22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 20:45

 

Pizzo d'Intermesoli depuis Campo Imperatore, par la selle du Monte Aquila, le Val Maone et la sella dei Grilli

Sommet : 2650 m

Dénivelée : 2000 m (2100-2000-2400-1850-2650-1850-2500-1950-2100)

Difficulté : 3.3

Journée de ski impromptue dans les Abruzzes, 1 an après la semaine passée sur place. Vu l’enneigement faible de cet hiver, le départ sera fait du haut de téléphérique de Campo Imperatore, qui propulse directement à 2100 m au pied du Corno Grande, le sommet du massif. Sur les pentes de l’Intermesoli la neige restera délicieuse tout du long des 2000 mètres de dénivelée, y compris tard dans l’après-midi : une fine couche de poudreuse ou le plus souvent de neige en cours de dégel soyeuse en surface se donne sous les spatules en toutes altitudes et orientations. La descente, seul, de la face ouest de l’Intermesoli, sur une neige al dente au milieu des tours de calcaire blanc et des chamois, constituera d’ailleurs le crux de plaisir de cette longue et belle journée.

sous la selle du Monte Aquila

sous la selle du Monte Aquila

descente nord dans le val Maone, refuge encore enfoui
descente nord dans le val Maone, refuge encore enfoui

descente nord dans le val Maone, refuge encore enfoui

dans la montée à l'Intermesoli, devant le Corno Grande et sous les chamois
dans la montée à l'Intermesoli, devant le Corno Grande et sous les chamois

dans la montée à l'Intermesoli, devant le Corno Grande et sous les chamois

au sommet de l'Intermesoli, devant la grande face nord-ouest du Corno Grande
au sommet de l'Intermesoli, devant la grande face nord-ouest du Corno Grande

au sommet de l'Intermesoli, devant la grande face nord-ouest du Corno Grande

à la descente de la face ouest de l'Intermesoli, parmi les capridés et les tours de calcaire blanc
à la descente de la face ouest de l'Intermesoli, parmi les capridés et les tours de calcaire blanc
à la descente de la face ouest de l'Intermesoli, parmi les capridés et les tours de calcaire blanc
à la descente de la face ouest de l'Intermesoli, parmi les capridés et les tours de calcaire blanc

à la descente de la face ouest de l'Intermesoli, parmi les capridés et les tours de calcaire blanc

moquette dans la descente de la sella dei Grilli au-dessus du Val Maone
moquette dans la descente de la sella dei Grilli au-dessus du Val Maone

moquette dans la descente de la sella dei Grilli au-dessus du Val Maone

les nuages à l'assaut du Val Maone
les nuages à l'assaut du Val Maone
les nuages à l'assaut du Val Maone
les nuages à l'assaut du Val Maone

les nuages à l'assaut du Val Maone

le chaînon du Corno Grande vu depuis l'Aquila
le chaînon du Corno Grande vu depuis l'Aquila

le chaînon du Corno Grande vu depuis l'Aquila

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 20:40

Les 19 et 22 mars 2019

Quelques photos prises dans les avions entre Marseille, Paris et Rome en cette mi-mars 2019, avec les Alpes, la Corse ou les calanques qui arborent  leurs blancheurs de neige, de sable ou calcaire sous la carlingue. 

le 19 mars, Paris-Rome : les glaciers de la Vanoise puis le Viso
le 19 mars, Paris-Rome : les glaciers de la Vanoise puis le Viso

le 19 mars, Paris-Rome : les glaciers de la Vanoise puis le Viso

le 22 mars, Rome Marseille : la Corse, plage de Saleccia aux Agriates puis la cordillère du Cinto
le 22 mars, Rome Marseille : la Corse, plage de Saleccia aux Agriates puis la cordillère du Cinto

le 22 mars, Rome Marseille : la Corse, plage de Saleccia aux Agriates puis la cordillère du Cinto

le 22 mars, Rome Marseille : les calanques, les soubeyrannes, puis les vallons au sud de la crête de l'Estret puis le Puget et la Candelle
le 22 mars, Rome Marseille : les calanques, les soubeyrannes, puis les vallons au sud de la crête de l'Estret puis le Puget et la Candelle
le 22 mars, Rome Marseille : les calanques, les soubeyrannes, puis les vallons au sud de la crête de l'Estret puis le Puget et la Candelle

le 22 mars, Rome Marseille : les calanques, les soubeyrannes, puis les vallons au sud de la crête de l'Estret puis le Puget et la Candelle

