29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 15:10

Le 29 mai 2014

DSC02547 (Large)DSC02583 (Large)DSC02561 (Large)DSC02569 (Large)DSC02599 (Large)

Tentative dans la voie "tout est question d'angle", mais une blessure nous contraindra à l'arrêt à la seconde longueur, et donc au retour par la vire supérieure.

DSC02511 (Large)

dans la marche d'approche, devant la villa Sainte-Frétouse

DSC02529 (Large)

le nid d'abeille de la vire supérieure

DSC02535 (Large)

 

DSC02547 (Large)

dans le rappel de descente de la vire

DSC02561 (Large)

 

DSC02569 (Large)

dans le mur à trous du début de L1, avec sa sortie en 6b

DSC02577 (Large)

dans la dalle de L2

DSC02579 (Large)

 

DSC02583 (Large)

sortie de L2

DSC02599 (Large)

une cordée dans L4 de "bienvenue chez Damoclès"

DSC02606 (Large)

dans L5 de "bienvenue chez Damoclès", et son rocher magnifique

DSC02609 (Large)

 

DSC02622 (Large)

 

DSC02626 (Large)

retour par la vire supérieure

DSC02630 (Large)

la petite grotte de "Notre-Dames des Anges" sous le sémaphore

Partager cet article

Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 19:26

Le 25 mai 2014

Sortie rappels/spéléologie/rando du vertige/escalade sur et dans le rocher du cap Canaille, parfaitement indiqué pour ces journées multi-activités d'exploration des fantaisies tridimensionnelles du rocher local...

Visite de la grotte du Pendule, puis retour au sémaphore du Bec de l'Aigle par la vire supérieure. La grotte du Pendule, dont l'accès a récemment été facilité par l'installation d'un rappel chaîné au sommet de la falaise, semble commencer à souffrir de la fréquentation, avec un nombre croissant de stalactites au sol et non pas au plafond...

DSC02389 (Large)

dans le rappel d'accès... pendulaire, à la Grotte... du Pendule

DSC02405 (Large)

vue de détail de l'araignée d'aragonite tapie au bout de la grotte après la châtière

DSC02440 (Large)

remontée par 2 longueurs d'escalade facile sur la vire supérieure

DSC02448 (Large)

couleurs soubeyrannes 

DSC02454 (Large)

sur la vire, à l'étage grès

DSC02464 (Large)

juste avant le havre de paix

DSC02477 (Large)

dans le havre de paix, au plafond le plancher de l'étage poudingue

DSC02479 (Large)

dans le bien-nommé pas du gaz, des traversées faciles perchées 50 mètres au-dessus du plancher des chênes    

DSC02496 (Large)

dans l'avant-dernière longueur

Partager cet article

Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 19:23

Le 24 mai 2014

Journée de balade et de farniente à la Seyne-sur-Mer, sur le sentier côtier entre Fabregas et le cap Sicié. Une belle portion de côte sauvage entre le bleu des criques, le vert de la pinède, le rouge de la terre et le noir du schiste.

DSC02345 (Large)

un gabian prenant la pose devant l'île de Porquerolles

DSC02359 (Large)

sur le sentier côtier en direction du cap Sicié

DSC02364 (Large)

détail de fleurs de rue fétide, attention au feuillage allergisant !

DSC02366 (Large)

rochers de schiste noir caractéristiques du cap Sicié

DSC02367 (Large)

le rouge et le noir devant le mont Faron

DSC02376 (Large)

détail des fonds marins, on y résistera d'ailleurs pas avec la première baignade de l'année

DSC02377 (Large)

la côte et sa pinède, au fond le rocher des 2 frères

DSC02379 (Large)

détail d'une des criques de la plage du Jonquet

Partager cet article

Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 17:31

Le 21 mai 2014

Soirée de grimpe dans la voie « l’occidentale »sur la face nord du rocher des  Goudes, donc assez bien protégée de la tempête de sud-est de la journée, malgré quelques bourrasques dans la dernière longueur.

A l’instar de la voie Barrin voisine, les 4 longueurs offrent une escalade variée et soutenue dans le 5c/6a (à l’exception d’un pas de bloc en 6b+ au premier tiers de L4), sur un magnifique rocher typé face nord : on grimpe sur des filons d’aragonite et du calcaire rond, avec donc des pas fins en dalle, dévers, cheminée, Dülfer… La traversée du plateau sommital et l’installation du rappel de descente se feront dans la tempête de sud-est (avec sans doute des rafales proches de 100 km/h) et la lumière terne d’un ciel chargé de sable saharien, dommage pour le crépuscule habituellement si beau face à Callelongue et l’île Maïre.

 DSC02312 (Large)DSC02320 (Large)

Voie l’occidentale en face nord du rocher des Goudes, 4 longueurs, équipé, 6b+ max

6a/5b/5c/6b+

DSC02282 (Large)

le beau rocher cristallisé de L1

DSC02284 (Large)

les coulées d'aragonite

DSC02288 (Large)

vue vers le rocher Saint-Michel, les lames et une cordée dans la voie Barrin

DSC02298 (Large)

dans L1, assez soutenue dans le 6a    

DSC02308 (Large)

au départ de L3, vue vers le relais sommital de L2

DSC02312 (Large)

le pas gazeux de traversée à la fin de L3

DSC02320 (Large)

 

DSC02324 (Large)

Partager cet article

Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 18:46

Le 18 mai 2014

Après la grosse journée de la veille sur le glacier d’Armande, on vient clore la saison de ski 2014 sur les pentes du Combeynot au-dessus du col du Lautaret. Le couloir nord oriental du Roc Noir de Combeynot, repéré le week-end précédent dans un couloir voisin, offre 500 mètres de pente avec une sortie raide et alpine sous les corniches de la crête sommitale, le tout après un départ skis aux pieds de la voiture depuis le ruban de bitume de la route.  Le départ un peu impressionnant sous la corniche et les dizaines de virages sautés dans la poudreuse puis la moquette nous reposeront bien de la grosse bambée de la veille, et permettront de solder une saison bien mal débutée vu le défilé de tempêtes du début d’hiver… Mais des migrations opportunistes vers le soleil et la poudreuse de l’Iran et un printemps bien ensoleillé permettront ensuite d’émousser les carres et de graver les semelles dans de superbes courses, que ce soit dans les couloirs vierges du Dena ou les classiques glaciaires des Ecrins !

DSC02074 (Large)DSC02110 (Large)DSC02126 (Large)DSC02135 (Large)

Sommet : 3100 m

Dénivelée : 1100 m

Difficulté : 4.3, couloir avec 400 m à 40° et 150 m à 45°

DSC02273 (Large)

vue depuis le col du Lautaret des itinéraires de montée et de descente

DSC02069 (Large)

jeux de lumières au col du Lautaret

DSC02072 (Large)

vue vers le pic Gaspard

DSC02074 (Large)

sur les névés du départ, face à l'objectif à droite

DSC02089 (Large)

 

DSC02099 (Large)

à 2500 m, peu avant le déchaussage à la base du couloir

DSC02110 (Large)

en bas des 500 m de couloir...    

DSC02118 (Large)

 

DSC02124 (Large)

le soleil joue à cache-cache

DSC02126 (Large)

à 3000 m sous les corniches sommitales

20140518 112117 (Large)

à la sortie, photo de Laurent

DSC02135 (Large)

du sommet, vue vers la Barre des Ecrins

DSC02137 (Large)

petite désescalade avant le chaussage...

DSC02143 (Large)

 

DSC02153 (Large)

prmiers virages, 1000 m au-dessus du col du Lautaret

DSC02158 (Large)

 

DSC02198 (Large)

Laurent en action

DSC02233 (Large)

vue vers le couloir skié le WE précédent, à droite de l'aiguille rocheuse

DSC02236 (Large)

 

DSC02257 (Large)

sous le cône du couloir

Partager cet article

Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 18:11

Le 17 mai 2014

Dernier week-end de ski de randonnée d’une riche saison 2014, cosmopolite entre glaciers des Ecrins et couloirs des Zagros… En cette mi-mai l’objectif est de skier le col Claire dans le beau cadre glaciaire tourmenté du cirque du Lautaret. J’avais repéré l’itinéraire lors du tour de la Meije en mai 2013, l’occasion d’imaginer quelques lignes brisées de montée et courbes de descente à travers les barres de falaises et de séracs du glacier d’Armande, sous les murailles crénelées de la pointe des Pichettes.

L’itinéraire, popularisé par les sites collaboratifs sur Internet, semble présenter de bonnes conditions au vu des nombreux parcours de ce mois de mai 2014, et c’est donc à 4h45 que le réveil sonne en ce frais samedi matin au fond de la vallée de Villar d’Arène… Les 1600 mètres de dénivelée seront gravis en 5 longues heures d’un parcours varié entre traversées de torrents sur tronc et de rimayes sur pont de neige, montées en lacets sous les séracs et sur des éperons ski sur le sac, ou rappel au-dessus d’un glacier suspendu. L’ambiance reste exceptionnelle tout du long dans un véritable palais des glaces à ciel ouvert, où l’on se faufile au mieux entre séracs, falaises et plaques de glace vive vissés sur l’immense pan glacé des versants nord de la pointe Nérot au Pavé, du grand ski de haute montagne glaciaire des Ecrins à l’habit chamoniard…

Parvenus à la rimaye du couloir sommital, la sécheresse de la pente et l’horaire un peu tardif nous dissuadent de pousser au sommet, et on remplace donc sous les skis la glace bleue qui nous domine par une poudreuse de mai, face au mur de glace du glacier suspendu des Pichettes… Plus bas la neige se fait moins abondante, et on se hâte de trouver le meilleur passage entre les plaques de glace sous la menace de la barre de séracs qui nous domine. Une fois parvenus en bas du glacier l’épée de Damoclès de la barre de séracs s’est émoussée, et on profite alors libres de toute tension nerveuse de la bonne neige de printemps puis de névé qui tapisse encore le vallon du Lautaret jusqu’à 1800 mètres. Belle descente donc que ces 1400 mètres de godille, débutée dans la poudreuse au-dessus des séracs et terminée dans les crocus, et une course décidément majeure dans un cirque glaciaire où les séracs font de la résistance au réchauffement climatique et de la figuration face aux spatules des skieurs.

DSC01609 (Large)DSC01646 (Large)DSC01650 (Large)DSC01682 (Large)DSC01728 (Large)DSC01777 (Large)DSC01712 (Large)DSC01812 (Large)DSC02060 (Large)

Sommet : 3400 m (arrêt à 3200 m)

Dénivelée : 1600 m

Difficulté : 4.3 pour la partie parcourue, pentes raides et exposées à la descente entre 3100 et 2800 m

DSC02062 (Large)

vue des itinéraires de montée et de descente, depuis le col du Lautaret

DSC01609 (Large)

devant le front du glacier noir du Lautaret à 2400 m    

DSC01619 (Large)

sous les séracs terminaux du glacier de l'Homme

DSC01625 (Large)

devant les séracs mal accrochés du glacier supérieur du Lautaret

DSC01635 (Large)

 

DSC01646 (Large)

devant les aiguilles de glace du glacier du Lautaret

DSC01648 (Large)

 

DSC01650 (Large)

 

DSC01654 (Large)

détail des sculptures de glace

DSC01660 (Large)

 

DSC01662 (Large)

entre les séracs...

DSC01672 (Large)

...devant le pic Gaspard

DSC01682 (Large)

dans le cône du couloir de montée

DSC01706 (Large)

sur le glacier supérieur du Lautaret, après le couloir de montée

DSC01712 (Large)

devant les pointes Piaget et des Pichettes

DSC01720 (Large)

 

DSC01728 (Large)

arrivée au rappel, devant la pente de glace du col Claire

DSC01734 (Large)

au rappel

Ski-de-rando-2014-ter 3751 (Large)

dans le rappel, photo de Franck

DSC01756 (Large)

devant la rimaye du col Claire, on s'arrêtera là...

DSC01777 (Large)

premiers virages au-dessus du glacier suspendu des Pichettes

DSC01794 (Large)

 

DSC01799 (Large)

 

DSC01812 (Large)

 

DSC01821 (Large)

en peu en-dessous au niveau du sérac rive gauche du glacier d'Armande    

20140517 111923 (Large)

photo de Laurent

DSC01835 (Large)

 

DSC01843 (Large)

 

DSC01851 (Large)

sous les immeubles de glace mal accrochée !

DSC01858 (Large)

devant le goulet central, ravagé par les coulées de neige et de glace

DSC01863 (Large)

 

20140517 112650 (Large)

photo de Laurent

DSC01881 (Large)

 

DSC01914 (Large)

 

DSC01925 (Large)

 

DSC01947 (Large)

devant les séracs terminaux du glacier d'Armande

DSC02011 (Large)

 

DSC02019 (Large)

vue rétrospective de ce qui a été descendu...

DSC02023 (Large)

dans le vallon du Lautaret à 2100 m

DSC02025 (Large)

après le ski sur glace, le ski sur herbe...

DSC02028 (Large)

derniers virages sous le glacier suspendu du Fauteuil

DSC02054 (Large)

au déchaussage final à 1800 m, pas mal pour une mi-mai d'une saison moyennement enneigée...

DSC02060 (Large)

au retour, petite session de rodéo au-dessus du torrent de la Romanche

Ski-de-rando-2014-ter 3761 (Large)

photo de Franck

Partager cet article

Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 17:41

Le 13 mai 2014

Première session 2014 de grimpe en semaine après la journée de travail. Le mistral fort de la journée nous fait nous réfugier sur les belles dalles du secteur Rumpe Cuou au départ de la calanque de Sormiou, l’occasion de troquer la ceinture contre un baudrier au-dessus des eaux illuminées par le soleil couchant. La nouvelle voie des « oursins font la loi » vaut surtout pour sa première longueur en dalle et dièdre de calcaire blanc au-dessus des embruns, la suite plus décousue et coupée de quelques vires broussailleuses offrant malgré tout de beaux passages d’escalade comme le pilier en gouttes d’eau abrasives de L3.

DSC01548 (Large)DSC01562 (Large)DSC01536 (Large)DSC01544 (Large)

les oursins  font la loi, 4 longueurs, équipé, 6a max

5c+/5b/6a/4b

DSC01536 (Large)

la calanque de Sormiou et son bain de bleus

DSC01544 (Large)

dans le rappel final d'accès

DSC01548 (Large)

dans la première dalle de la magnifique L1

DSC01552 (Large)

sortie du petit dièdre de L1

DSC01562 (Large)

sur la dalle finale de L1

DSC01569 (Large)

ça souffle dans les coins moins protégés

DSC01575 (Large)

sortie de L2

DSC01589 (Large)

 

DSC01593 (Large)

au retour panoramique de la calanque

Partager cet article

Repost0
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 21:11

Le 11 mai 2014

Après 3 jours intenses de ski de randonnée sur les neiges de la Vallouise, on vient se reposer au-dessus de la grande bleue… sur l’une des plus longues grandes voies des calanques ! Le « festin de Satan », qui part du bord de l’eau dans l’anse des Enfers, offre une escalade plus agréable que son nom le laisserait supposer. Même si L8 en dalle soutenue en 6c aura des accents diaboliques pour un grimpeur pas au niveau comme moi, le reste de la voie offre une escalade longue et variée, avec un crescendo depuis le départ facile en 5b au-dessus de l’eau jusqu’au pas de bloc du surplomb de L6 et la dalle très soutenue de L10 et L11… Même si la voie est entrecoupée de vires et de passages de marche, et manque donc de continuité et de verticalité, elle déroule ses 300 mètres d’escalade dans l’un des coings les plus sauvages des calanques, où les gabians se font plus nombreux que les bipèdes, au prix d’une longue approche pédestre sur les corniches Paretti puis de 3 rappels déportés. Compter ainsi pas moins de 2 heures d’approche depuis Luminy avant de chausser les chaussons, 4 à 6 heures dans la voie puis 1h30 mn de marche retour après avoir déchaussé les ballerines, une vraie course de montagne dans un parc national péri-urbain !

DSC01500 (Large)DSC01512 (Large)DSC01393 (Large)DSC01400 (Large)DSC01446 (Large)

le festin de Satan, 12 longueurs, équipé, 6c max

5a/3b/5b/6a/6a+/6c/5c/6a+/5b/6c/6b/6a

DSC01393 (Large)

dans la marche d'approche, vue vers les dalles de la Lèque

DSC01400 (Large)

après les 3 rappels, la plate-forme de départ au ras de l'eau

DSC01409 (Large)

dans L1

DSC01426 (Large)

 

P1160016 (Large)

dans L1, photo de Lucile

 

DSC01432 (Large)

sur la dalle en 6a de L4

DSC01446 (Large)

dans L6, sous le surplomb en 6c

DSC01462 (Large)

 

DSC01484 (Large)

au départ de la très soutenue L10 en dalle

DSC01492 (Large)

dans L10

P1160064 (Large)

à la sortie de L10, photo de Lucile

DSC01500 (Large)

au départ de L11, un peu moins dure... en 6b

DSC01512 (Large)

au relais sommital de L11

P1160084 (Large)

dans L12, photo de Lucile

P1160088 (Large)

dans L12, photo de Lucile

DSC01519 (Large)

dans la dalle de L12

Partager cet article

Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:08

Les 9 et 10 mai 2014

Un bel itinéraire, repéré depuis des années depuis la route du col du Lautaret, et, uen fois n’est pas coutume, facilité par le recul glaciaire, qui habituellement rend les itinéraires d’alpinisme et de ski plus délicats de par la baisse du niveau des glaciers. La fonte de la langue terminale du glacier du Casset et la disparition concomitante des séracs qui barraient l’accès en rive gauche rendent maintenant possible une ascension des Agneaux par le glacier, sur un itinéraire plus direct et esthétique que le couloir Davin. On observera attentivement l’itinéraire depuis le village du Casset, un peu dubitatifs devant une barre rocheuse à 2600 m, s’équipera en conséquence avec de quoi tirer un rappel, mais la descente se fera finalement intégralement à skis !

Franck nous ayant rejoint en décalé, on s’oriente avec nos 2 voitures vers un itinéraire en traversée de la calotte des Agneaux, la montée depuis le Casset semblant bien indigeste avec son horaire matinal imposé par l’orientation au soleil levant et les 2200 mètres de dénivelée… On montera donc par le Glacier Blanc puis le glacier en S, ce qui permet de scinder la course et de compléter les 950 m de dénivelée du matin aux Combeynot par les 750 mètres de montée au refuge du glacier Blanc.

Les chenilles processionnaires des prétendants à Roche Faurio ou au dôme de neige des Ecrins s’éloignent dès qu’on s’engage dans les pentes sud des Agneaux, et on (re)fera la trace à la montée sur le glacier en S et à la descente sur le glacier du Casset. Une longue descente de près de 2000 mètres de dénivelée en cette mi-mai (le déchaussage se faisant à 1750 m au pied des falaises de la tête de Sainte-Marguerite) et variée, tant en terme de neiges, de la poudreuse sommitale aux névés sous le glacier, que de paysages, des séracs bleutés sous la calotte aux mélèzes vert fluorescent et aux touches de blanc et de bleu des crocus de la partie basse, et en tout cas magnifique par l’ambiance glaciaire de la partie supérieure !

DSC01169 (Large)DSC01197 (Large)DSC01291 (Large)DSC01325 (Large)DSC01228 (Large)DSC01262 (Large)DSC01179 (Large)

Traversée de la calotte des Agneaux, montée par le glacier en S, descente par le glacier du Casset

Sommet : 3650 m

Dénivelée :

J1 : 1800-2550

J2 : 2550-3650-1500

Difficulté : 4.1, pentes raides et exposées sous la rive gauche du glacier

DSC01160 (Large)

vue de l'itinéraire de descente

DSC01167 (Large)

J1 : vue vers le pré de Madame Carle

DSC01169 (Large)

au portage sous le Glacier Blanc, contrastes devant les clochetons de Clouzis

DSC01173 (Large)

sur le replat, sous les séracs terminaux du Glacier Blanc

DSC01179 (Large)

 

DSC01197 (Large)

la marmotte du refuge, avec des brins d'herbe coincés entre les dents !

DSC01220 (Large)

J2 : aurore non nucléaire sur le Pelvoux

P1080255 (Large)

à 2700 m, photo de Sébastien

DSC01228 (Large)

arrivée sur la calotte devant les Ecrins...

DSC01232 (Large)

... et devant la Meije et la Grande Ruine

DSC01234 (Large)

vue vers les aiguilles d'Arves

DSC01244 (Large)

panoramique depuis le sommet de la calotte des Agneaux

DSC01254 (Large)

courbes et histoires d'O, 1200 mètres en contrebas

DSC01262 (Large)

premier virage à 3600 m

DSC01278 (Large)

au-dessus du sérac sommital

DSC01291 (Large)

au-dessous du sérac sommital

DSC01300 (Large)

 

DSC01318 (Large)

sur la moquette devant le mur... de glace    

DSC01325 (Large)

 

P1080261 (Large)

photo de Sébastien

DSC01332 (Large)

sous la rimaye de la roche de Jabel

DSC01342 (Large)

contrastes printaniers au départ de la chute de séracs

DSC01343 (Large)

 

DSC01346 (Large)

 

DSC01359 (Large)

à 2900 m en haut des pentes exposées

DSC01363 (Large)

dans le passage-clé, rendu délicat par le faible enneigement et les chutes de pierres

DSC01374 (Large)

sous la chute de séracs

DSC01382 (Large)

au déchaussage à 1750 m, pas mal pour un 10 mai !

P1080264 (Large)

retour dans les mélèzes vert fluorescent, photo de Sébastien 

DSC01386 (Large)

Partager cet article

Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:07

Le 9 mai 2014

Après la Bosse de la Momie la veille, le cahier des charges pour la course du matin s’avère plus complexe, dans la perspective du rendez-vous de 13h au hameau du Casset et de  la montée au refuge du Glacier Blanc dans l’après-midi : une course située en vallée de la Guisane, pas trop longue et donc avec un portage limité voire inexistant. L’itinéraire est donc choisi facilement : la face nord des Combeynot au-dessus du col du Lautaret, avec un départ à 2000 m. Les skis, encore chaussés à la voiture, donnent accès à un large rideau de pentes nord striées de couloirs débouchant sur la crête sommitale à 3000 m, face aux glaciers suspendus de la Meije. On s’oriente vers le Roc Noir de Combeynot et la goulotte Intimité, en neige abondante mais bien dure pour une pente proche des 50° sur plus de 200 m. Peu motivés à l’idée de crisper sur les carres dans des pentes fuyantes on s’oriente plus sagement vers le bas du couloir nord occidental, puis un court mais raide couloir nord-est découvert de façon impromptue, en neige plus douce que la goulotte Intimité. On profitera à la montée d’une belle ambiance dans ce couloir étroit surmonté de belles dalles de granite, et à la descente d’un éventail complet de neiges entre poudreuse, carton, moquette plus ou moins épaisse et névé. De quoi faire plaisir aux mirettes sans sacrifier les gambettes, avant les 750 mètres de dénivelée de remontée au refuge du Glacier Blanc l’après-midi…

DSC01070 (Large)DSC01102 (Large)DSC01078 (Large)DSC01082 (Large)DSC01149 (Large)

couloir nord occidental du Roc Noir de Combeynot, variante du couloir est

Sommet : 3000 m

Dénivelée : 950 m (avant les 750 m de montée au refuge du Glacier Blanc 4 heures plus tard...)

Difficulté : 4.3, environ 100 m de couloir entre 45 et 50°

DSC01070 (Large)

au départ, nuées sur le pic Gaspard

DSC01076 (Large)

au départ du col du Lautaret, entre soleil et nuages

DSC01078 (Large)

les contrastes du ski de printemps

DSC01082 (Large)

devant la goulotte Intimité du Roc Noir de Combeynot

DSC01102 (Large)

au sommet du couloir, skié en aller-retour

DSC01114 (Large)

du sommet, vue sur le versant nord de la Grande Ruine

P1080245 (Large)

à la descente, en bas du couloir sommital, photo de Sébastien

DSC01149 (Large)

une neige tout à fait correcte malgré l'absence de regel nocturne

DSC01158 (Large)

vue sur le glacier du Lautaret, avant les 750 m de remontée au refuge du Glacier Blanc

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

au fond des calanques

 

 

la bavaroise

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines