27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 22:05

Le 24 mai 2016

Séance de VTT sur la côte bleue autour d'Ensuès-la-Redonne, d'abord vers le Rouet et la calanque des eaux salées, puis dans le vallon de la plaine du Bon Jean, dessiné pour le vélo avec ses 5 km de single ludique, varié et roulant tout du long !

pause sur la jolie plage de la calanque des eaux salées, atteinte par un très joli single au fond du vallon arbo
pause sur la jolie plage de la calanque des eaux salées, atteinte par un très joli single au fond du vallon arbo

pause sur la jolie plage de la calanque des eaux salées, atteinte par un très joli single au fond du vallon arbo

les curieuses couches de conglomérat et de grès entre les calanques des eaux salées et du puy, vue à pieds le 28 mai
les curieuses couches de conglomérat et de grès entre les calanques des eaux salées et du puy, vue à pieds le 28 mai

les curieuses couches de conglomérat et de grès entre les calanques des eaux salées et du puy, vue à pieds le 28 mai

dans le vallon du Bon Jean, tunnel de tôles sous la D9, un full pipe pour VTT !

dans le vallon du Bon Jean, tunnel de tôles sous la D9, un full pipe pour VTT !

dans les 5 km de single de la plaine du Bon Jean, sur le sentier étroit taillé dans le maquis du fond de vallon
dans les 5 km de single de la plaine du Bon Jean, sur le sentier étroit taillé dans le maquis du fond de vallon

dans les 5 km de single de la plaine du Bon Jean, sur le sentier étroit taillé dans le maquis du fond de vallon

Partager cet article

Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 16:26

Le 22 mai 2016

Descente de la partie amont du canyon de la Cagne situé près du col de Vence sous le village de Coursegoules. Après une très courte approche pédestre la descente début par une succession de verticales, malheureusement sèches après cet hiver peu arrosé sur les Alpes maritimes, et se poursuit par un parcours moins accidenté mais plus aquatique avec un débit correct apporté par des résurgences. Le canyon offre alors de belles vasques assorties de sections ludiques, sauts et/ou toboggans, avant une belle dernière cascade de 38 mètres (et pas un de moins…).

Un joli clap de fin pour une semaine placée sous le signe de l’eau, avec du vertical en chaussons d’escalade au-dessus de la Grande Bleue samedi 21, de l’oblique sur de l’eau solide à skis dimanche 15 et lundi 16, et du canyon en combinaison néoprène le dimanche 22. Sans oublier trail et VTT entre les deux, de quoi goûter tous les sports de printemps par ce mois de mai contrasté !

au départ de la partie humide du canyon (!)
au départ de la partie humide du canyon (!)

au départ de la partie humide du canyon (!)

de jolies vasques ludiques...

de jolies vasques ludiques...

...à toboggans, sauts ou rappels...
...à toboggans, sauts ou rappels...
...à toboggans, sauts ou rappels...

...à toboggans, sauts ou rappels...

... avant la dernière cascade de 38 mètres (saut possible pour ceux avec des cordes trop courtes...)
... avant la dernière cascade de 38 mètres (saut possible pour ceux avec des cordes trop courtes...)

... avant la dernière cascade de 38 mètres (saut possible pour ceux avec des cordes trop courtes...)

Partager cet article

Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 16:25

Le 21 mai 2016

Pilier du feu sacré

8 longueurs, équipement à compléter, 6a max

4c/5b/6a/3/rappel/5c+/4b/4c/5c/rappel

Demi-journée d’escalade dans l’Esterel, sur la grande voie appelée « pilier du feu sacré », en fait plutôt un éperon qui remonte en 8 longueurs et 2 rappels un contrefort du Pilon. L’escalade, bien que peu continue et gazeuse, offre de beaux passages, de dalle dans L3 et de dièdre dans L5, sur la magnifique rhyolite de l’Esterel, un rocher d’origine volcanique à la couleur rouge caractéristique. Le cadre reste donc superbe tout au long de la voie, avec partout de beaux points de vue sur le bleu de la Méditerranée et le vert de la forêt méditerranéenne (dont de beaux exemplaires de chêne liège), et propose des passages atypiques sur rocher sculpté en lunules et trous qui rappelle les taffonis du granite corse quelques centaines de kilomètres plus au sud ! Les cotations plutôt débonnaires ne doivent pas faire publier l’équipement souvent espacé et disparate (du piton au goujon en passant par le nœud de corde… ou le coin de bois !) et donc quelques passages un peu exposés comme le départ de L3 (protégeable sur friend) ou surtout le départ et la fin de L5. Quoi qu’il en soit une jolie voie dans un cadre exceptionnel, juste un peu terni par la proximité de la route de la corniche de l’Esterel et donc le bruit associé…

au départ du parking de la pointe de l'observatoire

au départ du parking de la pointe de l'observatoire

le pilier et le déroulé de la voie au premier plan

le pilier et le déroulé de la voie au premier plan

fin de L1

fin de L1

la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ
la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ
la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ

la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ

fin de L5, un peu exposée au-dessus du goujon

fin de L5, un peu exposée au-dessus du goujon

au relais sommital de L6

au relais sommital de L6

dans la fissure de L7... et ses coins de bois !

dans la fissure de L7... et ses coins de bois !

le mur "à taffonis" de L8
le mur "à taffonis" de L8

le mur "à taffonis" de L8

dans le second et dernier rappel

dans le second et dernier rappel

retour à pieds, dans le rouge et le bleu
retour à pieds, dans le rouge et le bleu
retour à pieds, dans le rouge et le bleu

retour à pieds, dans le rouge et le bleu

buisson d'immortelles dans l'éboulis de rhyolite

buisson d'immortelles dans l'éboulis de rhyolite

Partager cet article

Repost0
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 20:35

Les 15 et 16 mai 2016

Sommet : 3350 m

Itinéraire : le Rif du Sap - refuge de Chalance - col de la Muande - lac de la Muande - lac des Rouies - col de la Lavey - passage de l'âne - col des Rouies - chalet du Gioberney

Dénivelée :

J1 :1100 (1400-2500)

J2 : 2100 (2500-2650-2550-3100-2350-3300-2900-3350-1650)

Difficulté : 3.3 dans les descentes du col de la Muande et de la Lavey, mais tour long, engagé et parfois exposé

Un très beau tour à skis autour des Rouies dans le grand Oisans sauvage, avec le passage par rien de moins que 6 vallons différents en 2 jours et des coins très peu fréquentés des skieurs/randonneurs/alpinistes, tels que les vallon du glacier du Fond et des Rouies, avec la belle ambiance glaciaire du lac de la Muande bordé par un mur de glace ou de celui des Rouies dominé par un glacier suspendu émissaire de la calotte des Rouies.
En cerise sur le gâteau une nuit au refuge non gardé de Chalance, petit nide d'aigle découvert en 2013, et refuge à la Samivel perché 1500 m au-dessus du canyon du Valgaudemar face au spectacle quotidien des aurores et crépuscules sur le Sirac, aussi petit que confortable avec son gaz et son éclairage photovoltaïque...
Les grosses chutes de neige de la semaine passée (sans doute plus d'1 mètre au-dessus de 3000) ont rendu les conditions parfois délicates, avec cette couche de neige récente encore mal liée à l'ancienne et de nombreuses purges, parfois grosses, dans les pentes raides surtout celles exposées au nord. On serrera d'ailleurs les cuisses et les mollets dans les descentes est et sud des cols de la Lavey et des Rouies, effectuées à des heures indûes... A notre décharge la montée du refuge de Chalance au col de la Muande se sera avérée beaucoup plus complexe, exposée et lente que prévue, avec une longue traversée à flanc jusqu'en bas de la Muande de Constantine, et un couloir sud encore insuffisamment transformé et donc parfois en croûte non portante.

Sinon la météo restera idéale tout au long des 2 jours, de la tempête de ciel bleu avec du vent de nord modéré, et donc en temps plutôt frais garantissant un excellent regel nocturne et un décaillage pas avant midi en exposition ouest. Le flux de nord permettra d'ailleurs la formation d'une magnifque mer de nuages dans le fond de vallée du Valgaudemar le soir, marée basse le matin avec ces nuages qui se dissipent dès les premiers rayons. 