Partager cet article

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 21:54

Le 17 mars 2019

Pic Traversier, depuis le pont de Lariane en aller-retour

Sommet : 2900 m

Dénivelée : 900 m

Difficulté : 3.1

Comme un an plus tôt sur le Chauvet, séance de ski de randonnée avec enfant sur le dos dans le Queyras, pour le Pic Traversier au-dessus du Pont de Lariane, un itinéraire court, sûr en termes nivologiques et peu raide bien adapté à la charge (importante et mal équilibrée !) du jour ! On profitera comme souvent en ce mois  de mars de bonnes conditions de ski, avec de la poudreuse sur la portion haute et transformée plus  bas, nonobstant la neige pourrie en profondeur l’après-midi des 100 mètres terminaux. Si la qualité est là, la quantité l’est beaucoup moins, avec en cette mi-mars un enneigement plutôt d’une digne d’une fin avril et des adrets déneigés jusqu’à plus de 2500 mètres ! Faute de matière première, la saison de ski de randonnée risque de s’achever prématurément dans les massifs les plus méridionaux, en cet hiver 2019 qui bat des records de sécheresse et titille ceux de chaleur dans le sud-est de la France.

à la montée, sur une classique fréquentée
à la montée, sur une classique fréquentée

à la montée, sur une classique fréquentée

vues du sommet du Pic Traversier, vers la Taillante, les Toillies et l'observatoire du pic de Château Renard
vues du sommet du Pic Traversier, vers la Taillante, les Toillies et l'observatoire du pic de Château Renard
vues du sommet du Pic Traversier, vers la Taillante, les Toillies et l'observatoire du pic de Château Renard

vues du sommet du Pic Traversier, vers la Taillante, les Toillies et l'observatoire du pic de Château Renard

à la descente, le skieur à 2 têtes !
à la descente, le skieur à 2 têtes !

à la descente, le skieur à 2 têtes !

Partager cet article

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 21:51

Le 16 mars 2019

Entre 2 descentes d’initiation, courte séance de ski de randonnée vers le belvédère de l’Homme de Pierre au départ de la station de Risoul, une montée sèche de 400 mètres… bien trasnspirante vu la chaleur de la journée, mais avec une fine couche de neige restée poudreuse en ubac au-dessus de 2000 m !

sur la crête entre le belvédère de l’Homme de Pierre et le pic du Clocher
sur la crête entre le belvédère de l’Homme de Pierre et le pic du Clocher

sur la crête entre le belvédère de l’Homme de Pierre et le pic du Clocher

poudreuse sous la crête

poudreuse sous la crête

Partager cet article

Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 17:23

Du 4 au 10 mars 2019

Semaine de kayak (ski en Turc) sur la Riviera Turque, près de la ville d'Antalya, plus connue comme destination estivale du tourisme de masse que comme Briançon ottoman. Le golfe d'Antalya est en fait bordé de montagnes titillant les 3000 mètres, et souvent plus alpines qu'on ne l'imagine... La Lycie reste d'ailleurs une terra incognita du ski de randonnée, bien loin des massifs plus connus en France des Aladag ou de l'Ercyies au nord-est d'Antalya.

Faute de topos et de retours, on aura donc le plaisir de plus en plus rare d'explorer à skis ces montagnes, sur la base des cartes sommaires open topo et des informations nivologiques glanées sur le Web. J'avais repéré sur le Web 2 sommets alpins et dotés de routes... ou téléphériques d'accès permettant de les sortir à la journée : le Dedegöl près d'Isparta, à la cote croissante auprès des grimpeurs pour ses aiguilles de calcaire protégées de boucliers de dalles cannelées, et le Mont Olympe Turc près d'Antalya, au nom turquisé en Tahtali, qui s'élève à près de 2400 mètres à quelques kilomètres de la mer, cas sans doute unique en Méditerranée. On alternera donc les camps de base entre Antalya et Isparta, situé à 2 heures de route au nord.

