28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 21:42

Du 19 au 27 novembre 2017

Troisième voyage en Jordanie, après la découverte sur les circuits touristiques « classiques » en 2008 et le retour en 2009 pour une courte virée escalade au Wadi Rum avant un voyage… en Syrie. L’objectif cette fois sera plus varié avec des virées en voies bédouines sur le grès du Djebel Rum et en canyonisme dans le grès de la Mer Morte, avec en guise de repos une session masque et tuba sur les récifs coralliens d’Aqaba. Au final et comme toujours en Jordanie du rocher magnifique, aussi agréable sous les chaussons qu’esthétique devant les chaussures de canyon !

Wadi Zerqa Ma'in

Wadi Zerqa Ma'in

bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum
bivouac bédouin au Djebel Rum

bivouac bédouin au Djebel Rum

masque et tuba à Aqaba
masque et tuba à Aqaba
masque et tuba à Aqaba
masque et tuba à Aqaba
masque et tuba à Aqaba

masque et tuba à Aqaba

le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac
le wadi Hasa en bivouac

le wadi Hasa en bivouac

18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 18:36

Le 18 novembre 2017

Crépuscule sur la calanque des Anthénors au Petit Méjean à Ensuès-la-Redonne, les derniers rayons subliment le rocher bariolé et les stries de grès orange dans les murs de marnes grises.

vues vers Marseille

vues vers Marseille

les tags de grès
les tags de grès

les tags de grès

vue vers l'ouest

vue vers l'ouest

12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 20:58

Le 12 novembre 2017

le tour mort, 3 longueurs, 6b max

6b/6b/6a

UHT , 3 longueurs, 6a+ max

6a+/5b/5c+

« le tour mort », 3 longueurs, équipé, 6b max

6b/6b/6a

« UHT », 3 longueurs, équipé

6a+, 5c, 5c+

Journée d’escalade au départ des Goudes, sur 2 (petites) grandes voies à l’abri du mistral. On grimpera d’abord « le tour mort » sur la falaise du plan des cailles au-dessus de la calanque de Marseilleveyre (découverte en 2011 avec la jolie « directe de l’éperon de base » en 5c/6a), puis « UHT » quelques centaines de mètres au nord-est sur la falaise récemment équipée du cirque de la Galinette.

Le « tour mort » offre une escalade variée sur ses 3 longueurs, fissure athlétique, dalle et traversée, assez soutenue dans le 6b aux départs de L1 et L2. La seconde longueur s’avère d’ailleurs magnifique sur une dalle de calcaire blanc sculpté, le rocher des calanques dans ce qu’il a de plus beau ! La voie « UHT » reste plus anecdotique malgré une première et troisième longueur jolies en fissure et dièdre.

2 petites voies intéressantes donc, même si ces secteurs souffrent globalement d’un manque d’ampleur et d’ambiance dus à l’éloignement de la mer et à la présence de vires, on est évidemment loin des falaises-phares du Cancéou, Oule ou Castelvieil…

à l'approche, près du vallon de la Mounine

à l'approche, près du vallon de la Mounine

dans L1 du "tour mort", la cordée voisine dans la directe de l'éperon de base
dans L1 du "tour mort", la cordée voisine dans la directe de l'éperon de base

dans L1 du "tour mort", la cordée voisine dans la directe de l'éperon de base

sortie de la belle dalle en L2 du "tour mort"
sortie de la belle dalle en L2 du "tour mort"

sortie de la belle dalle en L2 du "tour mort"

dans L3 du "tour mort"
dans L3 du "tour mort"

dans L3 du "tour mort"

la falaise du cirque de la Galinette

la falaise du cirque de la Galinette

dans L2 de "UHT"

dans L2 de "UHT"

dans la fissure en L3 de "UHT"

dans la fissure en L3 de "UHT"

12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 20:47

Le 11 novembre 2017

Soirée de balade vers  la calanque du Puits (orthographiée aussi Puy) et son incroyable rocher de calcaire, grès et conglomérat en taches de léopard ou nappage entremêlés. Le soleil qui se couche à cette époque de l’année derrière l’îlot de la Grande Mona vient sublimer ce rocher atypique, avec en prime ce jour un crépuscule particulièrement color(is)é !

sur la géologie insolite de la calanque du Puy (ou du Puits)
sur la géologie insolite de la calanque du Puy (ou du Puits)
sur la géologie insolite de la calanque du Puy (ou du Puits)
sur la géologie insolite de la calanque du Puy (ou du Puits)

sur la géologie insolite de la calanque du Puy (ou du Puits)

le bouquet final de couleurs à l'est et à l'ouest
le bouquet final de couleurs à l'est et à l'ouest
le bouquet final de couleurs à l'est et à l'ouest

le bouquet final de couleurs à l'est et à l'ouest

10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 20:50
5 novembre 2017 7 05 /11 /novembre /2017 18:49

Le 5 novembre 2017

Le Temple, 8 longueurs, équipé, 5c+ max

Cotations officielles : 4c/5c/5c+/4b/5b/2/5c+/5c/5a, mon ressenti : 5b/5c/6a/5a/5c/2/5b+/5c+/5a

Retour dans une des grandes classiques d’escalade du socle de la Candelle : la voie du Temple et ses 9 longueurs d’escalade globalement athlétiques et parfois soutenues dans le 5. La voie propose de la grimpe à l’ « ancienne » en remontant au plus facile un système de fissures et dièdres dans le socle de la Candelle, face au serpent de calcaire du cap Morgiou et au-dessus de l’îlot du Torpilleur baigné par les eaux couleur opale de la calanque des Pierres Tombées. Un beau cadre, relativement protégé du mistral fort ce jour (de moins en moins à mesure que l’on monte), mais une escalade finalement assez sérieuse avec un équipement bien espacé et de la patine, qui même si elle n’est pas trop gênante ne donne pas confiance en ses pieds. Les 5c s’avèrent parfois soutenus et délicats, particulièrement L2 et L3, plus difficiles à mon sens que par exemple le 6a+ de la rançon suçé gravi quelques semaines plus tôt, et il vaut mieux à mon avis être à l’aise dans le 6a pour en profiter pleinement.

dans les 3 premières longueurs en dièdre et fissure, bien soutenues dans le 5sup
dans les 3 premières longueurs en dièdre et fissure, bien soutenues dans le 5sup
dans les 3 premières longueurs en dièdre et fissure, bien soutenues dans le 5sup
dans les 3 premières longueurs en dièdre et fissure, bien soutenues dans le 5sup

dans les 3 premières longueurs en dièdre et fissure, bien soutenues dans le 5sup

dans L5
dans L5
dans L5

dans L5

vues de la voie, vent et lumières sur la grande "bleue"
vues de la voie, vent et lumières sur la grande "bleue"
vues de la voie, vent et lumières sur la grande "bleue"

vues de la voie, vent et lumières sur la grande "bleue"

dans L7
dans L7
dans L7

dans L7

tourbillons de mistral

tourbillons de mistral

au retour dans le couloir du Candelon

au retour dans le couloir du Candelon

4 novembre 2017 6 04 /11 /novembre /2017 21:51

Le 4 novembre 2017

« Avec Caesar ascensuri te salutant » (!), 6 longueurs, équipé, 5b+ max

5a/4a/4a/5b/6a+ (variante par L4 de « vol de nuit »)/3a

Demi-journée d’escalade dans les gorges du Destel entre Ollioules et Toulon. Une escalade un peu « intérieure » répond bien au ciel bâché par la perturbation en approche et aux rafales de sud, et on choisit une voie aux gorges du Destel, dans le secteur du Château du Diable que je n’ai encore jamais visité. Les 6 longueurs de « Avec Caesar ascensuri te salutant » proposent une escalade facile et très bien équipée, de quoi reprendre l’escalade en douceur dans un itinéraire malgré tout esthétique et ludique face au Château du Diable et à travers un boyau dans L4.

Le retour permettra de compléter agréablement cette voie d’escalade en  explorant le Château du Diable par ce qui constitue en soi une belle randonnée du vertige variée et insolite : accès par un canyon sec qui se descend en rappel, traversée d’un système complexe de grottes et d’arches puis un passage sur une arche avant la descente en ramasse d’un éboulis fin qui ramène au fond des gorges du Destel. Le parcours est équipé de nombreux points d’assurance et/ou cordes fixes, de quoi emmener des débutant(e)s sans crainte, l’itinéraire étant de plus peu vertigineux.

