30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 19:23

Le 30 août 2020

Session de plongée vers le port de la Redonne, dans des eaux bien rafraîchies par les derniers épisodes de mistral, au départ d’une des seules plages de sable de l’est de la côte bleue. Comme souvent les îlots rocheux font office d’oasis de vie au milieu des fonds sableux plutôt pauvres hormis un magnifique ver spirographe qui daigne ne pas rétracter son panache de tentacules… et deux rascasses brunes toujours aussi expertes en camouflage, tant par leur excroissances cutanées que par leur immobilité au fond des trous où elles se cachent. Le soleil et les figues à volonté à la sortie de l’eau ne seront pas de trop pour récupérer de la longue immersion en eaux froides !

la plage de la Redonne et son figuier
la plage de la Redonne et son figuier
la plage de la Redonne et son figuier

la plage de la Redonne et son figuier

rascasses brunes et ver spirographe panache non rétracté
rascasses brunes et ver spirographe panache non rétracté
rascasses brunes et ver spirographe panache non rétracté
rascasses brunes et ver spirographe panache non rétracté

rascasses brunes et ver spirographe panache non rétracté

vers Grand Méjean
vers Grand Méjean

vers Grand Méjean

27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 21:33

Le 27 août 2020

Voie "le salcoquet" au cirque du 14 juillet de Cap Canaille, 4 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 6a (long et soutenu)/6a+(plus section de A0 dans la traversée ?)/6a+/6a (soutenu)

Retour sur les falaises du Cap Canaille, dans la voie « le salcoquet » qui vient d’être rééquipée au cirque du 14 juillet. Les magnifiques fissures/dièdres inaugurales et terminales en 6a soutenus à oppositions et parfois ramonage justifient à elles seules ces plaquettes neuves. Mais les seconde et troisième longueurs de liaison en traversée à gauche puis à droite offrent elles aussi une belle escalade et un beau rocher, avec même une cascade fossile à mini gours traversée en L3. La grimpe reste homogène et soutenue du début à la fin, avec des pas de traversée bien délicats à la fin de L1/début de L2 (un peu d’artif’ pour nous), un 6a+ très fin à lecture et placements dans le petit mur de L3 et un peu de grimpe à l’ancienne en ramonage au début des fissures de L1 et L4. 
Une très belle voie au final, tant pour le rocher, des nids d’abeille dans les niches aux gours des cascades fossiles, que pour l’escalade, homogène et soutenue dans le 6a/6a+ du début à la fin (mis à part au début de L2 plus dur).

la longue et belle fissure de L1
la longue et belle fissure de L1
la longue et belle fissure de L1
la longue et belle fissure de L1
la longue et belle fissure de L1

la longue et belle fissure de L1

au relais de L1

au relais de L1

fin de L2
fin de L2

fin de L2

L3 sur gours de cascade fossile
L3 sur gours de cascade fossile
L3 sur gours de cascade fossile

L3 sur gours de cascade fossile

la belle fissure terminale aux derniers rayons
la belle fissure terminale aux derniers rayons
la belle fissure terminale aux derniers rayons
la belle fissure terminale aux derniers rayons

la belle fissure terminale aux derniers rayons

après la piqûre de scorpion la semaine dernière, le scolopendre à la sortie (sans morsure)

après la piqûre de scorpion la semaine dernière, le scolopendre à la sortie (sans morsure)

crépuscule sur les calanques

crépuscule sur les calanques

24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 17:11

Le 23 août 2020

Randonnée au départ du Pré de Madame Carle vers les Balmes de François Blanc, un replat herbeux sous l’immense face sud de la Barre des Ecrins, lieu d’un bivouac en 2010 avant le bel enchaînement alpinistique neige et glace du couloir nord du Coup de Sabre puis du glacier des Bœufs Rouges. Le sentier suit l’"autoroute" du Glacier Blanc avant de bifurquer à gauche vers la moraine du Glacier Noir qu’elle suit jusqu’aux Balmes de François Blanc. C’est une moraine latérale qui domine maintenant de près de 100 mètres la glace recouverte d’éboulis, une ligne assez effilée sur son versant sud, un peu exposée, mais qui offre une jolie ambiance sur sa crête aérienne entre les ravins du versant sud de la pointe de la Grande Sagne et la glace visible par endroits rive droite du Glacier Noir. 
Une grande grotte de glace s’est d’ailleurs formée juste sous les falaises face nord de la Momie, à explorer l’automne par temps froid pour limiter les risques de chutes de pierres et de glace… et le débit du torrent sous-glaciaire qui émerge juste à l’aval de la grotte ! Des Balmes de François Blanc, malgré les névés encore présents en cette fin août malgré l’été chaud et sec -un bilan de masse glaciaire peut-être positif cette année - l’état des glaciers reste toujours aussi inquiétant, glacier Noir maintenant séparé entre ses parties inférieure et supérieure, glacier suspendu du Pic Coolidge disparu , mais aussi réduction et effondrement des chutes de séracs sous les cols du Pelvoux…
Quoi qu’il en soit une jolie balade sur le fil d’une moraine, infiniment moins fréquentée que le sentier du Glacier Blanc.

cirrus esthétiques au-dessus de la Barre et lignes contrastées au-dessus du Pré de Madame Carle
cirrus esthétiques au-dessus de la Barre et lignes contrastées au-dessus du Pré de Madame Carle

cirrus esthétiques au-dessus de la Barre et lignes contrastées au-dessus du Pré de Madame Carle

sur la crête morainique
sur la crête morainique
sur la crête morainique
sur la crête morainique

sur la crête morainique

les grottes de glace du Glacier Noir

les grottes de glace du Glacier Noir

la Glacier Noir supérieur (maintenant séparé de l'inférieur) et les séracs du versant nord du col du Pelvoux - gravi en 2011 - qui s'affaissent plus chaque année
la Glacier Noir supérieur (maintenant séparé de l'inférieur) et les séracs du versant nord du col du Pelvoux - gravi en 2011 - qui s'affaissent plus chaque année

la Glacier Noir supérieur (maintenant séparé de l'inférieur) et les séracs du versant nord du col du Pelvoux - gravi en 2011 - qui s'affaissent plus chaque année

24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 17:02

Le 22 août 2020

Après une courte escale sur le sentier des marmottes à Mont-Dauphin, et l’observation des rongeurs quémandant les carottes, balade dans le vallon de l’Aup Martin aval, au-dessus du parking d’Entre Les Aigues. C’est une longue vallée découverte lors du tour du Jocelme (en portage) à skis en mai 2012, et qui l’été offre une ambiance toute aussi sauvage, pourtant tout près du cœur touristique du Parc des Ecrins autour d’Ailefroide. Le sentier suit le torrent de la Selle sous le grand versant nord-ouest de la Pointe de l’Aiglière et ses nombreux ravins à avalanches. De nombreux névés encombrent donc encore en cette fin août le fond du vallon, de quoi s’adonner à des baignades insolites dans le torrent… sous la neige, et de faire dégonfler le pied piqué par un scorpion au relais d’escalade dans les calanques mercredi soir…
On fera demi-tour peu avant la cabane du Jas Lacroix pour mieux profiter du bivouac panoramique du soir sur la prairie et sous la voie lactée !

la prairie alpine encore fleurie en cette fin août
la prairie alpine encore fleurie en cette fin août
la prairie alpine encore fleurie en cette fin août

la prairie alpine encore fleurie en cette fin août

les nombreux névés au fond du vallon, jacuzzi un peu frais...
les nombreux névés au fond du vallon, jacuzzi un peu frais...
les nombreux névés au fond du vallon, jacuzzi un peu frais...

les nombreux névés au fond du vallon, jacuzzi un peu frais...

les plis gélogoiques, ravins et cascades sous l'Aiglière
les plis gélogoiques, ravins et cascades sous l'Aiglière
les plis gélogoiques, ravins et cascades sous l'Aiglière
les plis gélogoiques, ravins et cascades sous l'Aiglière

les plis gélogoiques, ravins et cascades sous l'Aiglière

au bivouac panoramique et fleuri
au bivouac panoramique et fleuri
au bivouac panoramique et fleuri
au bivouac panoramique et fleuri

au bivouac panoramique et fleuri

dans l'hôtel 1000 étoiles, sous la voie lactée
dans l'hôtel 1000 étoiles, sous la voie lactée

dans l'hôtel 1000 étoiles, sous la voie lactée

20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 17:55

Le 19 août 2020

Voie «pas d’arrangement », 3 longueurs, équipé, 6b max (à mon sens 6a+/6a/6b) suivie de l’arête nord de Marseilleveyre, équipé, 5b max (4b/5b/4b)

Soirée d’escalade dans le vallon des Aiguilles, vers la voie « pas d’arrangement » qui débouche sur l’arête nord de Marseilleveyre, ou plutôt Marseillevert vu la belle étendue de la pinède au pied des voies, loin de celles de la côte bleue réduites à peau de chagrin à forces d'incendies. C’est une belle découverte que cette voie et ce secteur, de l’ombre au-dessus de la rade de Marseille et du rocher typé face nord mais compact et varié, de la dalle presque lisse aux gouttes d’eau abrasives, et de la très belle escalade variée et soutenue, notamment à la fin de L1 (avec son pas de gros 6a obligatoire et finaud) et dans L3, superbe en dièdre puis dalle soutenu.e.s. La suite sur l’arête nord de Marseilleveyre, sur un calcaire fracturé et une arête malheureusement peu prononcée, offre, à défaut de jolie grimpe, de très belles perspectives sur la rade de Marseille, dans un cadre sublimé par le rocher rosi du couchant.

L1 de "pas d'arrangement"
L1 de "pas d'arrangement"

L1 de "pas d'arrangement"

L2 de "pas d'arrangement"

L2 de "pas d'arrangement"

L3 de "pas d'arrangement"

L3 de "pas d'arrangement"

sur l'arête nord de Marseilleveyre
sur l'arête nord de Marseilleveyre

sur l'arête nord de Marseilleveyre

crépuscule sur Marseille et le Riou
crépuscule sur Marseille et le Riou
crépuscule sur Marseille et le Riou

crépuscule sur Marseille et le Riou

16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 21:30

Le 16 août 2020

Itinéraire : Petit Cayre de la Madone par les 2 premières longueurs de la voie Dufour puis le pilier nord-ouest dans ses 2 dernières longueurs

Sommet : 2550 m
Dénivelée : 750 m
4 longueurs, peu équipé dans la Dufour, 6a max
6a/6a/6a/5a


Après l’arête ouest du Ponset la veille, ascension d’une voie plus courte, mais aussi plus soutenue et moins équipée au Petit Cayre de la Madone. On visait la voie Dufour, qu’on suivra effectivement dans la première et une bonne partie de la seconde longueur, avant de rejoindre incidemment l’antépénultième relais du pilier nord-ouest. L’itinéraire était pourtant logique, avec notamment un beau dièdre évident en fin de L2, mais le relais équipé au sommet de L2 ne laissera pas de place au doute… 
Après les 2 premières longueurs relativement soutenues dans le Vsup et en terrain très peu équipé, on poursuivra donc par les deux longueurs terminales du pilier nord-ouest, déjà parcourues l’été précédent. Après le rappel de descente du sommet sud vers la brèche, on tentera à raison la descente de la brèche par le couloir sud, beaucoup plus accueillant que le couloir nord et son raide éboulis instable, nonobstant un court passage de désescalade effectué en rappel sur becquet.
Au final encore une jolie voie sur ce gneiss du vallon de la Madone remarquable par sa qualité et son esthétisme avec de lichen jaune qui vient parfois le dorer.

voie Dufour au Petit Cayre de la Madone
L1 de la voie Dufour
L1 de la voie Dufour

L1 de la voie Dufour

L2 de la voie Dufour
L2 de la voie Dufour

L2 de la voie Dufour

L5 du pilier nord-ouest
L5 du pilier nord-ouest

L5 du pilier nord-ouest

16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 21:26

Le 15 août 2020

Sommet : 2850 m
Dénivelée : 1000m dont environ 200 mètres d’escalade
10 longueurs, 6a max, partiellement équipé jusqu’au 5b, tous les pas de 5c/6a sont eux bien protégés, sangles et petit jeu de friends utile
A mon sens 5b/5a/4c/5b/4c/6a (1 pas)/4c/rappel de 5 mètres/4b/5b/5c soutenu (1 pas de 6a au départ)


Ascension du Mont Ponset par son arête ouest, une arête bien visible depuis la fin de la route de la Madone de Fenestre. C’est une belle crête de gneiss souvent aérienne, et qui peut faire penser aux arêtes du Saint-Robert parcourues un an plus tôt, dans une version plus grimpante et technique (de nombreux passages de V avec quelques pas de 6a) mais plus équipée. On trouve en effet sur cette arête ouest des relais généralement équipés et de nombreux spits qui sécurisent tous les pas de Vsup et de 6a, même si ceux-ci restent obligatoires. C’est donc de la grimpe plaisir sur un excellent gneiss compact mais sculpté, le crux de l’itinéraire résidant peut-être dans la fin de l’approche sous la brèche ouest sur un terrain à chamois exposé, raide, parfois croulant et difficilement protégeable. Mention spéciale pour les passages sur le fil du rasoir de gneiss dans L3 et L5 et le beau ressaut terminal de L9 et L10.
Une classique donc méritée de l’alpinisme rocheux dans le Mercantour, qui confine plutôt à de l’escalade simple vu la quantité de spits dans la voie !

l'arête ouest vue de sous la brèche d'accès

l'arête ouest vue de sous la brèche d'accès

L1 sur rocher à lichens jaunes
L1 sur rocher à lichens jaunes

L1 sur rocher à lichens jaunes

au départ de L2

au départ de L2

sortie de L4
sortie de L4

sortie de L4

L5
L5

L5

de L5, vue sur la cordée corde tendue derrrière sur le fil... puis devant sur le ressaut terminal
de L5, vue sur la cordée corde tendue derrrière sur le fil... puis devant sur le ressaut terminal
de L5, vue sur la cordée corde tendue derrrière sur le fil... puis devant sur le ressaut terminal

de L5, vue sur la cordée corde tendue derrrière sur le fil... puis devant sur le ressaut terminal

L6 en dièdre raide
L6 en dièdre raide
L6 en dièdre raide

L6 en dièdre raide

L8
L8
L8

L8

au pied du ressaut final dans L9
au pied du ressaut final dans L9
au pied du ressaut final dans L9

au pied du ressaut final dans L9

L10

L10

jeu de nuages au sommet

jeu de nuages au sommet

les framboisiers en récompense à l'arrivée

les framboisiers en récompense à l'arrivée

14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 14:12

Le 14 août 2020

Courte session de kayak et de plongée avant le départ dans le Mercantour, pour le parcours « classique » au départ de la plage de la Dugue vers les arches-grottes aux hirondelles puis l’îlot de la Grande Mona où l’accostage sera rendu impossible par la houle. On débarquera donc plutôt sur l’une des petites criques à l’ouest de la calanque des Eaux Salées, et pourra aller explorer en masque et tuba les récifs à l’ouest de la Grande Mona, avec là encore de belles grottes à gorgones à quelques mètres de profondeur !

entre les Eaux Salées et le Rouet
entre les Eaux Salées et le Rouet

entre les Eaux Salées et le Rouet

Marseille derrière la Grande Mona

Marseille derrière la Grande Mona

des tombants riches dès 3 mètres sous la surface
des tombants riches dès 3 mètres sous la surface

des tombants riches dès 3 mètres sous la surface

serran chevrette et banc de saupes dans la posidonie
serran chevrette et banc de saupes dans la posidonie

serran chevrette et banc de saupes dans la posidonie

13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 17:56

Le 13 août 2020

Remontée des gorges de la Cause du barrage romain (en fait un aqueduc) au barrage Zola, sous la montagne Sainte-Victoire, 3 ans après leur découverte. 

Cette fois les températures chaudes de l’air et de l’eau nous inciteront à remonter presque jusqu’au barrage Zola, par le sentier qui longe le ruisseau rive droite ou par le lit du ruisseau lui-même. C’est vraiment un beau parcours – officiellement interdit – ludique au départ avec la progression sur des rondins de bois grossièrement suspendus par des bouts de corde, ludique par la suite avec le franchissement du barrage de la Petite Mer, ludique encore dans le courant en amont de ce barrage, esthétique avec ces gorges aux allures de canyon, et atypique dans cette ripisylve fleurie et dense qui détonne au milieu de l’aridité de la garrigue, avec crapauds, libellules et truites (parfois grosses) assurant le spectacle. 
Une des seules randonnées aquatiques des Bouches-du-Rhône, à faire et à refaire en conditions estivales !

Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
Cause des Romains à Zola
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 19:51

Le 12 août 2020

Après un bivouac proche d’Estoublon, on prend la longue et belle route de Majastres pour aller découvrir le hameau abandonné depuis un siècle du Poil, dont les quelques maisons rénovées et ruines sont perchées sur une crête rocheuse au-dessus du plateau suspendu au-dessus du Pas d’Escala. La piste qui y mène par le sud offre une belle ambiance au-dessus du Clovion qui a parfois creusé un véritable canyon, avant de découvrir les ruines de ce village désormais fantôme, puis de descendre par le sentier qui coupe à flanc au nord vers l’Etang des Serpents, un beau single à VTT par ailleurs. Il faudra revenir en vélo de montagne pour explorer tout ce secteur de moyenne montagne sauvage désormais presqu’oublié du pastoralisme…

le beau bivouac vers Estoublon, chêne pluricentennal, ruine aux allures d'Angkor et bassin d'eau de source... mais accès routier interdit (et contrôlé !...)
le beau bivouac vers Estoublon, chêne pluricentennal, ruine aux allures d'Angkor et bassin d'eau de source... mais accès routier interdit (et contrôlé !...)
le beau bivouac vers Estoublon, chêne pluricentennal, ruine aux allures d'Angkor et bassin d'eau de source... mais accès routier interdit (et contrôlé !...)
le beau bivouac vers Estoublon, chêne pluricentennal, ruine aux allures d'Angkor et bassin d'eau de source... mais accès routier interdit (et contrôlé !...)

le beau bivouac vers Estoublon, chêne pluricentennal, ruine aux allures d'Angkor et bassin d'eau de source... mais accès routier interdit (et contrôlé !...)

les ruines du hameau du Poil sur sa crête rocheuse
les ruines du hameau du Poil sur sa crête rocheuse
les ruines du hameau du Poil sur sa crête rocheuse
les ruines du hameau du Poil sur sa crête rocheuse

les ruines du hameau du Poil sur sa crête rocheuse

Rechercher