On retiendra surtout 2 splendides journées sur ces 2 sommets le 6 et le 8 mars, avec dans le versant ouest du Dedegol, pourtant déconseillé la veille par des skieurs Turcs rencontrés au Davraz, une superbe session de ski exploratoire : court portage au départ dans un village de bergers entre chèvres et veaux, montée au milieu d'une pinède, traversée entre les genévriers sous les formidables dalles cannelées qui ont fait connaître le massif des grimpeurs en Europe, découverte impromptue d'une grande arche au dessus d'un verrou glaciaire, avant en cerise sur le loukoum une sortie meringuée aux allures patagoniennes sur une brèche en V de la crête sommitale.

2 jours plus tard sur le Tahtali on sera transportés en Norvège avec la mer qui brille sous les spatules et les forêts d'éperons, les pins remplaçant ici les bouleaux arctiques... Après une montée en téléphérique, récemment construit pour offrir le panorama sommital aux touristes, et dont la gare d'arrivée dénature certes le sommet, on plonge à skis vers la Grande Bleue, sur une neige et un cadre de cinéma, sans avoir à se précipiter à la sortie de la benne pour être les premiers à tracer ! Au contraire, sous les regards étonnés des employés et des Asiatiques en voyage organisé, on prend tout son temps à repérer les plus belles lignes pour des descentes parfaites... avant de remonter en peaux vu l'altitude basse de la gare de départ du téléphérique. On n'y verra aucune trace, comme ailleurs à l'exception des randonnées au départ des stations de Saklikent et Davraz.

Niveau nivologie ([sic]), l'enneigement était bon, tant en quantité qu'en qualité, avec de la neige continue skiable à partir de 1500 m au nord et 2000 au sud, et de la poudreuse au nord au-dessus de 2000, transformée partout ailleurs. Nuits dégagées et donc excellent regel nocturne à toutes altitudes, sauf sous couvert forestier, et manteau stable partout et à toute heure, à l'exception des versants est du Dedegol le 7, où le moindre écart du fil de l'arête sommitale est puni de woufs et de fissures ! 
La neige transformée reste bonne à skier tout l'après midi en versant ouest, de quoi prévoir des horaires de départ acceptables pour des lève-pas-trop-tôt... A noter les grosses épaisseurs de neige dès 2000 m, on s'est amusés à mesurer l'épaisseur sur le Tahtali en versant ouest à 2050 m : la sonde n'y a pas suffi ! Au final et après pelletage environ 3m20 à cette altitude, à moins de 10 km à vol d'oiseau de la mer... Le climat local est d'ailleurs l'un des plus pluvieux de Méditerranée, les eaux chaudes du golfe d'Antalya (30 degrés à la fin de l'été, 17 degrés à la fin de l'hiver ) jointes à l'air froid de l'Anatolie génèrent de nombreuses et puissantes perturbations hivernales... 

Niveau météo, le temps perturbé au début du séjour le 4 s'est amélioré progressivement jusqu'au grand bô a partir du 7 (bleu le matin puis passages nuageux accrochant les sommets le 5 et 6.) Peu de vent, mis à part un vent de nord modéré mais glacial le 7, et températures en hausse durant la semaine, isotherme 0 passant de 2000 à 3000.


Enfin, dans un pays déjà bon marché à l'origine, l'effondrement récent de la livre Turque à cause de la guéguerre entre les régimes Erdogan et Trump a rendu le coût de la vie encore plus modique pour les détenteurs de devises étrangères, et, sans être Auvergnat ou surendetté, on apprécie de payer le prix d'un petit-déjeuner la suite d'un palace 5* aux normes françaises ! Au final, encore une belle découverte que ces montagnes lyciennes pour mon cinquième voyage à skis en Turquie. On ne trouve pas ici l'ampleur des vallons des Aladag ou la sauvagerie des canyons du Munzur, mais des sommets isolés parfois majeurs. Quel petit coin de paradis pour la mer, la grimpe, le canyon... et le ski de randonnée que la région d'Antalya !

J1 : comme prévu ciel bouché, comme pas prévu la route d'accès traverse à gué, demi-tour et on finit la journée dans le spa de l'hôtel et non pas au fond du torrent !

 

J2 : sommet du Davraz au départ de la station éponyme. Belle ambiance à la montée dans les rochers plâtrés, mais le brouillard du nuage de fohn nous rattrape à 13h, et on finit la journée sur les pistes de la station...

Sommet  : 2650 m

Dénivelée : 700 m

Difficulté : 3.1

 

J3 : crête sommitale du Dedegol par le versant ouest au départ du village d'Eldere. Une journée qui laissera pas mal d'images dans la mémoire des skieurs de rando, exploration, découvertes et grosse ambiance ! Le couloir skié au-dessus de la grande arche naturelle sera baptisé "couloir de l'arche perdue" en référence à la grande voie voisine du "monde perdu " !

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 1550 m

Difficulté : 4.2


J4 : sommet du Dedegol par son versant nord. C'est évidemment moins grandiose que la veille, mais la vue du sommet sur les hauts plateaux anatoliens et le grand lac de Beysehir vaut son pesant de pistaches !

Sommet : 2950 m

Dénivelée : 1500 m (1850-1700-2950-2900-2950-2900-2950-1700-1850)

Difficulté : 3.3


J5 : Tahtali, descentes (et remontées !) des versants nord est sur 700 m et Sud-Ouest sur 300 mètres. Du grand ski dans un grand cadre, c'est méconnu mais absolument majeur, rien de moins à attendre d'un mont Olympe !

Sommet : 2350 m

Dénivelée : 1000 m (2350-1650-2350-2050-2350)

Difficulté : 3.3


J6 :  Tunc Dagi, couloir nord central. Comme la veille, neiges de rêve, poudreuse et moquette de fin d'après-midi, dans un beau couloir encaissé au-dessus de la mer, qui plus est relativement facile et rapide d'accès !

Sommet : 2650 m

Dénivelée : 1100 m (1850-1750-2650-1950-2050-1750-1850)

Difficulté : 4.2

une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée
une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée

une sélection de photos du kayak sur la Méditerranée

J1 : les risques de la route Turque, les passages de torrents à gué et les voitures de policiers sur pilotis !
J1 : les risques de la route Turque, les passages de torrents à gué et les voitures de policiers sur pilotis !

J1 : les risques de la route Turque, les passages de torrents à gué et les voitures de policiers sur pilotis !

J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta
J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta

J2 : sur les pentes du Davraz Tepe au-dessus d'Isparta

J2 : à la descente du Davraz, devant les meringues dans le jour blanc

J2 : à la descente du Davraz, devant les meringues dans le jour blanc

J3 : le massif du Dedegöl vu de la route avant Aksu

J3 : le massif du Dedegöl vu de la route avant Aksu

J3 : à la montée dans la pinède, des pins aux allures de laricios corses
J3 : à la montée dans la pinède, des pins aux allures de laricios corses
J3 : à la montée dans la pinède, des pins aux allures de laricios corses

J3 : à la montée dans la pinède, des pins aux allures de laricios corses

J3 : à la montée sous les grandes faces (équipées pour la grimpe) de dalles cannelées
J3 : à la montée sous les grandes faces (équipées pour la grimpe) de dalles cannelées
J3 : à la montée sous les grandes faces (équipées pour la grimpe) de dalles cannelées

J3 : à la montée sous les grandes faces (équipées pour la grimpe) de dalles cannelées

J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche
J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche
J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche
J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche
J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche
J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche

J3 : à la montée dans le haut de la combe ouest, vers la grande arche

J3 : à la montée, dans le couloir de l'arche perdue
J3 : à la montée, dans le couloir de l'arche perdue
J3 : à la montée, dans le couloir de l'arche perdue
J3 : à la montée, dans le couloir de l'arche perdue

J3 : à la montée, dans le couloir de l'arche perdue

J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée
J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée

J3 : à la descente du couloir de l'arche perdue, ambiance patagonienne sous la brèche en V plâtrée

J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski
J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski
J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski
J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski
J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski

J3 : à la descente,de l'arche au village de bergers d'Eldere,, en passant par une pinède taillée pour le ski

J4 : le lac d'Egirdir et le Borlu Dagi

J4 : le lac d'Egirdir et le Borlu Dagi

J4 : dans le versant nord du Dedegöl, au départ du col situé près de Yakaköy
J4 : dans le versant nord du Dedegöl, au départ du col situé près de Yakaköy
J4 : dans le versant nord du Dedegöl, au départ du col situé près de Yakaköy

J4 : dans le versant nord du Dedegöl, au départ du col situé près de Yakaköy

J4 : sur la plateau sommital du Dedegöl, vues sur le grand lac de Beysehir à l'est et les sommets occidentaux du massif
J4 : sur la plateau sommital du Dedegöl, vues sur le grand lac de Beysehir à l'est et les sommets occidentaux du massif
J4 : sur la plateau sommital du Dedegöl, vues sur le grand lac de Beysehir à l'est et les sommets occidentaux du massif
J4 : sur la plateau sommital du Dedegöl, vues sur le grand lac de Beysehir à l'est et les sommets occidentaux du massif

J4 : sur la plateau sommital du Dedegöl, vues sur le grand lac de Beysehir à l'est et les sommets occidentaux du massif

J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...
J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...
J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...
J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...
J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...

