18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 20:47

Le 18 novembre 2018

Voie « afin que nul ne meure », 5 longueurs, équipé, 6a+ max
5c+/5c+/6a (1pas)/6a (soutenu)/6a+(soutenu)


Retour dans le Verdon, pour y profiter d’une des rares journées de soleil de la période et des dernières couleurs automnales des feuillages en bord de rivière sous les chaussons. Dans le secteur classique de l’Escalès, on choisit la non moins classique voie « afin que nul ne meure », au nom révélateur d’un équipement inhabituellement sécurisant lors de son ouverture en 1985 (pourtant plutôt espacé par rapport aux standards actuels). La patine n’y gêne pas trop malgré les milliers de chaussons endurés, et on peut donc y profiter d’une belle escalade sans trop d’adrénaline ou de glissades sur rocher parfois lustré, soutenue et variée dans le niveau 5c/6a, avec des traversées en L1 et L2 puis plutôt de la dalle et fissure par la suite. Mention spéciales pour les 2 dernières longueurs, où l’on grimpe sur un rocher compact sculpté en cannelures verticales et obliques, au-dessus du ruban vert du Verdon loin sous les chaussons et sous des vautours au-dessus des casques !

dans les rappels, après mes fourvoyages

dans les rappels, après mes fourvoyages

dans L1

dans L1

une cordée dans du dur à droite

une cordée dans du dur à droite

L3

L3

cinquième et dernière longueur

cinquième et dernière longueur

dans la dernière longueur
dans la dernière longueur
dans la dernière longueur

dans la dernière longueur

11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 21:00

Le 11 novembre 2018
Combinaison des voies reservoir dog’s puis armata calanca, 8 longueurs, équipé, 6c max
Cotations ressenties 6a+/6a+ pour les 2 premières longueurs de « reservoir dog’s »
6a+/6b/6b+/6b/6c/4c pour les 6 dernières longueurs de "armata calanca"

Retour dans les calanques sur la face sud de la Candelle, vers « armata calanca » déjà parcourue en 2013 pour ses 2 premiers ressauts, cette fois-ci avec au programme « reservoir dog’s » en guise de second ressaut et le final jusqu’au sommet de la Candelle. On ne grimpera pas sous le soleil, comme souvent en cet automne qui bat des records de pluviométrie en région méditerranéenne,  mais sur le calcaire à gouttes d’eau du coing, d’autant plus compact que l’on grimpe, d’où le crescendo dans les cotations. Le dernier ressaut de « armata calanca » offre d’ailleurs de beaux passages d’escalade soutenus dans le 6, fins ou athlétiques, voire les 2 en même temps, notamment dans le Dülfer plein gaz de l’écaille de L8 ou la fissure déversante de L10. Autant avouer que les bras poussent un soupir de soulagement en arrivant au sommet de la Candelle, d’autant plus quand la nuit commence à diffuser depuis l’est !

durant l'approche, vue sur les dalles de la Lèque

durant l'approche, vue sur les dalles de la Lèque

dans L1 de "reservoir dog's"
dans L1 de "reservoir dog's"
dans L1 de "reservoir dog's"

dans L1 de "reservoir dog's"

dans L2 de "reservoir dog's"

dans L2 de "reservoir dog's"

dans L6 de "armata calanca"
dans L6 de "armata calanca"
dans L6 de "armata calanca"

dans L6 de "armata calanca"

dans L7 de "armata calanca"
dans L7 de "armata calanca"
dans L7 de "armata calanca"
dans L7 de "armata calanca"

dans L7 de "armata calanca"

dans L8 de "armata calanca"

dans L8 de "armata calanca"

dans L9 de "armata calanca"
dans L9 de "armata calanca"

dans L9 de "armata calanca"

vue sur la concave

vue sur la concave

4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 19:30

Le 4 novembre 2018
Voie le pilier des fourmis, 5 longueurs, partiellement équipé (pitons et quelques goujons), 6b+ max
Friends nécessaires voire indispensables à partir de L2
Cotations ressenties 6b+/5b/5b+/4c/5b


Retour en escalade sur la montagne Sainte-Victoire, dans le secteur de Subéroque, le lendemain du retour du Maroc. En cette météo de flux d’est on espérait échapper aux nuages loin de la côte, mais on ne profitera finalement que de brèves éclaircies sous un vent d’est modéré et bien sensible sur cette arête. Après une approche un peu improvisée et en mode sanglier sur la fin, dans la garrigue d’un couloir raide, on reprend enfin apparence de grimpeurs dans la première longueur, bien équipée  mais soutenue et un peu obligatoire dans un pas de rétablissement(où je n’aurai pas vu et tiré sur le piton salvateur !). La suite offre de jolis passages d’escalade, surtout dans L3 où l’arête prend la forme d’une dalle grise compacte sculptée de mini-cannelures verticales, de la grimpe fine et parfois un peu engagée avec un équipement succinct pas facile à compléter. Ce n’est certes pas l’ambiance ou l’ampleur des voies des calanques ou du Cap Canaille, mais cela reste plaisant de parcourir ces arêtes de la Sainte-Victoire, avec leur recherche d’itinéraire (également durant l’approche…) dans une ambiance déjà typée montagne.

vue du pilier à gravir durant l'approche

vue du pilier à gravir durant l'approche

au départ

au départ

la belle dalle de L3
la belle dalle de L3

la belle dalle de L3

L4

L4

L5

L5

éclaircie vespérale

éclaircie vespérale

21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 21:14

Le 21 octobre 2018

Voie « l’échine du dragon », 13 longueurs, partiellement équipé, 6a+ max


Cotations officielles 5c/6a/4b/6a/marche/6a/4c/rappel de 40 mètres/6a/5c/6a/5b/5c/rappel de 20 mètres/6a/rappel de 40 mètres/6a
Cotations ressenties 5c+/5c/4b/5c/marche/6a+/5b/rappel de 40 mètres/6a/5c+/5c+/5b/5c/rappel de 20 mètres/6a/rappel de 40 mètres/5c+

 

Parcours de la grande voie récemment ouverte et équipée, « l’échine du dragon », qui parcourt la longue échine rocheuse découpée en dents et en brèches profondes et étroites au sud-est pic du Cap Roux. Au départ du parking de la pointe de l’Observatoire une marche d’environ 45 minutes sur la route fermée à la circulation puis un sentier taillé dans le maquis permet de rejoindre le premier ressaut et ses 4 longueurs dans le 5sup, où dans les deux premières les friends s’avéreront indispensables sous peine de grimper plus de 10 mètres sur un rocher non aseptisé. On profite déjà de la belle ambiance des lieux sur ce rocher rouge perché au-dessus de la Grande Bleue, au toucher aussi chaud que les couleurs en ce dimanche encore et toujours estival, mais la suite s’avérera encore plus belle, notamment de la cinquième à la neuvième longueur. On grimpe alors deux tours de rhyolite accolées et séparées par une profonde brèche, de très belles longueurs dans ce cadre insolite et sur un rocher aux teintes rouge à pourpre. La rhyolite alterne portions compactes en dalle et murs raides sculptés en simili-tafonis, de la grimpe en poussant sur les pieds ou en tirant sur les bras qui soulage les doigts et les pieds mis à mal par les gouttes d’eau abrasives du calcaire des calanques quelques jours plus tôt. La suite poursuite sur la même veine… de rhyolite et de succession de brèches et d’aiguilles, où les écailles du dragon se franchissent une par une avec succession de longueurs verticales et de rappels, avec vues sur les dômes rocheux rouges environnants et lignes de crêtes noyées dans la brume automnale vers l’ouest. 
Au final une très belle grande voie à points de vue d’œil et de chaussons. L’équipement souvent en lunules et pitons, à compléter impérativement dans les 2 premières longueurs (mais suffisant dans tous les pas au-delà du 5c), et la succession des 13 longueurs d’escalade et des 4 rappels (un de 15 mètres pour descendre de la sortie de la voie), donnent une course et une ambiance typées montagne à moins de 400 mètres d’altitude, une véritable course d’arêtes avec vue sur la plage où l’on avait observé soles et seiches la veille ! Merci aux ouvreurs et équipeurs Muriel et Thibault pour ce beau travail en accord avec l’éthique des lieux, une grande voie incontournable de l'Esterel!

avant le dragon... la couleuvre !
avant le dragon... la couleuvre !

avant le dragon... la couleuvre !

à 3 dans L1

à 3 dans L1

à 2 dans L3, panorama vers le rocher Saint-Barthélémy et le cap Dramont

à 2 dans L3, panorama vers le rocher Saint-Barthélémy et le cap Dramont

dans L4

dans L4

dans la belle dalle compacte et colorée de L5

dans la belle dalle compacte et colorée de L5

dans L6, beau dièdre facile à protéger et ombre chinoise sur la rhyolite
dans L6, beau dièdre facile à protéger et ombre chinoise sur la rhyolite

dans L6, beau dièdre facile à protéger et ombre chinoise sur la rhyolite

dans la faille entre L6 et L7
dans la faille entre L6 et L7

dans la faille entre L6 et L7

remontée de l'autre côte de la brèche, L7 et L8
remontée de l'autre côte de la brèche, L7 et L8
remontée de l'autre côte de la brèche, L7 et L8

remontée de l'autre côte de la brèche, L7 et L8

dans L11
dans L11

dans L11

brèches, rappels et remontée en face, L12 et L13
brèches, rappels et remontée en face, L12 et L13
brèches, rappels et remontée en face, L12 et L13
brèches, rappels et remontée en face, L12 et L13

brèches, rappels et remontée en face, L12 et L13

à la descente, l'échine du dragon en ombre chinoise et au crépuscule
à la descente, l'échine du dragon en ombre chinoise et au crépuscule
à la descente, l'échine du dragon en ombre chinoise et au crépuscule
à la descente, l'échine du dragon en ombre chinoise et au crépuscule

à la descente, l'échine du dragon en ombre chinoise et au crépuscule

19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 16:55

Le 18 octobre 2018
Voie les 2 pins (L1 et L2) suivie de la dernière longueur de "quand un homme devient père", 3 longueurs, équipé, 6a max
Cotations officielles 5a/5b/6a, cotations ressenties 5b/5c/6a+


Courte après-midi d’escalade sur l’aiguille de Sugiton secteur Angelvin, sur une combinaison de voies en face sud-ouest. Après les fortes pluies des 2 dernières semaines le rocher sera bien sec, mais le ciel encore encombré de nuages élevés, pas de quoi profiter du soleil en cette face sud-ouest espérée ensoleillée en après-midi. Après une approche humide dans le ciel et sur la peau vu la moiteur de l’air, les 2 premières longueurs de la voie des 2 pins permettent un échauffement progressif, particulièrement dans la L2 un peu malcommode en fissure large/dièdre patiné et raide, avant une dernière longueur soutenue en 6a/6a+. 30 mètres de dalle raide, fissures et petits dévers, avec un équipement bon mais souvent obligatoire, de quoi remettre dans le bain des gouttes d’eau (de calcaire) en  beauté après plus 3 semaines de pause grimpistique !

dans L1

dans L1

dans L3 de "quand un homme devient père", soutenu dans le 6a/6a+
dans L3 de "quand un homme devient père", soutenu dans le 6a/6a+

dans L3 de "quand un homme devient père", soutenu dans le 6a/6a+

rappels sous le soleil (enfin !)
rappels sous le soleil (enfin !)

rappels sous le soleil (enfin !)

26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 20:45

Le 26 septembre 2018
Voie « trou sanglant », 3 longueurs, équipé, 6b max
Cotations officielles 6a/6b/6a, cotations ressenties 5c+/6a+/5c


Après une overdose d’escalade depuis l’été et quelques semaines de pause en kayak/plongée/spéléo, retour sur le calcaire des calanques, dans la voie « Orlane trou sanglant » située sur la falaise du Plan des Cailles au-dessus de la plage de Marseilleveyre. C’est une petite grande voie de 3 longueurs, exposée à l’est et donc à l’ombre en fin d’après-midi - autant dire qu’on n’a pas transpiré sans le soleil mais sous le vent d’est modéré de la journée – et principalement en dalle comme ses voisines déjà parcourues de la directe de l’éperon de base ou du tour mort. Comme dans celles-ci le rocher reste neuf tout du long, préservé de la patine par l’éloignement du parking et la flemmardise  des grimpeurs ( !), et l’escalade fine sur réglettes et fissures peu franches, mais moins technique que dans la voisine du tour mort. La seconde longueur prétendument en 6b ne comporte en fait qu’un seul court pas de 6a+, rien de comparable avec la longueur voisine du tour mort bien plus soutenue dans le 6a+/b. 
Quoi qu’il en soit, l’escalade et le cadre valent les 45 mn de marche d’approche, même si cette voie constituait surtout un prétexte pour retourner dans une grotte marine voisine, mieux équipé en éclairage et photographie. Les grimpeurs et la lentille de l’appareil photo  apprécieront le plafond de stalactites et les colonnes qui se reflètent dans le lac souterrain de la grande salle, et le passage de la châtière au retour sera facilité par la perte de sang et de volume causée par les moustiques virulents du porche d’entrée ! On appréciera à la sortie le bain dans une mer encore chaude pour calmer les démangeaisons et nettoyer le short, pour au final encore une belle journée de calanquisme, sur le calcaire et dans la calcite.
 

dans L1

dans L1

dans L2
dans L2
dans L2
dans L2

dans L2

L3
L3

L3

après le calcaire abrasif sous les chaussons...
après le calcaire abrasif sous les chaussons...

après le calcaire abrasif sous les chaussons...

... la calcite abrasive pour le dos !
... la calcite abrasive pour le dos !
... la calcite abrasive pour le dos !

... la calcite abrasive pour le dos !

9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 17:07

Le 8 septembre 2018

Voie tarabiscotage verdonesque, 9 longueurs, équipé, 6b+ max
6a+/6a+ (soutenu)/6b+/6a/5c/5c+/6a+/5c+/5c


Journée d’escalade dans le Verdon à l’aval des gorges. Une première pour moi sous le belvédère de Mayreste, où l’on se trouve plongé, ou plutôt suspendu, dans l’ambiance Verdon au bout des 5 minutes de marche qui séparent le parking du départ des 5 rappels d’accès. Des rappels bien gazeux comme c’est la norme dans le Verdon, et sans relais confortable comme la voie nous y habituera !
Une petite heure de rappels plus tard, nous voilà à l’attaque de ces 9 longueurs, qui méritent bien leur nom avec leur itinéraire alambiqué entre dévers et piliers… dans une ambiance qui reste verdonesque tout du long, sur du rocher gris à gouttes d’eau au-dessus du ruban bleu-vert de la rivière. L’ouvreur et équipeur a optimisé le rocher et l’escalade, avec succès puisqu’on y trouve de belles longueurs comme L2, L8 et L9 en dalles à gouttes d’eau et cannelures… et de très belles comme L4 en dièdre orangé raide mais pris,u ou L6 en traversée sous dévers et sur dalle suspendue plein gaz au-dessus du Verdon, une escalade fine sur gouttes d’eau aussi enthousiasmante que l’ambiance ! L’équipement de cette voie récente s’avère de plus irréprochable, de quoi grimper dans le Verdon dans une grosse ambiance à moindre dépense d’acide lactique… et d’adrénaline !

rappelotage verdonesque
rappelotage verdonesque
rappelotage verdonesque

rappelotage verdonesque

dans L1

dans L1

dans L2
dans L2
dans L2

dans L2

le dièdre de L4

le dièdre de L4

la traversée L5
la traversée L5

la traversée L5

les magnifiques gouttes d'eau suspendues de L6
les magnifiques gouttes d'eau suspendues de L6
les magnifiques gouttes d'eau suspendues de L6
les magnifiques gouttes d'eau suspendues de L6

les magnifiques gouttes d'eau suspendues de L6

au départ de L7

au départ de L7

dans la dalle cannelée de L8
dans la dalle cannelée de L8
dans la dalle cannelée de L8

dans la dalle cannelée de L8

au départ de L9

au départ de L9

6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 17:58

En septembre 2018

Voie vagabond’age, 8 longueurs, équipé, 6b+ max
6a+/6a/6a+/5c/6b+/5b/3/5c

Retour sur le trois-feuilles géologique du Cap Canaille après plusieurs mois  d’infidélités sur le calcaire des calanques, de l’Ubaye ou du Verdon, le plaisir de retrouver le calcaire, mais aussi le grès et le conglomérat colorés et sculptés des falaises soubeyrannes. Enfin des prises douces au toucher que l’on peut serrer sans grimacer, et de l'escalade ludique autant à doigts qu'à biceps, fesses et dos dans les châtières naturelles de Canaille !
La voie vagabond’age, déjà parcourue sous les nuages en 2015, est l’une des plus accessibles du secteur sud de Canaille, 8 longueurs qui louvoient entre les gros dévers et les dalles lisses pour au final une ligne homogène dans le 6a/6a+, mis à part quelques mètres bien protégés dans le toit de L5 et un départ de la voie en cheminée déversante qui pique… et durcit bien les bras à froid.  J’y retourne donc par beau temps, chaud et sans vent, dommage de grimper à l’ombre à travers les gargouilles et nids d’abeille, sans donc profiter pleinement de leurs couleurs… On trouve dans cette voie des longueurs au standard Canaille… à savoir magnifiques, en escalade tridimensionnelle dans des cheminées presque fermées de calcaire déliquescent aux parois alvéolées décorées de nid d’abeille (L6), sur des murs raides aux prises saillantes(L4) ou des dalles de grès creusées de tablettes et de méplats (L5), et des longueurs de transition plus anecdotiques, comme L1 qu’on pourra éviter sans regrets superflus. Vive la poubelle géologique de Canaille, les décharge de cailloux multicolores (de l’ancien delta de fleuve) face aux calanques blanches ! 

dans L1

dans L1

le mur penché de L3
le mur penché de L3

le mur penché de L3

la dalle de L4
la dalle de L4

la dalle de L4

la magnifique cheminée de L5
la magnifique cheminée de L5
la magnifique cheminée de L5

la magnifique cheminée de L5

au relais sommital de L5
au relais sommital de L5

au relais sommital de L5

sur le conglomérat de L7

sur le conglomérat de L7

31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 11:24

Le 30 août 2018

Voie le dièdre noir, 3 longueurs, équipé, 6b+ max
6a+/6b+/5c
Soirée d’escalade sur le rocher Saint-Michel au-dessus des Goudes, une face nord-ouest beaucoup parcourue ces dernières années de par sa belle escalade en dalles raides et son beau cadre dans le cirque de falaises s’ouvrant sur la mer, mais aux cotations souvent sévères, ce que l’on vérifiera encore cette fois-ci. La première longueur en fissures puis traversée s’avère bien soutenue en 6a+ sur un rocher de plus parfois fragile, et la seconde longueur ne vola pas non plus sa cotation 6b+, avec des pas bien fins sur calcaire croustillant, sans compter un relais sommital (bien prendre le second sur chaîne, et non pas le premier sur scellement et goujon antique…) sur points rouillés qui n’inspire pas la confiance. La troisième et dernière longueur malgré sa cotation 5c n’offrira pas le repos escompté, dans une ambiance crépusculaire et avec un leader qui ne clippera qu’un scellement sur 2 faute de visibilité, autant dire que l’arrivée au sommet sera vécue avec un certain soulagement ! De beaux passages de grimpe au final, mais sur un équipement et un rocher qui mériteraient respectivement un coup de jeune et plus de fréquentation ! 
 

dans L1
dans L1

dans L1

dans L2
dans L2
dans L2

dans L2

crépuscule sur les Goudes

crépuscule sur les Goudes

26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 20:40

Le 26 août 2018

Enchaînement des voies suivantes :
La grotte, 4 longueurs, équipé, 6a max
5c/5c+/6a/5b
Les initiateurs, 2 longueurs, équipé, 6a max
6a/6a
Les 3 P, 3 longueurs, équipé, 6a max
5c+/6a/5c


Après les quelques jours de grimpe dans l’Ubaye puis la virée en kayak à travers l’archipel du Riou, retour sur le caillou provençal au rocher Saint-Julien, une lame de calcaire d’une centaine de mètres de hauteur fichée au-dessus du joli village de Buis-les-Baronnies. Le mistral de la fin de semaine et les températures inhabituellement fraîches pour la fin d’un mois d’août nous amènent  sur cette falaise exposée plein sud, et qui comme prévu nous offrira une météo idéale en ce 26 août ! 
On en profitera pour enchaîner 3 petites grandes voies, de la grande classique patinée de la grotte au rocher moins usé des « 3 P ». La voie de la grotte offre une belle escalade variée dans le 5 avec quelques pas de 6a dans la traversée de la troisième longueur, et une belle ambiance dans la grotte de L1, la fissure déversante mais prisue de L2 ou l’éperon perché de L4, et malgré la patine omniprésente cela reste une voie esthétique à l’escalade toujours intéressante. Les 2 voies suivantes des initiateurs et des « 3 P » s’avèrent plus représentatives de la grimpe locale avec leurs grandes longueurs dalleuses où l’on vogue de trous en trous dans les murs gris, une escalade calcaire atypique pour un grimpeur des calanques, souvent soutenue et aux cotations relativement sévères (même si l’équipement reste toujours excellent). Au final et malgré le manque d’ampleur des voies, un beau secteur d’escalade, la vue sur le grand versant nord du Ventoux et le centre historique de Buis faisant oublier les perspectives maritimes des calanques !
 

dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte
dans la voie de la grotte

dans la voie de la grotte

vues du sommet sur le village de Buis-les-Baronnies et durant les rappels sur une cordée poursuivante
vues du sommet sur le village de Buis-les-Baronnies et durant les rappels sur une cordée poursuivante

vues du sommet sur le village de Buis-les-Baronnies et durant les rappels sur une cordée poursuivante

dans la voie des initiateurs
dans la voie des initiateurs

dans la voie des initiateurs

dans la voie des 3 P
dans la voie des 3 P
dans la voie des 3 P
dans la voie des 3 P
dans la voie des 3 P

dans la voie des 3 P

détail du village de Buis-les-Baronnies depuis le sommet

détail du village de Buis-les-Baronnies depuis le sommet

Rechercher