28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 08:31

Le 27 mai 2021

Sur le Rocher des Goudes, combinaison de L1 de "l'occidentale" avec les 2 longueurs de la voie de la face ouest, 3 longueurs, partiellement équipé, 6b max

6a/6a+ (soutenu)/6b (1pas)

Reprise de l’escalade en soirée sur le rocher des Goudes au-dessus de Callelongue, et sa voie de la face ouest, une ligne courte de 2 longueurs mais assez intense. On y accèdera par la corniche verte, elle-même atteinte par la première longueur de l’occidentale et ses 40 mètres d’une belle escalade sur coulée d’aragonite. C’est aussi une bonne mise en jambes ou plutôt en biceps pour la première longueur de la voie de la face ouest, soutenue et athlétique, particulièrement dans sa première quinzaine de mètres. La seconde longueur, bien que comportant un pas difficile (aisément artifable), s’avère également bien jolie mais surtout beaucoup plus facile, même si son équipement parcimonieux sur sa seconde moitié nécessite un petit jeu de friends. 
On montera sur le plateau sommital suspendu du Mont Aiguille calanquais quand le soleil descendra sous la côte bleue au nord-ouest, encore un bon timing pour profiter des couleurs crépusculaires de la grimpe après travail !

L1 de l'occidentale en guise de voie d'accès à la corniche verte
L1 de l'occidentale en guise de voie d'accès à la corniche verte
L1 de l'occidentale en guise de voie d'accès à la corniche verte

L1 de l'occidentale en guise de voie d'accès à la corniche verte

L1 de la voie de la face ouest, superbe mais athlétique et engagé sans friends
L1 de la voie de la face ouest, superbe mais athlétique et engagé sans friends
L1 de la voie de la face ouest, superbe mais athlétique et engagé sans friends

L1 de la voie de la face ouest, superbe mais athlétique et engagé sans friends

crépuscule sur le Riou et les Goudes
crépuscule sur le Riou et les Goudes

crépuscule sur le Riou et les Goudes

26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 17:11

Le 26 mai 2021

"petite grande voie de la côte bleue", 3 longueurs, équipé, 6a max

5b/5b/6a

A la pause méridienne, session mensuelle de grimpe sur la petite voie littorale de la côte bleue entre Méjean et l’Erevine. Le bon et beau caillou, la belle escalade, le cadre maritime et panoramique justifient bien ces relations régulières de bon voisinage !

flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots
flore sur le single, cistes et coquelicots

flore sur le single, cistes et coquelicots

passage à l'Erevine
passage à l'Erevine
passage à l'Erevine

passage à l'Erevine

le rocher fantasmagorique de l'approche
le rocher fantasmagorique de l'approche
le rocher fantasmagorique de l'approche

le rocher fantasmagorique de l'approche

fin de traversée en L2

fin de traversée en L2

sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats
sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats
sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats
sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats
sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats

sur la magnifique L3 en pilier puis dalle à fissure et aplats

la grotte marine de Méjean

la grotte marine de Méjean

23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 20:32

Le 23 mai 2021

le grand parcours de la montagne Sainte-Victoire, variante dans la paroi des 2 aiguilles par une combinaison de "bonjour Roger, merci Ginette" avec "les masques de pierre", 13 longueurs, partiellement équipé, 6a max

A mon sens 4c/5c/4b/4b/4c/5b+/4c/3c/4a/5c/6a/4b/4b

Première fois dans l’une des grandes voies classiques de la montagne Sainte-Victoire, « le grand parcours », qui remonte toute la face sud à l’aplomb du Signal. C’est effectivement une très longue voie de près de 400 mètres de dénivelée, avec toutefois des portions de marche ou d’escalade facile entre les 3 ressauts qui composent cette face sud. Les parties les plus grimpantes se limitent à la fissure en 5b du second ressaut et surtout à la longue fissure raide en Y du pilier du Signal. La patine de cette dernière (qui en brille au soleil par endroits…) ne facilite guère les choses, et même si les pitons et quelques lunules en place peuvent aider, il faut à mon avis être à l’aise dans le 6a en fissure à l’ancienne (coincements, oppositions…) pour ne pas se faire peur en posant ses friends.
Au final une voie d’ampleur, un peu décousue niveau escalade entre longues sections de randonnée pédestre ou du vertige et courtes fissures soutenues et athlétiques, mais qui permet de gravir l’intégralité de la face sud par une ligne logique et esthétique. On a un bon condensé de la grimpe à la Sainte-Victoire sur les dalles des 2 aiguilles puis l’éperon marqué du ressaut médian, et enfin la fissure en Y évidente du pilier du Signal, de quoi bien user la gomme des chaussons puis les biceps !

au départ, le parcours du jour sur l'éperon au centre de la photo
au départ, le parcours du jour sur l'éperon au centre de la photo

au départ, le parcours du jour sur l'éperon au centre de la photo

dans "les masques de pierre" puis "bonjour Roger, merci Ginette"
dans "les masques de pierre" puis "bonjour Roger, merci Ginette"

dans "les masques de pierre" puis "bonjour Roger, merci Ginette"

sur l'éperon de sortie des "masques de pierre"

sur l'éperon de sortie des "masques de pierre"

au-dessus de l'aiguille de Bertine, sous la dalle en III

au-dessus de l'aiguille de Bertine, sous la dalle en III

la belle fissure médiane en V, un calcaire blanc en cannelures verticales qui rappelle la voie voisine "Austerlitz"
la belle fissure médiane en V, un calcaire blanc en cannelures verticales qui rappelle la voie voisine "Austerlitz"

la belle fissure médiane en V, un calcaire blanc en cannelures verticales qui rappelle la voie voisine "Austerlitz"

dans la traversée facile sous le toit, un petit air des "futurs croulants", le gaz et la difficulté en moins
dans la traversée facile sous le toit, un petit air des "futurs croulants", le gaz et la difficulté en moins

dans la traversée facile sous le toit, un petit air des "futurs croulants", le gaz et la difficulté en moins

l'arête facile sous le pilier du signal
l'arête facile sous le pilier du signal

l'arête facile sous le pilier du signal

dans la première longueur en fissure du pilier du Signal
dans la première longueur en fissure du pilier du Signal
dans la première longueur en fissure du pilier du Signal
dans la première longueur en fissure du pilier du Signal
dans la première longueur en fissure du pilier du Signal

dans la première longueur en fissure du pilier du Signal

à la descente dans le Garagaï

à la descente dans le Garagaï

crépuscule coloré

crépuscule coloré

22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 21:27

Le 22 mai 2021

Première expérience en kayak de rivière sur le Gard ou Gardon dans les gorges éponymes. On descendra de l’amont des gorges à Russan juqu’à l’aval du Pont du Gard à Remoulins, un parcours de 33 km sur une rivière généralement calme, moyennant quelques « rapides » de classe 1. C’est évidemment plus rapide et ludique que le kayak de mer, et ces 33 km n’auront demandé que 4 à 5 heures de pagayage modéré sur un courant parfois marqué, dans un paysage souvent préservé (voire très sauvage dans les gorges amont entre Russan et le pont médiéval Saint-Nicolas), et avec le plaisir sur la fin de naviguer sous le pont romain du Gard et son aqueduc de 3 étages et 50 mètres de haut. 
Une belle journée en eaux vives – parfois un peu trop lorsque l’on chavirera sur un obstacle mal anticipé – marquée par la beauté des parois rocheuses bordant les gorges et la richesse de la faune avicole, aigles et vautours observés parfois de loin, innombrables hérons et aigrettes s’envolant devant les embarcations – le tout dans la nature luxuriante et fleurie de ce printemps très arrosé. Mention spéciale pour les gorges amont dépourvues de la moindre trace de civilisation – pas de route, de sentier, de construction… - on en viendrait presque à craindre des tirs de flèches par des indiens depuis les rives !

dans les gorges amont, un petit air de monde perdu sans la moindre trace humaine
dans les gorges amont, un petit air de monde perdu sans la moindre trace humaine
dans les gorges amont, un petit air de monde perdu sans la moindre trace humaine
dans les gorges amont, un petit air de monde perdu sans la moindre trace humaine

dans les gorges amont, un petit air de monde perdu sans la moindre trace humaine

juste en aval du pont Saint-Nicolas, X et héron
juste en aval du pont Saint-Nicolas, X et héron

juste en aval du pont Saint-Nicolas, X et héron

à la sortie des gorges à Collias, escalade ou baignade
à la sortie des gorges à Collias, escalade ou baignade

à la sortie des gorges à Collias, escalade ou baignade

libellule en pleine mue et arbre à aigrettes
libellule en pleine mue et arbre à aigrettes

libellule en pleine mue et arbre à aigrettes

tapis de X
tapis de X

tapis de X

rapides en amont du Pont du Gard

rapides en amont du Pont du Gard

sous le Pont du Gard
sous le Pont du Gard
sous le Pont du Gard

sous le Pont du Gard

16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 17:59

Pour illustrer les conditions avalancheuses actuelles, 2 photos prises à quelques jours d'intervalle du front du glacier inférieur de la Condamine à 2400 m : la première le 8 mai lors d'une des rares journées de beau temps de ce printemps 2021, la seconde quelques jours plus tard, après les grosses chutes de neige du lundi (jusqu'à 1 mètre) puis les purges avalancheuses correspondantes. L'épaisseur du dépôt d'une avalanche pourtant en fin de course approche les 10 à 15 mètres par endroits... 

le front du glacier inférieur avant et après l'avalanche, avec un cadrage proche entre les 2 premières photos, la troisième donnant l'échelle. Le trait rouge sur la première photo montre la limite supérieure du dépôt de neige des avalanches.
le front du glacier inférieur avant et après l'avalanche, avec un cadrage proche entre les 2 premières photos, la troisième donnant l'échelle. Le trait rouge sur la première photo montre la limite supérieure du dépôt de neige des avalanches.
le front du glacier inférieur avant et après l'avalanche, avec un cadrage proche entre les 2 premières photos, la troisième donnant l'échelle. Le trait rouge sur la première photo montre la limite supérieure du dépôt de neige des avalanches.

le front du glacier inférieur avant et après l'avalanche, avec un cadrage proche entre les 2 premières photos, la troisième donnant l'échelle. Le trait rouge sur la première photo montre la limite supérieure du dépôt de neige des avalanches.

16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 17:38

Le 16 mai 2021

l'échappée belle, 5 longueurs, (très bien) équipé, 6a+ max
5c/6a+/3b/6a/4c


Retour en escalade dans les gorges du Destel et le secteur des grottes Saint-Martin, où les grandes voies exposées sud s’atteignent par une jolie randonnée descendant depuis le village médiéval d’Evenos perché sur son piton basaltique. On rejoint le lit du torrent (généralement asséché) du Destel en suivant un sentier balisé de jaune puis de bleu qui traverse une grotte dite du Haut de Saint-Martin. C’est un parcours parfois un peu exposé mais toujours bien équipé, cordes fixes puis corde à nœuds pour descendre un ressaut vertical d’une dizaine de mètres (si l’on veut éviter un rappel), mais parfois ludique (un ressaut s’évite par une châtière) et toujours esthétique dans une grande cavité traversante parfois bien concrétionnée, frontale nécessaire dans la portions médiane bien sombre. Cette approche peut donc même s’envisager en randonnée du vertige, indépendamment de la grande voie à laquelle elle mène.
La voie « l’échappée belle », nouvellement ouverte et équipée, offre 3 jolies longueurs d’escalade dans le 5c/6a reliées par des parties faciles. Mention spéciale pour le passage dans les concrétions de tuf du milieu de L1, la longue L2 variée et soutenue en dalle, mur raide, traversée et dièdre et la dalle à gouttes d’eau du début de L4. Les plaquettes abondent même dans les sections faciles : c’est donc de l’escalade plaisante et non engagée sur un beau calcaire gris parfois très sculpté, même si ici comme ailleurs dans le Destel les falaises manquent de compacité et de hauteur. On profite par contre ici d’un cadre préservé et sauvage, au-dessus de la partie amont des gorges et face à la falaise percée du Château du Diable, sans la vue et surtout le bruit de la route qui nuit aux voies de la partie aval des gorges.

d'Evenos, vue vers les grès éponymes et le Gros Cerveau

d'Evenos, vue vers les grès éponymes et le Gros Cerveau

dans la grotte traversante Saint-Martin
dans la grotte traversante Saint-Martin

dans la grotte traversante Saint-Martin

L1
L1

L1

L2 soutenue dans le 6a
L2 soutenue dans le 6a
L2 soutenue dans le 6a
L2 soutenue dans le 6a

L2 soutenue dans le 6a

L4
L4

L4

L5

L5

vue vers le Château du Diable et sa grotte traversante

vue vers le Château du Diable et sa grotte traversante

le village perché d'Evenos, son château et sa chapelle
le village perché d'Evenos, son château et sa chapelle
le village perché d'Evenos, son château et sa chapelle

le village perché d'Evenos, son château et sa chapelle

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 20:02

Le 15 mai 2021

Couennes « salade de fruits », « petite fleur » et « ymlonléssélévieurelais » au secteur « Aiguille Bertine – le souci »
Couennes « accroche-cœur », « doux gatés » et « paradisiac » au secteur « plates dalles »
les plates dalles, 3 longueurs, équipé, 5a/4b/4c+
Retour en escalade sur le secteur dit des « 2 aiguilles » de la montagne Sainte-Victoire, dont de grandes dalles plus ou moins raides et le pied de voies large et non exposé font un secteur adapté à l’initiation des enfants. C’est bien évidemment le royaume de la friction et de l’adhérence sur un calcaire gris compact, qui plus est patiné sur le bas, si bien qu’on devra attendre que le rocher sèche pour y grimper.
Après quelques couennes parfois bien délicates pour la cotation on ira se frotter aux « plates dalles », une voie facile de 3 longueurs où la dernière est sans doute la plus belle avec son ressaut raide et aérien perché au-dessus des dalles du bas. Par contre, passés les scellements récents de la première longueur, l’équipement vieillissant en spits de 8 rouillés ne donne pas envie de voler…
Malgré la météo grise et humide au début, une bonne demi-journée d’escalade qui fait suite au ski de randonnée, canyonisme et VTT plus tôt dans la semaine, le tout au-dessus ou au  milieu des fleurs, des plaisirs du printemps qui confine encore à l’hiver en montagne !

les terres rouges sous les 2 aiguilles

les terres rouges sous les 2 aiguilles

dans les couennes
dans les couennes
dans les couennes
dans les couennes

dans les couennes

dans la voie des "plates dalles"
dans la voie des "plates dalles"
dans la voie des "plates dalles"

dans la voie des "plates dalles"

13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 18:06

Le 13 mai 2021

Retour en vélo sur les monotraces de côte bleue entre Le Rove et Niolon, des parcours sur crêtes ou sentiers muletiers à flancs de collines aussi panoramiques les uns que les autres. Mention spéciale pour les crêtes dominant le fort de Figuerolles au nord, du pilotage technique et précis sur un long monotrace pas trop caillouteux, le tout face à la rade de Marseille et aux îles du Frioul. 

sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes
sur la crête est du vallon des Fontêtes

sur la crête est du vallon des Fontêtes

flore au fort de Figuerolles

flore au fort de Figuerolles

sur les sentiers muletiers de part et d'autre du vallon des Fontêtes
sur les sentiers muletiers de part et d'autre du vallon des Fontêtes

sur les sentiers muletiers de part et d'autre du vallon des Fontêtes

12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 20:25

Le 12 mai 2021

Première descente du canyon du val d’Angouire au-dessus de Moustiers Sainte-Marie, sans doute le plus beau canyon de Haute-Provence. Il était temps, plus de 13 ans après mon arrivée dans la région, mais comme tous ses voisins, ce canyon au bassin-versant peu étendu et situé dans une des régions les plus sèches des Alpes ne coule pas souvent, et en tout cas plus dès la fin du printemps. Pas facile donc de conjuguer disponibilité de l’eau et disponibilité personnelle en pleine saison de ski de printemps…
Quoi qu’il en soit, la faute est maintenant réparée, et ce parcours reste effectivement superbe du début à la fin, encaissements parfois forts dans le calcaire stratifié, vasques à la couleur émeraude (où les sauts sont souvent possibles), cascades et grottes de tuf. Le passage médian dit de la poire avec sa grande salle presque fermée, où un fort encaissement horizontal fait face à la cascade amont dans une ambiance spéléologique, fait office de crux de beauté de ce canyon varié, à saisir de manière opportuniste quelques jours après les pluies. Encore une belle journée dans la wilderness du Verdon, 4 mois après le ski dans la poudreuse du Chiran quelques kilomètres plus haut !

dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont
dans la partie amont

dans la partie amont

la cascade avant la "Poire"
la cascade avant la "Poire"
la cascade avant la "Poire"
la cascade avant la "Poire"
la cascade avant la "Poire"
la cascade avant la "Poire"

la cascade avant la "Poire"

le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"
le passage presque spéléo dit de "la Poire"

le passage presque spéléo dit de "la Poire"

à la sortie de l'encaissement de "la Poire"
à la sortie de l'encaissement de "la Poire"

à la sortie de l'encaissement de "la Poire"

dernier corridor et dernière grande cascade
dernier corridor et dernière grande cascade
dernier corridor et dernière grande cascade
dernier corridor et dernière grande cascade

dernier corridor et dernière grande cascade

dans les cascades de tuf et la grotte de tuf finales
dans les cascades de tuf et la grotte de tuf finales
dans les cascades de tuf et la grotte de tuf finales
dans les cascades de tuf et la grotte de tuf finales

dans les cascades de tuf et la grotte de tuf finales

9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 19:12

Le 9 mai 2021

Itinéraire : brèche de Philippe en traversée sud-nord, montée par le sentier du ministre, la cabane du Pis et les Mourats, descente par le couloir nord de la brèche de Philippe puis le mal-nommé ravin (plutôt vallon) de la Condamine
Sommet : 2900 m
Dénivelée : 1350 m
Difficulté : 4.2 E2 dans le couloir nord de la brèche de Philippe, environ 200 m à 45°

Après les très bonnes conditions de la veille, c’est la douche froide ce matin, ou plutôt la douche chaude, puisque le thermomètre de la voiture affiche déjà 7°C au petit matin, sous un ciel couvert et une neige aussi molle que la veille au soir.
La montée versant sud de la brèche Philippe, à pieds jusqu’à la cabane du Pis, se fera effectivement sur une neige non regelé puis à peine en surface au-dessus de 2400 m, une fine croûte qui casse parfois sous les skis et toujours sous les crampons, le tout sur les plans de glissement et les boules des purges de la veille. Les conditions de neige rendront donc cette ascension un peu pénible, sur des pentes raides exposées sud-ouest et coupées de barres rocheuses sur le bas, une exposition qui fait apprécier la couverture nuageuse du jour, permettant d’éviter de nouvelles coulées de réchauffement.
Une fois la brèche passée, et nonobstant une première dizaine de mètres en neige dure, on pourra heureusement profiter d’une neige presque poudreuse dans les 200 mètres de couloir en versant nord, assez raides pour la cotation. Plus bas c’est évidemment la neige mouillée en profondeur qui prend le relais, une « soupe » non collante et donc relativement skiante, avant qu’on ne puisse rejoindre la vieille neige ocre de sable saharien à 2100 m. Cette neige de névé, portante malgré l’absence de tout regel, permettra de finir la descente et cette virée de 2 jours sur de belles impressions.
Au final une belle boucle un peu engagée, et surtout délicate à la montée sur ces pentes raides et chaudes suspendues.

illumination aurorale

illumination aurorale

portage sous la cabane du Pis
portage sous la cabane du Pis

portage sous la cabane du Pis

arrivée à la brèche de Philippe par son couloir sud
arrivée à la brèche de Philippe par son couloir sud
arrivée à la brèche de Philippe par son couloir sud

arrivée à la brèche de Philippe par son couloir sud

éclaircie du jour dans le couloir nord
éclaircie du jour dans le couloir nord

éclaircie du jour dans le couloir nord

devant le front du glacier inférieur de la Condamine (la barre de séracs du petit glacier situé sous la brèche de Philippe en versant nord a elle complètement fondu depuis ma dernière visite en 2009)
devant le front du glacier inférieur de la Condamine (la barre de séracs du petit glacier situé sous la brèche de Philippe en versant nord a elle complètement fondu depuis ma dernière visite en 2009)

devant le front du glacier inférieur de la Condamine (la barre de séracs du petit glacier situé sous la brèche de Philippe en versant nord a elle complètement fondu depuis ma dernière visite en 2009)

le glacier supérieur de la Condamine suspendu au-dessus

le glacier supérieur de la Condamine suspendu au-dessus

trace blanches sur neige ocre dans le vallon de la Condamine
trace blanches sur neige ocre dans le vallon de la Condamine

trace blanches sur neige ocre dans le vallon de la Condamine

Rechercher