6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 19:45

Le 4 mai 2019

Balade sur le sentier littoral de la côte bleue côté Estaque, entre le chemin du Resquiadou et la calanque du Coucourdier, dans la garrigue embellie par le cyste, la valériane ou la coronille en explosion de couleurs. Mais puisqu’on est aux portes de Marseille, la ville et l’histoire ont là aussi laissé leurs stigmates : bunker allemand de la seconde guerre mondiale appelé aussi « batterie du Rove », voie de chemin de fer au-dessus du trait de côte, grands viaducs dominant les criques… 
Le coin reste malgré tout peu fréquenté en regard de sa proximité de la métropole marseillaise, surtout par rapport aux calanques, et offre de très belles criques souvent désertes, même si certains quotidiens locaux croient bon de plagier des photos et du texte (erreur de toponymie inclue) pris sur ce site ! A voir ce qu’il se passe actuellement aux sources de l’Huveaune, victimes depuis peu de sur-fréquentation à cause d’une publication sur un réseau social devenue virale, autant que ce site heureusement d’accès non trivial reste confidentiel…

la calanque de l'Establon sous son viaduc

la calanque de l'Establon sous son viaduc

valériane, ciste et chèvrefeuille en fleurs
valériane, ciste et chèvrefeuille en fleurs
valériane, ciste et chèvrefeuille en fleurs

valériane, ciste et chèvrefeuille en fleurs

dans les couloirs de la batterie du Rove

dans les couloirs de la batterie du Rove

vers la crique du Coucourdier
vers la crique du Coucourdier

vers la crique du Coucourdier

rue (attention fleur urticante), mauve royale et chrysanthème couronné
rue (attention fleur urticante), mauve royale et chrysanthème couronné
rue (attention fleur urticante), mauve royale et chrysanthème couronné

rue (attention fleur urticante), mauve royale et chrysanthème couronné

20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 20:18

Le 13 avril 2019

Sur la route du Dauphiné, découverte de la combe de Curnier au pied de la face sud du Ventoux. Une fois les champs de pommiers franchis, on se rapproche de l’immense versant sud du Ventoux qui s’élève apparemment doucement de 1500 mètres des plaines entourant Bédoin. En fait ce plan incliné est creusé de vallons dont l’encaissement apparente certains à de véritables canyons secs, à l’instar des bien connues gorges de Régalon plus au sud dans le Petit Lubéron. Sous les pinèdes de l’adret du Ventoux se cachent donc de très belles gorges faciles et rapides d’accès comme la mal-nommée combe de Curnier , dont la largeur en fond du thalweg n’excède parfois pas 1 mètre pendant plusieurs dizaines de mètres. Un véritable « slot canyon » de calcaire made in Vaucluse, qui offre une belle ambiance et d’esthétiques jeux de lumières dans l’encaissement, sans corde ou combinaison néoprène mais avec seulement une petite demi-heure de marche au départ du parking !

pommiers en fleurs au pied du Ventoux

pommiers en fleurs au pied du Ventoux

à l'aller dans les encaissements
à l'aller dans les encaissements
à l'aller dans les encaissements
à l'aller dans les encaissements
à l'aller dans les encaissements

à l'aller dans les encaissements

au retour, vers la lumière !
au retour, vers la lumière !

au retour, vers la lumière !

25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 11:17

Les 24 novembre et 1er décembre 2018

Balades dans les collines et sur le littoral d’Ensuès-la-Redonne, sous un intermède de soleil d’un automne très pluvieux. Les champignons ont donc poussé comme jamais, mais on préférera cueillir des fruits rouges (peu nombreux faute des soleil) sur les gros arbousiers du vallon des Caucarrières, particulièrement colorés avec leurs fleurs qui éclosent à côté des fruits qui mûrissent, un arbre donc objet de convoitise, autant  des randonneurs… que des abeilles ou des papillons ! 
On ira ensuite randonner en bord de mer entre la Madrague de Gignac et la calanque des Eaux Salées, en coupant les torrents qui descendent actuellement les fonds de vallons, et à travers la géologie particulièrement insolite, variée et esthétique de ce coin du littoral de la côté bleue : nappes de conglomérat sur dalles de grès, marnes multicolores, nombreuses incrustations de fossiles et de cristaux d’aragonite. Le crépuscule sur le nappage de cacahuètes du poudingue juste à l’ouest de la calanque du Puy se montrera d’ailleurs particulièrement beau !

le 24 novembre : les gourmandises potentielles, romarin et champignons (au caractère comestible à vérifier !)
le 24 novembre : les gourmandises potentielles, romarin et champignons (au caractère comestible à vérifier !)
le 24 novembre : les gourmandises potentielles, romarin et champignons (au caractère comestible à vérifier !)

le 24 novembre : les gourmandises potentielles, romarin et champignons (au caractère comestible à vérifier !)

le 24 novembre : les arbousiers, les humains et les papillons
le 24 novembre : les arbousiers, les humains et les papillons
le 24 novembre : les arbousiers, les humains et les papillons
le 24 novembre : les arbousiers, les humains et les papillons

le 24 novembre : les arbousiers, les humains et les papillons

le 24 novembre : le passage de la grotte à l'ouest de la calanque du Puy
le 24 novembre : le passage de la grotte à l'ouest de la calanque du Puy
le 24 novembre : le passage de la grotte à l'ouest de la calanque du Puy

le 24 novembre : le passage de la grotte à l'ouest de la calanque du Puy

le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat
le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat
le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat
le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat
le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat

le 24 novembre : crépuscule sur le conglomérat

le 1er décembre : le sentier vers la maison ruinée de Méjean
le 1er décembre : le sentier vers la maison ruinée de Méjean

le 1er décembre : le sentier vers la maison ruinée de Méjean

le 1er décembre : la grotte marine de Méjean

le 1er décembre : la grotte marine de Méjean

le 1er décembre : les marnes de Figuières au crépuscule
le 1er décembre : les marnes de Figuières au crépuscule

le 1er décembre : les marnes de Figuières au crépuscule

21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 21:12

Le 20 octobre 2018

Après la longue séance de plongée du début d’après-midi, balade tranquille sur les chemins DFCI de l’Esterel, au départ du col de Belle Barbe vers les col du Mistral puis du Baladou sous le pic du Perthus oriental. Des forêts clairsemées de chênes liège, de pins et d’arbousiers en fruits, des pelouses de bruyère violette (non arborescente à la différence de celles des calanques) se blottissent entre les escarpements de  rhyolite rouge. On aura au retour la chance de côtoyer une harde de sangliers près du Pont du Grenouillet, mais sans aucune envie de les toucher à la différence de la seiche quelques heures plus tôt !

chêne liège, arbousier et bruyère, une flore variée...
chêne liège, arbousier et bruyère, une flore variée...
chêne liège, arbousier et bruyère, une flore variée...

chêne liège, arbousier et bruyère, une flore variée...

et sangliers, une faune peu farouche
et sangliers, une faune peu farouche

et sangliers, une faune peu farouche

30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 19:52

Le 30 septembre 2018

Balades en kayak et à pieds au départ de Grand Méjean, à la découverte des criques à l’eau translucide blotties sous les falaises de marnes ou de calcaire. La géologie de la côte bleue atteint ici sa plus grande variété : on passe en quelques centaines de mètres, de la calanque des eaux salées au cap Méjean,  du conglomérat aux marnes puis au grès et enfin au calcaire, le tout étant souvent mélangé et enrichi d’inclusions d’aragonite, avec donc au final un très beau et rare florilège de formes et de couleurs,  blanc du poudingue, traits oranges dans le gris des marnes, grès orange strié de lignes parallèles, et enfin calcaire blanc creusé de grottes au rocher multicolore. 
On découvrira ce jour une jolie crique sous les falaises de marnes, où une infiltration d’eau dans les fissures de grès alimente une cascatelle et des calcifications multicolores (méduse et colonnettes) plaquées sur les marnes, encore une curiosité géologique sur une côte qui n’en manque pas ! On explorera ensuite une grotte suspendue au-dessus de la mer proche du Cap Méjean, en fait un système de salles reliées par des corridors avec pas moins de 4 fenêtres naturelles ouvertes vers le large.
 

la crique atteinte en kayak...

la crique atteinte en kayak...

... et ses formations de calcite et de marnes multicolores
... et ses formations de calcite et de marnes multicolores
... et ses formations de calcite et de marnes multicolores
... et ses formations de calcite et de marnes multicolores

... et ses formations de calcite et de marnes multicolores

la côte juste à l'ouest, ses vagues de marnes

la côte juste à l'ouest, ses vagues de marnes

la côte juste à l'est, son marne strié...
la côte juste à l'est, son marne strié...
la côte juste à l'est, son marne strié...
la côte juste à l'est, son marne strié...

la côte juste à l'est, son marne strié...

... et ses inclusions cristallines

... et ses inclusions cristallines

vers le Cap Méjean...

vers le Cap Méjean...

... une grotte et son système de fenêtres au-dessus de la mer
... une grotte et son système de fenêtres au-dessus de la mer
... une grotte et son système de fenêtres au-dessus de la mer
... une grotte et son système de fenêtres au-dessus de la mer

... une grotte et son système de fenêtres au-dessus de la mer

23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 21:30

Le 23 septembre 2018

Journée de balades en Provence verte, le long des rivières locales actuelles ou passées, et de leurs cascades et dépôts de tufs. La première halte se fera à Entraygues au niveau de la centrale électrique, où l’on trouve une très grande arche naturelle, haute d’une trentaine de mètres et d’une longueur et largeur proches de la cinquantaine de mètres, sous laquelle coule l’Argens. Les falaises de tuf qui bordent la rivière sont creusées en rive droite d’une église troglodyte vieille de plus de 1000 ans, un petit air de Cappadoce dans du tuf calcaire et non pas volcanique. L’ensemble de la chapelle Saint-Michel sous terre et de l’arche naturelle, accessible à la nage depuis les rochers situés au pied de la chapelle, dans une eau encore très douce en cette fin septembre, mérite vraiment une visite. L’absence de mise en valeur, l’accès non trivial et l’interdiction d’accès officielle en font un site méconnu et pourtant magnifique, dommage qu’une telle église troglodyte, à mon sens majeure pour son intérêt patrimonial et son cadre, ne soit pas mieux mise en valeur et/ou protégée… 
On s’arrêtera ensuite à Cotignac, joli village provençal dominé par une exceptionnelle et impressionnante falaise de tuf, large de 400 mètres et haute de 80, d’une taille telle que je n’en ai  jamais vue de comparable, à l’exception peut-être du Dhofar omanais. L’Issole, qui y a déposé sa calcite durant des siècles, a depuis été détournée. La falaise est creusée de constructions troglodytes auquel un escalier puis un chemin taillés au-dessus du vide donnent désormais accès, un itinéraire ludique qui offre à son sommet de belles vues sur le village et les formations de travertin, stalagtites et méduses en cascades désormais sèches. Encore un très beau site relativement peu connu, que je comparerais à Moustiers-Sainte-Marie, en version beaucoup moins touristique mais à mon goût ecnore plus belle ! 
La dernière pause se fera à Sillans, où la Bresque forme une cascade de 45 mètres jusqu’à un bassin paradisiaque, d’accès aujourd’hui interdit, dommage vu les températures pleinement estivales du jour… Au final des baignades et une belle journée de découvertes nature et patrimoine, on en a pris plein les yeux… et les moustiques plein la panse !

la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf
la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf
la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf
la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf
la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf
la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf

la chapelle Saint-Michel sous terre... ou plutôt tuf

à la nage vers le pont de l'Argens (ou perte de l'Argens)
à la nage vers le pont de l'Argens (ou perte de l'Argens)
à la nage vers le pont de l'Argens (ou perte de l'Argens)
à la nage vers le pont de l'Argens (ou perte de l'Argens)

à la nage vers le pont de l'Argens (ou perte de l'Argens)

le village de Cotignac sous sa falaise de tuf et ses habitations troglodytes
le village de Cotignac sous sa falaise de tuf et ses habitations troglodytes
le village de Cotignac sous sa falaise de tuf et ses habitations troglodytes
le village de Cotignac sous sa falaise de tuf et ses habitations troglodytes

le village de Cotignac sous sa falaise de tuf et ses habitations troglodytes

le sentier creusé à flanc de falaise de tuf
le sentier creusé à flanc de falaise de tuf
le sentier creusé à flanc de falaise de tuf

le sentier creusé à flanc de falaise de tuf

vue sur le village, et l'une des 600 pages du livre consacré à l'histoire du village du XVII au XIX siècle, par exemple la peste et la Révolution vues à travers le prisme d'un village provençal
vue sur le village, et l'une des 600 pages du livre consacré à l'histoire du village du XVII au XIX siècle, par exemple la peste et la Révolution vues à travers le prisme d'un village provençal

vue sur le village, et l'une des 600 pages du livre consacré à l'histoire du village du XVII au XIX siècle, par exemple la peste et la Révolution vues à travers le prisme d'un village provençal

la cascade de Sillans

la cascade de Sillans

23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 21:26

Le 22 septembre 2018

Balade au-dessus du vieux village de Châteauneuf-les-Martigues vers la grotte du Figuier et le Portalé, joli vallon de pinède encaissée entre 2 falaises, mais dont la partie haute a malheureusement souffert des incendies de 2016-2017. Une fois de plus dans la chaîne de la Nerthe, plus particulièrement autour de l’étang de Berre, les vallons d’aiguilles de calcaire qui émergent de la pinède ont été sacrifiés à l’industrialisation et en partie défigurés par les carrières/autoroutes/lignes haute tension. Le crépuscule, flamboyant après le mistral et avec les nuages élevés, n’a lui heureusement pas changé !

la grotte du figuier et sa rivière souterraine

la grotte du figuier et sa rivière souterraine

le Portalé

le Portalé

crépuscule sur la côte bleue
crépuscule sur la côte bleue

crépuscule sur la côte bleue

1 août 2018 3 01 /08 /août /2018 21:26

Le 31 juillet 2018

Sommet : 1150 m
Dénivelée : 500 m

En cette n-ième journée de canicule je tente de récupérer un peu de fraîcheur versant nord de la montagne Sainte-Baume, sur la voie Gombault proche de la corniche Marcel Estruch parcourue quelques années plus tôt. Si la forêt du sentier merveilleux qui permet d’atteindre le pied des escarpements de la face nord offre bien l’ombre espérée, la chaleur est bien là avec plus de 30°C à 1000 m, et les pauses à l’ombre entre les bouquets de lavande sauvage s’avéreront bienvenues entre les petits ressauts de la Gombault ! Il s’agit  au final plus d’une randonnée avec des passages courts et peu exposés nécessitant les mains que d’une véritable randonnée du vertige, la corniche Marcel Estruch voisine présentant d’ailleurs des passages plus impressionnants. Le Joug de l’Aigle sera atteint dans une solitude absolue, des bons côtés de la canicule, avant qu’évidemment la foule des randonneurs ne soit retrouvée au col du Saint-Pilon…

sur le "sentier merveilleux"

sur le "sentier merveilleux"

lavandes et jardins suspendus dans la voie
lavandes et jardins suspendus dans la voie

lavandes et jardins suspendus dans la voie

vue du sommet vers l'ouest

vue du sommet vers l'ouest

vue de l'Hôtellerie de la Sainte-Baume vers les éperons parcourus (à gauche de la photo)

vue de l'Hôtellerie de la Sainte-Baume vers les éperons parcourus (à gauche de la photo)

25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 11:34

Le 21 juillet 2018

Balade à demi-journée dans le ravin de Gorgue Longue, longue et profonde entaille entre le col de la Gardiole et la calanque de Port Miou, un canyon sec de plusieurs kilomètres qui saute aux yeux sur la carte IGN. C’est une jolie randonnée facile, sur un sentier qui commence par un beau chemin muletier ancestral puis se fraie un chemin dans la garrigue du fond du ravin, offrant une ombre salvatrice (à noter d’ailleurs de véritables bois d’arbustes sumac des corroyeurs) ! L’arrivée au parking de la calanque de Port Miou et à la foule estivale de Cassis ramène brutalement dans le monde du tourisme littoral de masse !

sur le chemin pavé du début

sur le chemin pavé du début

flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs
flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs

flore du cru : gland de kermès et baies de sumac des corroyeurs

les cailloux au-dessus du ravin
les cailloux au-dessus du ravin

les cailloux au-dessus du ravin

17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 19:46

Le 17 juin 2018
Journée de balade au sud du Ventoux vers le rocher de Rocalinaud aux Beaumes de Venise et les ocres de Mormoiron, deux beaux sites atypiques et relativement méconnus. Le rocher de Rocalinaud est un gros bloc de grès fiché dans les vignes du Vaucluse sous le versant sud des dentelles de Montmirail, une curiosité géologique qui mérite bien son nom de rocher lunaire ou "rocca luna" en provençal. L’érosion l’a sculpté en falaise versant nord et boules et marmites ailleurs, alors que l’homme y a creusé des grottes dont une accessible par une corniche exposée qui s’ouvre sur le mur en ubac. Une grande dune de sable solidifiée insolite et surtout très esthétique, le profil de l’arête est découpée en brèches et vagues de grès n’est pas sans évoquer Gaudi !
On remplacera ensuite le grès par les ocres à l’est de Mormoiron, plus précisément vers le magnifique ravin des Sitos, un canyon sec long de quelques centaines de mètres et bordé de parois d’ocre rouge (parfois tacheté de mousses vertes en ce printemps humide) d’une quinzaine de mètres de hauteur, des allures de slot canyon de sandstone de l’Utah en plein Vaucluse ! A quelques minutes de marche les anciennes carrières d’ocre des Rostides et du Vallat du Maupas varient les couleurs respectivement vers le jaune et le blanc, pour au final un des plus beaux sites d’ocres du Lubéron, certes moins grandiose que ceux de Rustrel ou Roussillon (encore que pour le ravin des Sitos) mais aussi infiniment moins fréquenté !

la grotte en bas du versant ouest du rocher de Rocalinaud

la grotte en bas du versant ouest du rocher de Rocalinaud

l'architecture unique du rocher de Rocalinaud
l'architecture unique du rocher de Rocalinaud
l'architecture unique du rocher de Rocalinaud
l'architecture unique du rocher de Rocalinaud

l'architecture unique du rocher de Rocalinaud

dans la grotte suspendue
dans la grotte suspendue

dans la grotte suspendue

en bas du versant nord du rocher

en bas du versant nord du rocher

dans le ravin des Sitos
dans le ravin des Sitos
dans le ravin des Sitos
dans le ravin des Sitos
dans le ravin des Sitos

dans le ravin des Sitos

la carrière des Rostides

la carrière des Rostides

la carrière blanche (et rouge) du Vallat du Maupas

la carrière blanche (et rouge) du Vallat du Maupas

Rechercher