L'enneigement s'avérera plutôt bon et même abondant au-dessus de 2700 mètres : les fréquentes et parfois abondantes chutes de neige du printemps auront bien compensé un début d'hiver calamiteux ! Bon quantitativement, le manteau sera parfois piégeux, avec toutes les nuances de la neige de printemps, gelée dans la descente vers le lac de la Muande, en cours de décaillage dans la remontée au col de la Lavey, puis pourrie sur près de 50 cm dans la descente de ce dernier ! La dernière et longue descente de la calotte des Rouies offrira malgré son horaire tardif et son orientation sud, et donc à notre plus grande surprise, une neige un peu trop molle mais bien skiable, dans l'ambiance magnifique des ces pentes suspendues au-dessus de la profonde échancrure de la Séveraisse.

Quoi qu'il en soit un tour exceptionnel par son ambiance, dans un grand Oisans sauvage où nous croiserons chamois, aigle, lacs glacé, crevasses, séracs, refuge bivouac panoramique... mais aucun humain !

J1 : portage en baskets au-dessus du Rif du Sap
J1 : portage en baskets au-dessus du Rif du Sap
J1 : portage en baskets au-dessus du Rif du Sap

J1 : portage en baskets au-dessus du Rif du Sap

J1 : chaussage des skis devant le Sirac et la pointe des Moutières
J1 : chaussage des skis devant le Sirac et la pointe des Moutières

J1 : chaussage des skis devant le Sirac et la pointe des Moutières

J1 : derniers mètres sous le refuge-bivouac de Chalance
J1 : derniers mètres sous le refuge-bivouac de Chalance

J1 : derniers mètres sous le refuge-bivouac de Chalance

J1 : le refuge, vu de l'extérieur et vue de l'intérieur
J1 : le refuge, vu de l'extérieur et vue de l'intérieur

J1 : le refuge, vu de l'extérieur et vue de l'intérieur

J1 : crépuscule nautique sur le pic de Parières et le Sirac
J1 : crépuscule nautique sur le pic de Parières et le Sirac
J1 : crépuscule nautique sur le pic de Parières et le Sirac

J1 : crépuscule nautique sur le pic de Parières et le Sirac

J2 : aurore sur le Sirac et les sommets du vallon de Navette
J2 : aurore sur le Sirac et les sommets du vallon de Navette

J2 : aurore sur le Sirac et les sommets du vallon de Navette

J2 : pente exposée au réveil au-dessus du refuge (à gauche de la photo)

J2 : pente exposée au réveil au-dessus du refuge (à gauche de la photo)

J2 : dans la montée vers le col de la Muande, par le glacier de Porteras
J2 : dans la montée vers le col de la Muande, par le glacier de Porteras
J2 : dans la montée vers le col de la Muande, par le glacier de Porteras

J2 : dans la montée vers le col de la Muande, par le glacier de Porteras

J2 : parois plâtrées et ambiance patagonienne au col de la Muande, versant nord
J2 : parois plâtrées et ambiance patagonienne au col de la Muande, versant nord

J2 : parois plâtrées et ambiance patagonienne au col de la Muande, versant nord

J2 : un aigle malchanceux sous le col

J2 : un aigle malchanceux sous le col

J2 : dans la descente vers le lac de la Muande, né de la fonte du glacier du Fond, et où finit une petite barre de séracs
J2 : dans la descente vers le lac de la Muande, né de la fonte du glacier du Fond, et où finit une petite barre de séracs
J2 : dans la descente vers le lac de la Muande, né de la fonte du glacier du Fond, et où finit une petite barre de séracs
J2 : dans la descente vers le lac de la Muande, né de la fonte du glacier du Fond, et où finit une petite barre de séracs

J2 : dans la descente vers le lac de la Muande, né de la fonte du glacier du Fond, et où finit une petite barre de séracs

J2 : dans la montée au col de la Lavey
J2 : dans la montée au col de la Lavey

J2 : dans la montée au col de la Lavey

J2 : descente versant est du col de la Lavey, face à l'Ailefroide occidentale et au glacier du Chardon

J2 : descente versant est du col de la Lavey, face à l'Ailefroide occidentale et au glacier du Chardon

J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous
J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous
J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous
J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous
J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous

J2 : sur le glacier des Rouies, face à la Barre et au pic des Aupillous

J2 : dans la haut de la descente sud des Rouies, plongée vers le Valgaudemar sous les séracs
J2 : dans la haut de la descente sud des Rouies, plongée vers le Valgaudemar sous les séracs
J2 : dans la haut de la descente sud des Rouies, plongée vers le Valgaudemar sous les séracs
J2 : dans la haut de la descente sud des Rouies, plongée vers le Valgaudemar sous les séracs

J2 : dans la haut de la descente sud des Rouies, plongée vers le Valgaudemar sous les séracs

J2 : dans le bas de la descente, sur la neige ocre salie de dépôts en provenance du Sahara

J2 : dans le bas de la descente, sur la neige ocre salie de dépôts en provenance du Sahara

J2 : dernier portage vers le fond de vallée, après les 6 vallons et glaciers, 10 heures d'effort et plus de 2000 mètres de dénivelée de la journée !

J2 : dernier portage vers le fond de vallée, après les 6 vallons et glaciers, 10 heures d'effort et plus de 2000 mètres de dénivelée de la journée !

Partager cet article

Repost0
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 20:17

Le 14 mai 2016

Balade dans les carrières d’ocre du Lubéron, d’abord sur celles dites de la bruyère au-dessus du village de Villars, puis dans celles beaucoup plus touristiques dites du Colorado de Rustrel. Le sentier des ocres de la bruyère parcourt un affleurement de terres colorées au milieu des calcaires provençaux dans une végétation variée, colorée et odorante en ce milieu de printemps, avec notamment de beaux parterres de cystes à feuilles de sauge. Les carrières d’ocre visibles en contrebas du chemin de crête ne sont pas situées le long du chemin principal, et c’est au prix d’une descente peu commode dans la forêt de pins et de chênes pubescents qu’on les atteint. Un effort méritoire, puisque ces carrières abandonnées et absolument pas aménagées pour le tourisme présentent une belle section de ravines multicolores sculptées en courbes et lames par l’érosion hydrique. C’est aussi beau que ce que l’on peut voir dans le Colorado provençal de Rustrel situé à quelques kilomètres, mais infiniment moins fréquenté !

les parterres de fleurs autour du sentier des ocres de la bruyère

les parterres de fleurs autour du sentier des ocres de la bruyère

les carrières, abandonnées mais en pleine extension...

les carrières, abandonnées mais en pleine extension...

les magnifiques ocres de la bruyère, totalement désertes ce jour-là
les magnifiques ocres de la bruyère, totalement désertes ce jour-là
les magnifiques ocres de la bruyère, totalement désertes ce jour-là
les magnifiques ocres de la bruyère, totalement désertes ce jour-là

les magnifiques ocres de la bruyère, totalement désertes ce jour-là

dans le Colorado provençal de Rustrel, plus varié mais aussi plus fréquenté
dans le Colorado provençal de Rustrel, plus varié mais aussi plus fréquenté
dans le Colorado provençal de Rustrel, plus varié mais aussi plus fréquenté
dans le Colorado provençal de Rustrel, plus varié mais aussi plus fréquenté

dans le Colorado provençal de Rustrel, plus varié mais aussi plus fréquenté

Partager cet article

Repost0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 14:47

Le 12 mai 2016

Voie « Pepita », 5 longueurs, équipé, 6b+ max

5c+/5c/6b+/6a/6a (notre ressenti, cotation des ouvreurs/équipeurs 5c/5c/6b/6a/6a)

Parcours d’une nouvelle voie sur la falaise de l’Oule, récemment ouverte et équipée, qui louvoie dans les gargouilles de calcaire blanc et gris entre les voies des « croulants » et des « futurs croulants ». A l’instar de ses voisines, « Pepita » offre 5 longueurs d’une escalade exigeante, athlétique et souvent gazeuse dans les bouffigues caractéristiques de l’Oule, mais avec une protection sur goujons, et donc pas en terrain d’aventure… L’équipement bon et bien pensé, même s’il laisse la plupart des pas obligatoires, permet donc de ne pas avoir à rechercher frénétiquement d’une main le friend à la bonne taille, l’autre main glissant sur une boule de calcaire couronnée de chips, les chaussons battant le vide 100 mètres au-dessus des embruns !

La grimpe en elle-même s’avère très variée, dalleuse et fissureuse ([sic]) en L1 en rocher fragile, puis plus classique pour l’Oule de L2 à L5, avec une succession de cheminées étroites entre lames et boules de calcaire, de niches à relais et de murs raides, avec du rocher blanc bien sculpté en L1 et fin de L5, c’est-à-dire hors du dévers où il s’agit plutôt d’un calcaire blanc et marron tout en rondeurs et souvent chipseux. Une voie à recommander donc, avec un accès commode en 2 rappels par « le pilier du Styx » et qui pourrait bien devenir aussi classique ses voisines et aînées !

tracé (approximatif) de la voie dans la falaise de l'Oule

tracé (approximatif) de la voie dans la falaise de l'Oule

détail d'une cordée au fil de l'eau de Castelvieil

détail d'une cordée au fil de l'eau de Castelvieil

durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie
durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie

durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie

dans les rappels du pilier du Styx
dans les rappels du pilier du Styx

dans les rappels du pilier du Styx

dans L1
dans L1
dans L1

dans L1

après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs

après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs

dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a
dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a
dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a

dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a

dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers

dans L4, du gaz à gogo dans les dévers

au départ et à la sortie de L5
au départ et à la sortie de L5

au départ et à la sortie de L5

crépuscule sur la Candelle

crépuscule sur la Candelle

Partager cet article

Repost0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 18:33

Les 7 et 8 mai 2016

Sommet : 3200 m

Dénivelée : 1400 m

J1 : 1800-2500

J2 : 2500-3200-1800

Difficulté : 3.1, arrêt sous la vire du col de Monêtier vu le brouillard enveloppant les sommets au-dessus de 3200 m

Après une semaine de beau temps, les prévisions météo optimistes de Meteo France nous envoient nous et nos skis dans les Ecrins le samedi, avec en objectif la traversée des dômes de Monetier au départ du pré de Madame Carle.

Finalement le bassin du glacier Blanc, tout comme celui du glacier Noir, restera sous le gris tout le week-end, avec un plafond nuageux proche de 3200 m et du brouillard enveloppant les sommets au-dessus, bien loin des éclaircies annoncées. La crête faîtière des Ecrins, grossièrement nord-sud sur l’axe Bans-Ailefroide occidentale-barre des Ecrins-Grande Ruine, fait barrage aux nuages charriés par le vent d’est, si bien que le bassin du Vénéon quelques kilomètres plus à l’ouest restera lui au soleil tout le week-end !

Un des caprices géographiques de la météorologie alpine, et qui fera office de double peine pour nous, avec une chape de plomb au-dessus du bonnet et du béton sous les spatules, en tout cas de la neige pas décaillée à cause de l’absence de soleil… Résultat : demi-tour à 3200 m sous la vire du col de Monêtier, la suite de l’itinéraire étant noyée dans le brouillard, et descente à skis puis à pieds entre les marmottes déjà bien éveillées et toujours aussi peu farouches…

J1 : dans la montée au refuge, devant le Pelvoux

J1 : dans la montée au refuge, devant le Pelvoux

J1 : dans la montée au refuge, devant le Glacier Blanc et sa moraine du petit âge de glace
J1 : dans la montée au refuge, devant le Glacier Blanc et sa moraine du petit âge de glace

J1 : dans la montée au refuge, devant le Glacier Blanc et sa moraine du petit âge de glace

J2 : dans la montée au col du Monêtier, les éclaircies feront long feu
J2 : dans la montée au col du Monêtier, les éclaircies feront long feu

J2 : dans la montée au col du Monêtier, les éclaircies feront long feu

J2 : dans la descente, sur une neige... difficile
J2 : dans la descente, sur une neige... difficile
J2 : dans la descente, sur une neige... difficile

J2 : dans la descente, sur une neige... difficile

Partager cet article

Repost0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 20:22

Le 5 mai 2016

Balade à la journée dans le vallon de la fenêtre situé sous le Cap Gros dans le parc des calanques. Un vallon à peu près inconnu vu l’interdiction de l’escalade à ses alentours et sa situation à l’intérieur du massif, loin des sentiers côtiers les plus parcourus, et pourtant une belle « calanque sèche » étroite et encaissée entre les parois de calcaire gris, face à l’ocre des falaises soubeyrannes, agrémentée d’une grande arche naturelle sur sa rive droite (qui a d’ailleurs donné son nom au vallon…), et parcourue par un sentier discret balisé de cairns mais pas de marques de peinture...

La route du col de la Gardiole étant fermée dès 11 h pour cause de parking saturé en ce jour férié de beau temps, on partira du col de la Gineste et montera au Cap Gros par le joli vallon de l’Herbe (une toponymie des calanques décidément marquée par le pragmatisme…), avant un retour par le col de la Fenêtre et le sentier bleu, au final une boucle pas si courte avec près de 17 kg sur le dos !

liseron vers le col de la Gineste

liseron vers le col de la Gineste

au sommet du vallon de la fenêtre, devant son défilé rocheux

au sommet du vallon de la fenêtre, devant son défilé rocheux

vues de la fenêtre du vallon éponyme
vues de la fenêtre du vallon éponyme
vues de la fenêtre du vallon éponyme
vues de la fenêtre du vallon éponyme

vues de la fenêtre du vallon éponyme

les falaises du cirque des Pételins

les falaises du cirque des Pételins

Partager cet article

Repost0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 09:00

Quelques clichés de faunes sauvages pris au cours de mes pérégrinations, sur terre ou sous l'eau, de Provence ou d'ailleurs...

Des animaux :

Experts en camouflage

poisson-pierre, Oman, avril 2013

poisson-pierre, Oman, avril 2013

seiches, Esterel, octobre 2018 et Var, juillet 2019
seiches, Esterel, octobre 2018 et Var, juillet 2019

seiches, Esterel, octobre 2018 et Var, juillet 2019

gecko, Madagascar, août 2013
gecko, Madagascar, août 2013

gecko, Madagascar, août 2013

chenille, Provence, décembre 2019

chenille, Provence, décembre 2019

Martinique, janvier 2019

Martinique, janvier 2019

poulpe, Le Rove, juillet 2013

poulpe, Le Rove, juillet 2013

phasme, la Nerthe, mai 2015, calanques de Marseille, mai 2019
phasme, la Nerthe, mai 2015, calanques de Marseille, mai 2019

phasme, la Nerthe, mai 2015, calanques de Marseille, mai 2019

sole, Oman, décembre 2015 et calanques de Marseille, septembre 2018
sole, Oman, décembre 2015 et calanques de Marseille, septembre 2018

sole, Oman, décembre 2015 et calanques de Marseille, septembre 2018

raie, Oman, décembre 2018

raie, Oman, décembre 2018

crevette de Thor, Martinique, janvier 2019

crevette de Thor, Martinique, janvier 2019

mante religieuse, côte bleue, octobre 2020
mante religieuse, côte bleue, octobre 2020

mante religieuse, côte bleue, octobre 2020

Port d'Alon, juillet 2019

Port d'Alon, juillet 2019

calanques, août 2019

calanques, août 2019

ou en exhibitionnisme coloré

Madagascar, août 2013

Madagascar, août 2013

frégate, Galapagos, septembre 2006

frégate, Galapagos, septembre 2006

martins-pêcheur, Bornéo, septembre 2009 et Madagascar, août 2013
martins-pêcheur, Bornéo, septembre 2009 et Madagascar, août 2013

martins-pêcheur, Bornéo, septembre 2009 et Madagascar, août 2013

étoiles de mer, Célèbes, août 2012

étoiles de mer, Célèbes, août 2012

poisson-perroquet, Guadeloupe, décembre 2020
poisson-perroquet, Guadeloupe, décembre 2020
poisson-perroquet, Guadeloupe, décembre 2020

poisson-perroquet, Guadeloupe, décembre 2020

caméléon, Madagascar, août 2013
caméléon, Madagascar, août 2013

caméléon, Madagascar, août 2013

calao, Célèbes, août 2012

calao, Célèbes, août 2012

nudibranche, Le Rove, juillet 2013, Cassis, juillet 2019
nudibranche, Le Rove, juillet 2013, Cassis, juillet 2019

