette partie septentrionale mérite encore le terme de glacier

vue vers la partie nord du glacier de Chavière, désormais scindé en 2 et dont seule cette partie septentrionale mérite encore le terme de glacier

vue du point coté 3312 vers les Cerces à gauche et la Meije à droite, des souvenirs de VTT et d'alpinisme

vue du point coté 3312 vers les Cerces à gauche et la Meije à droite, des souvenirs de VTT et d'alpinisme

poudreuse sur la partie haute
poudreuse sur la partie haute

poudreuse sur la partie haute

moquette sur la partie basse

moquette sur la partie basse

vue d'ensemble de la descente et des traces

vue d'ensemble de la descente et des traces

boucle sur le glacier de Chavière
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 17:19

Le 11 avril 2022

Itinéraire : lacs du Borgne (atteints en hors-piste depuis le Mont du Vallon)- col du Borgne en aller-retour

Sommet : 3050 m

Dénivelée : 500 m (2550-3050)

Difficulté : 2.2

Première journée de cette semaine de ski en Tarentaise, ski de piste principalement mais avec des virées hors-pistes ou "free rando", pour lequel il conviendrait de trouver un mot français équivalent moins connoté marketing ou plutôt mercatique, sous un soleil triomphant toute la semaine en dépit d’un ciel parfois légèrement voilé mardi et mercredi.
La grosse chute de neige en altitude (au-dessus de 2200 m pour l’essentiel) de la fin de semaine précédente a bien amélioré l’enneigement faible de la saison 2022, et permettra du ski en poudreuse en versant froid, l’humidification gagnant au cours de la semaine des altitudes de plus en plus élevées, de 2500 m dimanche à 3000 m en milieu de semaine suivante. La course du lundi se fera donc sur une poudreuse encore assez légère et parmi déjà une dizaine de traces 48 h après la dernière chute de neige : aussi près de l’usine à skis des 3 vallées une (courte) approche en skis de randonnée n’est pas gage de tranquillité absolue !

vue du Mont du Vallon vers le glacier de Gébroulaz, pas mal ouvert mais traçé ce jour, au programme de la semaine (600 m de montée, 1700 m de descente !) !

vue du Mont du Vallon vers le glacier de Gébroulaz, pas mal ouvert mais traçé ce jour, au programme de la semaine (600 m de montée, 1700 m de descente !) !

au départ du hors-piste versant sud-ouest du Mont du Vallon, l'objectif à droite

au départ du hors-piste versant sud-ouest du Mont du Vallon, l'objectif à droite

vue du col du Borgne vers la Grande Casse et ses Grands Couloirs en glace cette année

vue du col du Borgne vers la Grande Casse et ses Grands Couloirs en glace cette année

à la descente, de la poudreuse (et des traces) versant nord jusqu'à 2500 m malgré la chaleur quasi-estivale
à la descente, de la poudreuse (et des traces) versant nord jusqu'à 2500 m malgré la chaleur quasi-estivale
à la descente, de la poudreuse (et des traces) versant nord jusqu'à 2500 m malgré la chaleur quasi-estivale

à la descente, de la poudreuse (et des traces) versant nord jusqu'à 2500 m malgré la chaleur quasi-estivale

le 12 avril, dans le hors-piste du lac du Lou depuis la Cime Caron, encore de la neige froide (mais trafolée) au-dessus de 2600 m

le 12 avril, dans le hors-piste du lac du Lou depuis la Cime Caron, encore de la neige froide (mais trafolée) au-dessus de 2600 m

9 avril 2022 6 09 /04 /avril /2022 20:00

Le 9 avril 2022

Voie "le grand dièdre", 3 longueurs, équipé, 5c+max

A mon sens 5c+(soutenu)/5c+(1 pas)/5b

Voie "banana slip/split", 3 longueurs, équipé, 5c+max

A mon sens 5a/5b(1 pas)/5a

Retour à Rumpe-Cuou, ce site unique de petites grandes voies sur des dalles lisses de calcaire blanc au-dessus de la grande bleue et face à l'île du Riou, le tout accessible facilement et rapidement en une petite heure depuis le parking de la barrière de Morgiou. Ces voies sur un rocher exceptionnel par ses formes (une dalle parfaitement lisse sur plusieurs dizaines de mètres) et ses couleurs (du blanc avec quelques dépôts brillants d'aragonite) sont en plus bien protégées du mistral modéré. Pour parfaire le panégyrique, l'escalade s'avère également belle par elle-même, par exemple dans la voie du "grand dièdre", du dièdre fissure soutenu sur 20 mètres avant une fin en dalle puis petit dévers, le tout très bien équipé !

Bref, ça vaut le coup de (ne pas) se "rumper le cuou" dans le secteur !

Sormiou

Sormiou

sur les cordes fixes d'accès au rappel du grand dièdre puis au départ du rappel
sur les cordes fixes d'accès au rappel du grand dièdre puis au départ du rappel

sur les cordes fixes d'accès au rappel du grand dièdre puis au départ du rappel

L1 du "grand dièdre"
L1 du "grand dièdre"
L1 du "grand dièdre"

L1 du "grand dièdre"

L2 du "grand dièdre"
L2 du "grand dièdre"

L2 du "grand dièdre"

L3 du "grand dièdre"

L3 du "grand dièdre"

L1 de "banana slip"

L1 de "banana slip"

L2 de "banana slip"
L2 de "banana slip"

L2 de "banana slip"

L3 de "banana slip"
L3 de "banana slip"

L3 de "banana slip"

3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 18:46

Le 3 avril 2022

Voie "Pepito", 3 longueurs, équipé, 6a+ max
5c/6a+ (1pas)/5c++ (soutenu, athlétique et un peu engagé)
Voie "le toboggan de la corniche", seconde partie, 3 longueurs, 6b+ max
6a/6a+/6b+(1 pas)

Retour sur la falaise de l’Oule et ses quelques voies équipées, à l’abri du mistral beaucoup moins puissant que la veille mais encore bien frais. Après « Pepita » quelques semaines plus tôt, place à «Pepito », moins long et difficile que son alter ego féminin. On trouve malgré tout durant ses 3 longueurs de l’escalade technique et surtout physique dans le style habituel des lieux : cheminées raides entre les bouffigues, fissures rondes, dièdres à oppositions dans du rocher blanc ou marron aux formes parfois baroques. Après un crux en Dulfer dans L2, c’est bien L3 qui s’avère la plus délicate à mon goût, avec sa longue envolée raide et parfois déversante à la recherche de points parfois parcimonieux.
La seconde voie du jour, la seconde partie du « toboggan de la corniche », retourne dans les valeurs sûres des calanques : du rocher blanc sculpté en gouttes d’eau, avec un crescendo de difficultés jusqu’au crux en 6b+ de L3. C’est de la grimpe variée en dalle, traversée, dièdre et fissure, très bien équipée, où l’on apprécie les quelques récentes sessions en salle qui permettent de tout enchaîner, à l’exception du pas de 6b+.
Enfin du vrai beau temps en Provence, après des semaines de flux d’est crasseux et vain (sans pluie ou presque) aux ciels dignes d’un film de collapsologie, auxquels le mistral a finalement rendu des lumières à la Cézanne !

dans les rappels du Styx

dans les rappels du Styx

L1 de "Pepito"

L1 de "Pepito"

L2 de "Pepito"
L2 de "Pepito"
L2 de "Pepito"
L2 de "Pepito"

L2 de "Pepito"

L3 de "Pepito"
L3 de "Pepito"
L3 de "Pepito"
L3 de "Pepito"
L3 de "Pepito"

L3 de "Pepito"

vue du Trou du Serpent vers En Vau

vue du Trou du Serpent vers En Vau

L1 du "toboggan de la corniche"
L1 du "toboggan de la corniche"
L1 du "toboggan de la corniche"

L1 du "toboggan de la corniche"

L2 du "toboggan de la corniche"
L2 du "toboggan de la corniche"
L2 du "toboggan de la corniche"

L2 du "toboggan de la corniche"

L3 du "toboggan de la corniche"
L3 du "toboggan de la corniche"
L3 du "toboggan de la corniche"

L3 du "toboggan de la corniche"

27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 18:14

Le 27 mars 2022

Séance d’escalade puis de randonnée pédestre au départ du site de couennes de Verduron au-dessus de l’Estaque. C’est une ancienne carrière désormais équipée d’une dizaine de lignes d’une quinzaine de mètres de haut, bien adaptée à de l’initiation, sur équipement abondant et dans des cotations allant du 3 au 5b.
On peut ensuite poursuivre la journée sur les sentiers menant au Canalet, un canal de dérivation du canal de Marseille construit au milieu du XIXième siècle, désormais non entretenu, asséché et tombant en ruines. On suit alors le chemin bien marqué longeant ce canal sur plusieurs kilomètres, profitant de vues panoramiques sur la rade de Marseille, dans une ambiance urbaine et industrielle juste au-dessus de l’Estaque, ses immeubles, sa ligne de chemin de fer et ses entrepôts. Sur son extrémité ouest le canal est taillé dans la falaise et la progression se fait sur une étroite corniche, de quoi rappeler (un tout petit peu) les levadas de Madère, avec la garrigue remplaçant la forêt pluviale…
La description de la balade ci-dessous :
https://marsactu.fr/chroniques/balade-insolite-le-long-du-canalet/

et un site riche en contenu patrimonial insolite dont est tiré cet itinéraire :

https://tourisme-marseille.com/

le site de couennes de Verduron au fond du vallon, sur une voie en 5b
le site de couennes de Verduron au fond du vallon, sur une voie en 5b

le site de couennes de Verduron au fond du vallon, sur une voie en 5b

sur la première moitié de la balade, sentier panoramique au-dessus de la rade et de quelques iris sauvages
sur la première moitié de la balade, sentier panoramique au-dessus de la rade et de quelques iris sauvages

sur la première moitié de la balade, sentier panoramique au-dessus de la rade et de quelques iris sauvages

le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !
le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !

le long du Canalet, dérivation du canal de Marseille construite au milieu du XIXième siècle, ambiance Madère sur ce canal à flanc de falaise !

27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 18:00

Le 26 mars 2022

Voie "le repas de Bacchus" sur le secteur Refrejo-Cuou
2 longueurs, équipé, 5c/6a (cotations que j'ai trouvé sévères)

Découverte du secteur « Refrejo-Cuou » au-dessus de la calanque des Pierres Tombées, un secteur de couennes dures doté également aussi quelques mini grandes voies « faciles » sur sa partie ouest. L’accès pédestre se fait bien par le haut, à droite sous le sentier qui file ensuite vers le socle de la Candelle, et non pas par le littoral qui barre le passage par des escarpements de rochers mêlés de terre.
Une fois le ticket des 45 minutes de marche poinçonné, on peut profiter d’un calcaire gris presque neuf, de la goutte d’eau abrasive au-dessus de la Grande Bleue, et d’une escalade soutenue et délicate dans les cotations annoncées, d’autant plus que l’équipement peut sembler un peu parcimonieux !

sur la calanque des Pierres Tombées, après fourvoyage complet dans l'approche

sur la calanque des Pierres Tombées, après fourvoyage complet dans l'approche

arrivée sur le bon secteur, une cordée dans le 7c des "nocturnes"
arrivée sur le bon secteur, une cordée dans le 7c des "nocturnes"

arrivée sur le bon secteur, une cordée dans le 7c des "nocturnes"

L1 du "repas de Bacchus", soutenue et pas facile pour du 5c (équipé espacé qui plus est)
L1 du "repas de Bacchus", soutenue et pas facile pour du 5c (équipé espacé qui plus est)
L1 du "repas de Bacchus", soutenue et pas facile pour du 5c (équipé espacé qui plus est)

L1 du "repas de Bacchus", soutenue et pas facile pour du 5c (équipé espacé qui plus est)

L2

L2

21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 18:41

Un article sur les couloirs de l'Aladaglar dans le dernier numéro de Ski Rando Magazine, un massif calcaire Turc majeur au point que j'y ai déjà traîné mes spatules trois fois !

https://www.skirandomag.com/2022/02/02/turquie-les-couloirs-de-laladaglar/

https://www.facebook.com/skirandomag

les couloirs de l'Aladaglar en magazine
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 18:15

Le 20 mars 2022

Voie "les cheminées", 3 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 5b/6a+ (5 premiers mètres)/6a

Comme souvent en hiver et au printemps, avec la priorité donnée au ski de randonnée, c'est  la reprise en escalade à chaque session, après plus de 3 semaines sans le moindre serrage de biceps. La voie du jour répond au cahier des charges d'une approche pas trop longue et d'une protection au vent d'est, et s'avèrera finalement plus jolie et intéressante qu'imaginé : des longueurs certes peu homogènes et parfois un peu encombrées de végétation (tant mieux quand il s'agit d'asperges !), mais de beaux passages de grimpe aux départs de L2 (dièdre délicat à placements atypiques...) et de L3, sur du rocher neuf, très loin de la patine des voies classiques du Crêt Saint-Michel juste à côté.

L1
L1

L1

L3

L3

au retour, une partie de la récolte du jour

au retour, une partie de la récolte du jour

20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 18:08

Le 19 mars 2022

Itinéraire : l'Escalette - Champ Fleury - citerne 150 - chemin de Valprête - point coté 168 - vallon sud jusqu'au point coté 59 - branche ouest du vallon sud - citerne 150 - Champ Fleury - l'Escalette

Balade en VTT sur la côte bleue, ou plutôt dans ses terres vers Valtrède, des terres d'ailleurs généreuses en fleurs pour les pupilles et en asperges pour les papilles, malgré la grande sécheresse de cet hiver.  On profitera de belles couleurs sur le sol contrastant avec le gris du ciel, avec dans la garrigue des parterres d'iris sauvages et de narcisses... et dans la pinède beaucoup plus d'asperges qu'escompté, de quoi dîner en circuit court et bio !

dans le joli vallon au sud du point coté 168 - un monotrace facile et joli d'un peu moins d'un km de long

dans le joli vallon au sud du point coté 168 - un monotrace facile et joli d'un peu moins d'un km de long

orchidées
orchidées

orchidées

champ d'iris et vue de détail
champ d'iris et vue de détail

champ d'iris et vue de détail

narcisse

narcisse

une partie de la récolte du jour d'asperges sauvages

une partie de la récolte du jour d'asperges sauvages

un repas 100% circuit court et bio - oeufs de la maison et asperges de la garrigue

un repas 100% circuit court et bio - oeufs de la maison et asperges de la garrigue

12 mars 2022 6 12 /03 /mars /2022 15:26

Le 12 mars 2022

Itinéraire : Isfjorden - Galtatind par sa croupe est - Snortunga - descente par l'arête est de l'antécime sud du Snortunga
Sommet : 1200 m
Dénivelée : 1600 m (200-1100-1000-1200-800-1200-100-200)
Difficulté : 3.2


Dernière journée de ce quatrième séjour en Norvège, sur une course classique une fois n’est pas coutume. Sur le parking de départ on croisera plusieurs dizaines de randonneurs à skis norvégiens partis vers les sommets du Kyrkjetaket, Klauva ou Loftskarstinden, en guise de transition vers le retour prochain dans des Alpes françaises moins sauvages que leurs homologues norvégiennes… La route à péage puis les bons chemins forestiers permettent en effet d’éviter les sections de bartassage dans les forêts de basse altitude, et donnent accès à des sommets d’altitude modeste et aux pentes débonnaires.
Après avoir rejoint le sommet du Galtatind, on dédaignera la classique arête sud du Loftskarstinden pour gagner le Snortunga par une arête est puis nord, ourlée de corniches et offrant de belles vues sur le fjord d’Andalsnes. La dernière descente se fera contre toute attente sur une neige restée froide au-dessus de 900 m, puis sur la neige de printemps initialement à point puis bien trop cuite, avant un retour au parking de départ par la piste de ski nordique.
Une très belle virée à skis pour clôturer ce séjour, sur la montagne qui domine le chalet au nord après avoir parcouru le couloir qui lui fait face au sud, du ski de proximité sous le soleil des latitudes boréales, avant le retour à Marseille sous les nuages et le vent !

montée face est du Galtatind, le Store Venjetind skié 3 jours plus tôt dans le rétroviseur
montée face est du Galtatind, le Store Venjetind skié 3 jours plus tôt dans le rétroviseur

montée face est du Galtatind, le Store Venjetind skié 3 jours plus tôt dans le rétroviseur

vue fjord sur l'arête Galtatind - Snortunga
vue fjord sur l'arête Galtatind - Snortunga
vue fjord sur l'arête Galtatind - Snortunga
vue fjord sur l'arête Galtatind - Snortunga

vue fjord sur l'arête Galtatind - Snortunga

descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)
descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)

descente face sud-est du Snortunga, en poudreuse puis moquette (puis soupe !)

Rechercher