J4 : à la descente, poudreuse tassée (parfois un peu soufflée) comme toute la semaine en versant nord...

J4 : premiers crocus sous les pins
J4 : premiers crocus sous les pins

J4 : premiers crocus sous les pins

J5 : dans la montée en téléphérique et au sommet du Tahtali, vues la mer et le doux relief karstique du versant sud-ouest
J5 : dans la montée en téléphérique et au sommet du Tahtali, vues la mer et le doux relief karstique du versant sud-ouest
J5 : dans la montée en téléphérique et au sommet du Tahtali, vues la mer et le doux relief karstique du versant sud-ouest

J5 : dans la montée en téléphérique et au sommet du Tahtali, vues la mer et le doux relief karstique du versant sud-ouest

J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE
J5 : dans la première descente versant NE

J5 : dans la première descente versant NE

J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin
J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin
J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin
J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin
J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin
J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin

J5 : dans la remontée du versant NE, passage en glace sur la fin

J5 : dans la seconde descente, versant SO
J5 : dans la seconde descente, versant SO
J5 : dans la seconde descente, versant SO
J5 : dans la seconde descente, versant SO
J5 : dans la seconde descente, versant SO

J5 : dans la seconde descente, versant SO

J5 : sondage, puis pelletage suivi de sondage dans un replat versant ouest à la cote 2050 m : 3m20 d'épaisseur !

J5 : sondage, puis pelletage suivi de sondage dans un replat versant ouest à la cote 2050 m : 3m20 d'épaisseur !

J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos
J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos
J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos
J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos
J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos
J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos

J5 : à la remontée du versant SO, devant la péninsule d'Olympos

J6 : au départ du Tunc Dagi dans la station de ski de Saklikent, l'itinéraire du jour

J6 : au départ du Tunc Dagi dans la station de ski de Saklikent, l'itinéraire du jour

J6 : à la montée, devant le calcaire blanc aux allures de marbre, puis la face nord et enfin le Tahtali skié la veille
J6 : à la montée, devant le calcaire blanc aux allures de marbre, puis la face nord et enfin le Tahtali skié la veille
J6 : à la montée, devant le calcaire blanc aux allures de marbre, puis la face nord et enfin le Tahtali skié la veille

J6 : à la montée, devant le calcaire blanc aux allures de marbre, puis la face nord et enfin le Tahtali skié la veille

J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !
J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !

J6 : à la descente, poudreuse tassée 2500 m au-dessus de la mer !

J6 : au village de bergers de Karçukuru, déserté l'hiver

J6 : au village de bergers de Karçukuru, déserté l'hiver

J6 : moquette de 15h jusqu'à la voiture !
J6 : moquette de 15h jusqu'à la voiture !
J6 : moquette de 15h jusqu'à la voiture !

J6 : moquette de 15h jusqu'à la voiture !

Partager cet article

Repost0
26 février 2019 2 26 /02 /février /2019 21:45

grande traversée de l'Escu

5 longueurs, équipé, 6c max

rappel/marche/6c/6b/5c/6b/5a

Séance d’escalade à l’Escu, ou plutôt au-dessus de la calanque de l’Escu devrais-je dire, puisque la grande traversée de l’Escu déroule ses longueurs au-dessus de la baume caractéristique de la calanque de l’Escu. Grosse ambiance donc dans cette voie d’escalade atypique (moins pour les calanques) qui suit une vire presque horizontale perchée une trentaine de mètres en surplomb au-dessus de la mer puis de la calanque, plus ou moins large, sur un rocher chipseux et fragile. On grimpe les fesses dans le vide et les bras contractés sur des aplats chipseux, des tablettes à la solidité aléatoire… ou donc des scellements heureusement rapprochés, la combinaison de la difficulté intrinsèque de la voie, du dévers et du gaz assez prenants malgré la faible hauteur et du rocher sale n’incitant guère à grimper… proprement ! Quoi qu’il en soit, et même donc si la grimpe s’est avérée artificielle dans les passages les plus durs (surtout L1 en 6c), ce parcours offre une ambiance réellement exceptionnelle, une vire à ramping ou plein gaz façon traversée sans retour infiniment plus longue ! A réserver par contre pour ceux qui veulent enchaîner aux gros bras et au grosses c… euh au gros mental !

dans l'approche

dans l'approche

au départ la vire est large et facile...

au départ la vire est large et facile...

