27 juin 2021 7 27 /06 /juin /2021 20:26

Le 26 juin 2021

Itinéraire : les Puits Neufs – les Colletons – point coté 573 – point coté 461 – Couroumboum – point coté 461 – prise d’eau – canal du Verdon jusqu’à la passerelle – le Quartier – vallon des Bardoyes – les Bernes – les Puits Neufs
Découverte en VTT des monotraces dominant le lac d’Esparron sur sa rive sud. C’est un très beau terrain de jeux en vélo, dans la forêt de chênes, buis et pins caractéristique du bas-Verdon, sur des sentiers généralement ombragés et peu caillouteux bien roulants. On évolue dans le nez dans les odeurs de la forêt méditerranéenne, les yeux sur le bleu-vert du lac (et la roue avant…), en séchant de la dernière baignade dans les eaux chaudes de cette fin juin. Mention spéciale pour la croupe panoramique de Couroumboum perchée entre 2 branches du lac, le sentier de bord de lac sur le canal du Verdon et la descente du « Quartier », ludique puis panoramique en forêt puis traversée en terrain dégagé au-dessus du lac.
Au final une boucle courte bienvenue par cette journée de fièvre importante après la seconde injection de vaccin de la veille…

sur Couroumboum
sur Couroumboum

sur Couroumboum

entre lac et canal du Verdon, entre prise d'eau et passerelle
entre lac et canal du Verdon, entre prise d'eau et passerelle

entre lac et canal du Verdon, entre prise d'eau et passerelle

le beau single du Quartier
le beau single du Quartier
le beau single du Quartier
le beau single du Quartier

le beau single du Quartier

24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 17:01

Le 23 juin 2021
Voie « t’es pas Cap petite Canaille », 4 longueurs, équipé, 6a+ max
5c+/6a(1 pas)/6a(2 pas)/6a+ (soutenu)
Séance d’escalade en soirée sur la falaise du Belvédère aux soubeyrannes, sur la voie « t’es pas Cap, petite Canaille », une courte ligne de 4 longueurs qui vaut surtout pour la très belle cheminée terminale. Après 3 longueurs souvent courtes et manquant d’homogénéité, mais passant au travers d’une très belle géologie (tablettes de grès, dévers…), on rejoint une longue cheminée presque fermée sur sa partie basse. On y progresse d’abord en renfougne, avant que la cheminée ne s’élargisse et que la grimpe se fasse plutôt en opposition et Dülfer, avec 2 pas bien marqués sur le haut. A noter un équipement particulièrement rapproché dans L1 et L2 (jusqu’à un point tous les 50 cm !), sur un rocher semblant très fragile mais désormais assaini par le passage, et un équipement plus classique dans la cheminée de L4 pourtant bien plus soutenue, mais on a eu le temps de s’échauffer alors !

L1
L1

L1

au départ de L2
au départ de L2
au départ de L2

au départ de L2

L4
L4
L4

L4

vers les calanques

vers les calanques

24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 16:59

Le 23 juin 2021

Retour à la pause méridienne dans la réserve marine du Cap Rousset à Carry-le-Rouet, ses dorades, saupes, oblades, labres… aussi nombreux que peu farouches.

plongée dans la réserve du Cap Rousset
plongée dans la réserve du Cap Rousset
plongée dans la réserve du Cap Rousset
plongée dans la réserve du Cap Rousset
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 17:12

Le 20 juin 2021
Découverte d’un canyon dans le département des Bouches-du-Rhône, encore en eau en cette fin juin 2021, aussi beau qu’il est court. Une demi-heure de marche sur piste puis sentiers peu marqués permet de rejoindre son départ et ses belles vasques calcifiées qui peuvent rappeler celles des sources de l’Huveaune. Les gours limpides sous couvert végétal laissent ensuite place à un très bel encaissement dans le calcaire gris, une suite de vasques suspendues généralement assez profondes pour autoriser le saut (à amortir). On peut tirer un court rappel bien équipé entre 2 de ces vasques, avant de sauter dans la grande et profonde vasque finale. L’eau verte et les troncs calcifiés rendent ce passage superbe, dommage que la descente complète ne prenne qu’une demi-heure, même si le tuf hyper-adhérent permet de remonter les cascades pour répéter les sauts. Tout peut passer sans corde… et sans néoprène pour des canyonistes un peu débrouillards en escalade et pas trop frileux.
En tout cas un endroit exceptionnel à l’échelle bucco-rhodanienne, un encaissement de tuf esthétique et ludique, en eau tard au printemps (plus tard que la plupart des canyons du Verdon !), un oasis de fraîcheur rare dans le coing, et une fréquentation faible (qu’il convient de conserver) surprenante pour un tel spot… à quelques minutes de la métropole !

gours calcifiés au départ
gours calcifiés au départ

gours calcifiés au départ

dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles
dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles

dans la poignée de vasques suspendues, entre tuf et cascatelles

20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 17:07

Le 19 juin 2021
Voie "le voyage du crabe" ou "la stratégie du crabe", 8 longueurs, équipé, 6a max
5c/6a/4c/4b/4b/5c (aérien)/5c(aérien)/5b
Retour sur les falaises du Cap Canaille, à nouveau fréquentables vu le temps nuageux et venteux du jour. Avec le ciel brouillé de poussière saharienne apportée par le flux de sud-est, comme en février, et la terne luminosité sepia associée, c’est l’occasion de re-découvrir les grottes locales, et on fera donc un détour par la grotte du 14 juillet située à mi-hauteur des rappels du cirque éponyme.
C’est une grotte maintenant très classique et souvent fréquentée par des groupes encadrés, mais relativement bien préservée avec un concrétionnement en colonnes et stala-x-ites encore riche dans sa seconde moitié. 
Le second rappel de 45 mètres puis une randonnée, aérienne au niveau du passage dit du « Pas de la Chèvre », nous emmènera au départ de la cheminée presque fermée de la première longueur du « voyage du crabe ». Cette voie offre de beaux passages de grimpe en son début et sa fin, et une belle géologie « canaillesque » dans ses premières et troisième longueurs, le tout dans des difficultés modérées (uniquement un pas de 6a bien protégé dans L2), mais n’est pour autant pas indiquée à des débutants avec des relais souvent suspendus et le gaz qui peut impressionner dans L8 et surtout la traversée de L7.

dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet

dans la grotte du 14 juillet

L1 en cheminée spéléo

L1 en cheminée spéléo

fin de L3

fin de L3

dans la première traversée de L4

dans la première traversée de L4

dans le ramping de L5

dans le ramping de L5

L6

L6

la très belle L7 aérienne en poudingue
la très belle L7 aérienne en poudingue
la très belle L7 aérienne en poudingue

la très belle L7 aérienne en poudingue

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:25

Un article à paraître fin d'année dans Ski Rando Magazine, une sélection d'itinéraires dans les vallées du Mélezet et du Cristillan autour de Ceillac, des randos d'initiation sur alpages aux couloirs du cirque de la Font Sancte et à la splendide boucle alpine autour des Veyres !

https://www.skirandomag.com/

autour de Ceillac dans Ski Rando Magazine
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:24

Le nouveau topo de deep water solo en Provence vient de sortir aux Editions du Chemin des Crêtes, du bel ouvrage sur les sites de psicobloc (escalade en solo au-dessus de l'eau) du littoral provençal, de la côte bleue à l'ouest de Marseille jusqu'à l'Esterel à Cannes, avec des centaines de lignes dûment décrites et topographiées, mais aussi une mise en perspective historique, réglementaire, environnementale, physiologique...

https://www.chemindescretes.fr/

Une contribution de mon côté dans le cadre de l'éclectisme sportif qui m'est cher, de l'intérêt de prendre masque et tuba en complément des chaussons pour découvrir par exemple les fonds sous-marins du Moulon ou d'En Vau !

deep (salty) water solo en Provence, le topo
deep (salty) water solo en Provence, le topo
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:23

Le 15 juin 2021

Voie « le magicien d’Oz », 10 longueurs, équipé, 6b max
Cotations topo 5c/5c/5b/6a/5c/6a/6b/6a+/6a/6a
Ressenti 5c+/5c/5b/6a/5c/6a+ (soutenu)/6a+(soutenu)/6a/6a/6a+

Dernière voie d’escalade de ce séjour vallorcin, et pas la moindre, la voie dite Piola sur les dalles de Barberine. C’est une escalade absolument superbe de la première à la dernière de ses 10 longueurs, de la grimpe fine et variée, toute en placements sur ce beau granite sombre, souvent dalleux mais pas que. Tous les styles y passent, dalle à friction, fissure à doigts ou à Dülfer, dièdre, traversée, et quelques passages athlétiques, le tout avec des relais confortables sur des vires. Evidemment l’ambiance n’est donc pas celle du Verdon, les vires coupant la verticalité et le gaz, mais on grimpe tout de même près de 300 mètres de granite en 10 grandes longueurs bien individualisées. L’équipement reste excellent du bas en haut sur scellements, relais chaînés, points bien placés en général au niveau ou juste en-dessous des pas, laissant donc l’escalade obligatoire pour notre plus grand plaisir…
Comme quelques jours plus tôt sur la voie Cambon à Cognet, de la belle escalade plaisir sans tension nerveuse, merci aux équipeurs pour leur travail d’orfèvres du rocher !

L1 en... dalle
L1 en... dalle

L1 en... dalle

plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle

plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle

couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés

couleurs au retour dans les prés

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:20

Les 13 et 14 juin 2021

Itinéraire : Charamillon – refuge Albert Premier – col des Fourches – cote 3100 sous le Glacier de l’Epaule – rimaye sous le col Adams Reilly – rive gauche du Glacier du Tour – ruisseau du Plagnard – sentier de Péclerey – le Tour
Sommet : 3450 m au col des Fourches
Dénivelée :
J1 : 500 m (2200-2700)
J2 : 1050 m (2700-2650-3450-3100-3350-1450)
Difficulté : 3.2, mais des pentes délicates entre les séracs dans la partie basse du Glacier de l’Epaule

Après les 2 courtes virées des jours précédents autour d’Emosson, départ vers le massif du Mont-Blanc et le Glacier du Tour à son extrémité septentrionale. La télécabine puis le télésiège de Charamillon permettent d’accéder au refuge Albert Premier en 2 petites heures sur un sentier déjà sec jusqu’à près de 2500 m, nonobstant quelques traversées de névé délicates. On profitera au refuge du crépuscule puis d’une belle nuit étoilée sans lune, des jaunes du crépuscule qui se lèvent au-dessus des Aiguilles Rouges au nord-ouest puis des blancs de la voie lactée au-dessus de l’Aiguille du Chardonnet au sud-est. Malgré le confort des dortoirs remplis à 50% avec le covid, la chaleur nocturne qui rend les duvets – non pris – superflus (pas de couverture, toujours à cause du covid), l’insomnie sera bien là, l’occasion contre mauvaise fortune bon cœur de tester mon nouvel objectif grand angle et très lumineux sur la voie lactée, le tout en sous-vêtements à 2700 m en pleine nuit sans la moindre impression de fraîcheur !
Quelques heures plus tard et malgré cette chaleur nocturne, on se félicitera sur le glacier d’un bon regel nocturne et d’une neige portante dure qui nous mènera facilement sous la face nord de l’Aiguille du Chardonnet. On renoncera alors au plan initial – l’arête est de l’Aiguille au-dessus de la Fenêtre Supérieure du Tour et du sérac de la Bosse, soit le départ de la classique arête Forbes – avec la glace très présente sous la Fenêtre Supérieure et l’exposition disparate des pentes – nord-est en haut, nord-ouest en bas, avec donc un dégel à 8h en haut et 11 h en bas…, pour le peu connu et sauvage col des Fourches. On remontera ensuite sur le Glacier de l’Epaule vers le col Adams Reilly, une courte mais superbe virée sur un glacier tourmenté où la trace se fait sur le bas entre les séracs. L’heure de descente sera alors optimale avec un début aux alentours de 9h30, moquette de 3300 m à 2700 m, puis après une courte transition en croûte, névé de 2600 m au déchaussage à 2050 m, pas mal pour une mi-juin presque caniculaire... L’itinéraire rive gauche du Glacier du Tour permet d’éviter la foule montant au refuge sur la moraine de la rive droite et d’optimiser l’enneigement sur une orientation plus protégée.
Encore de bonnes conditions de ski donc pour cette dernière sortie de la trentaine de la saison 2021, globalement riche en poudreuse et en bonne météo !

J1 : sérac sous le refuge Albert Premier

J1 : sérac sous le refuge Albert Premier

J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver

J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver

J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8
J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8
J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8

J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8

aube sur le Glacier du Tour
aube sur le Glacier du Tour
aube sur le Glacier du Tour

aube sur le Glacier du Tour

arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches

arrivée au Col des Fourches

descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet

descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet

sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs

sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs

plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour

plus bas rive gauche du Glacier du Tour

neige rigolée en bas du glacier
neige rigolée en bas du glacier
neige rigolée en bas du glacier

neige rigolée en bas du glacier

sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard

sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:18

Le 12 juin 2021

Itinéraire : Fontanabran en aller-retour depuis le barrage d’Emosson, par la Combe du Col, le lac de Fontanabran puis la pente sud sous la croupe suspendue ouest
Sommet : 2700 m
Dénivelée : 850 m (1950-2000-1950-2700-1950-2000-1950)
Difficulté : 4.1 pour la pente raide sud d’accès à la crête ouest sommitale

Retour dans le bassin d’Emosson pour une seconde virée à skis sur l’un des sommets dominant le lac à l’est : Fontanabran. Comme la veille les coqs de bruyère se donnent en spectacle pour les femelles, mais aussi les automobilistes, sur la route du barrage, et le tyrannosaure en plastique reste à l’affût dans le premier tunnel. Après près d’une heure de marche sur la route, le long de la rive est du lac, on chausse immédiatement, et on atteindra encore le sommet de Fontanabran sans le moindre déchaussage, d’abord par un fond de gorge esthétique dans les affleurements de cargneule puis des pentes se redressant sous le sommet.
Comme la veille la neige sera la meilleure… sur le névé sous 2400 m, de quoi enchaîner de beaux virages avant la longue marche retour à flanc jusqu’au col de la Gueulaz, heureusement panoramique au-dessus du lac en cours de dégel aux 50 nuances de bleus.

des couleurs sur le blanc

des couleurs sur le blanc

du sommet vue vers la face est des Pointes d'Aboillon

du sommet vue vers la face est des Pointes d'Aboillon

sur la raide pente sud d'accès au sommet
sur la raide pente sud d'accès au sommet
sur la raide pente sud d'accès au sommet

sur la raide pente sud d'accès au sommet

en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !

en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !

Fontanabran à skis
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac

retour à pieds le long du lac

Rechercher