4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 20:20

Le 3 janvier 2021

Le Cuchon au départ de La Chau par la brèche et le pic de Charance, descente par la pente nord directe

Sommet : 1900 m

Dénivelée : 750 m

Difficulté : 3.1

3 jours après le retour des tropiques par températures largement négatives toute la journée, première journée de ski de randonnée de la saison, à basse altitude près de Gap vu le temps froid et les grosses chutes de neige récentes. Après une arrivée tardive sur une route complètement enneigée, on s’oriente vers le sommet du Cuchon au-dessus de Rabou. C’est la montagne qui domine Gap côté ouest, et dont le versant nord offre une longue pente régulière d’alpages puis de forêt. La forêt est coupée de clairières et de pistes, dont l’assemblage permet d’éviter le bartassage. 
Les températures à -10°C seront finalement aussi plaisantes à skis en petites courbes que les +30°C en masque et tuba en plongées quelques jours plus tôt ! On profitera d’une belle descente en poudreuse légère et sans fond du sommet à la maison, poudreuse vierge pour la première moitié, une session en neige d’hiver parfaite pour commencer la saison, après avoir terminé la précédente - en mars malheureusement - en neige de printemps parfaite, après et avant les confinements ! Merci à nos gouvernants de nous attribuer nos permissions de sortie uniquement pour les bons créneaux à skis...

dans la forêt au-dessus de La Chau
dans la forêt au-dessus de La Chau
dans la forêt au-dessus de La Chau

dans la forêt au-dessus de La Chau

sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon
sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon
sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon
sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon
sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon
sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon

sur la longue arête entre la brèche de Charance et le Cuchon

le village perché de Rabou devant le pic de Bure

le village perché de Rabou devant le pic de Bure

descente dans une poudre sans fond dans la pente nord directe
descente dans une poudre sans fond dans la pente nord directe
descente dans une poudre sans fond dans la pente nord directe
descente dans une poudre sans fond dans la pente nord directe

descente dans une poudre sans fond dans la pente nord directe

plus bas dans la forêt
plus bas dans la forêt
plus bas dans la forêt
plus bas dans la forêt

plus bas dans la forêt

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 17:14

Du 20 au 30 décembre 2020

Une sélection d'images de ce petit paradis tropical, où les ravines parcourues de torrent aux eaux douces se jettent directement dans les lagons à la riche vie coralienne...

d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
d'anses en ravines
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 17:11

Le 29 décembre 2020

Journée de balades, baignades et plongées vers le nord de Grande-Terre, loin des plages bondées et des embouteillages du sud touristique. Après avoir traversé les curieux mornes karstiques des Grands Fonds on rejoint Port-Louis et l’anse du souffleur juste au nord. C’est encore un beau ruban de sable le long de fonds de faible profondeur bordés de massifs de corail, où l’on pourra observer de très nombreuses langoustes. On reste malgré tout loin de la richesse de la vie marine de la côte ouest de Basse-Terre dont on avait profité la semaine précédente.
On poursuivra la découverte du nord de Grande-Terre vers la jolie mais désormais trop connue anse Castalia et sa petite crique aux allures de grotte creusée dans la falaise volcanique, puis la Pointe de la Grande Vigie et le lagon de la Porte d’Enfer, avec là encore comme 2 jours plus tôt sur la Pointe des Châteaux des ambiances plus bretonnes que caribéennes !

la belle plage de l'anse du souffleur face aux montagnes de Basse-Terre sous les nuages
la belle plage de l'anse du souffleur face aux montagnes de Basse-Terre sous les nuages

la belle plage de l'anse du souffleur face aux montagnes de Basse-Terre sous les nuages

sous l'eau : langoustes, bancs de poissons...
sous l'eau : langoustes, bancs de poissons...
sous l'eau : langoustes, bancs de poissons...
sous l'eau : langoustes, bancs de poissons...

sous l'eau : langoustes, bancs de poissons...

l'anse Castalia

l'anse Castalia

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 17:08

Le 28 décembre 2020

Excursion vers le sommet de la Soufrière au départ des Bains Jaunes, et même 100 mètres au-dessous vu la saturation du parking d’accès à l’une des randonnées les plus connues de Guadeloupe. 
A juste titre puisqu’on évolue dans une très belle végétation étagée, de la forêt tropicale juste au-dessus des Bains Jaunes, aux arbres fougères, ravins de mousse et énormes philodendrons de la savane à mulets et des flancs du volcan, jusqu’aux curieuses broméliacées du sommet, les ananas montagne aux allures de grandes tiges couronnées de fleurs rouges.
Un vrai intérêt botanique donc, mais paysager aussi lorsque les nuages charriés par les alizés qui enveloppent généralement le sommet veulent bien se dissiper, avec des vues panoramiques sur l’ensemble de l’île. Ce ne sera pas le cas pour nous, avec malgré tout quelques éclaircies permettant d’observer les cratères actifs laissant échapper des fumerolles aux odeurs sulfurées.
Après les fortes averses sur le chemin retour du Pas du Roy, les Bains Jaunes et leur eau à 30°C permettront de se réchauffer à défaut de sécher !

vue de la savane à mulets vers le cône sommital
vue de la savane à mulets vers le cône sommital

vue de la savane à mulets vers le cône sommital

la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis
la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis
la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis
la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis
la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis

la végétation étagée de la Soufrière : dans l'ordre lycopode, fougères arborescentes, ananas montagne, philodendron, oiseau de paradis

le cratère sommital dans la brume et ses fumerolles
le cratère sommital dans la brume et ses fumerolles

le cratère sommital dans la brume et ses fumerolles

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 17:06

Le 27 décembre 2020

Balade sur la Pointe des Châteaux à l’extrémité orientale de la Guadeloupe, connue pour ses paysages atypiques de petites falaises de calcaire battues par la houle des alizés de nord-est, ce qui fait plus penser à la Bretagne qu’à une plage paradisiaque des Antilles.

l'anse des salines vue depuis le morne éponyme

l'anse des salines vue depuis le morne éponyme

l'ambiance bretonne de la pointe des colibris, et la mer agitée côté nord
l'ambiance bretonne de la pointe des colibris, et la mer agitée côté nord
l'ambiance bretonne de la pointe des colibris, et la mer agitée côté nord

l'ambiance bretonne de la pointe des colibris, et la mer agitée côté nord

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 17:00

Le 27 décembre 2020

Farniente sur cette plage du sud de Basse Terre située à l’est de Sainte-Anne. Cette longue bande de sable fin blottie sous les palmiers au bord de fonds de très faible profondeur protégés par la barrière de corail se rapproche effectivement bien de l’image de la plage caribéenne paradisiaque, mais sans la pression touristique de la bien plus connue plage de la Caravelle quelques kilomètres à l’ouest.

une plage de Gwada... aux allures caribéennes !
une plage de Gwada... aux allures caribéennes !
une plage de Gwada... aux allures caribéennes !

une plage de Gwada... aux allures caribéennes !

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 16:53

Le 26 décembre 2020

Petit tour en kayak de mer de la baie du GrandCul-de-Sac Marin, au départ de Sainte-Rose. On pagaiera dans la rivière Viard puis vers les îlets de Carénage, à la découverte de la mangrove côté Guadeloupe et des îlets de sable ou de palétuviers au large, dont le beau mais très touristique Ilet Blanc et son dégradé d’eaux turquoises autour de l’îlot de sable blanc. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, j’ai trouvé la vie marine riche dans ce lagon de très faible profondeur protégé par la barrière de corail au nord, même par 30 cm de fond. Celui-ci cède souvent la place aux spirographes et patates de corail pionnier, le tout parcouru de langoustes, vers de feu et de petits poissons colorés. Même si la visibilité reste souvent médiocre sous l’eau sur ces fonds sableux ou vaseux, on est très loin du désert aquatique annoncé, et ce Grand Cul-de-Sac Marin doit donc se parcourir autant en kayak sur l’eau qu’en masque et tuba sous l’eau !

dans la mangrove de l'embouchure de la rivière Viard

dans la mangrove de l'embouchure de la rivière Viard

vers l'îlet blanc
vers l'îlet blanc

vers l'îlet blanc

les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...
les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...
les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...
les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...
les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...
les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...

les riches fonds de très faible profondeur près des îlets de Carénage : étoile-coussin réticulée, ver de feu, langoustes sous corail-cerveau, spirographes...

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 16:47

Les 26 et 30 décembre 2020

Une anse sans accès routier, localisée sur un terrain privé mais restant accessible aux piétons moyennant 10 minutes de marche, une bande de sable fin blottie entre les falaises de basalte, des jardins de patates de corail et d’herbiers près des rochers, une fréquentation presque nulle, bref sans doute la plage préférée de notre séjour ! On plongera d’ailleurs deux fois au départ de cette anse située entre Pointe Noire et Deshaies, et bien que la vie sous-marine s’y avère beaucoup moins riche que vers la réserve Cousteau on pourra y observer entre autres calamars et tortue.

la plage, 100 mètres de sable fin généralement désert entre les falaises, roussette sur le chemin d'accès
la plage, 100 mètres de sable fin généralement désert entre les falaises, roussette sur le chemin d'accès
la plage, 100 mètres de sable fin généralement désert entre les falaises, roussette sur le chemin d'accès
la plage, 100 mètres de sable fin généralement désert entre les falaises, roussette sur le chemin d'accès

la plage, 100 mètres de sable fin généralement désert entre les falaises, roussette sur le chemin d'accès

les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...
les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...

les jardins de corail sur les bords de la plage et leurs habitants : serpentine rayée, calamars, tortue...

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 16:45

Le 25 décembre 2020

Dernier canyon de ce séjour guadeloupéen, la « ravine chaude », pas plus chaude ou froide que les autres malgré son emplacement sur les flancs du volcan de la « soufrière », mais par contre plus aquatique et technique. Après avoir remonté la rivière du Galion jusqu’au Bassin Bleu on bifurque à gauche et remonte tant bien que mal la rive droite de la Ravine Chaude, avec cordes fixes dans la jungle raide, puis rejoint le départ de la descente. Celle-ci s’encaisse de plus en plus jusqu’aux cascades finales, avec rappels dans l’actif, seaux d’eau sur le casque et bouillon à l’arrivée vu le débit suite aux pluies de la veille. On s’échappera donc rive droite après le premier rappel de 15 mètres pour rejoindre le sentier pris à l’allée puis la rivière du galion, finalement beaucoup plus accueillante pour des canyonistes en herbe ! Après quelques jeux aquatiques – sauts et toboggans - dans le bassin bleu, on pourra profiter sur le chemin du retour d’un diptyque arc-en-ciel et soleil couchant sur respectivement la montagne et la mer.

marche au départ du canyon
marche au départ du canyon

marche au départ du canyon

dans la première grande cascade... et la dernière vu le débit et l'encaissement de la suite, échappatoire possible rive droite à ce niveau
dans la première grande cascade... et la dernière vu le débit et l'encaissement de la suite, échappatoire possible rive droite à ce niveau

dans la première grande cascade... et la dernière vu le débit et l'encaissement de la suite, échappatoire possible rive droite à ce niveau

vers le bassin bleu de la rivière du Galion
vers le bassin bleu de la rivière du Galion

vers le bassin bleu de la rivière du Galion

crépuscule d'un côté, arc-en-ciel de l'autre à la sortie
crépuscule d'un côté, arc-en-ciel de l'autre à la sortie

crépuscule d'un côté, arc-en-ciel de l'autre à la sortie

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 16:32

Le 23 décembre 2020

Second canyon du séjour, au-dessus de la sauvage et luxuriante vallée de Beaugendre et de sa route étroite, raide et envahie par la végétation dont le parcours routier est déjà une aventure en soi ! Après une montée efficace par la route on atteint le départ de la ravine au niveau d’un replat, et après un peu de marche dans le lit du torrent on enchaîne les 3 grandes cascades, dont la descente se fait parfois tout près de l’actif, heureusement dans un débit faible. Les deux premiers rappels se font aisément sur un beau rocher volcanique aux nuances de rouge et de noir, alors que la troisième et dernière cascade se descend par un seul rappel à travers une vasque médiane encombrée de troncs, ne pas s’arrêter dans cette vasque comme je l’ai fait… Au final une belle descente dans une ravine qui s’encaisse à l’aval et offre un semblant d’ambiance canyon au sens métropolitain du terme !

au départ

au départ

dans les rappels médians
dans les rappels médians
dans les rappels médians
dans les rappels médians
dans les rappels médians
dans les rappels médians

dans les rappels médians

la dernière série de rappels (ou plutôt un seul rappel de préférence...)
la dernière série de rappels (ou plutôt un seul rappel de préférence...)

la dernière série de rappels (ou plutôt un seul rappel de préférence...)

final fleuri vers le fond de la vallée de Beaugendre

final fleuri vers le fond de la vallée de Beaugendre

Rechercher