... puis elle se réduit nettement dans L1 en 6c !
... puis elle se réduit nettement dans L1 en 6c !
... puis elle se réduit nettement dans L1 en 6c !
... puis elle se réduit nettement dans L1 en 6c !

... puis elle se réduit nettement dans L1 en 6c !

dans L2, ramping dans le pas difficile
dans L2, ramping dans le pas difficile
dans L2, ramping dans le pas difficile
dans L2, ramping dans le pas difficile

dans L2, ramping dans le pas difficile

dans L3
dans L3
dans L3

dans L3

crépuscule sur l'île Plane et la péninsule de Sormiou
crépuscule sur l'île Plane et la péninsule de Sormiou

crépuscule sur l'île Plane et la péninsule de Sormiou

Partager cet article

Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 21:52

Le 24 février 2019

Col de Prentiq au départ des Préaux par le col de l’Esparcelet

Sommet : 2500 m

Dénivelée : 1250 m

Difficulté : 3.1

Demi-journée de ski de randonnée au-dessus de Saint-Firmin, sur les pentes du Grun de Saint-Maurice, l’un des sommets intimidants qui dominent l’entrée de la vallée du Valgaudemar de près de 2000 mètres. Une combe ouest invisible depuis la vallée permet en fait d’accéder au col de Prentiq et aux pentes sommitales suspendues, auxquelles on renonçera finalement ce jour vu l’horaire tardif et leur exposition. Quoi qu’il en soit ce sera une belle découverte que cette combe sauvage sans personne ce jour, juste une petite poignée de traces après de 2 semaines de grand bô, et un choix cornélien entre moquette de 13h sur les contrepentes sud et poudreuse sur les contrepentes nord, avant un court passage technique en forêt dense, malheureusement plus typée Alpes du Nord que mélézin du Queyras ! 

en haut de la forêt

en haut de la forêt

jeux d'ombres dans la combe ouest
jeux d'ombres dans la combe ouest
jeux d'ombres dans la combe ouest

jeux d'ombres dans la combe ouest

au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy
au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy
au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy
au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy
au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy
au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy

au col de Prentiq et au-dessus, face au Dévoluy

à la descente, encore en poudreuse en versants froids
à la descente, encore en poudreuse en versants froids
à la descente, encore en poudreuse en versants froids

à la descente, encore en poudreuse en versants froids

Partager cet article

Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 21:45

Le 23 février 2019

Sommet : 2000 m

Dénivelée : 500 m

Difficulté : 1.3

Même si le coeur est lourd ce jour, soleil impérial et chaleur printanière sur la montagne de Céüse, dont le point culminant à 2000 m sera atteint au départ de la station de ski, fermée depuis cet hiver. On remonte le grand pan incliné du versant nord jusqu’au sommet… des marseillais, puis rejoint facilement le sommet entre téléskis abandonnés et les quelques pins qui parsèment la montagne. Le sommet offre une vue panoramique à 360° sur une grande partie des Alpes du Sud, et, contre toute attente à plus de 15h, une descente certes courte mais sur de la neige de printemps encore à point ! Voilà un sommet aperçu des dizaines de fois sur la route des Ecrins, enfin gravi, restera à y retourner pour y grimper sur un calcaire semble-t-il exceptionnel !

sous le sommet des Marseillais
sous le sommet des Marseillais

sous le sommet des Marseillais

au sommet, Ecrins au nord-est et Ventoux au sud-ouest
au sommet, Ecrins au nord-est et Ventoux au sud-ouest

au sommet, Ecrins au nord-est et Ventoux au sud-ouest

crépuscule depuis la station de Laye
crépuscule depuis la station de Laye

crépuscule depuis la station de Laye

Partager cet article

Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 17:20

FX

Je ne peux pas ne pas témoigner mon émotion sur ce blog qui (cherche à) évite(r) l’exhibitionnisme narcissique et vise à l’anonymat, une exception donc pour FX, dont j’ai appris la disparition samedi.

Aujourd'hui la montagne était ensoleillée et accueillante dans les Alpes, vendredi  elle a été meurtrière en Arménie. François-Xavier, nous étions arrivés presque simultanément dans la région et un nouveau boulot il y a plus de 10 ans, et avions rapidement sympathisé. Je t’avais initié au ski de randonnée et à la pente raide, notamment lors d’une mémorable sortie au Glacier Blanc et… dans la face nord de la calotte des Agneaux en mai 2009, et je crois que cela était devenu ton sport préféré. On était partis ensemble au Pérou à l’été 2010, à la découverte des ruines incas et à l’assaut de la Cordillère Blanche ; on avait notamment gravi l’Alpamayo  « la plus belle montagne du monde » lors d’une magnifique semaine de trek et d’alpinisme au départ de Huaraz. Tu avais vite progressé puis t’étais plus tourné vers l’encadrement, professionnel avec l’AMM et bénévole dans les clubs de montagne dont tu étais l’un des piliers, et la compétition, toujours animé par ta passion de la montagne, ton enthousiasme, et ta générosité dans le partage et la transmission. Je suis plus attiré par la découverte et l’exploration, et on avait donc ensuite peu pratiqué la montagne ensemble. Je me rappelle toutefois tes gâteaux au chocolat dont on t’avait extorqué la recette, ou plus sérieusement une session trail commune en juin dernier, un retour de boulot en courant où j’étais arrivé chez moi à bout de forces et de souffle après 2 heures d’efforts, alors que tu repartais chez toi tout fringant pour quelques kilomètres de plus !
Ces mots semblent toujours vains après, mais tu vas laisser un vrai vide ici sur la côte bleue et dans les Alpes. Nombreux sont celles et ceux qui garderont toujours en eux ton sourire, ta joie de vivre communicative et ce qu’on peut qualifier ton dévouement aux autres, avec cette droiture morale et cette générosité désintéressée qui te caractérisaient.

FX
FX
FX
FX
FX
FX
FX

Partager cet article

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:49

Le 17 février 2019

Rochers du Parquet, depuis la Richardière en aller-retour par le couloir du pin

Sommet : 2000 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 4.2, environ 200 mètres de couloir avec un passage raide et étroit à plus de 45°

Après quelques jours de ski en Sicile puis entre autres une virée/bambée de 2 jours dans Belledonne (incroyable la foule pour des sudistes !), on délaisse le basalte et le gneiss pour ce que nous préférons en habitués de l'Ubaye ou des calanques : le ski dans les couloirs de calcaire ! 
Après avoir trouvé le restaurant qui sied à nos estomacs puis l'hébergement, reste à choisir une course qui remplisse le cahier des charges ([sic]): itinéraire court, exposé au soleil levant et proche de l'hébergement. Le couloir du pin aux rochers du Parquet remplira plus que son rôle : un beau corridor encaissé entre calcaire stratifié... et pins, sous les vautours fauves et chamois qui peuplent ces falaises, et face au monolithe du Mont Aiguille. Malgré un trop tardif départ à 8h , on profitera de cette superbe ambiance et d'un ski globalement bon en neige transformée qui clôturera une très belle semaine exotique... dans les Alpes du Nord, serties par des conditions presqu'idéales cette semaine !

les rochers aux premiers rayons

les rochers aux premiers rayons

sur la piste d'accès, devant la Devil's Tower du Vercors

sur la piste d'accès, devant la Devil's Tower du Vercors

devant l'objectif et entre les hêtres
devant l'objectif et entre les hêtres

devant l'objectif et entre les hêtres

fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille

fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille

dans le couloir tournant
dans le couloir tournant
dans le couloir tournant
dans le couloir tournant

dans le couloir tournant

arrivée au sommet, vue sur les corniches sommitales et les hauts-plateaux du Vercors

arrivée au sommet, vue sur les corniches sommitales et les hauts-plateaux du Vercors

à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir

à la descente du couloir

en moquette sous le couloir
en moquette sous le couloir

en moquette sous le couloir

dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude
dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude

dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens