30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 20:18

Le 30 juillet 2018

Première séance d'ap,née avec mon nouveau compact étanche. Au final une belle découverte, les fonds sous-marins sous le sentier des douaniers entre Méjean et l'Erevine s'avérant aussi beaux que les falaises émergées avec de nombreuses grottes à fleur d'eau ou immergées, des îlots, des tombants arborés de gorgones blanches et orange, et une faune riche et variée pour la rade de Marseille, notamment de gros bancs de saupes et de loups. L'appareil offre une qualité de photos correcte pour un compact à petit capteur, mais un mode macro exceptionnel ; gobies et nudibranches risquent désormais de se faire chasser... photographiquement pour se faire tirer le portrait !

saupes...

saupes...

... grande nacre...

... grande nacre...

... et gobie curieux, les valeurs sûres des premiers mètres de profondeur
... et gobie curieux, les valeurs sûres des premiers mètres de profondeur

... et gobie curieux, les valeurs sûres des premiers mètres de profondeur

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 09:03

Les 28 et 29 juillet 2018

Sommet : 3400 m
Dénivelée :
J1 : 1250 (1100-2350)
J2 : 1050 (2350-3300-2600-2700-1100)
Difficulté : 6a+ max pour les 8 longueurs parcourues (5b/5c/2/6a+/6a/5c/5c/5c), approche glaciaire à ne pas négliger


Session d’alpinisme et d’escalade dans le Valgaudemar, sur le sommet de l’Olan déjà atteint en 2012 par sa belle voie normale, la voie Escarra, une course cotée Peu Difficile un peu exigeante pour sa cotation mais aussi particulièrement esthétique. La voie « oiseau de passage » constitue cette fois le but de la longue montée au refuge de l’Olan, une voie équipée de 11 longueurs au-dessus du glacier de l’Olan. On attaque donc la voie dimanche matin sous les premiers rayons du soleil, après une approche de près de 2000 mètres de dénivelée (!), égayée par la cueillette des myrtilles la veille et le spectacle du lever de jour et de couleurs sur le glacier, et la voie tient bien sa promesse de belle escalade et de beau rocher, avec un équipement bien sûr typé montagne (bien espacé dans le 4 et 5, relativement serré dans le 6). Mention spéciale pour les quatrième et cinquième longueurs, superbes sur un gneiss rouge compact et raide aux allures de granite, et dans une belle ambiance haute montagne suspendus 100 mètres au-dessus du glacier face à la forêt d’aiguilles des Ecrins. On fera finalement demi-tour à la fin de L8, face à la perspective des rappels puis des 2000 mètres de descente à enchaîner… Les rappels se dérouleront sans accroc ou coincement de corde, alors que la traversée du glacier en neige bien molle au-dessus d’une roture béante s’avérera plus délicate ! Moyennant une courte remontée, le pas de l’Olan permet de descendre par le vallon du Clot, absolument désert en cette fin d’après-midi, de quoi s’offrir un dernier grand bol d’Oisans sauvage avant le retour à Marseille !
 

les cascades du torrent du Clot

les cascades du torrent du Clot

au départ, lumière lunaire...

au départ, lumière lunaire...

... avant le lever de couleurs solaires
... avant le lever de couleurs solaires

... avant le lever de couleurs solaires

en bas du glacier, devant la bête

en bas du glacier, devant la bête

fin d'approche glaciaire, crampons et piolet indispensables
fin d'approche glaciaire, crampons et piolet indispensables
fin d'approche glaciaire, crampons et piolet indispensables

fin d'approche glaciaire, crampons et piolet indispensables

dans L1
dans L1

dans L1

au départ de la belle L5
au départ de la belle L5

au départ de la belle L5

dans la non-moins belle L6
dans la non-moins belle L6
dans la non-moins belle L6

dans la non-moins belle L6

dans L7
dans L7
dans L7
dans L7

dans L7

dans L8, vue sur des cordées sur l'arête Escarra
dans L8, vue sur des cordées sur l'arête Escarra

dans L8, vue sur des cordées sur l'arête Escarra

au départ des rappels

au départ des rappels

la délicate traversée du glacier de l'Olan à 3100 m
la délicate traversée du glacier de l'Olan à 3100 m

la délicate traversée du glacier de l'Olan à 3100 m

jeux d'ombres vers l'ouest

jeux d'ombres vers l'ouest

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 17:57

Le 25 juillet 2018

Retour sur le beau site de psicobloc du rocher du Moulon entre Niolon et Ensuès, juste à l’est de la crique de l’Erevine.  Du conglomérat au-dessus des eaux transparentes et des gorgones et sous un dôme rocheux, des gargouilles de rocher illuminées par le soleil rasant, bref un beau cadre pour plonger et grimper en deep water solo. Le style d’escalade y reste athlétique, soit en traversée soit directement dans les dévers, attention au rocher qui devient de plus en plus sablonneux et fragile à mesure que l’on monte. A noter de très bonnes conditions ce jour, avec une mer chaude et relativement calme, et une bonne visibilité pour admirer les gorgones et anémones qui décorent l’envers du dévers.

sur les gargouilles de conglomérat
sur les gargouilles de conglomérat
sur les gargouilles de conglomérat
sur les gargouilles de conglomérat
sur les gargouilles de conglomérat
sur les gargouilles de conglomérat

sur les gargouilles de conglomérat

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 11:38

Le 24 juillet 2018

4 longueurs, équipé, 6c max
A mon sens 6a+/6a+ (très soutenu)/6c/5b


Retour dans le cirque des aiguilles au-dessus de Marseille, ses piliers de dalles de calcaire et son ouverture face à la rade au soleil couchant. La voie Pinocchio remonte un pilier de dalles jouxtant celui de la voie « Exocet » parcourue 2 semaines plus tôt, mais s’avère un peu moins homogène et soutenue que cette dernière, avec notamment une première longueur coupée de vires et une ligne qui se couche passée la première moitié de L3. On retiendra tout de même une magnifique L2, un modèle d’homogénéité en 6a+, sans un seul pas sous le 6a durant la quinzaine de mètres de la longueur en dalle sculptée, et de belles lumières vespérales dopées aux entrées maritimes sur la rade.

dans L1
dans L1

dans L1

sur la dalle de L2
sur la dalle de L2
sur la dalle de L2
sur la dalle de L2

sur la dalle de L2

en A0 dans le crux de L3

en A0 dans le crux de L3

du sommet, vue vers Marseille et la chaîne de l'Etoile sous les entrées maritimes

du sommet, vue vers Marseille et la chaîne de l'Etoile sous les entrées maritimes

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 11:34

Le 21 juillet 2018

Balade à demi-journée dans le ravin de Gorgue Longue, longue et profonde entaille entre le col de la Gardiole et la calanque de Port Miou, un canyon sec de plusieurs kilomètres qui saute aux yeux sur la carte IGN. C’est une jolie randonnée facile, sur un sentier qui commence par un beau chemin muletier ancestral puis se fraie un chemin dans la garrigue du fond du ravin, offrant une ombre salvatrice (à noter d’ailleurs de véritables bois d’arbustes sumac des corroyeurs) ! L’arrivée au parking de la calanque de Port Miou et à la foule estivale de Cassis ramène brutalement dans le monde du tourisme littoral de masse !

sur le chemin pavé du début

sur le chemin pavé du début

flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs
flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs

flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs

les cailloux au-dessus du ravin
les cailloux au-dessus du ravin

les cailloux au-dessus du ravin

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 08:55

Le 18 juillet 2018

Combinaison de L1 de "flirt en dalle" et L2 L3 de "la relève" au rocher de Saint-Michel d'eau douce

3 longueurs, équipé, 6a+ max
A mon sens 6a+/6a+ (1 pas)/5c


Comme souvent en cette saison de grimpe after work, soirée d’escalade sur le rocher Saint-Michel, dans la voie de « la relève » située à l’aplomb de la grotte de l’ours. Avec la variante en L1 de « flirt en dalle » on y trouve une voie de 3 longueurs en 6a+ max, offrant une belle date soutenue dans sa première longueur, puis de la grimpe dans le 5 hormis un pas de 6a+ en traversée sur inversées dans L2. Ce n’est pas la voie la plus homogène du secteur, elle manque de continuité par rapport à la plupart de ses voisines, mais il est en tout cas difficile de se lasser du panorama qui s’ouvre vers les Goudes et l’île Maïre à mesure que l’on monte, et du rappel en fil d’araignée dans la grotte de l’ermite !
 

dans la grotte de l'ours
dans la grotte de l'ours

dans la grotte de l'ours

dans "flirt en dalle"

dans "flirt en dalle"

à la fin de L1 de "flirt en dalle"

à la fin de L1 de "flirt en dalle"

dans L2 de "la relève"
dans L2 de "la relève"

dans L2 de "la relève"

dans L3 de "la relève"

dans L3 de "la relève"

le second rappel de la grotte de l'ermite
le second rappel de la grotte de l'ermite

le second rappel de la grotte de l'ermite

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 10:08

Le 14 juillet 2018

Voie "une pincée de Ketchup"

10 longueurs, équipé, 6c max

6b+/6b/6b/6b+/5c+/6a+/6b/6b+/6c/6b

Journée d’escalade dans le Verdon, sur la falaise du Vernis qui offre le double avantage d’être exposée au nord-est (et donc à l’ombre l’après-midi) et située à l’entrée des gorges du Verdon (et donc d’accès routier relativement rapide pour une virée à la journée depuis Marseille). L’approche pédestre depuis le pont du Galetas se fait sous la forêt de chênes puis à travers les buis qui n’offrent malheureusement moins d’ombre sous le cagnard de cette fin juillet ! On emprunte ensuite une vire descendante panoramique avant les 2 rappels principalement en fil d’araignée, le tout au-dessus du Verdon et de sa « rue d’eau », bien embouteillée d’embarcations en tout genre en ce week-end de juillet. 
Les 10 longueurs d’escalade suivantes gardent cette belle ambiance Verdon tout au long d’une escalade homogène dans le 6a/b (à l’exception de quelques mètres en 6c ou plus dans L9, bien équipés pour passer en A0) et très bien équipée : le nombre de spits fait plus penser par contre au cap Canaille qu’au Verdon ! La grimpe s’avère généralement athlétique, tout particulièrement dans les 3 premières longueurs, la première crispant bien à froid les avant-bras ! Après une première partie manquant un peu de continuité, l’ambiance se fait, à partir de L7, plus prenante au-dessus de la grande vire médiane : du gaz, du rocher plus compact sans vires et terrasses, bref, une très belle ambiance Verdon au-dessus du ruban d’eau bleu-vert. Les septième, huitième et dernière longueurs sont d’ailleurs toutes magnifiques dans leur style : dièdre (LE dièdre « Ketchup ») puis traversée fine en L7, fissure puis traversée fine encore en L8, et mur raide à trous, soutenu et homogène, en L9. Une belle grande voie donc au final, douloureuse pour les doigts et les pieds sur les gouttes d’eau et trous abrasifs du rocher local ; on en appréciera d’autant plus la baignade vespérale dans les eaux chaudes du lac de Sainte-Croix au retour !

sur la vire d'approche, vues plongeantes sur la rue d'eau du Verdon et la falaise de tuf de Saint-Maurin
sur la vire d'approche, vues plongeantes sur la rue d'eau du Verdon et la falaise de tuf de Saint-Maurin

sur la vire d'approche, vues plongeantes sur la rue d'eau du Verdon et la falaise de tuf de Saint-Maurin

au départ des 2 rappels

au départ des 2 rappels

dans les 2 rappels, pendulaires
dans les 2 rappels, pendulaires
dans les 2 rappels, pendulaires

dans les 2 rappels, pendulaires

dans L1, à bras !

dans L1, à bras !

sortie de L3, belle longueur en traversées puis mur raide

sortie de L3, belle longueur en traversées puis mur raide

départ de L4

départ de L4

dans L5
dans L5

dans L5

dans L7 et son superbe dièdre à Dülfer
dans L7 et son superbe dièdre à Dülfer

dans L7 et son superbe dièdre à Dülfer

dans la traversée de L8

dans la traversée de L8

vue sur la route des gorges rive droite

vue sur la route des gorges rive droite

dans L9 en traversée

dans L9 en traversée

au départ de L10, cerise sur le calcaire de cette belle voie

au départ de L10, cerise sur le calcaire de cette belle voie

vues vers le Galetas et les aiguilles de calcaire des crêtes de l'Ourbès

vues vers le Galetas et les aiguilles de calcaire des crêtes de l'Ourbès

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 12:47

Le 11 juillet 2018

3 longueurs, équipé, 6b+ max
A mon sens 6a/6b+/6b+

Soirée d’escalade au cirque des aiguilles versant nord des calanques, l’un des sites les plus adaptés à la grimpe vespérale de par ses approches routières et pédestre rapides et l’exposition globalement nord des voies. Pour autant, nonobstant l’ampleur réduite des itinéraires (pas plus de 100 mètres de hauteur), le grimpeur y trouve de très belles lignes en beau rocher compact, principalement en dalles raides, dans un beau cadre face au îles du Frioul et au-dessus de la ville. La voie « Exocet » ne déroge pas à cette règle tout au long de ses 3 longueurs, avec notamment 2 très belles longueurs finales en dalle sculptée, homogènes et soutenues dans le 6b/6b+. De la grimpe fine tout en lecture et placements, mais un peu de douleur pour les doigts et orteils, alors que les yeux profitent du crépuscule sur la rade de Marseille.