dans la traversée de L2

dans la traversée de L2

au départ de L3

au départ de L3

le boyau de L4
le boyau de L4
le boyau de L4
le boyau de L4

le boyau de L4

dans la dalle fine de L4 de "vol de nuit"

dans la dalle fine de L4 de "vol de nuit"

descente vers le Château du Diable par le canyon
descente vers le Château du Diable par le canyon
descente vers le Château du Diable par le canyon

descente vers le Château du Diable par le canyon

dans les arches multiples du Château du Diable, et sur l'arche de redescente
dans les arches multiples du Château du Diable, et sur l'arche de redescente
dans les arches multiples du Château du Diable, et sur l'arche de redescente
dans les arches multiples du Château du Diable, et sur l'arche de redescente

dans les arches multiples du Château du Diable, et sur l'arche de redescente

2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 16:26

Le 2 novembre 2017

Balade dans la dernière portion de littoral de la côte bleue qu’il me restait à explorer, autour de la calanque du Puy à Ensuès-la-Redonne. Un beau bouquet final, avec une randonnée agrémentée de quelques passages d’escalade ludique, sauvage sous les maisons qui dominent de quelques dizaines de mètres les falaises et criques côtières, et surtout particulièrement esthétique sur une géologie exceptionnellement insolite et variée.

Les falaises à l’est de la Madrague de Gignac offrent déjà des falaises bigarrées, de l’orange au noir en passant par le rouge, un mélange de marnes et de grès plus ou moins oxydés caractéristique du littoral d’Ensuès. Vers l’ouest le port de la Madrague bloque le passage en bord de mer, qu’on peut rejoindre plus tard par une sente qui descend de la route vers une crique étroite ceinturée de falaises déversantes, de grès à l’est et de conglomérat à l’ouest. Le seul passage possible se fait par un boyau vertical à travers la nappe déversante de conglomérat, un petit pas de 5 athlétique au départ puis on rejoint à travers poudingue, grès et couche de cristaux la sortie de la grotte sur de grandes dalles de calcaire. Encore un nouveau paysage avec ce calcaire agrémenté de bassins circulaires dominé par une nappe de conglomérat qu’on peut franchir par un court dévers en 5. On rejoint alors la petite calanque du Puy et sa falaise en couches de grès stratifiées qui peut se contourner par des vires à droite. Le (grand) spectacle atteint peut-être son apogée avec du conglomérat fin en coulées sur des dalles de calcaire creusées de bassins circulaires, une géologie variée et délirante qui rappelle celle du Bau Rouge près de Toulon.

Même si les falaises manquent un peu d’ampleur et que les maisons ont trop essaimé à leur sommet, c’est au final une randonnée (agrémentée de courts pas d’escalade, soit en anglais du scrambling) côtière insolite et méconnue dans une géologie totalement exceptionnelle et esthétique, sans doute parmi les plus belles de la région !

entre la Redonne et la Madrague de Gignac
entre la Redonne et la Madrague de Gignac

entre la Redonne et la Madrague de Gignac

sous le toit de conglomérat...

sous le toit de conglomérat...

... qui se traverse par un boyau bienvenu, son rocher cristallisé
... qui se traverse par un boyau bienvenu, son rocher cristallisé

... qui se traverse par un boyau bienvenu, son rocher cristallisé

sur la dalle de calcaire couronnée par une nappe déversante de conglomérat
sur la dalle de calcaire couronnée par une nappe déversante de conglomérat

sur la dalle de calcaire couronnée par une nappe déversante de conglomérat

au-dessus et dans la calanque du Puy
au-dessus et dans la calanque du Puy

au-dessus et dans la calanque du Puy

côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !
côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !
côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !
côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !
côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !
côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !

côte à l'ouest de la calanque du Puy, une géologie magnifique aux allures de Cap Canaille oblique, du poudingue façon nappage de cacahuètes !

29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 21:18

Le 29 octobre 2017

Combinaison des voies « Pichenibule » jusqu’au jardin des écureuils, 3 premières longueurs de « chlorochose » puis « suçepé »

11 longueurs, (équipé), 6b max

A mon sens 5c/6a+/6b/6a pour les 4 premières longueurs de Pichenibule, 5c/5c/5c pour les 3 premières de « chlorochose », 6a+/6a+/6a/5c+ pour les 4 dernières de « suçepé »

Après avoir renoncé à « la demande » et ses 300 mètres de fissure partiellement équipée, on s’oriente vers l’Escalès, et une combinaison de voies pour garantir une homogénéité dans le niveau 6a/6a+ Verdon… de quoi déjà bien maltraiter ses avant-bras et orteils. La première partie de Pichenibule offre déjà une ambiance très « verdonesque » sous le jardin des écureuils, du gaz dès la première longueur en traversée, du rocher rouge (fragile mais déjà purgé) et décoré de nombreux fossiles puis le gris compact plus caractéristique des lieux dans une superbe fissure de 60 mètres. Celle-ci,  raide et soutenue, se remonte principalement par une succession d’écarts et Dülfer, donnant donc de l’escalade athlétique et engagée avec parfois plus de 7 mètres entre les points dans du 6a/6a+ très soutenu. Merci donc à mon leader d’avoir sorti ces 2 longueurs de fissure d’anthologie, dur physiquement… moralement de grimper 5 mètres de Dülfer… 5 mètres au-dessus du point !

La poursuite par les 3 premières longueurs de « chlorochose » constituera une petite pause bienvenue avec de la grimpe en 5c toujours raide mais très prisue, avec surtout un équipement aux standards calanques et non pas Verdon, avant de retrouver la parcimonie de spits dans les 4 dernières longueurs de « suçepé », homogènes dans le 6a/6a+, et là encore principalement en fissure/dièdre nonobstant un pas délicat en dalle dans la troisième longueur (première parcourue pour nous). On finit par une dernière longueur un bouquet final, 30 mètres d’un mur à trous haut perché sur la falaise de l’Escalès, quelques mètres au-dessus des vautours en vol plané et quelques centaines de mètres au-dessus du ruban d’eau du Verdon.

Au final une superbe et longue combinaison de fissures et dièdres, raide, homogène et soutenue dans le niveau 6a/6a+ Verdon, à faire préférentiellement en milieu d’automne lorsque la foule estivales et les grosses chaleurs se sont évanouies pour laisser la place au tableau pointilliste de la forêt de feuillus vue en plongée, où points de rouge et taches de jaune s’offrent au regard entre les chaussons.

au départ, vues vers les gorges et une cordée dans les rappels
au départ, vues vers les gorges et une cordée dans les rappels

au départ, vues vers les gorges et une cordée dans les rappels

dans les rappels de "ticket danger"

dans les rappels de "ticket danger"

dans la première longueur de Pichenibule, sur rocher rouge
dans la première longueur de Pichenibule, sur rocher rouge
dans la première longueur de Pichenibule, sur rocher rouge

dans la première longueur de Pichenibule, sur rocher rouge

dans le seconde longueur de Pichenibule
dans le seconde longueur de Pichenibule
dans le seconde longueur de Pichenibule

dans le seconde longueur de Pichenibule

la fameuse cheminée en (très) gros 6a de Pichenibule
la fameuse cheminée en (très) gros 6a de Pichenibule

la fameuse cheminée en (très) gros 6a de Pichenibule

un des nombreux vautours qui nous ont survolé

un des nombreux vautours qui nous ont survolé

entre "Chlorochose" et "Sucepé"
entre "Chlorochose" et "Sucepé"

entre "Chlorochose" et "Sucepé"

dans L4 de "sucepé"
dans L4 de "sucepé"

dans L4 de "sucepé"

dans la magnifique longueur finale à trous de "sucepé"
dans la magnifique longueur finale à trous de "sucepé"
dans la magnifique longueur finale à trous de "sucepé"

dans la magnifique longueur finale à trous de "sucepé"

29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 21:10

Le 28 octobre 2017

Fièvre résurrectionnelle, 4 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 5b/6a+/5c+/4a

Première voie d’un week-end dans le Verdon, limité à la portion congrue le samedi avec un départ de Marseille en début d’après-midi. La situation à l’extrémité aval des gorges et l’accès rapide (50 mètres de marche et 3 rappels) nous orientent vers cet itinéraire voisin des « Adieu Zidane » et « hissage nocturne » déjà parcourus. Le second rappel est toujours aussi beau, en fil d’araignée au-dessus du Verdon et d’un rocher à trous, mais la voie s’avère un peu décevante par rapport à ses voisines : seulement 2 longueurs véritablement grimpantes, qui plus est parfois encombrées de végétation et pas très homogènes, avec notamment un pas de bloc en dévers au milieu de L2 bien au-dessus du niveau moyen de la voie.

On se rattrapera en tout cas  le lendemain sur le calcaire compact et gazeux de l’Escalès parmi les vautours…

dans le premier rappel au-dessus de l'extrémité aval des gorges

dans le premier rappel au-dessus de l'extrémité aval des gorges

vues vers des cordées dans "hissage nocturne"
vues vers des cordées dans "hissage nocturne"

vues vers des cordées dans "hissage nocturne"

dans le second rappel en fil d'araignée
dans le second rappel en fil d'araignée
dans le second rappel en fil d'araignée

dans le second rappel en fil d'araignée

dans L2

dans L2

à la sortie de L3

à la sortie de L3

Rechercher