28 janvier 2024 7 28 /01 /janvier /2024 18:41

Le 28 janvier 2024

Itinéraire : le Pont de l'Alpe - l'Alpe du Lauzet - col des Béraudes - Pas du Lac Rouge - Lac Rouge - crête de la Casse Blanche - Casse Blanche - crête de la Casse Blanche - point coté 2483 sous la Cée Basse - col du Chardonnet sud - sommet coté 2717 - col de l'Aiguillette - ravin sud-ouest sous le Pervou - forêt de la Guisane - Pont de l'Alpe

Sommet : 2900 m sur la crête de la Casse Blanche

 Dénivelée : 1850 m ( 1700-2750-2600-2750-2600-2900-2700-2800-2450-2700-1700)

Difficulté : 3.2 max, pas de pente raide à la descente, mais un passage délicat vu les conditions du jour versant nord sous le Pas du Lac Rouge

Après le tour de la pointe des Cerces en 2013, retour au cœur du massif des Cerces pour le tour de la Tête de la Cassille, cette fois à la (longue) journée dans une succession de vallons suspendus entre les falaises compactes et colorées caractéristiques de la géojolie locale. On accède à ces vallons du Lac Rouge et de la Casse Blanche par le col des Béraudes depuis le Pont de l’Alpe, une longue montée intégralement à l’ombre des versants nord qui fait apprécier l’arrivée au soleil juste sous le col.
Après une descente dans toutes les variétés de neige froide mais mauvaise : dure, sastrugis, croûte glacée… et une remontée sur neige glacée avec un court passage sec et exposé juste sous le Pas du Lac Rouge, la récompense est là sous la forme de ces hautes combes désertes enserrées entre les falaises colorées et les feuillets de calcaire typiques des Cerces, mention spéciale pour les descentes sud en neige un peu trop transformée sous  la crête des Béraudes et dans la Casse Blanche sous la crête du Queyrellin escaladée en 2016. La dernière descente, judicieusement faite versant sud-ouest de l’Aiguillette du Lauzet et non pas par l’itinéraire de montée, permettra de profiter d’une moquette à poils longs sous les grandes tours de l’Aiguillette, et d’observer une harde de bouquetins, dont de vieux mâles particulièrement peu farouches, avant une fin de descente qui ne sera pas une dernière ligne droite mais plutôt une improvisation un peu aventureuse dans les ravins coupés de ressauts verticaux et la forêt raide au-dessus du Pont de l’Alpe... Au final une journée de plus de 9 heures de ski, variée et souvent panoramique, et dont le sens de parcours à l’inverse de celui habituellement utilisé permettra de profiter d’une neige de printemps encore bonne bien qu’un peu trop cuite dans la plupart des 5 descentes du jour.

face aux Combeynot et à Roche Colombe aux premiers rayons
face aux Combeynot et à Roche Colombe aux premiers rayons
face aux Combeynot et à Roche Colombe aux premiers rayons

face aux Combeynot et à Roche Colombe aux premiers rayons

le couloir sud du Pic de la Moulinière et sa corniche effondrée

le couloir sud du Pic de la Moulinière et sa corniche effondrée

sous le col des Béraudes versant sud-ouest
sous le col des Béraudes versant sud-ouest

sous le col des Béraudes versant sud-ouest

descente versant nord-est du col des Béraudes

descente versant nord-est du col des Béraudes

le passage sec, délicat et exposé sous le Pas du Lac Rouge
le passage sec, délicat et exposé sous le Pas du Lac Rouge

le passage sec, délicat et exposé sous le Pas du Lac Rouge

belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge
belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge
belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge
belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge
belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge

belle géologie versant sud du Pas du Lac Rouge

remontée sur neige dure et ventée à la crête de la Casse Blanche
remontée sur neige dure et ventée à la crête de la Casse Blanche
remontée sur neige dure et ventée à la crête de la Casse Blanche
remontée sur neige dure et ventée à la crête de la Casse Blanche

remontée sur neige dure et ventée à la crête de la Casse Blanche

troisième descente, sous la crête de la Casse Blanche
troisième descente, sous la crête de la Casse Blanche

troisième descente, sous la crête de la Casse Blanche

quatrième montée, sous la crête de la Casse Blanche

quatrième montée, sous la crête de la Casse Blanche

la combe sud de la Casse Blanche en neige de printemps un peu trop réchauffée
la combe sud de la Casse Blanche en neige de printemps un peu trop réchauffée
la combe sud de la Casse Blanche en neige de printemps un peu trop réchauffée

la combe sud de la Casse Blanche en neige de printemps un peu trop réchauffée

remontée au sommet coté 2717
remontée au sommet coté 2717

remontée au sommet coté 2717

vers le col de l'Aiguillette
vers le col de l'Aiguillette

vers le col de l'Aiguillette

dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet
dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet
dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet
dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet
dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet

dans le ravin versant sud-ouest de l'Aiguillette du Lauzet

dans l'un des ravins de la forêt de la Guisane

dans l'un des ravins de la forêt de la Guisane

27 janvier 2024 6 27 /01 /janvier /2024 19:42

Le 27 janvier 2024

Itinéraire : Bois Méan - le Tourreil - vallon de Muretier - couloir sud du Pouzenc débouchant au point coté 2654 en aller-retour

Sommet : 2650 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 4.1

Première sortie de cette virée de 5 jours, sur la route du Briançonnais et des Cerces visés pour les jours suivants. Faute de neige dans les destinations envisagées au cœur de l’hiver (Méditerranée et Proche-Orient), on se rabat vers les Alpes du sud et les Cerces, un massif peu fréquenté en week-end car bien éloigné de Marseille. On profitera tout au long de la semaine d’une météo et d’une nivologie totalement printanières, neige transformée dure le matin puis ramollissant en surface au soleil dans un large quadrant sud, après-midis très douces permettant parfois de déjeuner torse nu, adrets déjà déneigés… 
Ce couloir sud débouchant sur la crête est du Pouzenc, proche d’un autre skié en 2011, offre également une belle ambiance sur une ligne encaissé entre les falaises de flysch, et une neige vierge mais un peu trop revenue vue l’heure perdue durant le trajet avec la fermeture de l’autoroute. Une mise en jambes esthétique avant la bambée du lendemain !

dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié
dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié
dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié
dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié
dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié
dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié

dans le bas du couloir sous les falaises de calcaire stratifié

belle ambiance en haut du couloir
belle ambiance en haut du couloir
belle ambiance en haut du couloir
belle ambiance en haut du couloir
belle ambiance en haut du couloir
belle ambiance en haut du couloir

belle ambiance en haut du couloir

descente en neige un peu trop revenue
descente en neige un peu trop revenue
descente en neige un peu trop revenue
descente en neige un peu trop revenue
descente en neige un peu trop revenue
descente en neige un peu trop revenue

descente en neige un peu trop revenue

22 janvier 2024 1 22 /01 /janvier /2024 09:24

Le 21 janvier 2024

Itinéraire : parking d'été point coté 1585 - l'Aiguille - lac de l'Hivernet - Tête de Chante-Perdrix par son éperon est - point coté 2400 par un couloir sud-est direct - crête de l'Arpion - les Rougnons - point coté 2342 - l'Aiguille - parking d'été point coté 1585

Sommet : 2700 m  à la Tête de Chante-Perdrix

Dénivelée : 1650 m (1600-2700-2400-2600-2000-2350-1600)

Difficulté : 4.1 pour le couloir sud-est

Retour dans les Ecrins ce dimanche comme une semaine plus tôt, avec un enneigement encore amoindri sous 2000 mètres par la pluie de la semaine écoulée. On évoluera d’ailleurs sur une piste recouverte de glace vive sous cette altitude, avant de retrouver de la neige fraîche en épaisseur croissante au-dessus. C’est encore un secteur sauvage malgré la proximité d’Embrun (un seul autre randonneur croisé) avec un système de combes suspendues à l’accès souvent indirect, des orientations variées, dommage que comme le dimanche précédent des passages nuageux aient terni le ciel aux heures les plus lumineuses…

dans le mélézin plâtré
dans le mélézin plâtré
dans le mélézin plâtré
dans le mélézin plâtré
dans le mélézin plâtré

dans le mélézin plâtré

au-dessus du lac de l'Hivernet

au-dessus du lac de l'Hivernet

descente de la Tête de Chante-Perdrix et d'un couloir sud-est au-dessus du lac
descente de la Tête de Chante-Perdrix et d'un couloir sud-est au-dessus du lac
descente de la Tête de Chante-Perdrix et d'un couloir sud-est au-dessus du lac

descente de la Tête de Chante-Perdrix et d'un couloir sud-est au-dessus du lac

remontée sur la crête de l'Arpion
remontée sur la crête de l'Arpion

remontée sur la crête de l'Arpion

descente de la croupe est de la crête de l'Arpion
descente de la croupe est de la crête de l'Arpion
descente de la croupe est de la crête de l'Arpion

descente de la croupe est de la crête de l'Arpion

dernière descente plein nord dans la meilleure neige de la journée
dernière descente plein nord dans la meilleure neige de la journée
dernière descente plein nord dans la meilleure neige de la journée

dernière descente plein nord dans la meilleure neige de la journée

22 janvier 2024 1 22 /01 /janvier /2024 09:18

Le 20 janvier 2024

Itinéraire : arête de la Ratelle (sommet des pistes de Crévoux) - Vallon Pellat à la cote 2250 m - point coté 2617 - col de Girabeau - le Petit Parpaillon - cabane des Ecuelles - cabane de Font les Filles - cabane du Gouron - pont du Réal - Crévoux

Sommet : 2900 m au Petit Parpaillon

Dénivelée : 750 m (2250-2600-2500-2900-1600)

Difficulté : 2.2

Avec un nouveau week-end de températures fraîches, difficile une fois de plus de résister à l’appel du ski, et comme une semaine plus tôt on la virée se fera entre Embrun et Guillestre, d’abord rive gauche de la Durance puis en face rive droite ! Avec une limite pluie-neige qui ne s’est pas abaissée à moins de 2000 m, la neige ressemblera parfois plus à de la glace sous cette cote, mais l’épaisseur de poudreuse se fera croissante au-dessus, jusqu’à un bon 30 cm au-delà de 2500 m… là où le vent n’a pas soufflé. C’est une belle course variée et esthétique, du mélézin aux larges combes sommitales. L’approche par les 3 téléskis du domaine skiable de Crévoux (forfait randonneur à seulement 12 euros) permet de limiter le dénivelée à la montée, surtout la longue et monotone remontée de la route du Parpaillon, qu’il est beaucoup plus agréable des descendre, d’atteindre la sauvage combe nord-ouest du Petit Parpaillon via l’esthétique arête nord du col de Girabeau… et d’éviter la foule de randonneurs du Vallon Pellat, car parfois les remontées mécaniques permettent de randonner… plus sauvage !

première descente sous l'arête de la Ratelle

première descente sous l'arête de la Ratelle

remontée en haut du vallon Pellat
remontée en haut du vallon Pellat

remontée en haut du vallon Pellat

sur l'arête entre le point coté 2617 et le col de Girabeau
sur l'arête entre le point coté 2617 et le col de Girabeau

sur l'arête entre le point coté 2617 et le col de Girabeau

dans le versant nord du Petit Parpaillon
dans le versant nord du Petit Parpaillon
dans le versant nord du Petit Parpaillon

dans le versant nord du Petit Parpaillon

descente du versant nord, neige souvet soufflée et grosses avalanches parties durant l'épisode de redoux pluvieux du mercredi
descente du versant nord, neige souvet soufflée et grosses avalanches parties durant l'épisode de redoux pluvieux du mercredi
descente du versant nord, neige souvet soufflée et grosses avalanches parties durant l'épisode de redoux pluvieux du mercredi
descente du versant nord, neige souvet soufflée et grosses avalanches parties durant l'épisode de redoux pluvieux du mercredi

descente du versant nord, neige souvet soufflée et grosses avalanches parties durant l'épisode de redoux pluvieux du mercredi

poudreuse dans la forêt
poudreuse dans la forêt

poudreuse dans la forêt

14 janvier 2024 7 14 /01 /janvier /2024 20:30

Le 14 janvier 2024

Itinéraire : le Clos Jaunier - cabane de Soleil Boeuf - crête de l'Hivernet au nord de la Tête - combe est à la cote 2450 - crête de l'Hivernet au nord de la Tête -  cabane de Soleil Boeuf - le Clos Jaunier

Sommet : 2750 m sur la crête de l'Hivernet au nord de la Tête éponyme

Dénivelée : 1450 m (1650-2750-2400-2750-1650)

Difficulté : 3.2

Après le Mont Guillaume un an plus tôt, retour sur sommets des Ecrins rive droite de la Durance aval, dans ces vastes combes est dominant la plaine d’Embrun, et que le skieur en route vers le Queyras ou les Ecrins nord ne peut pas ne pas remarquer et inclure dans sa liste de « à faire »... Comme la veille, nous profiterons de la voiture ad hoc pour atteindre la limite inférieure de la neige skiable à plus de 1500 mètres, 4*4 indispensable sur une piste raide et enneigée.
Depuis les chalets de Clos Jaunier, la piste foestière puis une large combe est amènent rapidement à la crête sommitale de la Tête de l’Hivernet, avant une descente sur une pente raide, régulière et lisse, et dans une poudreuse au fond non perceptible, une qualité de descente qui justifiera un repeautage pour améliorer notre calligraskie, et qui aurait justifié une troisième remontée en l’absence de contraintes horaires !

première montée
première montée
première montée
première montée
première montée
première montée

première montée

arrivée sur la crête sommitale devant les sommets de l'Embrunais

arrivée sur la crête sommitale devant les sommets de l'Embrunais

première descente des pentes sommitales
première descente des pentes sommitales
première descente des pentes sommitales

première descente des pentes sommitales

seconde montée devant la vallée de la Durance

seconde montée devant la vallée de la Durance

seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond
seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond

seconde descente des pentes sommitales, toujours dans une poudreuse sans fond

la partie inférieure presqu'aussi bonne
la partie inférieure presqu'aussi bonne

la partie inférieure presqu'aussi bonne

14 janvier 2024 7 14 /01 /janvier /2024 20:26

Le 13 janvier 2024

Itinéraire : route forestière des Saluces - Col de la Coche - les Croix - Clos Traversier - mont Orel - route forestière des Saluces

Sommet : 2550 m au Mont Orel

Dénivelée : 1700 m (1500-2550-1850-2500-1500)

Difficulté : 2.2

Retour rive gauche de la Durance, sur le Mont Orel, dont le versant nord constitué d’un beau mélézin sur sa partie haute se prête bien au ski de randonnée, si tant est qu’on puisse faire la longue approche en voiture. Pas de problème pour nous ce jour avec un 4*4 passe-partout, avant une longue ascension en forêt, plus skiante sur la partie haute que basse… autant à la montée qu’à la descente. On profitera d’une belle poudreuse sur 10 à 30 cm d’épaisseur dans une forêt bien enneigée au-dessus de 2000 m, l’épaisseur sous 1800 m étant problématique pour les semelles. Mais la sortie du lendemain dans un combe au-dessus de la limite de la forêt rappellera que ce n’est pas le ski en forêt n’est pas celui que je préfère… hors cadre sublimé sous les arbres plâtrés de neige fraîche !

fin de la première montée face au Pic Saint-André

fin de la première montée face au Pic Saint-André

au sommet, vue vers Serre-Ponçon et les Ecrins
au sommet, vue vers Serre-Ponçon et les Ecrins

au sommet, vue vers Serre-Ponçon et les Ecrins

dans la poudreuse du mélézin
dans la poudreuse du mélézin
dans la poudreuse du mélézin
dans la poudreuse du mélézin
dans la poudreuse du mélézin
dans la poudreuse du mélézin

dans la poudreuse du mélézin

crépuscule sur le versant sud du Pic du Clocher

crépuscule sur le versant sud du Pic du Clocher

12 janvier 2024 5 12 /01 /janvier /2024 08:27

Toujours une année nature riche, des semaines de ski de randonnée délocalisées… en France, Corse en janvier puis Vanoise en avril, dans les 2 cas souvent dans une excellente poudreuse, mention spéciale pour le ski autour du Cintu, grandiose et sauvage entre mer, pins laricio et tafonis.

Quelques belles sorties dans les Alpes du Sud en complément, avec malgré tout, pour la cinquième saison d’affilée, un enneigement globalement faible vu la rareté des flux humides de sud-ouest ou d’est, et un arrêt prématuré en avril à cause d’un printemps encore une fois trop chaud et instable.


La montagne sera à nouveau arpentée durant l’été, pour entre autres trois belles courses d’alpinisme en arêtes, de la moyenne montagne sur le gneiss des Aiguilles du Lac Nègre à la très haute montagne glaciaire sur celui des arêtes de la Pointe Trifide sous le Rateau, en passant par le calcaire et le marbre rose des Aiguilles de Chambeyron.


La saison des sports d’eaux battra également son plein, avec de nombreuses virées canyon

ou kayak et plongée apnée. De beaux souvenirs en bateau à bras pour les sorties kayak/bivouac entre Brégançon et le Cap Bénat sous le schiste à taffonis des lieux

celles dans les tunnels marins de la calanque Saint-Barthélémy et entre les aiguilles de rhyolite de l’île des Vieilles dans l’Esterel

ou celle vers les grottes marines de la presqu’île de Giens, où murène, rascasse, doris dalmatien et langouste se laisseront observer à quelques mètres les uns des autres, sous les stalactites illuminées de bleu de la cavité ! La saison nautique se prolongera d’ailleurs jusqu’à la mi-octobre dans les meilleures conditions de l’année, mer chaude, calme en terme de vagues et de fréquentation, et débarrassée des pelagia qui l’ont souvent encombrée l’été, avant de reprendre de plus belle à Noël lors d’un n-ième voyage à Oman, ses fjords coralliens aux plages de sable blanc et ses canyons en eaux vives à quelques dizaines de kilomètres des dunes de sable…

A noter une reprise intensive de la plongée apnée nocturne, une redécouverte enthousiasmante du monde marin, totalement différent par rapport à sa version diurne et sans doute plus riche en faune  : rascasses à profusion, cigales de mer, porcelaines, cérianthes, seiches, congres, araignées de mer, crabes dromies et pagures aux camouflages improbables…

C’est fou tout ce que l’on peut voir la nuit à quelques kilomètres de chez soi et quelques mètres de profondeur, simplement armé d’une lampe torche, d’un masque et d’un tuba !
L’automne sera agrémenté comme souvent d’un voyage principalement orienté spéléologie à Majorque

puis escalade vers Alicante, des grottes marines des Baléares en mer chaude aux falaises littorales de la Sierra de Toix au-dessus d’une mer froide, et d'une découverte d'un des magnifiques vallons obsurs niçois, de la beauté souvent insoupçonnée de l'arrière-pays provençal...

 

3 janvier 2024 3 03 /01 /janvier /2024 19:04

Le 3 janvier 2024

Voie "le plan droit" , 4 longueurs (couplables en 2), équipé, 6a max

à mon sens 6a (1 pas)/5b/5b/5c (1 pas)

et "Terminator", 2 longueurs, équipé, 6a+ max

6a+/6a+ (soutenu tout du long)

Virée vers la falaise située juste au nord du Dièdre du Renard au départ de la calanque de Morgiou, des lignes très dalleuses de 2 à 4 longueurs sur une petite centaine de mètres de hauteur. On retiendra surtout la beauté des 2 dernières longueurs de la voie du « plan droit », faciles dans une fissure d’aragonite concrétionnée… et la difficulté de « terminator », au ressenti pour moi bien au-delà de la cotation 6a+ annoncée !

voie "le plan droit", L1

voie "le plan droit", L1

voie "le plan droit", L4

voie "le plan droit", L4

"Terminator", L1

"Terminator", L1

"Terminator", L2
"Terminator", L2

"Terminator", L2

1 janvier 2024 1 01 /01 /janvier /2024 21:04

Le 1er janvier 2024

Escale express à Dubaï – aéroport utilisé pour ce voyage, les trajets aller et retour vers Muscat ayant été réalisés en taxi privatisé ou bus collectif – pour y découvrir en soirée du 21 et matinée du 1er son urbanisme futuriste un peu « m’as-tu vu » et… ses « malls » ou centres commerciaux surdimensionnés qui constituent au demeurant la principale attraction de cette ville désormais très touristique. On se consolera de cette débauche de béton, verre, voitures et carbone dans les nombreux et souvent très bons restaurants asiatiques, l’occasion de goûter toutes les cuisines d’Asie dans ce pôle d’attraction pour l’immigration en provenance du Pakistan, Inde, Bangladesh, Philippines…

paysage urbain sur la "Sheikh Zayed road"

paysage urbain sur la "Sheikh Zayed road"

sous la tour "Burj Khalifa", difficile à cadrer avec ses 830 mètres de hauteur...
sous la tour "Burj Khalifa", difficile à cadrer avec ses 830 mètres de hauteur...

sous la tour "Burj Khalifa", difficile à cadrer avec ses 830 mètres de hauteur...

1 janvier 2024 1 01 /01 /janvier /2024 21:03

Le 31 décembre 2023

C’est en voiture sur la route Expressway de Muscat que j’ai repéré une belle zone de montagnes ruiniformes, aux confins de l’agglomération et de son urbanisation galopante, une étendue encore vierge de constructions - sans doute protégée par son relief escarpé. Une virée sur les photos satellite plus tard, nous voilà un beau matin sur le parking d’une toute nouvelle zone industrielle prêts à explorer l’endroit, juste avant de prendre le bus pour Dubaï. Les images mentales glanées sur les vues satellite et les photos entraperçues sur le Web n’auront pas menti : c’est improbable aussi près de la capitale mais superbe et complètement sauvage sur des sentiers aériens peu ou pas marqués, dans un paysage de plateaux arides et de canyons aux crêtes découpées survolés par de nombreux rapaces. On peut se croire dans l’Ouest américain… si ce n’est le chant des muezzins parfois audible et la vue sur la ville vers le nord !

les nombreux rapaces au-dessus des crêtes
les nombreux rapaces au-dessus des crêtes

les nombreux rapaces au-dessus des crêtes

sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"
sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"

sur la ligne de crêtes, vers la tour appelée "Muscat cannon"

Rechercher