dans l'approche, un joli cirque au-dessus de la rade, décoré d'aiguilles de calcaire
dans l'approche, un joli cirque au-dessus de la rade, décoré d'aiguilles de calcaire

dans l'approche, un joli cirque au-dessus de la rade, décoré d'aiguilles de calcaire

L1

L1

L2 et son magnifique rocher blanc à réglettes
L2 et son magnifique rocher blanc à réglettes

L2 et son magnifique rocher blanc à réglettes

L3

L3

vue sur les pyramides de calcaire au-dessus

vue sur les pyramides de calcaire au-dessus

crépuscule sur le cirque des aiguilles
crépuscule sur le cirque des aiguilles
crépuscule sur le cirque des aiguilles

crépuscule sur le cirque des aiguilles

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2018 7 08 /07 /juillet /2018 17:50

Le 8 juillet 2018

Après la longue journée de la veille dans le Verdon, courte excursion en kayak entre les criques de Grand Méjean et de l’Erevine à Ensuès-la-Redonne. On profite d’un point de vue différent sur des côtes souvent longées à pieds, et la folle géologie des lieux semble plus évidente de la mer : falaises de grès rouge stratifié, filons de marnes oranges, dalles suspendues de calcaire, blocs de conglomérat et nombreuses grottes, à fleur d’eau (et donc accessibles en kayak) ou à flanc de falaises se succèdent jusqu’à la plage de galets blancs de l’Erevine ; dommage qu’ici les bateaux à moteur thermique qui se multiplient avec l’été polluent autant, bien loin de l’air pur et du silence des lacs du Verdon, où seuls les bateaux électriques peuvent naviguer !

les falaises littorales d'Ensuès et ses dalles suspendues désormais équipées
les falaises littorales d'Ensuès et ses dalles suspendues désormais équipées

les falaises littorales d'Ensuès et ses dalles suspendues désormais équipées

la crique de l'Erevine

la crique de l'Erevine

le grès stratifié près du Cap Méjean

le grès stratifié près du Cap Méjean

dans la grotte marine de Méjean
dans la grotte marine de Méjean

dans la grotte marine de Méjean

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2018 7 08 /07 /juillet /2018 17:46

Le 7 juillet 2018

Journée de kayak sur le lac d’Esparron et les basses gorges du Verdon. La plage de Saint-Julien, qui s’atteint depuis Gréoux par une jolie route à péage serpentant dans la forêt de chênes pubescents, permet une mise à l’eau aisée, tout près d’une des prises d’eau du canal de Provence. On peut alors flâner sur les plages d’herbes et de buis et profiter des eaux chaudes du lac (sans doute déjà proches de 30°C, l’absence d’eaux profondes froides interdisant ici tout effet d’upwilling par mistral), avant de se lancer dans la remontée des basses gorges du Verdon jusqu’au pont de Quinson qui marque leur extrémité amont. Une longue balade (près de 25 km aller-retour de la plage de Saint-Julien à Quinson) dans des gorges généralement peu encaissées, mais où alternent sur les rives forêts et falaises de calcaire parfois percées de cavités, comme la grotte murée de Gaspard de Besse à mi-gorges. L’ambiance se fait plus verdonesque sur le tiers amont avec des gorges qui se resserrent entre des parois de calcaire compact qui invitent au deep water solo. Le retour dans le sens du courant, insensible, mais face au vent, s’avérera en fait un peu plus physique que l’aller, sans la foule hétéroclite des embarcations à motorisation électrique… ou humaine (bateaux, canoés, kayaks, pédalos, paddles…) deux heures plus tôt, les horaires de fermeture des locations ramenant la tranquillité en fin d’après-midi. Au final une belle et grande journée de kayak dans des gorges découvertes à pieds 2 ans plus tôt ; mieux vaut porter un enfant sur un kayak que sur le dos !

au départ sur les eaux vertes du lac d'Esparron
au départ sur les eaux vertes du lac d'Esparron

au départ sur les eaux vertes du lac d'Esparron

l'après-midi est un long fleuve tranquille
l'après-midi est un long fleuve tranquille
l'après-midi est un long fleuve tranquille
l'après-midi est un long fleuve tranquille

l'après-midi est un long fleuve tranquille

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens