18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 20:00

Le 18 avril 2021

"la chtouille", 6a
le "pilier de l'escu", 3 longueurs, équipé, 6a max
A mon sens 6a/A1 puis 6a+/5b
première longueur du "super pilier de l'escu", 6b
"livre de bonheur", 6a

Retour à l’Escu, cette calanque abritée sous de gros surplombs située entre Marseilleveyre et Sormiou, dotée de nombreuses couennes sur ces nombreuses corniches, et de quelques grandes voies en traversées ou sur des piliers. Quelles que soient les voies, courtes d’une longueur ou courtes « longues voies », on y profite d’un beau rocher blanc, souvent typé « Oule » en rondeurs chipseuses, et de vues plongeantes sur les eaux turquoise de la calanque quelques dizaines de mètres plus bas.
On commencera par l’étage des couennes du bas avec « la chtouille », la ligne la plus accessible du secteur, un 6a pourtant athlétique et délicat sur le bas, puis à l’étage suivant « le pilier de l’escu ». C’est une petite grande voie aux cotations qui ne dépassent pas le 6a, bien équipée même si des friends moyens peuvent rassurer entre les spits éloignés de la première longueur, mais délicate et impressionnante dans le toit équipé pour l’artif’ du départ de L2 puis dans la fissure raide et surtout en rocher fragile qui lui fait suite. Avec les randonneurs qui passent juste en contrebas, on grimpe sur des œufs jusqu’au relais sommital et ses blocs qui se déchaussent dans la terre humide…
Au final et malgré ce bémol sur la qualité du rocher et les risques… d’homicides, une belle voie qui vaut surtout pour sa première longueur au rocher oulesque et le délicat mais esthétique passage du toit qui lui fait suite.
La première longueur du super pilier nous offrira à nouveau du bon rocher et de la belle escalade, d’abord à placements le long d’une arête puis plus à doigts sur un mur raide à gouttes d’eau. Idem pour « le livre de bonheur », une jolie couenne bien équipée en fissure à doigts.

les premiers baigneurs dans la calanque de l'Escu

les premiers baigneurs dans la calanque de l'Escu

dans la "chtouille"
dans la "chtouille"
dans la "chtouille"

dans la "chtouille"

vue sur le "pilier de l'Escu"
vue sur le "pilier de l'Escu"

vue sur le "pilier de l'Escu"

dans les rondeurs de L1 du "pilier de l'Escu"
dans les rondeurs de L1 du "pilier de l'Escu"
dans les rondeurs de L1 du "pilier de l'Escu"

dans les rondeurs de L1 du "pilier de l'Escu"

en artif' au départ de L2 du "pilier de l'Escu"
en artif' au départ de L2 du "pilier de l'Escu"

en artif' au départ de L2 du "pilier de l'Escu"

sortie de L3 du "pilier de l'Escu"

sortie de L3 du "pilier de l'Escu"

second rappel de descente au-dessus de la calanque

second rappel de descente au-dessus de la calanque

L1 du "super pilier de l'Escu"

L1 du "super pilier de l'Escu"

dans le "livre de bonheur"

dans le "livre de bonheur"

17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 09:54

Le 14 avril 2021

Retour au vallon du Saut pour une séance de couennes méridienne, au menu du déjeuner des voies faciles ou moins dans le secteur d’initiation de la « dalle grise » sur les voies « équinoxe », « ADN », « poltron minet » et « passagers de la pluie ».

le vallon du Saut, ses chèvres du Rove semi-sauvages et ses aiguilles de calcaire éparpillées dans la pinède
le vallon du Saut, ses chèvres du Rove semi-sauvages et ses aiguilles de calcaire éparpillées dans la pinède

le vallon du Saut, ses chèvres du Rove semi-sauvages et ses aiguilles de calcaire éparpillées dans la pinède

sur la dalle grise
sur la dalle grise
sur la dalle grise

sur la dalle grise

11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 17:05

Le 10 avril 2021

Découverte du site de couennes de Champfleury, sur une barre de calcaire gris posée entre vignes et garrigue à Saint-Julien-les-Martigues. On y trouve une vingtaine de voies de 15 à 20 mètres de haut, exposées plein nord, bien équipées sur scellements. Malgré la fermeture récente de la route d’accès aux non-résidents (ce qui rallonge l’accès de 2 km sur route puis piste), la fréquentation de ces voies n’est pas si faible : les sentiers d’accès taillés dans la garrigue sont encore bien défrichés et les voies pas si végétales que craint, même si certaines prises restent à nettoyer. Au final, de jolies voies aux cotations souvent sévères, en tout cas pour celles parcourues à droite de la "grande face" ( "pin bagnat", "secret thym", "rot marin" et "pschiit") ; on se consolera en se goinfrant des innombrables asperges du lieu !

vue depuis le mur de gauche

vue depuis le mur de gauche

au départ de "pschiit"

au départ de "pschiit"

une partie de la récolte du jour

une partie de la récolte du jour

3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 19:34

Le 3 avril 2021

Combinaison des 3 premières longueurs de « voyage chez Cyrano », et des 3 dernières de « 2 vauriens 3 canailles », reliées par la traversée supérieure, de la grotte à Philémon au Pas du Gaz
5c/6a+/5c pour les 3 premières longueurs de « voyage chez Cyrano », des passages de 4c gazeux pour la traversée supérieure, 6a+/4a/6a pour les 3 dernières de « 2 vauriens 3 canailles »

Retour sur les falaises soubeyrannes, à la recherche des plus belles longueurs « faciles » au-dessous et au-dessus de la vire supérieure, les voies « voyage chez Cyrano » et « 2 vauriens 3 canailles » étant de bons candidats pour cela ! La première longueur de Cyrano qui louvoie entre niches et toits de calcaire offre des points de vue incomparables sur les 200 mètres de falaise au-dessus, sculptée et colorée comme rarement : ce ne sont partout que toits et gargouilles de calcaire puis de poudingue, tablettes  de grès blanc près de fissures jaunes, niches et plafonds en nid d’abeille, une géologie parmi les plus folles de Canaille et qui semble insurmontable. Les seconde et troisième longueurs forcent pourtant un passage à travers ces toits improbables, dans une cheminée presque fermée parfois déversante mais prisue, de quoi rejoindre la vire supérieure avec moins d’acide lactique dans les bras que craint. Son parcours quelques centaines de mètres vers le sud, toujours à travers cette exposition géologique à ciel ouvert, mais sur une vire qui de terrasse devient marche-pieds dans le Pas du Gaz, permet de rejoindre la partie supérieure de « 2 vauriens 3 canailles ». La première longueur au-dessus de la vire consiste à rejoindre par une fissure désormais patinée et délicate sous un énorme toit une cheminée suspendue et spéléo. Après une courte liaison en traversée on rejoint la dernière longueur en conglomérat, en guise de cerise sur le gât… poudingue, une traversée facile mais impressionnante sur les galets.
Au final encore une combinaison homogène dans le 6a comme Canaille le permet facilement, et un nième voyage dans cette géologie aussi détritique qu’esthétique !

au départ du second rappel du 14 juillet

au départ du second rappel du 14 juillet

la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise
la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise
la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise
la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise
la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise

la très photogénique L1 de "voyage chez Cyrano" sous l'architecture baroque de la falaise

L2 de "voyage chez Cyrano" et son dièdre délicat en 6a+
L2 de "voyage chez Cyrano" et son dièdre délicat en 6a+
L2 de "voyage chez Cyrano" et son dièdre délicat en 6a+

L2 de "voyage chez Cyrano" et son dièdre délicat en 6a+

L3 de "voyage chez Cyrano" et sa géologie toujours aussi canaillesque
L3 de "voyage chez Cyrano" et sa géologie toujours aussi canaillesque
L3 de "voyage chez Cyrano" et sa géologie toujours aussi canaillesque

L3 de "voyage chez Cyrano" et sa géologie toujours aussi canaillesque

sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz
sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz
sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz
sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz
sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz

sur la vire supérieure, de la grotte à Philémon au bien-nommé Pas du Gaz

calcaire dans L5 de "2 vauriens 3 canailles"
calcaire dans L5 de "2 vauriens 3 canailles"
calcaire dans L5 de "2 vauriens 3 canailles"

calcaire dans L5 de "2 vauriens 3 canailles"

nid d'abeille dans L6 de "2 vauriens 3 canailles"
nid d'abeille dans L6 de "2 vauriens 3 canailles"

nid d'abeille dans L6 de "2 vauriens 3 canailles"

poudingue dans L7 de "2 vauriens 3 canailles"
poudingue dans L7 de "2 vauriens 3 canailles"
poudingue dans L7 de "2 vauriens 3 canailles"

poudingue dans L7 de "2 vauriens 3 canailles"

1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 19:33

« ODB », 2 longueurs, équipé, à mon sens 5c+/6a+
« l’éperon de la baume », 2 longueurs, équipé, à mon sens 5c/5b

Petite séance d’escalade sous Marseilleveyre, à l’ombre des parois nord… mais avec un chemin d’accès truffé de jeunes pousses d’asperges ! Après quelques semaines sans grimpe, la reprise s’avèrera bien difficile dans « ODB », une voie typée face nord au calcaire peu adhérent, avec un pas de rétablissement bien délicat et obligatoire en fin de première longueur, puis un passage athlétique en seconde longueur.
La voie de l’éperon de la baume remonte la large arête rocheuse qui surplombe la grande grotte de son versant occidental ; on retrouve dans cette belle ligne panoramique au-dessus de la rade de Marseille le soleil et une escalade plus facile avec un joli pas d’adhérence pure en fin de L1 Le rappel de descente – tout juste 50 mètres – en fil d’araignée dans la grotte sur sa fin, donnera une dernière note d’esthétisme à ce retour sur le bl… euh le gris du calcaire de face nord.

au départ de "ODB"

au départ de "ODB"

dans le rappel de descente de "ODB"
dans le rappel de descente de "ODB"

dans le rappel de descente de "ODB"

dans L1 de l'éperon de la baume

dans L1 de l'éperon de la baume

dans L2 de l'éperon de la baume

dans L2 de l'éperon de la baume

le rappel dans la baume

le rappel dans la baume

20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 20:22

Le 20 mars 2021

Après le VTT du matin, séance d’escalade en après-midi sur le site de couennes de Château Viran au nord de l’étang de Berre, un bloc de calcaire de 10 à 20 mètres de haut fiché au-dessus des vignobles en position panoramique. Le rocher avec ses filons de grès creusés en niches, est superbe, particulièrement en face ouest, dommage qu’il soit si patiné, ce qui rend les cotations très sévères (rajouter 1 ou 2 niveaux avec par exemple des 5b aux allures de 6a). Attention également au mistral toujours très sensible sur ce site surélevé proche du couloir rhodanien, la face est permettant de s’en protéger mais passant très vite à l’ombre.

dans "le petit dièdre" en face est

dans "le petit dièdre" en face est

après la "mercuriale", dans "la petite fissure" face ouest
après la "mercuriale", dans "la petite fissure" face ouest
après la "mercuriale", dans "la petite fissure" face ouest
après la "mercuriale", dans "la petite fissure" face ouest

après la "mercuriale", dans "la petite fissure" face ouest

13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 20:53

Le 13 mars 2021

"allons bon ben v'la ot'chose", 3 longueurs, terrain d'aventures complet, 6b max

à mon sens 6b/6a/5c+

Retour sur la falaise de l’Oule, pour y grimper en terrain d’aventures sur son secteur occidental, entre les voies récemment équipées « pepito » et « pepita ». C’est le royaume des grandes cheminées déversantes au calcaire chipseux (dont la surface s’effrite au toucher) et aux formes souvent improbables, gargouilles, toits, concrétions et bouchons d’aragonite assurant le spectacle géologique avec la mer qui brille sous les chaussons. Ces cheminées peuvent parfois s’avérer difficiles à distinguer, et c’est ce qu’on expérimentera en comprenant au premier relais, après 25 mètres d’une escalade très délicate et bien difficile pour du 6a, que nous sommes dans la voie « allons bon ben v'la ot'chose » et non pas dans la « toujoursjamais » planifiée ! 
Ma proposition d'une petite voix aiguë et tremblotante de réchapper ne trouvera pas d’écho, et on poursuivra donc dans la chose, qui ne s’avèrera guère plus facile dans sa seconde longueur, particulièrement au-dessus du relais dans un pas athlétique sur de l’aragonite fragile et difficile à protéger. Le plaisir prendra l’ascendant sur la tension nerveuse plus haut jusqu’à la sortie, dans des cheminées puis fissures toujours aussi raides mais plus franches, sur un rocher toujours aussi beau, gargouilles et mini-arches de calcaire, niches sculptées en colonnes et stalactites, et pour l’une couverte d’un gros nid abandonné, bouchons d’aragonite, une géologie fantastique sur cette falaise protégée de l’érosion pluviale par les surplombs sommitaux. La géologie est belle, mais l’escalade tout autant : comme toujours à l’Oule, on grimpe principalement en écarts et coincements, ce qui rend cette voie globalement très déversante accessible aux petits biscotos comme les miens. Lorsqu’on atteint la sortie (un peu soulagé), un rapide coup d’œil en arrière confirme d’ailleurs cette raideur de la voie, puisque l’on se trouve une bonne dizaine de mètres en deçà du départ 90 mètres plus bas !
Au final, un autre registre d’escalade que le dièdre Guem parcouru une semaine plus tôt (!), et sans doute une des voies les plus exigeantes mentalement que j'aie jamais parcourues (pourtant exclusivement en second) ! Le sluff permanent à base de poussière d'aragonite et de chips de calcaire et le substrat instable non pas de neige mais de prises tiroir de pieds et de mains rappellent un peu le ski de couloirs... sauf qu'on ne skie pas dans des dévers ! 
C’est sûrement moins dur que « le bidule » (!), mais moins équipé que « le machin », et cette « autre chose » s’avère peut-être la voie la plus sérieuse que j’ai réalisée à ce jour dans les calanques… Pour poursuivre dans cette veine toponymique, on se dit dans le surplomb d’aragonite protégé sur friend qu’on ne fera plus jamais de tels trucs, avant, comme toujours, une fois l’adrénaline des dévers évacuée au profit de l’endorphine de la sortie, de se promettre d’y retourner dès que possible, dans la toujoursjamais ou ailleurs…
Merci donc à mon leader pour avoir sorti cette voie éprouvante qui nécessite un bon niveau physique, technique et surtout moral, et qui marque bien ses grimpeurs, tant mentalement que physiquement, puisqu’on en ressort couverts de poussière des pieds au casque. Sont de rigueur pour cette voie un jeu complet de friends (grandes tailles jusqu’au 5 compris), excentriques et nombreuses sangles – la ligne est vierge d’équipement nonobstant une sangle et un vieux piton bien usé.e.s - sans oublier casque… et lunettes de protection !

la falaise de l'Oule, secteur occidental, et le traçé de la voie du jour avec les 2 relais intermédiaires utilisés
la falaise de l'Oule, secteur occidental, et le traçé de la voie du jour avec les 2 relais intermédiaires utilisés
la falaise de l'Oule, secteur occidental, et le traçé de la voie du jour avec les 2 relais intermédiaires utilisés

la falaise de l'Oule, secteur occidental, et le traçé de la voie du jour avec les 2 relais intermédiaires utilisés

accès par la traversée des écureuils

accès par la traversée des écureuils

une cordée dans les rappels du Styx

une cordée dans les rappels du Styx

dans L1, cheminée déversante sur aragonite délicate à protéger (gloups), et au relais une partie du matériel emporté
dans L1, cheminée déversante sur aragonite délicate à protéger (gloups), et au relais une partie du matériel emporté
dans L1, cheminée déversante sur aragonite délicate à protéger (gloups), et au relais une partie du matériel emporté
dans L1, cheminée déversante sur aragonite délicate à protéger (gloups), et au relais une partie du matériel emporté

dans L1, cheminée déversante sur aragonite délicate à protéger (gloups), et au relais une partie du matériel emporté

dans L2, sa géologie, son nid et son dévers
dans L2, sa géologie, son nid et son dévers
dans L2, sa géologie, son nid et son dévers

dans L2, sa géologie, son nid et son dévers

ambiance au second relais, vue vers la sortie de la cheminée de la seconde longueur de la "toujoursjamais" et le seul piton de la voie
ambiance au second relais, vue vers la sortie de la cheminée de la seconde longueur de la "toujoursjamais" et le seul piton de la voie
ambiance au second relais, vue vers la sortie de la cheminée de la seconde longueur de la "toujoursjamais" et le seul piton de la voie

ambiance au second relais, vue vers la sortie de la cheminée de la seconde longueur de la "toujoursjamais" et le seul piton de la voie

dans la troisième longueur, des friends (numéro 5 utile) et du gaz
dans la troisième longueur, des friends (numéro 5 utile) et du gaz
dans la troisième longueur, des friends (numéro 5 utile) et du gaz
dans la troisième longueur, des friends (numéro 5 utile) et du gaz

dans la troisième longueur, des friends (numéro 5 utile) et du gaz

du sommet, vue vers le dévers de la voie

du sommet, vue vers le dévers de la voie

la quincaillerie du jour

la quincaillerie du jour

réconfort floral à la sortie

réconfort floral à la sortie

retour en VTT sous le col de la Gardiole

retour en VTT sous le col de la Gardiole

9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 17:22

Le 9 mars 2021

Retour une n-ième fois sur la petite grande voie de Méjean, une pause de midi plus variée que celles en trail ou en VTT, avec l’approche pédestre panoramique sur le sentier côtier puis ces 3 courtes longueurs, au-dessus de l’eau face à la rade de Marseille. Le petit pas fin en dalle à la fin de la voie n’a maintenant plus de mystères, mais pas possible encore de grimper les yeux fermés, ce qui serait tout de même dommage vu la géologie particulièrement belle et insolite des lieux !

le rocher au départ de la voie, conglomérat de fossiles, inclusions d'aragonite...
le rocher au départ de la voie, conglomérat de fossiles, inclusions d'aragonite...
le rocher au départ de la voie, conglomérat de fossiles, inclusions d'aragonite...

le rocher au départ de la voie, conglomérat de fossiles, inclusions d'aragonite...

L1 en traversée
L1 en traversée

L1 en traversée

fin de L2

fin de L2

sous le pas en 6a de la superbe dalle suspendue de L3

sous le pas en 6a de la superbe dalle suspendue de L3

7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 18:39

Le 7 mars 2021

le dièdre Guem, 3 longueurs, équipé, 4c max

4a/4a/4c

Retour sur le dièdre Guem, ce livre ouvert de calcaire blanc situé sur l’adret de Sormiou face à l’île du Riou. On y profite de 2 à 4 longueurs (suivant les relais intermédiaires choisis) d’une escalade facile, non athlétique et bien protégée, un itinéraire bien adapté à l’initiation à la grande voie, peu raide et vertigineux, nonobstant l’accès un peu délicat sur un système de vires, accès heureusement protégé de cordes fixes. 
Passé ce « crux », la grimpe reste effectivement très belle dans ce dièdre dalleux au rocher exceptionnellement sculpté dans ce niveau de difficultés, avec une dernière longueur sur le dièdre suspendu particulièrement esthétique (mais sans doute un peu trop impressionnante pour un.e débutant.e). 
Une belle ambiance calanques à moindre frais : voie facile et accès rapide, si ce n’est les très nombreuses pauses pour goûter les très nombreuses asperges du cru !

l'approche, du plaisir pour les yeux et les palais !
l'approche, du plaisir pour les yeux et les palais !
l'approche, du plaisir pour les yeux et les palais !

l'approche, du plaisir pour les yeux et les palais !

le système de cordes fixes versant sud-ouest, moulinage possible pour le passage en désescalade le plus raide
le système de cordes fixes versant sud-ouest, moulinage possible pour le passage en désescalade le plus raide

le système de cordes fixes versant sud-ouest, moulinage possible pour le passage en désescalade le plus raide

sortie de L1

sortie de L1

sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2
sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2
sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2
sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2
sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2

sur le calcaire blanc magnifiquement sculpté de L2

sortie directe au collu
sortie directe au collu

sortie directe au collu

dans la luzerne arborescente

dans la luzerne arborescente

(un peu de) la récolte du jour

(un peu de) la récolte du jour

28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 19:09

Le 28 février 2021

Roxane, 2 longueurs, équipé, à mon sens 5c/5c+

sur la vague en rêvant, 2 longueurs, équipé, à mon sens 5b/5b+

le principe de plaisir,  2 longueurs, équipé, à mon sens 5a/5b

Découverte du secteur « Congloué » sur le versant sud-ouest de Sormiou, juste au nord du col de Lui d’Aï. On y trouve de grandes couennes ou de mini grandes voies de 2 longueurs, accessibles par un rappel de 45 mètres depuis la crête sommitale jusqu’aux cordes fixes de la petite vire du bas, et bien protégées du vent de sud-est du jour.
C’est un peu l’image d’Epinal de la grimpe dans les calanques, au-dessus de la mer et face à l’archipel du Riou, sur un superbe calcaire très blanc et très sculpté, pas du tout usé. 
Le tout est bien équipé sur scellements et dans des cotations évoluant exclusivement dans le V, de quoi figurer parmi les plus belles voies du massif dans le type dalle à gouttes d’eau et réglettes !

ophrys

ophrys

une cordée juste au sud du secteur

une cordée juste au sud du secteur

L1 de "Roxane"
L1 de "Roxane"

L1 de "Roxane"

L1 de "sur la vague en rêvant"
L1 de "sur la vague en rêvant"

L1 de "sur la vague en rêvant"

cordée dans "la panthère rose"

cordée dans "la panthère rose"

L1 puis L2 de "le principe de plaisir"
L1 puis L2 de "le principe de plaisir"
L1 puis L2 de "le principe de plaisir"

L1 puis L2 de "le principe de plaisir"

grimpe au Congloué

Rechercher