nudibranche, Le Rove, juillet 2013, Cassis, juillet 2019

poisson ange, Oman, décembre 2018

poisson ange, Oman, décembre 2018

chenille, Croatie, juin 2014

chenille, Croatie, juin 2014

chenille, Guadeloupe, décembre 2020

chenille, Guadeloupe, décembre 2020

crabe, Galapagos, septembre 2006

crabe, Galapagos, septembre 2006

Martinique,janvier 2019
Martinique,janvier 2019
Martinique,janvier 2019

Martinique,janvier 2019

gobie, Var, juillet 2019

gobie, Var, juillet 2019

des espèces exotiques

singe gelada, Ethiopie, décembre 2009
singe gelada, Ethiopie, décembre 2009

singe gelada, Ethiopie, décembre 2009

caméléon brookesia, Madagascar, août 2013

caméléon brookesia, Madagascar, août 2013

tarsier, Célèbes, août 2012
tarsier, Célèbes, août 2012

tarsier, Célèbes, août 2012

iguane marin, Galapagos, septembre 2006
iguane marin, Galapagos, septembre 2006

iguane marin, Galapagos, septembre 2006

périophtalme, Thaïlande, février 2012

périophtalme, Thaïlande, février 2012

lémuriens, Madagascar, août 2013
lémuriens, Madagascar, août 2013

lémuriens, Madagascar, août 2013

crabe de cocotier, Papouasie, août 2012

crabe de cocotier, Papouasie, août 2012

walia ibex, Ethiopie, décembre 2009

walia ibex, Ethiopie, décembre 2009

singe magot, Maroc, décembre 2008

singe magot, Maroc, décembre 2008

dragon volant, Célèbes, août 2012

dragon volant, Célèbes, août 2012

singes nasiques, Bornéo, septembre 2009

singes nasiques, Bornéo, septembre 2009

crabe violoniste, Thaïlande, février 2012

crabe violoniste, Thaïlande, février 2012

des animaux à sang froid

Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019
Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019
Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019
Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019
Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019
Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019

Madagascar, août 2013, Bornéo, septembre 2009, Martinique, janvier 2019

Floride, février 2004

Floride, février 2004

python, Inde, décembre 2006

python, Inde, décembre 2006

tricot rayé, Papouasie, août 2012

tricot rayé, Papouasie, août 2012

lézard monitor, Philippines, novembre 2010

lézard monitor, Philippines, novembre 2010

boa, Madagascar, août 2013

boa, Madagascar, août 2013

serpent à sonnettes, Etats-Unis, août 2004

serpent à sonnettes, Etats-Unis, août 2004

iguane, Guadeloupe, décembre 2020

iguane, Guadeloupe, décembre 2020

grenouille , Guadeloupe, décembre 2020

grenouille , Guadeloupe, décembre 2020

Grèce, mai 2006 et Galapagos, septembre 2006
Grèce, mai 2006 et Galapagos, septembre 2006

Grèce, mai 2006 et Galapagos, septembre 2006

couleuvre, Esterel, octobre 2018

couleuvre, Esterel, octobre 2018

des animaux terrestres

macaque à crête, Célèbes, août 2012
macaque à crête, Célèbes, août 2012

macaque à crête, Célèbes, août 2012

ours noir, Wyoming, août 2008

ours noir, Wyoming, août 2008

boeufs musqués, Norvège, mars 2007
boeufs musqués, Norvège, mars 2007

boeufs musqués, Norvège, mars 2007

lamas, Pérou, août 2010 et Bolivie, septembre 2007
lamas, Pérou, août 2010 et Bolivie, septembre 2007
lamas, Pérou, août 2010 et Bolivie, septembre 2007
lamas, Pérou, août 2010 et Bolivie, septembre 2007

lamas, Pérou, août 2010 et Bolivie, septembre 2007

biches, Abruzzes, juillet 2019

biches, Abruzzes, juillet 2019

marmotte, Californie, juillet 2007

marmotte, Californie, juillet 2007

chien de prairie, Dakota, août 2008

chien de prairie, Dakota, août 2008

bouquetin, Chablais, août 2016 et Aiguilles Rouges, juillet 2020
bouquetin, Chablais, août 2016 et Aiguilles Rouges, juillet 2020

