21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 20:52

Le 13 août 2021

Encore un barranco pyrénéen bien fréquenté ce jour, celui des Forcos, réputé pour sa première partie. Sitôt le premier rappel de 10 mètres fait (saut ou toboggan possible après vérification), c’est un splendide défilé d’une centaine de mètres de longueur que parcourent les canyonistes, sous des cascatelles et parmi du tuf tout-puissant : parois de calcaire stratifié couvert de concrétions de tuf, et dans l’eau cristalline des branches et rochers en cours de calcification. On se dépêche pour ne pas finir en statue de pierre ; plus en aval l’encaissement disparaît pour laisser la place à des biefs à nager et sauter parmi les nombreuses rainettes, avant de retrouver la foule des baigneurs à la sortie !

après le premier rappel de 10 mètres (saut possible)

après le premier rappel de 10 mètres (saut possible)

au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles
au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles
au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles
au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles
au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles
au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles

au début de l'encaissement, superbe dans ces corridors de tuf et de calcaire stratifié arrosés de cascatelles

rainette

rainette

dernier encaissement

dernier encaissement

21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 20:45

Le 12 août 2021

Second canyon du voyage et premier canyon pyrénéen dans cette classique très fréquentée. L’encaissement y reste effectivement superbe du début à la fin, 2 heures de voyage en néoprène au fond du calcaire pyrénéen, des largeurs qui n’excèdent parfois pas le mètre, des passages semi-obscurs qui alternent avec des rais de lumière, des parois lisses ou couvertes de mousses. Le spectacle est permanent, de quoi oublier la rareté des jeux aquatiques (peu de sauts et de toboggans), d’autant plus qu’on aura la chance d’observer de (trop ?) près plusieurs serpents, des fraîchement éclos… ou non !
La visite du vieux village de Fanlo complète bien la journée avec ses superbes maisons anciennes en pierres et ses toits d’ardoises.

le rappel du début de l'encaissement...

le rappel du début de l'encaissement...

... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur
... très marqué et parfois obscur

... très marqué et parfois obscur

dans le canyon, couleuvre vipérine plus que vipère je pense

dans le canyon, couleuvre vipérine plus que vipère je pense

la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe
la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe

la seconde partie de l'encaissement, toujours aussi superbe

les vieilles bâtisses du village de Fanlo

les vieilles bâtisses du village de Fanlo

21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 20:44

Le 11 août 2021

Premier canyon d’un voyage canyonisme/escalade/randonnée au nord de l’Espagne, des Pyrénées aux Picos de Europa en passant par la côte cantabrique, de la verdure normande de celle-ci au désert d’argile des Bardenas Reales…
Le canyon de Cajigar situé à l’est de la Sierra de Guara offre un encaissement court mais superbe, des étroits de rocher blanc-gris de quelques mètres de largeur. C’est esthétique et facile, envisageable même en randonnée aquatique en aller-retour, comme le feront tous les groupes rencontrés ce jour ! Il est vrai que la température extérieure de 41°C  n’incitait pas trop à se lancer dans les 45 minutes de marche d’approche, alors que la piste carrossable qui remonte la rivière à sec dépose à la sortie du canyon… Seul bémol, le tout petit débit, le filet d’eau de ce milieu d’été inhabituellement sec dans les Pyrénées espagnoles ne suffisant pas à rendre leur clarté aux vasques.

dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !
dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !
dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !
dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !
dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !
dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !

dans l'encaissement, magnifique malgré le (tout) petit filet d'eau et les 41°C à l'ombre !

9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 20:44

Le 9 août 2021

Voie "en avant la zizique", 12 longueurs, équipé, 6a+ max
6a/5b/5c/5c/6a+/6a+/6a, arrêt dans L7 vu les contraintes horaires avec un départ en Espagne le lendemain…

Retour sur les tenailles de Montbrison, une valeur sûre pour clôturer cette semaine d’escalade et de montagne à jongler entre les créneaux météo. La voie « en avant la zizique » remonte l’éperon nord-ouest de la pointe de Briançon en 12 longueurs ; c’est une escalade équipée par Jean-Michel Cambon et consorts, et donc bien équipée, un peu moins bien en dalle.
L’escalade y est assez soutenue dans le 5c/6a, particulièrement dans L6, grimpante dans le 6a+ du début à la fin, en dalle puis en dièdre, superbe et prenant. Vu les contraintes d’un départ en voyage le lendemain et le passage à l’ombre de la paroi dans L6, on fera demi-tour au relais de rappel de L7, les héliophiles ont leurs raisons que les grimpeurs ne connaissent pas !

l'approche toujours aussi belle, 5 mois après le ski dans la même combe !
l'approche toujours aussi belle, 5 mois après le ski dans la même combe !

l'approche toujours aussi belle, 5 mois après le ski dans la même combe !

L2
L2

L2

L3

L3

au relais

au relais

dans la très fine et soutenue L6

dans la très fine et soutenue L6

dans les rappels puis sur la pelouse alpine
dans les rappels puis sur la pelouse alpine

dans les rappels puis sur la pelouse alpine

9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 20:29

Le 8 août 2021

Escalade dans les gorges de la Biaysse au-dessus de la Roche de Rame

Voie "gorge profonde", sortie par "plouf dans l'eau", 5 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 5b/5c/5c+/6a/6a+

Voie "les hirondelles", 4 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 6a/6a+(très soutenu)/5c+(1 pas)/5c

Découverte du site des gorges de la Biaysse, au-dessus de la chapelle de Rame, au lieu-dit « gouffre de Gourfouran ». On y trouve des grandes voies de 4 à 6 longueurs d’approche courte (guère plus de 10 minutes depuis le parking), orientées au nord et donc indiquées l’été pour leur ombre salvatrice par températures élevées. 
Le calcaire y semble souvent fracturé, n’est pas particulièrement beau ou adhérent, mais on a beaucoup apprécié ce secteur pour son escalade variée et soutenue et son beau cadre de « canyon des Hautes-Alpes ». Les 2 voies parcourues dans l’après-midi offrent toutes 2 de la belle grimpe, mention spéciale pour L3 et L4 de « gorge profonde », le surplomb à bacs qui clôt « plouf dans l’eau » , et la fissure soutenue puis traversée facile mais impressionnante de L3 et L4 des « hirondelles ».

le beau cadre "canyon" des gorges de la Biaysse
le beau cadre "canyon" des gorges de la Biaysse

le beau cadre "canyon" des gorges de la Biaysse

L1 de "gorge profonde"
L1 de "gorge profonde"

L1 de "gorge profonde"

L2 de "gorge profonde"

L2 de "gorge profonde"

L3 de "gorge profonde"
L3 de "gorge profonde"

L3 de "gorge profonde"

dernière longueur de "plouf à l'eau", un toit en 6a+ aussi déversant que prisu
dernière longueur de "plouf à l'eau", un toit en 6a+ aussi déversant que prisu
dernière longueur de "plouf à l'eau", un toit en 6a+ aussi déversant que prisu
dernière longueur de "plouf à l'eau", un toit en 6a+ aussi déversant que prisu

dernière longueur de "plouf à l'eau", un toit en 6a+ aussi déversant que prisu

L1 de "les hirondelles", déroutante sur prises rondes

L1 de "les hirondelles", déroutante sur prises rondes

L2 de "les hirondelles", fissure puis traversée
L2 de "les hirondelles", fissure puis traversée
L2 de "les hirondelles", fissure puis traversée
L2 de "les hirondelles", fissure puis traversée

L2 de "les hirondelles", fissure puis traversée

L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a
L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a
L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a
L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a
L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a

L4 de "les hirondelles", traversée plus impressionnante que difficile, magnifique, plutôt 5c que 6a

7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 10:57

Le 6 août 2021

Itinéraire : col Agnel – col de Chamoussière – col de Saint-Véran - lacs Blanchet – Tête des Toillies par son arête nord-est – col de la Noire - lacs Blanchet - col de Saint-Véran - col de Chamoussière - col Agnel
Arête nord-est de la Tête des Toillies, 10 longueurs, partiellement équipé (pas en 5c ou plus protégés, engagé en-dessous), 6a max
Mon ressenti 6a (5c soutenu avec les doigts gourds...)/5b/3/5b/4c/marche/5c (1 pas bien protégé à la fin, mais engagé au début de la longueur dans la traversée en 5b)/4b/5c(soutenu et athlétique)/5c+(1 pas)

Après les dalles lisses de marbre de la Taillante la veille, place à une escalade moins atypique et plus raide sur le gneiss de  l’arête nord-est de la Tête des Toillies. 
L’approche depuis le col Agnel permet de réduire le dénivelée par rapport à celle depuis Saint-Véran, et surtout d’offrir un parcours panoramique sur des cols haut-perchés et le long des lacs Blanchet, superbes dans leur écrin de tourbières vertes ponctuées du blanc des linaigrettes. 
La voie quant à elle s’avèrera comme la veille un peu engagée, correctement équipée pour la poignée de pas dans le 5c mais beaucoup moins sinon, qui plus est pas toujours protégeable par sangles ou friends. Il en résulte quelques sections engagées voire exposées, notamment dans la belle traversée ascendante de L7, pas dure mais où il est préférable de ne pas chuter. La dernière longueur annoncée 6a (un pas de réta en dalle) s’avère à mon sens plus facile que le mur de L1, aux prises fuyantes, encore plus avec les doigts gourds de cette longueur à plus de 3000 mètres d’altitude, grimpée à l’ombre le matin.
C’est tout de même une belle ligne sur ce sommet-phare du Queyras, qui offre une vue panoramique exceptionnelle sur l’arc alpin, de l’Argentera au Mont-Blanc, des Ecrins au Valais au-delà de la plaine du Pô. 
La descente se fait aisément par la voie normale versant ouest, et permet d’observer versant nord du col de la Noire le rare rocher des lieux, la serpentine bleu/vert !

approche, les pozzines près des lacs Blanchet et leurs habitants
approche, les pozzines près des lacs Blanchet et leurs habitants
approche, les pozzines près des lacs Blanchet et leurs habitants
approche, les pozzines près des lacs Blanchet et leurs habitants

approche, les pozzines près des lacs Blanchet et leurs habitants

l'arête nord-est vue depuis l'approche, (essai de) tracé de la voie

l'arête nord-est vue depuis l'approche, (essai de) tracé de la voie

attaque dans L1, dure à froid... et dans le froid

attaque dans L1, dure à froid... et dans le froid

sortie des 45 mètres en traversée de L7 au-dessus des x lacs versant est du col Longet
sortie des 45 mètres en traversée de L7 au-dessus des x lacs versant est du col Longet
sortie des 45 mètres en traversée de L7 au-dessus des x lacs versant est du col Longet

sortie des 45 mètres en traversée de L7 au-dessus des x lacs versant est du col Longet

dans L10, dalle fine plein gaz versant nord
dans L10, dalle fine plein gaz versant nord

dans L10, dalle fine plein gaz versant nord

panorama sommital vers le sud et les sommets du Mercantour (avec le Mont-Blanc visible au nord !)

panorama sommital vers le sud et les sommets du Mercantour (avec le Mont-Blanc visible au nord !)

descente versant ouest au-dessus du col de la Noire et de la haute vallée de l'Ubaye

descente versant ouest au-dessus du col de la Noire et de la haute vallée de l'Ubaye

flore et géologie à la descente : silène acaule et schistes verts
flore et géologie à la descente : silène acaule et schistes verts

flore et géologie à la descente : silène acaule et schistes verts

retour au col Agnel, face au Viso

retour au col Agnel, face au Viso

7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 10:44

Le 5 août 2021

Itinéraire : refuge Agnel – col Vieux – Envers du Foréant – voie « danse avec les loups » - point coté 3185 – point coté 3178 – col Vieux – refuge Agnel
Voie "danse avec les loups", 12 longueurs, équipé (engagé), 5b max
4b/4b/4c/5a/5b/3c/3c/4b/4c/4b/4b/4b, cotations "montagne" qui peuvent sembler très sévères suivant l'aisance en dalle à friction, d'autant plus que l'espacement entre les points peut atteindre 15 mètres sur ces mêmes dalles


Retour en montagne, plus précisément dans le Queyras avec le col Agnel comme camp de base. L’immense plan incliné des dalles de la Taillante est une particularité géologique visible depuis de nombreux sommets du Queyras, skiable au printemps et en hiver lorsque la neige parvient à s’accrocher à ces dalles lisses… et grimpable l’été lorsqu’elle a fondu !
La voie « danse avec les loups » remonte ces 350 mètres de dalles en 12 longueurs, avec un équipement dont la caractéristique majeure reste l’espacement des points, par endroits près de 15 mètres entre 2 points ! L’escalade se fait en général sur les pieds, mains posées à plat sur ce rocher beau mais inhabituellement lisse, et vu l’espacement des points et l’impossibilité de compléter par des sangles ou coinceurs, requiert du sang-froid et une bonne maîtrise de la dalle à friction par le leader. Les cotations en 4.x de ces dalles sont d’ailleurs à prendre avec des pincettes, les longueurs analogues (certes en dalle un peu plus « relevée ») de la « barule des barulots » sur le Pic de l’Aiguille étant cotées 5c ou 6a ! La vérité est sans doute entre les 2, mais quoi qu’il en soit l’escalade se fait un peu répétitive au bout de ces 12 longueurs, et l’on est soulagés de parvenir sur la crête sommitale juste au sud du point coté 3197. On suit alors corde tendue une longue crête vertigineuse sur son côté est, facilement moyennant un unique rappel, avant de descendre par des lignes de faiblesse le versant sud-ouest du point coté 3185.
Au final une belle et longue (encore plus avec un départ de Marseille le matin même) journée de montagne, sur ces dalles qui fatiguent plus les mollets que les avant-bras !

la voie et sa descente

la voie et sa descente

à l'approche au-dessus du Lac Foréant

à l'approche au-dessus du Lac Foréant

sortie de L1 puis traversée de L4
sortie de L1 puis traversée de L4
sortie de L1 puis traversée de L4
sortie de L1 puis traversée de L4
sortie de L1 puis traversée de L4

sortie de L1 puis traversée de L4

le petit ressaut vertical de L5, pour une fois les bras sont utiles

le petit ressaut vertical de L5, pour une fois les bras sont utiles

du gaz... euh de la dalle entre les points dans L8 et L9
du gaz... euh de la dalle entre les points dans L8 et L9
du gaz... euh de la dalle entre les points dans L8 et L9
du gaz... euh de la dalle entre les points dans L8 et L9

du gaz... euh de la dalle entre les points dans L8 et L9

sur les arêtes sommitales entre les points cotés 3185 et 3178
sur les arêtes sommitales entre les points cotés 3185 et 3178
sur les arêtes sommitales entre les points cotés 3185 et 3178
sur les arêtes sommitales entre les points cotés 3185 et 3178

sur les arêtes sommitales entre les points cotés 3185 et 3178

6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 11:37

Une modeste contribution photographique pour un nouveau guide du BRGM sur les curiosités géologiques des calanques, de quoi mieux comprendre les origines de la variété de rochers dont on profite à pieds ou en chaussons au sud et à l'est de Marseille :

https://www.brgm.fr/fr/actualite/actualite/editions-brgm-4-nouveaux-guides-geologiques-decouvrir-avant-ete

3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 20:53

Le 3 août 2021

Itinéraire : la Pointe Rouge - port de la Madrague - Cap Croisette - tour de l'île Plane - Cap Croisette - port de la Madrague - la Pointe Rouge (23 km environ)

Retour dans « ma » grotte « secrète » des calanques, toujours aussi richement et diversement concrétionnée, avec cette fois un départ de la Pointe Rouge par peur des bouchons de retour aux Goudes. Un essai qui ne sera pas répété, la section Pointe Rouge-Cap Croisette s’avérant aussi longue (environ 1 heure aller) que peu intéressante le long d’une côte souvent urbanisée. On poussera jusqu’à l’île Plane et ses curiosités géologiques à découvrir en kayak, la crique presque fermée près de son cap est et la longue faille traversante qui relie le nord de la calanque de Pouars à la pleine mer.

la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions
la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions

la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions

sous la méduse de calcite

sous la méduse de calcite

des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques
des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques
des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques

des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques

anneau de calcite

anneau de calcite

colonne en choux-fleurs

colonne en choux-fleurs

lièvre de mer dans la calanque de Pouars

lièvre de mer dans la calanque de Pouars

2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 18:10

Le 2 août 2021

Voie "les dalles " à la Maline, 9 longueurs, équipé, 6a max

A mon sens 5c/5b+/5b/5c+/5c+/6a/5c+/marche/sortie par l'arête du belvédère en 5b

Voie "les dalles " à la Maline, 9 longueurs, équipé, 6a max
A mon sens 5c/5b+/5b/5c+/5c+/6a/5c+/marche/sortie par l'arête du belvédère en 5b
Découverte… tardive de cette classique de l’escalade dans le Verdon, la « voie des dalles » à la Maline, au nom finalement bien daté puisque cette ligne ouverte avant l’ère des perforateurs remonte principalement des fissures, cheminées et autres dièdres en escalade plus intérieure qu’extérieure.
L’approche en descente, en marche et souvent en désescalade, constitue déjà une course en soi, course souvent exposée sur des ressauts presque verticaux qui se font souvent en solo. La première longueur met directement dans le bain de cette voie aux cotations historiques à ne pas sous-estimer, 45 mètres raides au rocher légèrement patiné et à l’équipement correct mais espacé rendant les pas obligatoires. Tous les relais se font par contre sur des vires ou terrasses confortables, tant mieux pour le confort des grimpeurs mais tant pis pour l’ambiance verticale qui s’en trouve bien amenuisée. On profite quand même de belles vues sur le canyon du Verdon et sur sa rivière… marron comme la veille depuis les forts orages du 31 juillet au soir ! La section médiane est la plus soutenue et la plus belle, des pas bien durs pour du 5 dans le dièdre de L5 et une superbe fissure à Dulfer rayant une dalle compacte dans L6, autant dire que cette voie s’avère plus adaptée à des grimpeurs de tête à l’aise dans le 6a qu’à des grimpeurs de petit 5 comme les cotations officielles pourraient laisser le penser…

dans la descente, raide et exposée

dans la descente, raide et exposée

fin de L1

fin de L1

la cordée voisine dans "'l'arête du belvédère"

la cordée voisine dans "'l'arête du belvédère"

sortie de L7

sortie de L7

Rechercher