11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 21:11

Le 11 mai 2014

Après 3 jours intenses de ski de randonnée sur les neiges de la Vallouise, on vient se reposer au-dessus de la grande bleue… sur l’une des plus longues grandes voies des calanques ! Le « festin de Satan », qui part du bord de l’eau dans l’anse des Enfers, offre une escalade plus agréable que son nom le laisserait supposer. Même si L8 en dalle soutenue en 6c aura des accents diaboliques pour un grimpeur pas au niveau comme moi, le reste de la voie offre une escalade longue et variée, avec un crescendo depuis le départ facile en 5b au-dessus de l’eau jusqu’au pas de bloc du surplomb de L6 et la dalle très soutenue de L10 et L11… Même si la voie est entrecoupée de vires et de passages de marche, et manque donc de continuité et de verticalité, elle déroule ses 300 mètres d’escalade dans l’un des coings les plus sauvages des calanques, où les gabians se font plus nombreux que les bipèdes, au prix d’une longue approche pédestre sur les corniches Paretti puis de 3 rappels déportés. Compter ainsi pas moins de 2 heures d’approche depuis Luminy avant de chausser les chaussons, 4 à 6 heures dans la voie puis 1h30 mn de marche retour après avoir déchaussé les ballerines, une vraie course de montagne dans un parc national péri-urbain !

DSC01500 (Large)DSC01512 (Large)DSC01393 (Large)DSC01400 (Large)DSC01446 (Large)

le festin de Satan, 12 longueurs, équipé, 6c max

5a/3b/5b/6a/6a+/6c/5c/6a+/5b/6c/6b/6a

DSC01393 (Large)

dans la marche d'approche, vue vers les dalles de la Lèque

DSC01400 (Large)

après les 3 rappels, la plate-forme de départ au ras de l'eau

DSC01409 (Large)

dans L1

DSC01426 (Large)

 

P1160016 (Large)

dans L1, photo de Lucile

 

DSC01432 (Large)

sur la dalle en 6a de L4

DSC01446 (Large)

dans L6, sous le surplomb en 6c

DSC01462 (Large)

 

DSC01484 (Large)

au départ de la très soutenue L10 en dalle

DSC01492 (Large)

dans L10

P1160064 (Large)

à la sortie de L10, photo de Lucile

DSC01500 (Large)

au départ de L11, un peu moins dure... en 6b

DSC01512 (Large)

au relais sommital de L11

P1160084 (Large)

dans L12, photo de Lucile

P1160088 (Large)

dans L12, photo de Lucile

DSC01519 (Large)

dans la dalle de L12

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:08

Les 9 et 10 mai 2014

Un bel itinéraire, repéré depuis des années depuis la route du col du Lautaret, et, uen fois n’est pas coutume, facilité par le recul glaciaire, qui habituellement rend les itinéraires d’alpinisme et de ski plus délicats de par la baisse du niveau des glaciers. La fonte de la langue terminale du glacier du Casset et la disparition concomitante des séracs qui barraient l’accès en rive gauche rendent maintenant possible une ascension des Agneaux par le glacier, sur un itinéraire plus direct et esthétique que le couloir Davin. On observera attentivement l’itinéraire depuis le village du Casset, un peu dubitatifs devant une barre rocheuse à 2600 m, s’équipera en conséquence avec de quoi tirer un rappel, mais la descente se fera finalement intégralement à skis !

Franck nous ayant rejoint en décalé, on s’oriente avec nos 2 voitures vers un itinéraire en traversée de la calotte des Agneaux, la montée depuis le Casset semblant bien indigeste avec son horaire matinal imposé par l’orientation au soleil levant et les 2200 mètres de dénivelée… On montera donc par le Glacier Blanc puis le glacier en S, ce qui permet de scinder la course et de compléter les 950 m de dénivelée du matin aux Combeynot par les 750 mètres de montée au refuge du glacier Blanc.

Les chenilles processionnaires des prétendants à Roche Faurio ou au dôme de neige des Ecrins s’éloignent dès qu’on s’engage dans les pentes sud des Agneaux, et on (re)fera la trace à la montée sur le glacier en S et à la descente sur le glacier du Casset. Une longue descente de près de 2000 mètres de dénivelée en cette mi-mai (le déchaussage se faisant à 1750 m au pied des falaises de la tête de Sainte-Marguerite) et variée, tant en terme de neiges, de la poudreuse sommitale aux névés sous le glacier, que de paysages, des séracs bleutés sous la calotte aux mélèzes vert fluorescent et aux touches de blanc et de bleu des crocus de la partie basse, et en tout cas magnifique par l’ambiance glaciaire de la partie supérieure !

DSC01169 (Large)DSC01197 (Large)DSC01291 (Large)DSC01325 (Large)DSC01228 (Large)DSC01262 (Large)DSC01179 (Large)

Traversée de la calotte des Agneaux, montée par le glacier en S, descente par le glacier du Casset

Sommet : 3650 m

Dénivelée :

J1 : 1800-2550

J2 : 2550-3650-1500

Difficulté : 4.1, pentes raides et exposées sous la rive gauche du glacier

DSC01160 (Large)

vue de l'itinéraire de descente

DSC01167 (Large)

J1 : vue vers le pré de Madame Carle

DSC01169 (Large)

au portage sous le Glacier Blanc, contrastes devant les clochetons de Clouzis

DSC01173 (Large)

sur le replat, sous les séracs terminaux du Glacier Blanc

DSC01179 (Large)

 

DSC01197 (Large)

la marmotte du refuge, avec des brins d'herbe coincés entre les dents !

DSC01220 (Large)

J2 : aurore non nucléaire sur le Pelvoux

P1080255 (Large)

à 2700 m, photo de Sébastien

DSC01228 (Large)

arrivée sur la calotte devant les Ecrins...

DSC01232 (Large)

... et devant la Meije et la Grande Ruine

DSC01234 (Large)

vue vers les aiguilles d'Arves

DSC01244 (Large)

panoramique depuis le sommet de la calotte des Agneaux

DSC01254 (Large)

courbes et histoires d'O, 1200 mètres en contrebas

DSC01262 (Large)

premier virage à 3600 m

DSC01278 (Large)

au-dessus du sérac sommital

DSC01291 (Large)

au-dessous du sérac sommital

DSC01300 (Large)

 

DSC01318 (Large)

sur la moquette devant le mur... de glace    

DSC01325 (Large)

 

P1080261 (Large)

photo de Sébastien

DSC01332 (Large)

sous la rimaye de la roche de Jabel

DSC01342 (Large)

contrastes printaniers au départ de la chute de séracs

DSC01343 (Large)

 

DSC01346 (Large)

 

DSC01359 (Large)

à 2900 m en haut des pentes exposées

DSC01363 (Large)

dans le passage-clé, rendu délicat par le faible enneigement et les chutes de pierres

DSC01374 (Large)

sous la chute de séracs

DSC01382 (Large)

au déchaussage à 1750 m, pas mal pour un 10 mai !

P1080264 (Large)

retour dans les mélèzes vert fluorescent, photo de Sébastien 

DSC01386 (Large)

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:07

Le 9 mai 2014

Après la Bosse de la Momie la veille, le cahier des charges pour la course du matin s’avère plus complexe, dans la perspective du rendez-vous de 13h au hameau du Casset et de  la montée au refuge du Glacier Blanc dans l’après-midi : une course située en vallée de la Guisane, pas trop longue et donc avec un portage limité voire inexistant. L’itinéraire est donc choisi facilement : la face nord des Combeynot au-dessus du col du Lautaret, avec un départ à 2000 m. Les skis, encore chaussés à la voiture, donnent accès à un large rideau de pentes nord striées de couloirs débouchant sur la crête sommitale à 3000 m, face aux glaciers suspendus de la Meije. On s’oriente vers le Roc Noir de Combeynot et la goulotte Intimité, en neige abondante mais bien dure pour une pente proche des 50° sur plus de 200 m. Peu motivés à l’idée de crisper sur les carres dans des pentes fuyantes on s’oriente plus sagement vers le bas du couloir nord occidental, puis un court mais raide couloir nord-est découvert de façon impromptue, en neige plus douce que la goulotte Intimité. On profitera à la montée d’une belle ambiance dans ce couloir étroit surmonté de belles dalles de granite, et à la descente d’un éventail complet de neiges entre poudreuse, carton, moquette plus ou moins épaisse et névé. De quoi faire plaisir aux mirettes sans sacrifier les gambettes, avant les 750 mètres de dénivelée de remontée au refuge du Glacier Blanc l’après-midi…

DSC01070 (Large)DSC01102 (Large)DSC01078 (Large)DSC01082 (Large)DSC01149 (Large)

couloir nord occidental du Roc Noir de Combeynot, variante du couloir est

Sommet : 3000 m

Dénivelée : 950 m (avant les 750 m de montée au refuge du Glacier Blanc 4 heures plus tard...)

Difficulté : 4.3, environ 100 m de couloir entre 45 et 50°

DSC01070 (Large)

au départ, nuées sur le pic Gaspard

DSC01076 (Large)

au départ du col du Lautaret, entre soleil et nuages

DSC01078 (Large)

les contrastes du ski de printemps

DSC01082 (Large)

devant la goulotte Intimité du Roc Noir de Combeynot

DSC01102 (Large)

au sommet du couloir, skié en aller-retour

DSC01114 (Large)

du sommet, vue sur le versant nord de la Grande Ruine

P1080245 (Large)

à la descente, en bas du couloir sommital, photo de Sébastien

DSC01149 (Large)

une neige tout à fait correcte malgré l'absence de regel nocturne

DSC01158 (Large)

vue sur le glacier du Lautaret, avant les 750 m de remontée au refuge du Glacier Blanc

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:07

Le 8 mai 2014

Première journée d’un WE prolongé de ski de randonnée dans les Ecrins.

Après un bivouac dans le camping d’Ailefroide encore désert on se réveille face à un Pelvoux en incandescence qui nous motive à sortir du duvet par 0°C… Direction la Bosse de la Momie, une classique du ski de randonnée de fin de saison, à l’intérêt surtout panoramique sur le fleuve de glace du Glacier Noir et sous les rivières de séracs de l’Ailefroide et du Pelvoux. On ne quittera plus les skis une fois ceux-ci chaussés à la voiture sur le parking de printemps du pré de Madame Carle, et on évoluera entre la neige jaunie par les dépôts de sable saharien du départ et la petite couche de poudreuse déposée la veille au-dessus de 2600 m. La face sud de la Barre des Ecrins et le bien-nommé col des Avalanches assurent le spectacle en faces sud avec leurs petits aérosols d’avalanches, alors que l’ombre protectrice du Pelvoux a gardé la neige récente bien poudreuse à la descente, l’occasion d’écrire quelques courbes sous les séracs !

DSC00909 (Large)DSC01038 (Large)DSC00973 (Large)DSC00981 (Large)DSC00996 (Large)

Bosse de la Momie par la combe sud-ouest

Sommet : 3000 m

Dénivelée : 1200 m

Difficulté : 3.2

DSC00909 (Large)

au départ, illumination vers la pointe de Celse Nière

DSC00919 (Large)

le bien-nommé couloir des avalanches et ses aérosols de poudreuse

DSC00927 (Large)

devant le glacier suspendu de l'Ailefroide

DSC00955 (Large)

à la montée à 2800 m

DSC00967 (Large)

dans les dernières pentes, devant la Barre des Ecrins

DSC00973 (Large)

au sommet

DSC00981 (Large)

les imlmeubles de glace du col ouest du Pelvoux

DSC00985 (Large)

à 2700 m sous le Pelvoux

DSC00996 (Large)

une neige d'hiver sous les séracs

DSC01002 (Large)

 

DSC01009 (Large)

 

DSC01018 (Large)

devant la langue terminale du Glacier Noir

DSC01029 (Large)

en skating sur le pré de Madame Carle...

DSC01038 (Large)

... avant de retrouver le printemps au sol...    

DSC01048 (Large)

... et sur les mélèzes (dont les jeunes pousses vertes ont un goût de myrtille !)

6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 17:28

Un entrefilet du mensuel « Geo » de mai 2014 sur l’extraordinaire glacier de sel de Bushehr, découvert en février 2014 à l’occasion d’un voyage à skis dans le massif du Zagros près de Shiraz en Iran.

Des séracs, bédières et tables glaciaires (de sel !) à côté des palmeraies par 30° de latitude nord, qui l’aurait cru…

 

Geo Mai 2014

 

Plus de détails sur  glacier de sel de Bushehr

6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 17:27

Le 6 mai 2014

 

Un reportage de TF1 diffusé au journal de 20h du dimanche 4 mai 2014  sur les randonnées du vertige de la Ciotat, avec des séquences tournées dans les canyons secs ou sur le sentier Philémon que j’ai souvent parcourus… Espérons que cette couverture médiatique des vendeurs de part de cerveau disponible laissent disponibles les tyroliennes des escalades littorales !

 

link

 

Quelques photos sur  deep water soloing à La Ciotat

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 17:13

Les voies historiques d'En Vau, une valeur sûre de la photo de grimpe dans les calanques :

link

 

Autres photos sur  la calanque

4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 21:34

Le 4 mai 2014

Journée d’escalade sur les 2 versants du Bec de Sormiou, tellement différentes que je m’autorise à conjuguer le Bec au pluriel. On passe d’un ubac vertical et austère rapidement à l’ombre l’après-midi, à une face ensoleillée grand large, agrémentée de vires panoramiques face à l’archipel du Riou, 2 faces des calanques aux ambiances donc complètement antinomiques.

Après avoir bataillé dans une première longueur hors voie en 6b/c on récupère la ligne des leaders dans sa seconde longueur, variée en traversées, dalle et fissure-dièdre et soutenue dans le 6a. Les 2 longueurs suivantes ne dérogeront pas à cette entrée en matière, ce qui donne au final une belle voie homogène dans le 6a.

 On se réchauffera ensuite dans la nouvelle voie d’initiation « HLN » en face sud-ouest, proche de l’halunulle mais un poil plus difficile et intéressante, sur un bon rocher très sculpté dès la troisième longueur. On rejoint les dalles du secteur Conglué par 4 longueurs bien équipées en 5c max, les plus belles longueurs étant constituées par L3 en mur à gouttes d’eau abrasives et L6 en dalle qui se redresse progressivement. Une jolie voie dans ce niveau de difficultés, bien équipée, aux relai sconfortables, peu soutenue et peu gazeuse, et qui devrait donc convenir à un débutant capable de passer un court passage de 5c en mur.

DSC00797 (Large)DSC00861 (Large)DSC00883 (Large)DSC00887 (Large)DSC00889 (Large)

les leaders, équipé, 6a max (si l'on reste bien dans la voie...)

6c/6a/6a/5c

HLN, équipé, 5c max

4c/5b/5c/4a/5a/5b

DSC00797 (Large)

les couleurs de Sormiou, pour la nième fois…

DSC00799 (Large)

… mais difficile de se lasser du tableau !

DSC00803 (Large)

... en version panoramique, côté plage...

DSC00802 (Large)

... ou côté large

DSC00805 (Large)

vers le bec de l'Aigle

DSC00819 (Large)

dans la longueur d'accès aux voies de la Momie

DSC00830 (Large)

dans L2 des leaders

DSC00838 (Large)

sortie de la traversée de L2

DSC00846 (Large)

vue sous les chaussons, vers la faune maritime...

DSC00853 (Large)

... ou avicole, aigle de Bonelli sans doute, désolé pour la mauvaise qualité du cliché, mais il n’est pas fréquent dans les calanques de voir un tel rapace planer sous ses chaussons…

DSC00861 (Large)

à pieds vers le départ de la nouvelle voie "HLN"    

DSC00875 (Large)

à la fin de L1 de "HLN"

DSC00879 (Large)

départ de L2

DSC00883 (Large)

sortie de L3

DSC00887 (Large)

départ de L4

DSC00889 (Large)

à la sortie de L5 et de la voie

DSC00898 (Large)

un dernier bol de couleurs avant de repartir

4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 21:32

Le 3 mai 2014

DSC00739 (Large)DSC00751 (Large)

Balade littorale d’une demi-journée, au départ de la plage de l’Arène à Cassis sous les falaises soubeyrannes, sur un joli sentier côtier qui part de Cassis vers le sud-est en direction de la Ciotat. Les quelques centaines de mètres de sente se faufilent au milieu des chênes kermès et des chèvrefeuilles, entre le grand bleu du golfe de Cassis et l’orangé des falaises de grès qui ont lâché quelques gros blocs décoratifs. Une fois le chemin avalé par la garrigue il est possible de poursuivre un peu en direction du sud-est à travers le chaos de blocs au pied des falaises, dont certains ont de quoi attirer des chaussons d’escalade. La bande littorale qui se rétrécit puis disparaît rapidement laisse à penser qu’il faut ensuite nager ou grimper au-dessus de l’eau, de quoi transformer la jonction entre Cassis et La Ciotat par la côte en une grosse journée de marche/nage/deep water soloing, à tenter cet été quand la température de la Méditerranée se prêtera plus à ce genre de randonnées aquatiques…

DSC00722 (Large)

au départ sur la plage de l'Arène, un peit air d'été...

DSC00729 (Large)

panoramique vers les calanques

DSC00739 (Large)

le chèvrefeuille en fleurs sur fond de grès orange du cap Canaille

DSC00751 (Large)

les couleurs du cap Canaille, version bord de mer

DSC00767 (Large)

le caillou des falaises soubeyrannes, avec ses inclusions cristallisées

DSC00781 (Large)

de beaux blocs qui invitent... à faire du bloc !

DSC00787 (Large)

vue générale de la plage de l'Arène dominée par les falaises soubeyrannes

1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 17:17

Les 30 avril et 1er mai 2014

Un court créneau météo se profilant en ce printemps à la météo instable depuis la fin avril, on se décide pour une incursion opportuniste dans le Valgaudemar, dont la route d’accès au Gioberney vient d’ouvrir. Après un départ en voiture d’Aix-en-Provence à 16h15 et à pieds du parking du Gioberney à 19h15, on atteint le refuge du Pigeonnier à la nuit à 21h15, avec une ascension dans le brouillard des cumulus à partir de 2000 m, qui ne nous aura pas empêchés de tomber sur le refuge dans la purée de pois et le petit halo de lumière de nos lampes frontales ! Après quelques heures de sommeil dans le confortable refuge d’hiver pour se remettre de cette course contre la nuit, on admirera une belle aurore sur le Sirac au-dessus de la mer de nuages qui reflue. Les prévisionnistes ne se sont pas trompés et cette journée ensoleillée de printemps nous gratifiera de belles ambiances sur une montagne vierge de toute trace et aux allures de nouveau hivernales après les chutes de neige de la veille. Le sommet, bien individualisé et à la position centrale, offre un de plus beaux belvédères qui soit sur le massif des Ecrins, de la Meije au vieux Chaillol, et une descente skiable sur encore 1700 mètres de dénivelée en ce début mai. On profitera d’une poudreuse d’hiver sur les pentes sommitales au-dessus des séracs du glacier des Rouies, puis d’une bonne neige de printemps cuite à point dans le versant sud au-dessus des prairies déjà vertes et parsemée de crocus du Gioberney, vive ces mois de mai où l’on voyage de l’hiver à l’été en quelques centaines de mètres de dénivelée !

DSC00468 (Large)DSC00531 (Large)DSC00617 (Large)DSC00702 (Large)

Sommet : 3600 m

Dénivelée :

J1 : 800 m

J2 :1350 m (un peu de remontées le second jour pour trouver un passage à travers les barres rocheuses)

Difficulté : 4.1, 100 m sommitaux à 45°

DSC00438 (Large)

J1 : portage au départ à 19h15

DSC00443 (Large)

à 1800 m, entre crocus, cascades et bouquetins

DSC00448 (Large)

à 2100 m, dans les nuages... à la nuit tombante

DSC00451 (Large)

21h15, arrivée au refuge dans le brouillard et le crépuscule, la frontale de mes 2 poursuivants à 5 mètres est à peine visible !

DSC00468 (Large)

J2 : lever de couleurs sur l'aiguille de Morges

DSC00479 (Large)

premiers rayons sur les séracs du glacier des Rouies

DSC00487 (Large)

les 6 dents du Sirac sourient au soleil levant

DSC00513 (Large)

mer de nuages sur le haut-Valgaudemar

DSC00531 (Large)

à l'arrivée au soleil à 3100 m

DSC00535 (Large)

face au phare du Sirac au-dessus de la marée descendante

DSC00550 (Large)

 

DSC00561 (Large)

panoramique sur le plateau glaciaire des Rouies

DSC00569 (Large)

en crampons dans la pente finale, face à la Barre des Ecrins

DSC00587 (Large)

le massif du Pelvoux, vue du sommet des Rouies, de la Meije à gauche au Sirac à droite

DSC00586 (Large)

panorama grand large

DSC00595 (Large)

la cîme du Vallon (skiée il y a quelques semaines) et l'Olan, à leur pied le lac glaciaire de la Muande

DSC00599 (Large)

les corniches de la cîme du Vallon et le Dévoluy au-dessus des mers de nuages

20140501 103701 (Large)

premiers virages au-dessus de la rimaye, photo de Laurent

DSC00605 bis (Large)

dans la poudreuse, au-dessus des séracs du glacier des Rouies

DSC00605 (Large)

idem, version paysagère

DSC00613 (Large)

le champ de neige après la bataille

DSC00617 (Large)

sur la moquette au bord des séracs

DSC00627 (Large)

détail des séracs

20140501 104923 (Large)

photo de Laurent

DSC00632 (Large)

 

DSC00637 (Large)

à 3100 m face au versant ouest des Bans

DSC00642 (Large)

 

DSC00661 (Large)

vers le point de départ du Gioberney

20140501 111455 (Large)

photo de Laurent

DSC00686 (Large)

à 2400 m, entre blanc et vert

DSC00702 (Large)

les Bans minaudent

DSC00706 (Large)

vue du refuge du Pigeonnier, plus facile à repérer de jour que de nuit dans le brouillard...

20140501 111917 (Large)

photo de Laurent

DSC00714 (Large)

portage sur le chemin du retour, vers le chalet du Gioberney

DSC00718 (Large)

après 1 matinée en hiver, retour au printemps, à droite la cascade du Voile de la Mariée

DSC00720 (Large)

au loup bar du Valgaudemar, avant de retrouver les loubards marseillais...

Rechercher