bouquetin, Chablais, août 2016 et Aiguilles Rouges, juillet 2020

sangliers, Esterel, octobre 2018

sangliers, Esterel, octobre 2018

singe magot, Maroc, novembre 2018

singe magot, Maroc, novembre 2018

scorpion, gorges du Verdon, mai 2020

scorpion, gorges du Verdon, mai 2020

ou entre terre et eau

lion de mer, Galapagos, septembre 2006
lion de mer, Galapagos, septembre 2006

lion de mer, Galapagos, septembre 2006

bernard l'hermite, Oman, avril 2013, Thaïlande, février 2012, Var, juillet 2019
bernard l'hermite, Oman, avril 2013, Thaïlande, février 2012, Var, juillet 2019
bernard l'hermite, Oman, avril 2013, Thaïlande, février 2012, Var, juillet 2019

bernard l'hermite, Oman, avril 2013, Thaïlande, février 2012, Var, juillet 2019

pélican, Galapagos,septembre 2006

pélican, Galapagos,septembre 2006

flamants roses, Galapagos,septembre 2006
flamants roses, Galapagos,septembre 2006
flamants roses, Galapagos,septembre 2006

flamants roses, Galapagos,septembre 2006

cormoran, Niolon, juillet 2015

cormoran, Niolon, juillet 2015

fous de Bassan, Galapagos,septembre 2006

fous de Bassan, Galapagos,septembre 2006

gobie, Oman, avril 2012

gobie, Oman, avril 2012

Galapagos,septembre 2006

Galapagos,septembre 2006

babouins, Java, septembre 20177

babouins, Java, septembre 20177

bestiaire
lièvre de mer, Tenerife, janvier 2018

lièvre de mer, Tenerife, janvier 2018

ragondin, côte bleue, mai 2018
ragondin, côte bleue, mai 2018

ragondin, côte bleue, mai 2018

ou marins

calanques de Marseille, août et septembre 2018
calanques de Marseille, août et septembre 2018
calanques de Marseille, août et septembre 2018
calanques de Marseille, août et septembre 2018

calanques de Marseille, août et septembre 2018

Musandam, Oman, décembre 2018
Musandam, Oman, décembre 2018
Musandam, Oman, décembre 2018

Musandam, Oman, décembre 2018

Martinique, janvier 2019
Martinique, janvier 2019
Martinique, janvier 2019
Martinique, janvier 2019

Martinique, janvier 2019

Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020
Guadeloupe, décembre 2020

Guadeloupe, décembre 2020

ou nocturnes

calanques, août 2019
calanques, août 2019
calanques, août 2019

calanques, août 2019

Lubéron, octobre 2019

Lubéron, octobre 2019

Partager cet article

Repost0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 19:20

Le 30 avril 2016

Balade dans les basses gorges du Verdon, près de Quinson, immédiatement en amont du lac de l’Esparron. Les « basses » gorges du Verdon peuvent donc s’entendre aussi bien au sens orographique que paysager, avec des gorges beaucoup moins encaissées que le grand canyon du Verdon situé en aval.

Quoi qu’il en soit, le chemin qui longe la rivière reste magnifique sur sa première moitié, longeant les vestiges du canal du Verdon (abandonné après la mise en service du canal de Provence dans les années 60) ou les eaux bleu-vert du Verdon, en escalier dans le calcaire ou sur des passerelles en bois, un très beau tracé bien aménagé à fleur d’eau ou à flanc de falaise, rappelant un peu le sentier de l’Imbut au Verdon. On remonte ensuite rive gauche par un vallon caché sous une végétation exubérante et des rideaux de mousse, une véritable ambiance tropicale avant de retrouver la garrigue de chênes pubescents de la chapelle Sainte-Maxime et du plateau supérieur, décorée et odorante de cyste et de coronille en fleurs. Au final une des belles balades de la région, à refaire à la belle saison pour aller goûter en maillot ces belles eaux bleu-vert !

le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon
le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon
le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon
le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon
le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon
le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon

le sentier suspendu et creusé sur les rives du Verdon

les couleurs de la rivière

les couleurs de la rivière

la jungle du bas du ravin de Sainte-Maxime

la jungle du bas du ravin de Sainte-Maxime

détail de la coronille en fleurs

détail de la coronille en fleurs

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens