28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:36

Un nouveau topo/livre d'escalade en Provence d'un grimpeur marseillais (Nicholas Armstrong), avec une sélection de 100 grandes voies, des calanques au Verdon en passant par Cap Canaille, sélection que je partage et que j'ai parcourue en grande partie pour les voies de mon niveau !

On y trouve des topos détaillés de voies dans des niveaux du 5 au 7 et un riche fond photographique. J'ai d'ailleurs contribué à l'illustration photographique de 2 itinéraires particulièrement esthétiques sur des arêtes ou au fond d'un aven donnant sur la Grande Bleue.

http://www.chemindescretes.fr/100%20plus%20belles%20grandes%20voies%20de%20Provence.html

les 100 plus belles grandes voies de Provence
les 100 plus belles grandes voies de Provence
les 100 plus belles grandes voies de Provence

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:34

Le 28 avril 2018

13 longueurs, équipé, 6b max
6a/5a/6b/6a/5c/5c/6a pour la section parcourue ce jour (à partir de la septième longueur)


Après un premier parcours partiel en 2012, interrompu au sommet du second ressaut, retour sur cette belle grande voie qui remonte l’intégralité de la montagne Sainte-Victoire sur ses 3 ressauts jusqu’à la brèche du Prieuré. On ne grimpera cette fois que les second et troisième ressauts, avec de belles longueurs en dalles dont les crux se trouvent aux milieux de L9 et L10, friction des chaussons obligatoire ! Le dernier ressaut près de la brèche du Prieuré, découvert ce jour, offre 3 longueurs d’escalade de difficulté croissante jusqu’à une belle troisième longueur variée en traversée à droite, dalle, traversée à gauche (attention au tirage !) et petit mur terminal, le tout face à la Croix de Provence et au-dessus de la brèche du Prieuré. Une belle ambiance donc pour les yeux, et une bonne pause pour les papilles sous ce dernier ressaut avec de nombreuses asperges encore bien vertes ! 

dans L7, athlétique !

dans L7, athlétique !

dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b

dans L9 et son pas de 6b

dans L10

dans L10

dans L12
dans L12

dans L12

dans L13 en dalle et traversée(s)
dans L13 en dalle et traversée(s)
dans L13 en dalle et traversée(s)

dans L13 en dalle et traversée(s)

vue sur la Sainte-Victoire sur le chemin du retour

vue sur la Sainte-Victoire sur le chemin du retour

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:32

Le 27 et 29 avril 2018

Balade autour de l’étang de Bolmon vers les observatoires ornithologiques de la Palun et de Barlatier, juste au sud de l’étang de Berre. Entre les zones urbanisées, les pistes de l’aéroport, les autoroutes et les usines, les communes de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues offrent une zone protégée par le Conservatoire du Littoral au sud de l’étang de Bolmon, encore sauvage malgré cet environnement dégradé. On évolue sur des sentiers blottis sous la roseraie entre les marais, observe les rapaces et les cygnes depuis les observatoires ornithologiques, un vrai petit coin de Camargue échoué au bord de l’étang de Berre !

roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique

roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique

dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !
dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !

dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !

Partager cet article

Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 22:01

Le 26 avril 2018

Vieille canaille, 6 longueurs, équipé, 6b max
A mon sens 5c+/6a/6b/6b/6a+/6b


Après plus d’un mois d’infidélité(s), retour sur les falaises soubeyrannes, dans une nouvelle voie voisine de « Ciao Bella » déjà parcourue plusieurs fois pour sa beauté et sa rapidité d’accès en un seul rappel en contrebas du parking. La voie « vieille canaille » remonte les murs et dévers de grès juste au nord de « Ciao Bella » en 6 longueurs dont aucune n’est à oublier. Du rocher (déjà) bon et beau de bas en haut, un équipement de qualité et de la grimpe finalement assez variée entre dalle, dièdre, dévers et mur raide concourent à en faire une très belle voie, parmi les plus belles du secteur. Mention spéciale pour la magnifique L3 en dalle de grès compacte sur une trentaine de mètres, L4 en toits (trop) athlétiques mais prisus et L6 à nouveau en dévers ludique puis traversée fine au-dessus d’un magnifique relais perché dans une grotte. Une voie qui devrait donc rapidement figurer dans les classiques de Canaille, pour une obligation qui ne dépasse sans doute pas le 6a+ (en L3 et L6).

dans L1
dans L1

dans L1

dans L2

dans L2

la vire avant L3

la vire avant L3

dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3

dans le magnifique mur compact de L3

à la sortie du toit de L4
à la sortie du toit de L4

à la sortie du toit de L4

dans L5
dans L5
dans L5

dans L5

vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6

vues du relais à la base de L6

Partager cet article

Repost0
22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 18:26

Les 21 et 22 avril 2018

Itinéraire : Fouillouse - refuge de Chambeyron - couloir Bujon au Brec de Chambeyron - descente jusqu'au Y du couloir - couloir nord (arrêt à la selle) - refuge de Chambeyron - pointe de Chauvet - pas de la Souvagéa - vallon d'Aval - couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa - vallon d'Aval - le Pont Voûté

J1 : couloir Bujon et couloir nord au Brec de Chambeyron

Dénivelée : 1750 m (1900-2750-2600-3250-3000-3250-2600)

Difficulté : 5.1 pour la partie skiée (couloir Bujon, partie haute du couloir nord en neige froide mais compacte faite en aller-retour), plus de 45° sur 100 mètres puis plus de 40° sur 200 mètres

J2 : traversée de la pointe d'Aval avec un couloir de la Souvagéa au passage

Dénivelée : 1250 m (2600-3300-2350-2900-1650)

Difficulté : 4.3, environ 300 mètres à plus de 40° dont 100 mètres à 45° pour le couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa

Week-end de ski de couloirs autour du refuge de Chambeyron, idéalement situé au coeur du chaînon des aiguilles et du Brec éponymes en Haute-Ubaye et doté de tout le confort... qu'on ne peut ne pas attendre d'un refuge non gardé : lumière, poêle à charbon, couettes, toilettes sèches et même eau courante à quelques dizaines de mètres ! On y profitera pas de la solitude espérée mais en tout cas de beaux couloirs en conditions par contre inespérées, avec encore de la neige froide dans les parties encaissées ne voyant pas le soleil au-dessus de 2700 mètres, évoluant sans transition croûtée à la descente vers de la bonne moquette à poils plus ou moins ras suivant l'heure de descente ! Après une descente tendue du haut du couloir Bujon, on ne skiera par contre pass le haut du couloir nord du Brec, en neige un peu trop compacte pour une pente à 50°, et  s'arrêtera même au niveau de la selle neigeuse : la traversée puis le couloir à 55° au-dessus, suspendus au-dessus de 200 mètres de falaise, nous feront faire demi-tour, même en crampons !

On poursuivra malgré tout le lendemain dans la même veine (ou plutôt couloir !) sous la crête de Souvagéa, versant nord du vallon d'Aval, où des couloirs encaissés de 200 à 400 mètres de hauteur serpentent entre des tours rocheuses aux allures dolomitiques : là encore la moquette d'avril succède directement à la poudreuse de l'ombre des couloirs, avant par contre une neige totalement pourrie par la chaleur et l'absence de regel sous 2000 mètres. On enregistrera d'ailleurs une température de près de 20°C sur une terrasse de café à Maljasset  (1900 m) à 15h !

J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec

J1 : dans l'approche des couloirs du Brec

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa
J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

Partager cet article

Repost0
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 17:18

Le 13 avril 2018

Sommet : 3400 m

Dénivelée : 600 m

Difficulté : 3.2

Après la chute de neige de la nuit, qui a déposé environ 30 cm de poudreuse au-dessus de 3000 m (bien moins en-dessous), et les sessions de hors-piste de la matinée, montée en ski de randonnée au col des Roches au-dessus du Grand Col, sur la voie d'ascension du Mont Pourri. Je renoncerai finalement à ce dernier, la faute à une trace qui s'interrompt au col des Roches avec une pente finale du Pourri exposée ouest convexe au-dessus de la barre de séracs (après une semaine de fort vent d'est...) et une crevasse/rimaye encore bien apparente depuis le col, pas très rassurant, encore plus en solo. La descente du glacier du Grand Col en poudreuse, vierge à l'exception d'une trace, ne laissera aucune amertume, un plaisir de godiller à côté des séracs en glace bleue. 50 minutes de montée, une petite demi-heure de descente (un plaisir à savourer...), contrat rempli avant le retour sur les pistes des Arcs.

repérage depuis le sommet de l'Aiguille Rouge le matin, la trace est faite !

repérage depuis le sommet de l'Aiguille Rouge le matin, la trace est faite !

vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc
vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc

vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc

à la descente
à la descente

à la descente

Partager cet article

Repost0
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 17:16

Du 9 au 15 avril 2018

Pendant cette semaine de ski/piscine/luge/hammam/sauna basée aux Arcs, quelques sessions de ski hors-piste et/ou de randonnée au départ des remontées mécaniques. Malgré les prévisions météo pessimistes au départ, on bénéficiera au final d'une météo dominée par le soleil dès le mardi 10 après-midi, un temps de föhn jusqu'au jeudi 12 au soir. Une météo donc venteuse de sud-est, parfois voilée mais le plus souvent ensoleillée et plutôt fraîche, avec une petite chute de neige le 10 au matin et une autre de 20 à 40 cm à 3000 m dans la nuit du 12, qui permettra du grand ski de poudreuse le lendemain. A noter une météo nuageuse et neigeuse toute la semaine seulement quelques kilomètres plus à l'est vers la frontière italienne, qui joue donc bien son rôle de barrière climatique pour ces retours d'est !

le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...
le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...

le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...

... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...
... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...

... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...

... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !
... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !

... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !

le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest
le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest

le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest

sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur
sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur
sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur

sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur

le 13 avril après-midi : hors-piste sous le téléphérique de l'Aiguille Rouge, de 20 à 40 cm de poudreuse qui rebondit à chaque virage... avant une montée en peaux au col des Roches, une journée bien remplie !

le 13 avril après-midi : hors-piste sous le téléphérique de l'Aiguille Rouge, de 20 à 40 cm de poudreuse qui rebondit à chaque virage... avant une montée en peaux au col des Roches, une journée bien remplie !

Partager cet article

Repost0
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 16:38

Le 8 avril 2018

Sommet : 2200 m

Dénivelée : 800 m

Difficulté : 2.1 (!), mais bien skiant tout du long...

Courte et brève randonnée sur le dôme de Vaugelaz, par une journée de föhn marquée par une fort redoux et une regel nocturne inexistant sous 1800 m. La grande instabilité du manteau (des plaques de fond parties presque partout) et le créneau horaire limité à une petite matinée m'orienteront vers cette jolie course courte et peu raide mais sans faux-plat ! Les 400 premiers mètres de descente en moquette un peu trop profonde feront oublier le fort vent de face et la trace à faire dans parfois 50 cm de neige pourrie de la montée...

du sommet, vue vers le Mont-Blanc...

du sommet, vue vers le Mont-Blanc...

... et la Pierra Menta

... et la Pierra Menta

des courbes de neige et de ski, la substantifique moëlle du ski de randonnée

des courbes de neige et de ski, la substantifique moëlle du ski de randonnée

vue vers le vallon de la Balme, ravagé par les plaques de fond

vue vers le vallon de la Balme, ravagé par les plaques de fond

des lignes douces, du ski bien différent des couloirs des Abruzzes quelques jours plus tôt !

des lignes douces, du ski bien différent des couloirs des Abruzzes quelques jours plus tôt !

enneigement à 2000 m en adret...

enneigement à 2000 m en adret...

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 20:51

Le 1er avril 2018

Via Beatrice, 5 longueurs, équipé, 5c max

A mon sens 3/5c/5b/5b/4c (première longueur non parcourue, à cause de la mer démontée)

Elisa V, 4 longueurs, équipé, 6b max

6b/6b/6a/3 (2 dernières longueurs non parcourues, à cause de la ponte d'un goéland... au relais de la troisième longueur !)

Durant cette semaine de ski de randonnée dans les Abruzzes, intermède d'escalade sur les falaises de la Montagna Spaccata à Gaeta, avant la route retour vers l'Aquila. C'est un très beau site de grandes voies qui rappelle beaucoup les calanques marseillaises, avec de 4 à 6 longueurs de calcaire blanc et gris suspendu au-dessus de la mer. L'ampleur reste évidemment un ton au-dessous : au plus 120 mètres de hauteur, quelques centaines de mètres de falaises côtières contre plusieurs dizaines de kilomètres, mais l'ambiance est également magnifique dans ces falaises dotées de curiosités géologiques et d'ailleurs touristiques telles que la grotte traversante et bien concrétionnée de la grotta del Turco ou l'incroyable gendarme décollée de la Via Beatrice. On parcourera 2 grandes voies, la Via Beatrice puis Elisa V en aller-retour pour ses 2 premières longueurs en 6b, avec un demi-tour en raison de la ponte d'un gabian en plein dans la voie, un gabian curieusement lymphatique bien loin du comportement plus agressif de ses congénères de l'autre côté des Alpes ! On voudra tout de même éviter une ponte avortée (!), et redescendra donc en rappel pour finir par la Via Beatrice, une superbe voie de 5 longueurs, bien équipée, variée dans la gestuelle (petit dévers, cheminée à oppositions, dièdre, traversées...) et offrant une ambiance et une vue splendides dans une cheminée suspendue au-dessus de la mer face à un gigantesque gendarme décollé, le tout sublimé ce jour par une mer rendue folle par le fort vent d'ouest qui a levé des vagues d'une dizaine de mètres de hauteur ! Une voie donc majeure dans son niveau (facile), qui plus est très bien équipée, et qui peut rappeler par son cadre les voies récentes du fjord à Castelvieil, dans des cotations plus modestes.

vue sur le vieux village de Gaeta sur son rocher

vue sur le vieux village de Gaeta sur son rocher

du bas des rappels, les vagues battent la grotta del Turco et les falaises littorales
du bas des rappels, les vagues battent la grotta del Turco et les falaises littorales

du bas des rappels, les vagues battent la grotta del Turco et les falaises littorales

dans la seconde longueur de la Via Beatrice

dans la seconde longueur de la Via Beatrice

dans les 2 longueurs en 6b de "Elisa V", belle escalade et belle ambiance...
dans les 2 longueurs en 6b de "Elisa V", belle escalade et belle ambiance...
dans les 2 longueurs en 6b de "Elisa V", belle escalade et belle ambiance...

dans les 2 longueurs en 6b de "Elisa V", belle escalade et belle ambiance...

... avant de faire demi-tour devant le nid du gabian local !

... avant de faire demi-tour devant le nid du gabian local !

dans L3 de Via Beatrice

dans L3 de Via Beatrice

dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire
dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire
dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire
dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire
dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire

dans L4, beaux points de vue sur le gendarme en équilibre précaire

au départ de la cinquième et dernière longueur

au départ de la cinquième et dernière longueur

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 20:17

Du 28 mars au 5 avril 2018

Semaine de ski de randonnée avec un intermède d'escalade côtière dans les Abruzzes. La longue chaîne des Apennins, épine dorsale de la botte italienne, trouve son point culminant dans le massif du Gran Sasso au Corno Grande, un sommet calcaire élancé qui domine de 1000 mètres le haut plateau du Campo Imperatore au sud et de près de 3000 mètres la mer Adriatique quelques dizaines de kilomètres à l'est. Autour de ce culmen les Abruzzes se constituent d'un ensemble de montagnes bien individualisées séparées les unes des autres par de vastes plaines agricoles ; on ne trouve donc pas ici la compacité d'un massif alpin mais des sommets distincts parfois bien alpins. Les zones sauvages précocement protégées par un parc national ont su garder une faune rare ou disparue ailleurs en Europe occidentale, avec entre autres encore plusieurs dizaines d'ours, et on aura la chance de voir sur une seule journée aigle et loup à skis, puis un porc-épic sur la route de nuit.

Malgré la latitude méridionale l'enneigement s'y avère souvent généreux, les perturbations d'est arrosent copieusement le massif au moins d'y provoquer parfois de sérieuses crues avalancheuses, comme en janvier 2017 où le souffle d'une avalanche à rasé l'hôtel Rigopiano. Les tempêtes d'ouest fréquentes sur cette barrière montagneuse coincée entre 2 mers platrent les falaises sommitales comme rarement dans les Alpes, le skieur qui traîne alors ses spatules vers le Grand Sasso passe des allures arctiques de l'immense plateau du Campo Imperatore au givrage patagonien des faces ouest, le tout en avril à une centaine de kilomètres à vol de gypaète de Rome ! 
Et puis on a beau être en montagne on reste en Italie, avec donc une bonne gastronomie et un riche patrimoine historique, l'occasion d'arpenter les ruelles d'un village médiéval perché entre primi et secondi piatti... 

On skiera les beaux couloirs du massif du Sirente et du Grand Sasso, avec leur décor particulièrement esthétique de corridors de calcaire gris blanc étroits et dominés de pinacles, un véritable chaos dolomitique, et fera une virée de 2 jours vers Naples et les falaises de Gaeta durant le passage d'une perturbation en montagne. Mention spéciale pour les falaises de Gaeta et la splendide voie Béatrice, 5 longueurs en 5c max qui valent les plus belles voies des calanques marseillaises. 
Côté ski du beau, du bon, et parfois les 2 en même temps, pour 4 journées sur 5, sur un enneigement globalement abondant mais très dépendant des massifs et de l'exposition, au vent et au soleil. On peut chausser entre au plus bas 1200 et au plus haut 1800 mètres (à la voiture tous les jours pour nous), avec de grosses épaisseurs au-dessus sous le vent d'ouest. La station de ski de Campo Imperatore a d'ailleurs du casser une congère pour qu'un télésiège puisse circuler... En terme de qualité une grosse chute de neige la veille de notre arrivée et une petite le week-end alors que nous avions troqué les coques contre des chaussons, et donc poudreuse au nord, moquette au sud, par contre un peu de neige pourrie le 31 faute de regel nocturne. À noter que la neige de printemps reste al dente à des heures tardives grâce au vent d'ouest, perfetto pour des skieurs lève tard comme nous...

J1 : monte Sirente par le Canale Maiori, puis couloir nord de l'antécime est
Sommet : 2400 m
Dénivelée : 1550 m (1200 2400 1950 2300 1200)
Difficulté : 5.1, 300 m à plus de 40° avec départ à près de 50° sur 50 m
Début en fanfare de cette semaine de ski sous un soleil radieux, sans vent, et sur 20 à 50 cm de poudreuse tombée les jours précédents. On rattrape vite 2 Suisses qui ont ouvert la tranchée dans le Canale Maiori, les relaie quand la fraîche se fait moins profonde ([sic]), puis après 500 mètres de descente en bonne poudreuse, remonte dans un couloir encaissé qui nous avait lancé des oeillades durant la première montée. Le couloir dont on n'était pas sûr qu'il sorte débouche bien sur une antécime, et on profite d'une descente d'anthologie entre les tours de calcaire blanc ourlées de corniches. Au-dessus de la forêt de hêtres, un énorme vivier de couloirs et de goulottes que cette face nord du Sirente !

au départ dans la hêtraie
au départ dans la hêtraie

au départ dans la hêtraie

dans le canale Maiori, et sa belle ambiance alpine
dans le canale Maiori, et sa belle ambiance alpine
dans le canale Maiori, et sa belle ambiance alpine

dans le canale Maiori, et sa belle ambiance alpine

sur la crête sommitale, devant la Majella
sur la crête sommitale, devant la Majella
sur la crête sommitale, devant la Majella

sur la crête sommitale, devant la Majella

poudreuse en haut du canale Maiori

poudreuse en haut du canale Maiori

à la montée dans le couloir nord de l'antécime est
à la montée dans le couloir nord de l'antécime est
à la montée dans le couloir nord de l'antécime est
à la montée dans le couloir nord de l'antécime est
à la montée dans le couloir nord de l'antécime est

à la montée dans le couloir nord de l'antécime est

à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !
à la descente, superbe ambiance et excellent ski !

à la descente, superbe ambiance et excellent ski !

J2 : monte Prena par le couloir sud-est
Sommet : 2550 m
Dénivelée : 1100 m (plus 10 km aller-retour de faux plat à l'approche...)
Difficulté : 4.1
Comme la veille encore un itinéraire majeur, dans une neige par contre plus lourde, et une météo moins belle. La face sud-est du Prena est un délire géologique à base de calcaire, partout des tours et chicots aux formes improbables entre lesquels s'immiscent des couloirs sortant sur la crête faîtière et sa vue mer, une forêt d'aiguilles dessinée pour le skieur de couloirs ! Un passage de cumulus accrochant le sommet nous y cachera le panorama, mais on se rattrapera 4 jours plus tard sous le plein soleil sur le sommet voisin de l'Infornace.

Calascio et Rocca Calascio sur la route d'approche

Calascio et Rocca Calascio sur la route d'approche

après une heure d'approche, arrivée au pied de la face sud-est du Prena

après une heure d'approche, arrivée au pied de la face sud-est du Prena

montée entre les chicots et aiguilles de calcaire
montée entre les chicots et aiguilles de calcaire
montée entre les chicots et aiguilles de calcaire
montée entre les chicots et aiguilles de calcaire
montée entre les chicots et aiguilles de calcaire

montée entre les chicots et aiguilles de calcaire

arrivée au sommet, vue sur l'Adriatique et les rochers givrés
arrivée au sommet, vue sur l'Adriatique et les rochers givrés

arrivée au sommet, vue sur l'Adriatique et les rochers givrés

à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique
à la descente, ambiance de chaos dolomitique

à la descente, ambiance de chaos dolomitique

sur le haut-plateau du Campo Imperatore, la face et ses aiguilles dans le rétroviseur
sur le haut-plateau du Campo Imperatore, la face et ses aiguilles dans le rétroviseur

sur le haut-plateau du Campo Imperatore, la face et ses aiguilles dans le rétroviseur

J3 : monte Greco depuis la station de Roccaraso
Sommet : 2300 m
Dénivelée : 1000 m (1550 2050 1950 2300 1950 2100 1550)
Difficulté : 3.1
Après 2 tentatives avortées sur la Majella sans même sortir de la voiture (route barrée par un éboulement puis pas de neige) on se rabat sur le monte Greco au départ de la station de Roccaraso, une jolie balade quasi-nordique sur un haut-plateau ce jour battu par les vents. Pas de grand ski par contre aujourd'hui, la faute à un regel nocturne inexistant, même si de toute façon les longs faux-plats de cet itinéraire n'ont rien de comparable avec les beaux couloirs des 2 journées précédentes...

le village de Pacentro sur la route de la Majella, avant le demi-tour pour cause de route barrée

le village de Pacentro sur la route de la Majella, avant le demi-tour pour cause de route barrée

sur le haut-plateau puis au sommet du Greco, ambiance arctique si ce n'est le soleil haut dans le ciel
sur le haut-plateau puis au sommet du Greco, ambiance arctique si ce n'est le soleil haut dans le ciel
sur le haut-plateau puis au sommet du Greco, ambiance arctique si ce n'est le soleil haut dans le ciel
sur le haut-plateau puis au sommet du Greco, ambiance arctique si ce n'est le soleil haut dans le ciel

sur le haut-plateau puis au sommet du Greco, ambiance arctique si ce n'est le soleil haut dans le ciel

J6 : Infornace par le couloir sud-ouest
Sommet : 2450 m
Dénivelée : 1150 m (plus 15 km aller-retour de faux plat à l'approche...)
Difficulté : 3.1

Après la pause tourisme à Naples puis grimpe à Gaeta des 2 journées précédentes, retour sur les skis dans un splendide couloir, encaissé et alpin même s'il ne dépasse jamais 30° (!), encore plus avec les parois de calcaire plâtrées par la tempête d'ouest de la veille. Une fois de plus l'approche s’avérera longue (près de 2 heures de faux-plat) depuis la route de campo Imperatore, mais vite oubliée dès qu'on pénètre dans la partie haute du couloir de Fonte Rionne et sa forêt d'aiguilles. Plus haut on profitera au sommet d'une vue panoramique des montagnes à la mer, avant une descente globalement correcte, de la poudreuse humide... à la collante du bas, l'occasion de voir un loup détaler devant nos spatules à notre arrivée sur le plateau du Campo Imperatore. Mais il se montrera trop rapide pour mon appareil photo, à l'instar du porc-épic aperçu le soir même dans les phares de la voiture !

village perché durant l'approche routière

village perché durant l'approche routière

le printemps... perce

le printemps... perce

après les 2 heures d'approche, éboulis coloré au bas des pentes
après les 2 heures d'approche, éboulis coloré au bas des pentes

après les 2 heures d'approche, éboulis coloré au bas des pentes

dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées
dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées
dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées
dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées
dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées
dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées

dans le couloir de Fonte Rionne, et sa forêt d'aiguilles plâtrées

au sommet, vue vers le Corno Grande et panoramique vers la Majella
au sommet, vue vers le Corno Grande et panoramique vers la Majella

au sommet, vue vers le Corno Grande et panoramique vers la Majella

à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !
à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !

à la descente, ambiance splendide, un petit air de Patagonie !

en bas du couloir, toujours une géologie esthétique
en bas du couloir, toujours une géologie esthétique

en bas du couloir, toujours une géologie esthétique

J7 : Corno Grande par les couloir direttissima à la montée et Bissolati à la descente
Sommet : 2900 m
Dénivelée : 1000 m 
Difficulté : 4.2
Encore un très bel itinéraire en boucle conduisant au sommet des Abruzzes, plâtré pour les rochers supérieurs et en meilleure neige que la veille (bonne transfo à poils longs sur le bas à 14h). Le couloir Bissolati, déjà parcouru en 2017 à la montée, avec un enneigement largement inférieur, ne doit pas  être pris à la légère malgré son caractère classique, avec sa pente qui se raidit ... à mesure qu'on le descend et son caractère tournant qui rendrait une chute dangereuse par neige dure.

à la montée, dans l'approche
à la montée, dans l'approche

à la montée, dans l'approche

en crampons dans la direttissima
en crampons dans la direttissima
en crampons dans la direttissima

en crampons dans la direttissima

du sommet, vue vers le lac de Campotosto et panoramique de l'Intermesoli à l'Adriatique
du sommet, vue vers le lac de Campotosto et panoramique de l'Intermesoli à l'Adriatique

du sommet, vue vers le lac de Campotosto et panoramique de l'Intermesoli à l'Adriatique

à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés
à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés

à la descente dans le couloir Bissolati, ambiance patagonienne avec les rochers givrés

seconde descente du jour sur la moquette du Monte Aquila

seconde descente du jour sur la moquette du Monte Aquila

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens