27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 09:06

Le 26 mai 2018

Voie Belin ou du petit pilier
4 longueurs, équipé, 5c+ max
A mon sens 5c+/5c/5c+/5c


Voie de la croix, 3 longueurs, équipé, 6a+ max
A mon sens 5b/(petit)6a+/(gros)6a+


Retour à l’escalade sur la face sud de la Candelle, 1 mois après Mahavishnu. Difficile de se motiver pour le caillou en ce mois de mai alors que les Alpes sont encore couvertes de neige, les prés de fleurs et les canyons d’eaux vives ! Le ciel restera beaucoup plus couvert qu’annoncé sur les prévisions météo, mais les nuages en invité surprise nous éviteront finalement de nous liquéfier dans la moiteur ambiante, ambiance tropicale sur les calanques comme souvent en ce printemps !
Le parcours des voies Belin et de la Croix offre un enchaînement logique et homogène dans le 5c/6a, varié dans les styles (dalle, fissure, dièdre, petit dévers…), mais aussi dans l’équipement, avec des points souvent très éloignés dans la Belin et beaucoup moins dans la Croix. On se sent au final plus à l’aise dans la seconde longueur de la Croix, prétendument en 6b (en fait un 6a avec 2 pas de 6a+ sur la fin) mais très bien équipée, que dans la première de la Belin, un 5c aux allures de 6a soutenu en dalle, avec des pas obligatoires et un espacement des points jusqu’à 5 mètres ! Quoi qu’il en soit, les 2 voies proposent une escalade intéressante sur un bon rocher (hormis dans leur dernière longueur), mention spéciale pour les très belles secondes longueurs, en traversée sur les pieds pour la Belin et en dièdre/fissure/dévers pour la Croix. Même la première longueur de la Croix, pas majeure pour la grimpe, offre l’intérêt actuellement de passer entre de véritables buissons de lavatères maritimes en fleurs !
 

dans L1 de la Belin
dans L1 de la Belin

dans L1 de la Belin

dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds
dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds
dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds
dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds
dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds

dans la belle L2 de la Belin en traversée (facile) sur les pieds

dans L3 de la Belin en fissure-dièdre
dans L3 de la Belin en fissure-dièdre

dans L3 de la Belin en fissure-dièdre

lavatère maritime en fleur au pied de la face sud de la Candelle

lavatère maritime en fleur au pied de la face sud de la Candelle

dans la belle L2 de la voie de la croix
dans la belle L2 de la voie de la croix
dans la belle L2 de la voie de la croix
dans la belle L2 de la voie de la croix

dans la belle L2 de la voie de la croix

vue depuis la fissure à Dülfer de L3

vue depuis la fissure à Dülfer de L3

arrivée au sommet de la Candelle

arrivée au sommet de la Candelle

une cordée au sommet de l'arête de Marseille

une cordée au sommet de l'arête de Marseille

Partager cet article

Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 20:25

Le 23 mai 2018

Exploration d'une très belle grotte inconnue des topos et du Web (peut-être même du parc), merci à qui de droit pour les indications ! C'est sans doute le plus beau concrétionnement des calanques, accessible qui plus est facilement, aussi bien pour l'approche que dans la grotte elle-même ; aucun matériel de progression verticale n'y est nécessaire ! On y trouve une grande salle décorée de colonnes, draperies et stalag-x-ites, et surtout de magnifiques parois et plafonds d'excentriques multicolores dans les salles secondaires, comparables à ce qu'on trouve par exemple dans la grotte du Draïoun sous le cap Canaille, mais avec un accès infiniment plus rapide et facile. Vu la fragilité du milieu souterrain et la situation géographique dans un espace réglementé, je n'ai ajouté aucune photo d'extérieur, et ne divulguerai ici aucune information...

vues des stalag-x-ites de la salle principale et d'un plafond d'aragonite tridimensionnelle
vues des stalag-x-ites de la salle principale et d'un plafond d'aragonite tridimensionnelle

vues des stalag-x-ites de la salle principale et d'un plafond d'aragonite tridimensionnelle

vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...
vues de détail des excentriques colorées, seules...

vues de détail des excentriques colorées, seules...

... et avec l'échelle !
... et avec l'échelle !
... et avec l'échelle !

... et avec l'échelle !

Partager cet article

Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 19:32

Le 20 mai 2018

Retour sur cet étang saturé en sel (de façon artificielle, il s’agit en fait de saumure injectée depuis les silos à hydrocarbures de Manosque), et aux eaux rougies par les crevettes qui s’y développent. On y trouve un paysage incongru en France de Mer Morte mâtinée de salars boliviens, avec le rouge des eaux bordé du blanc du sel qui cristallise sur les blocs de molasse ou les troncs morts. Par ailleurs, l’étang constitue le point émergé le plus bas de France, l’occasion de randonner à 10 mètres sous le niveau de la mer sans masque et tuba !

les eaux rouges et le sel blanc

les eaux rouges et le sel blanc

vues de détail des cristallisations de sel
vues de détail des cristallisations de sel
vues de détail des cristallisations de sel

vues de détail des cristallisations de sel

détail des blocs de molasse à fossiles de coquillages sur les bords de l'étang

détail des blocs de molasse à fossiles de coquillages sur les bords de l'étang

Partager cet article

Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 19:28

Le 20 mai 2018

Balade sur la rive nord de l’étang de Berre, dans une zone de marais proche de Saint-Chamas appelée petite Camargue. On y trouve un écosystème proche de celui de la Camargue ou des zones humides des Paluns à Marignane, des étangs, sansouires, prairies sèches ou humides, roselières… qui recèle une riche faune, spécialement avicole (plusieurs hérons cendrés vus ce jour). Mention spéciale à la fin du printemps pour les magnifiques genêts à balais dont les fleurs jaunes forment parfois ici un véritable tunnel au-dessus des sentiers !

la flore locale, colorée et surtout abondante !
la flore locale, colorée et surtout abondante !
la flore locale, colorée et surtout abondante !
la flore locale, colorée et surtout abondante !
la flore locale, colorée et surtout abondante !

la flore locale, colorée et surtout abondante !

paysages de marais, sous le soleil près de l'orage qui sévit plus à l'est !
paysages de marais, sous le soleil près de l'orage qui sévit plus à l'est !
paysages de marais, sous le soleil près de l'orage qui sévit plus à l'est !
paysages de marais, sous le soleil près de l'orage qui sévit plus à l'est !

paysages de marais, sous le soleil près de l'orage qui sévit plus à l'est !

Partager cet article

Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 19:26

Le 19 mai 2018

Balade dans l’une des 2 très belles criques méconnues car difficiles d’accès du Rove, entre l’Estaque et Niolon. On y accède par une sente littorale en corniche au-dessus de la mer et de voie ferrée, au milieu des bouquets de valériane, avec de beaux points de vue sur les escarpements côtiers de la partie orientale de la côte bleue. On peut au passage explorer avec une lampe de poches les tunnels de la batterie allemande du Rove sur la droite du sentier, avant de récupérer une histoire plus souriante et le soleil dans la belle crique de l’Establon. On y profite d’un décor très calanquais de calcaire blanc où s’accrochent quelques pins et d’eaux translucides dans une solitude presqu’assurée, à moins que des plaisanciers ne veuillent rejoindre cette plage si tentante !

cystes et pavot cornu sur le sentier
cystes et pavot cornu sur le sentier

cystes et pavot cornu sur le sentier

la crique confidentielle de l'Establon

la crique confidentielle de l'Establon

Partager cet article

Repost0
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 12:11

Le 12 mai 2018

Balade dans le vallon de la Panouse situé dans la portion nord des calanques, là où le flot des randonneurs se fait discret. Ce vallon méconnu permet de rejoindre le haut de la muraille de Chine qui domine la route du col de la Gineste, et offre un bel environnement sauvage et calme malgré la proximité de la ville qu’on domine. Après les nombreux incendies qui l’ont ravagé, on y trouve une garrigue dense et bien fleurie en ce mois de mai arrosé, des ruines de fours à chaux sous des falaises stratifiées rive droite et des gendarmes de calcaire rive gauche, une vue mer (… et ville) des crêtes sommitales, bref une belle ambiance calanques vite accessible du parking en ne croisant en tout et pour tout que 2 personnes de la journée.

la rive droite du vallon au-dessus des genêts

la rive droite du vallon au-dessus des genêts

la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...

la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...

les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse
les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse

les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse

dalle lisse et rocher stratifié
dalle lisse et rocher stratifié
dalle lisse et rocher stratifié

dalle lisse et rocher stratifié

sabline de Provence dans les éboulis

sabline de Provence dans les éboulis

vue sur la muraille de Chine en haut du vallon

vue sur la muraille de Chine en haut du vallon

brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359
brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359

brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359

Partager cet article

Repost0
11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 19:46

Les 10 et 11 mai 2018

Itinéraire : Ailefroide – refuge du Pelvoux – selle neigeuse à 3800 m – refuge du Pelvoux – Ailefroide


Sommet : 3800 m
Dénivelée : 
J1 : 1500-2700
J2 : 2700-3800-1500
Difficulté : 4.2 pour le couloir Coolidge, avec environ 300 m à plus de 40°


Tentative de traversée du Pelvoux en ce printemps encore bien enneigé malgré la fonte extrêmement rapide depuis un mois, mais aux créneaux météo décidément bien limités. On se fie à la belle matinée prévue le vendredi matin pour monter au refuge du Pelvoux, sous les nuages et parfois la pluie fine, sous forme liquide jusqu’à plus de 3000 mètres. Le lendemain matin les éclaircies espérées ne sont pas là, et l’on atteint le plateau glaciaire sommital dans le brouillard. Devant la perspective de skier sans visibilité la chute de séracs du glacier des Violettes la décision s’impose de descendre par le couloir Coolidge de la montée, qu’on skiera dans sa partie basse sur une dizaine de cm de poudreuse de la nuit et sous la seule éclaircie de la journée, large quoique courte. Après ce bel intermède on retourne sous les nuages et la neige détrempée malheureusement caractéristique de ce mois de mai. Les névés du fond du vallon du Sélé apportent plus de portance et donc un meilleur ski, presque jusqu’à la passerelle à 1570 m (pas mal pour une mi-mai, malgré environ 200 mètres de portage  vers l’ancien abri Puiseux). On reviendra pour la traversée, avec une meilleure neige mais surtout une meilleure météo !
 

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons
J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge
J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard
J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme
J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : premières floraisons dans le mélézin

J2 : premières floraisons dans le mélézin

Partager cet article

Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 20:59

Le 8 mai 2018

Balades sur le sentier littoral de la vieille Couronne à la zone humide du Grand Vallat à Sausset au niveau de l’anse de Boumandariel. C’est une courte et très jolie randonnée facile, où l’on progresse entre parterres de fleurs, dont de véritables buissons de mauves royales, côte souvent rocheuse, avec une barre de calcaire d’une dizaine de mètres de haut creusée à sa base par la mer, et parfois effondrée en criques à l’eau translucide. On trouve d’ailleurs des restes d’une carrière antique dans l’anse de la Beaumaderie, avec un quadrillage de blocs taillés insolite en bord de mer, déjà un but de randonnée en soi. On rejoint ensuite via les plages de Sainte-Croix et le port des Tamaris l’embouchure du fleuve (!) du Grand Vallat et sa zone humide longée par un sentier botanique, une roselière à la flore rare dans les Bouches-du-Rhône, où l’on peut observer de très près canards et ragondins à quelques mètre d’une départementale.
Une belle journée de balades et de baignades en un mois de mai qui constitue décidément ma période préférée de l’année, où l’on peut passer, comme je l’ai fait cette semaine, du ski entre les séracs à la balade en shirt entre coquelicots et lavatères ou aux premiers ploufs dans la Grande Bleue !

le phare de la Couronne Vieille

le phare de la Couronne Vieille

la carrière antique de la Beaumaderie
la carrière antique de la Beaumaderie
la carrière antique de la Beaumaderie

la carrière antique de la Beaumaderie

buissons de lavatères maritimes
buissons de lavatères maritimes
buissons de lavatères maritimes

buissons de lavatères maritimes

la côte "bleue"
la côte "bleue"
la côte "bleue"

la côte "bleue"

flore des marais du Grand Vallat
flore des marais du Grand Vallat

flore des marais du Grand Vallat

les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches

les ragondins peu farouches

Partager cet article

Repost0
6 mai 2018 7 06 /05 /mai /2018 18:34

Les 5 et 6 mai 2018

Itinéraire : Gioberney - cabane du Vaccivier - col du Chardon - glacier du Petit Chardon - refuge du Carrelet - glacier du Says - col du Says - cabane du Vaccivier - Gioberney - Dénivelé réel effectué : 2800m

Sommet : 3200 m au collu 200 mètres au sud du col du Says

Dénivelée : 2800 m

J1 : 1600-3100-1900

J2 : 1900 - 3200 - 1600

Difficulté : 4.2 dans la descente du couloir sud-ouest du col du Says, départ à 45° puis 300 m à 40°

Un beau tour, alpin et sauvage, mais aussi engagé et exposé, encore plus par météo médiocre et nivologie encore pire comme c'était le cas ce week-end.

Le temps s'est avéré beaucoup moins bon qu'annoncé et espéré, avec dans les 2 cas du ciel souvent couvert hormis quelques éclaircies en fin de matinée et samedi en fin  d'après-midi. Les sommets à l'est du Vénéon sont d'ailleurs restés dans les nuages durant les 2 jours, et les Ailefroide n'ont jamais daigné montrer leur crête sommitale au-dessus de l'impressionnante paroi nord-ouest plâtrée de fraîche.

Côté neige rien de bien bon non plus : c'est beaucoup mieux en quantité qu'en qualité avec un faible regel nocturne au-delà de 2500 m le samedi et 2800 m le dimanche, et de la croûte non portante sous 2900 m. La neige de névé sous 2500 m environ, et son enfoncement limité même aux heures les plus chaudes, a peut-être donné le meilleur ski du raid !  De nombreux et parfois gros restes d'avalanches parsèment ce printemps le fond des vallons des Ecrins, notamment dans le Valgaudemar. L'avalanche des Rouies est d'ailleurs partie cette année, et son dépôt est énorme en surface et épaisseur au niveau du replat devant le chalet du Gioberney (sans doute près de 20 mètres par endroits) !

On était un peu tendus dans les descentes à vue du glacier du Petit Chardon par sa rive droite (erreur de notre part en voulant re-traverser rive gauche) et surtout dans celle du couloir sud-ouest du col du Says, raide et exposé au-dessus d'une barre (exposition à relever d'ailleurs à 3 à mon avis). Le repérage préalable la veille dans la montée au col du Chardon et Iphigénie sur le smartphone permettent de trouver la bonne ligne à travers les barres rocheuses dans les 400 mètres supérieurs, depuis un collu situé une centaine de mètres au sud du col du Says. Heureusement qu'un petit regel a gardé la neige à peu près portante en haut du couloir, à défaut, les autres passage possibles entre Vénéon et Valgaudemar par le sommet des Rouies ou le col du Chardon parcouru la veille ne nous inspirant pas plus, cela aurait été retour à la Bérarde et grosse galère pour rejoindre la voiture dans le Valgaudemar !
Sinon un tour peu classique et très esthétique avec une ambiance glaciaire marquée malgré la faible altitude du pic du Says autour duquel la boucle se déroule : on évolue près voire entre de hauts et beaux séracs bleutés sur les glaciers du Petit Chardon et du Says, ambiance tour de la Meije ou dôme des Ecrins avec un petit refuge rien que pour nous, loin de la foule du Promontoire ou du Glacier Blanc...

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages
J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : sur la neige de névé sous le glacier
J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un  gros dépôt à 1100 m plein sud !

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un gros dépôt à 1100 m plein sud !

Partager cet article

Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 20:48

Le 1er mai 2018

Voie Mahavishnu, sortie par le temple
6 longueurs, équipée, 6b max
6a+/5c+/6b pour Mahavishnu
2/5c+/5c/5a pour la sortie par le temple


Escalade au socle de la Candelle sur la voie Mahavishnu, proche du Temple et de la Civa. Ses 3 longueurs (qui rejoignent ensuite les longueurs terminales du Temple) proposent une escalade variée en mur raide, dièdre et dalle, délicate en L1, à la fois athlétique, patinée, soutenue dans le 6a/6a+ et d’équipement relativement espacé laissant certains pas obligatoires. Une longueur donc bien dure à froid, plus dans le 6a+ que le 6a, la suite s’avérant plus tranquille dans le très beau dièdre de L2 puis la dalle de L3, nonobstant un seul pas dur dans L3, pas simple à passer en artif et encore plus en libre ! 
 

dans la (dure) première longueur de Mahavishnu
dans la (dure) première longueur de Mahavishnu

dans la (dure) première longueur de Mahavishnu

au départ du dièdre en L2 de Mahavishnu

au départ du dièdre en L2 de Mahavishnu

sortie de la troisième et dernière longueur de Mahavishnu

sortie de la troisième et dernière longueur de Mahavishnu

dans L7 du Temple, fissures puis traversée
dans L7 du Temple, fissures puis traversée

dans L7 du Temple, fissures puis traversée

à la sortie du Temple

à la sortie du Temple

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens