22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 19:14

Le 21 juin 2016

Voie «Ciao Bella», 5 longueurs, équipé, 6b max

6a/6a/6a/6b/6b

Retour sur cette belle voie classique des falaises soubeyrannes, une roche de Solutré de grès escaladée chaque été pour moi depuis 4 ans ! Après 3 longueurs comprenant de beaux passages de grimpe un peu mais un peu discontinues la falaise se raidit pour les deux superbes longueurs finales, en traversée et mur soutenus dans le 6a+/b sur un magnifique grès compact et coloré, qui rappellent le secteur « ouvreur de bouse » situé quelques centaines de mètres plus au nord.

sur le beau caillou de L1
sur le beau caillou de L1

sur le beau caillou de L1

au départ de L3

au départ de L3

dans la traversée de L4

dans la traversée de L4

au départ de L5, coucher de brumes et lever de rose sur les calanques
au départ de L5, coucher de brumes et lever de rose sur les calanques
au départ de L5, coucher de brumes et lever de rose sur les calanques

au départ de L5, coucher de brumes et lever de rose sur les calanques

19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 17:37

Le 19 juin 2016

Voie « Pepito », 3 longueurs, équipé, 6a+ max

5c/6a+/5c

Parcours de la nouvelle voie « Pepito » sur le secteur occidental de la falaise de l’Oule, quelques semaines après « Pepita » située quelques dizaines de mètres plus à l’est. Difficile effectivement de se lasser de ce secteur reculé des calanques aux falaises colorées et souvent déversantes, du calcaire tout en rondeurs et peu adhérent qui produit souvent une grimpe athlétique « à l’ancienne » en cheminées, fissures et dévers, où renfougnes et oppositions figurent au programme. Les 3 grandes longueurs de Pepito proposent une centaines de mètres d’escalade dans cette gestuelle, homogène dans le 5c/6a nonobstant un pas de 6a+ dans le dièdre à Dülfer de la seconde longueur, avec une belle ambiance gazeuse sur la fin, face aux cordées qui assurent le spectacle dans les bouffigues des croulants ou les toits des futurs croulants. Au final une jolie voie bien équipée, sans doute moins belle que sa voisine « Pepita » plus longue et gazeuse, mais dans un niveau plus accessible pour une reprise dans le 5c/6a…

couleurs calanques

couleurs calanques

au pied des rappels, dans le rocher typique de l'Oule

au pied des rappels, dans le rocher typique de l'Oule

dans L2 et son pas de dièdre
dans L2 et son pas de dièdre

dans L2 et son pas de dièdre

vue de relais sommital de L2, vers la suite et le toit des futurs croulants
vue de relais sommital de L2, vers la suite et le toit des futurs croulants

vue de relais sommital de L2, vers la suite et le toit des futurs croulants

dans L3, une cordée vers Castelvieil et dans "pepito" !
dans L3, une cordée vers Castelvieil et dans "pepito" !
dans L3, une cordée vers Castelvieil et dans "pepito" !

dans L3, une cordée vers Castelvieil et dans "pepito" !

vue du sommet de la voie vers une cordée dans les croulants
vue du sommet de la voie vers une cordée dans les croulants
vue du sommet de la voie vers une cordée dans les croulants
vue du sommet de la voie vers une cordée dans les croulants

vue du sommet de la voie vers une cordée dans les croulants

27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 22:12

Le 27 mai 2016

Voie du super pilier du puits, 3 longueurs, semi-équipé (pitons fréquents, mais de qualité souvent douteuse...)

5c/6a/6a

Séance d'escalade vespérale sur le pilier sud du Baou Cézanne, sous la crête faîtière de la montagne Sainte-Victoire juste à l'ouest de la croix de Provence. Le super pilier offre 3 longueurs d'une escalade intéresante et soutenue dans le 5c/6a, principalement en fissure (souvent à Dülfer) mais aussi en dalle, sur un très beau calcaire compact. La petite trentaine de pitons à demeure ne fait pas leur qualité, et les monuments historiques d'acier rongé par la rouille qu'on croise ne dispensent pas de compléter l'équipement par quelques coinceurs de facture plus récente ! Attention par contre aux conditions météo dans cet itinéraire très exposé au vent d'est, dont les rafales nous ont presque déséquilibré ce soir-là...

dans l'approche, près du refuge Cézanne

dans l'approche, près du refuge Cézanne

au pied de la voie, dont la première longueur remonte la fissure sur la gauche
au pied de la voie, dont la première longueur remonte la fissure sur la gauche

au pied de la voie, dont la première longueur remonte la fissure sur la gauche

dans L1
dans L1
dans L1
dans L1

dans L1

dans L2, qui se peut se grimper presqu'exclusivement en Dülfer !
dans L2, qui se peut se grimper presqu'exclusivement en Dülfer !
dans L2, qui se peut se grimper presqu'exclusivement en Dülfer !
dans L2, qui se peut se grimper presqu'exclusivement en Dülfer !

dans L2, qui se peut se grimper presqu'exclusivement en Dülfer !

vues du relais sommital de L2, ambiance Sainte-Victoire entre croix et pitons d'acier !
vues du relais sommital de L2, ambiance Sainte-Victoire entre croix et pitons d'acier !
vues du relais sommital de L2, ambiance Sainte-Victoire entre croix et pitons d'acier !
vues du relais sommital de L2, ambiance Sainte-Victoire entre croix et pitons d'acier !

vues du relais sommital de L2, ambiance Sainte-Victoire entre croix et pitons d'acier !

dans L3

dans L3

paysages crépusculaires à la descente
paysages crépusculaires à la descente
paysages crépusculaires à la descente
paysages crépusculaires à la descente

paysages crépusculaires à la descente

23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 16:25

Le 21 mai 2016

Pilier du feu sacré

8 longueurs, équipement à compléter, 6a max

4c/5b/6a/3/rappel/5c+/4b/4c/5c/rappel

Demi-journée d’escalade dans l’Esterel, sur la grande voie appelée « pilier du feu sacré », en fait plutôt un éperon qui remonte en 8 longueurs et 2 rappels un contrefort du Pilon. L’escalade, bien que peu continue et gazeuse, offre de beaux passages, de dalle dans L3 et de dièdre dans L5, sur la magnifique rhyolite de l’Esterel, un rocher d’origine volcanique à la couleur rouge caractéristique. Le cadre reste donc superbe tout au long de la voie, avec partout de beaux points de vue sur le bleu de la Méditerranée et le vert de la forêt méditerranéenne (dont de beaux exemplaires de chêne liège), et propose des passages atypiques sur rocher sculpté en lunules et trous qui rappelle les taffonis du granite corse quelques centaines de kilomètres plus au sud ! Les cotations plutôt débonnaires ne doivent pas faire publier l’équipement souvent espacé et disparate (du piton au goujon en passant par le nœud de corde… ou le coin de bois !) et donc quelques passages un peu exposés comme le départ de L3 (protégeable sur friend) ou surtout le départ et la fin de L5. Quoi qu’il en soit une jolie voie dans un cadre exceptionnel, juste un peu terni par la proximité de la route de la corniche de l’Esterel et donc le bruit associé…

au départ du parking de la pointe de l'observatoire

au départ du parking de la pointe de l'observatoire

le pilier et le déroulé de la voie au premier plan

le pilier et le déroulé de la voie au premier plan

fin de L1

fin de L1

la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ
la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ
la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ

la belle dalle de L2, petit friend bienvenu au départ

fin de L5, un peu exposée au-dessus du goujon

fin de L5, un peu exposée au-dessus du goujon

au relais sommital de L6

au relais sommital de L6

dans la fissure de L7... et ses coins de bois !

dans la fissure de L7... et ses coins de bois !

le mur "à taffonis" de L8
le mur "à taffonis" de L8

le mur "à taffonis" de L8

dans le second et dernier rappel

dans le second et dernier rappel

retour à pieds, dans le rouge et le bleu
retour à pieds, dans le rouge et le bleu
retour à pieds, dans le rouge et le bleu

retour à pieds, dans le rouge et le bleu

buisson d'immortelles dans l'éboulis de rhyolite

buisson d'immortelles dans l'éboulis de rhyolite

13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 14:47

Le 12 mai 2016

Voie « Pepita », 5 longueurs, équipé, 6b+ max

5c+/5c/6b+/6a/6a (notre ressenti, cotation des ouvreurs/équipeurs 5c/5c/6b/6a/6a)

Parcours d’une nouvelle voie sur la falaise de l’Oule, récemment ouverte et équipée, qui louvoie dans les gargouilles de calcaire blanc et gris entre les voies des « croulants » et des « futurs croulants ». A l’instar de ses voisines, « Pepita » offre 5 longueurs d’une escalade exigeante, athlétique et souvent gazeuse dans les bouffigues caractéristiques de l’Oule, mais avec une protection sur goujons, et donc pas en terrain d’aventure… L’équipement bon et bien pensé, même s’il laisse la plupart des pas obligatoires, permet donc de ne pas avoir à rechercher frénétiquement d’une main le friend à la bonne taille, l’autre main glissant sur une boule de calcaire couronnée de chips, les chaussons battant le vide 100 mètres au-dessus des embruns !

La grimpe en elle-même s’avère très variée, dalleuse et fissureuse ([sic]) en L1 en rocher fragile, puis plus classique pour l’Oule de L2 à L5, avec une succession de cheminées étroites entre lames et boules de calcaire, de niches à relais et de murs raides, avec du rocher blanc bien sculpté en L1 et fin de L5, c’est-à-dire hors du dévers où il s’agit plutôt d’un calcaire blanc et marron tout en rondeurs et souvent chipseux. Une voie à recommander donc, avec un accès commode en 2 rappels par « le pilier du Styx » et qui pourrait bien devenir aussi classique ses voisines et aînées !

tracé (approximatif) de la voie dans la falaise de l'Oule

tracé (approximatif) de la voie dans la falaise de l'Oule

détail d'une cordée au fil de l'eau de Castelvieil

détail d'une cordée au fil de l'eau de Castelvieil

durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie
durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie

durant l'approche des rappels, vue vers la falaise de l'Oule et Castelvieil dans la belle transparence d'un lendemain de pluie

dans les rappels du pilier du Styx
dans les rappels du pilier du Styx

dans les rappels du pilier du Styx

dans L1
dans L1
dans L1

dans L1

après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs
après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs

après une L1 en dalle et fissure, L2 plus "oulienne" en cheminée et rondeurs

dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a
dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a
dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a

dans L3, départ dur en 6b+ et sortie plus facile en 6a

dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers
dans L4, du gaz à gogo dans les dévers

dans L4, du gaz à gogo dans les dévers

au départ et à la sortie de L5
au départ et à la sortie de L5

au départ et à la sortie de L5

crépuscule sur la Candelle

crépuscule sur la Candelle

28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 06:26

Le 27 avril 2016

Mathusalem, 3 longueurs, équipé, 6a+ max, sortie par la vire supérieure

6a+/6a/5c

Après le VTT la veille et la course à pieds le midi on enfile les chaussons pour une nouvelle sortie vespérale sur les falaises soubeyrannes, vers la voie « Mathusalem » déjà parcourue en 2012. Le haut de la voie ayant été déséquipé en raison… de la fragilité d’un antique genevrier mort côtoyé par l’itinéraire (et qui lui a donné son nom), on sortira par la portion nord de la traversée supérieure, une valeur sûre du Cap Canaille avec son parcours facile mais gazeux sur une longue vire blottie sous les gargouilles de grès.

Après une rencontre impromptue près du sémaphore avec l'un de ses ouvreurs et équipeurs, les 2 rappels d’accès, un peu délicats avec le fort vent du jour, mènent au pied de la première longueur de « Mathusalem », bien délicate sur une dalle lisse en 6a+. La suite offre ce en quoi Canaille excelle : de la grimpe parfois athlétique, souvent ludique, sur un rocher tridimensionnel décoré de nids d’abeille et de concrétions. A noter d’ailleurs la magnifique troisième longueur de Mathusalem et son parcours en spirale (!) avec passage par une grotte puis sur un pilier déversant plein gaz. La vire supérieure permet de prolonger cette excursion géologique, avec ses passages exceptionnels comme le havre de paix ou le bien-nommé pas du gaz.

Dommage que malgré le mistral un voile nuageux tenace n’ait pas permis de mieux profiter des couleurs du couchant dans le ciel et sur le caillou !

la garrigue en fleurs

la garrigue en fleurs

sur la dalle de L1
sur la dalle de L1

sur la dalle de L1

dans L2 sur le rocher torturé de Canaille
dans L2 sur le rocher torturé de Canaille

dans L2 sur le rocher torturé de Canaille

dans la grotte de L3
dans la grotte de L3

dans la grotte de L3

sur la traversée supérieure, dans le havre de paix puis le pas du gaz, face au crépuscule
sur la traversée supérieure, dans le havre de paix puis le pas du gaz, face au crépuscule
sur la traversée supérieure, dans le havre de paix puis le pas du gaz, face au crépuscule

sur la traversée supérieure, dans le havre de paix puis le pas du gaz, face au crépuscule

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 21:34

Le 18 avril 2016

6 longueurs, équipé, 6b max

6a+/5b/6a+/6a/6a/6a+ (nouvelle voie, cotations à confirmer)

Une nouvelle voie sur ce secteur magnifique de grès orangé de cap Canaille : 3 belles longueurs bien verticales de dièdre et de mur raide qui s'immiscent entre "ouvreur de bouse" et "bourreur de rousse" sur le rocher "compact" ([sic]) du haut de la falaise font suite à 3 longueurs de traversées introductives un peu décousues et encore fragiles, mais souvent ludiques (mentions spéciales pour la cheminée spéléo de L2 atteinte par une traversée gazeuse et le départ de L3 avec sa grimpe sur... rudistes CQFD fossiles). Une très belle voie donc, du bon équipement sur un beau rocher aux couleurs sublimées par le couchant, et qui n'a pas grand chose à envier à ses aînées et voisines déjà classiques.

au départ des rappels

au départ des rappels

au départ de la voie
au départ de la voie

au départ de la voie

dans L2, ludique, des rudistes en guise de prises et des châtières en guise de cheminées
dans L2, ludique, des rudistes en guise de prises et des châtières en guise de cheminées

dans L2, ludique, des rudistes en guise de prises et des châtières en guise de cheminées

dans L3, plus verticale que les traversées des 2 premières longueurs
dans L3, plus verticale que les traversées des 2 premières longueurs

dans L3, plus verticale que les traversées des 2 premières longueurs

au relais sommital de L3...

au relais sommital de L3...

dans la très belle L4 (qui peut être scindée en 2), qui rejoint un dièdre juste à gauche de "ouvreur de bouse"
dans la très belle L4 (qui peut être scindée en 2), qui rejoint un dièdre juste à gauche de "ouvreur de bouse"
dans la très belle L4 (qui peut être scindée en 2), qui rejoint un dièdre juste à gauche de "ouvreur de bouse"

dans la très belle L4 (qui peut être scindée en 2), qui rejoint un dièdre juste à gauche de "ouvreur de bouse"

dans L5 et son mur de grès
dans L5 et son mur de grès
dans L5 et son mur de grès

dans L5 et son mur de grès

lumières au relais sommital de L5
lumières au relais sommital de L5

lumières au relais sommital de L5

dans L6, courte mais athlétique et soutenue en 6a
dans L6, courte mais athlétique et soutenue en 6a
dans L6, courte mais athlétique et soutenue en 6a

dans L6, courte mais athlétique et soutenue en 6a

20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 21:11

Le 20 mars 2016

Le crépuscule des ayatollahs + arête du grand couloir

5a/5c/5a/4a bien équipé pour le crépuscule des ayatollahs

Ensemble de III et de IV pour l’arête du grand couloir, partiellement équipé

Retour sur l'arête du grand couloir de la montagne Sainte-Victoire, avec une approche raccourcie et rendue plus intéressante par l'équipement d'une voie dans son socle : "le crépuscule des ayatollahs", qui dépose à son sommet à l'attaque de l'arête. Au final la voie gagne en ampleur et ne perd pas trop en homogénéité, l'arête relevant finalement plus de la grande voie sportive que du terrain montagne avec ses nombreux spits dont certains récents. Au-delà de l'ambiance sauvage des lieux on retiendra la jolie L2 du crépusucule, en succession de petits dévers sur beau rocher et la très belle avant-dernière longueur de l'arête sur dalle suspendue.

vues depuis l'attaque du "crépuscule des ayatollahs"
vues depuis l'attaque du "crépuscule des ayatollahs"

vues depuis l'attaque du "crépuscule des ayatollahs"

dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir
dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir
dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir
dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir
dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir

dans les dernières longueurs de l'arête du grand couloir

19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 22:17

Le 19 mars 2016

Voie "le muet qui rit", 4 longueurs, équipé, 6a max

5c+/5c+/5c/6a

Journée d’escalade sur la face ouest de Castelvieil, et retour sur la voie du muet qui rit déjà parcourue en 2012, l’un des rares itinéraires « faciles » du secteur. Après une approche par les rappels de la zize, ambiance pour le premier en fil d’araignée devant les dévers concrétionnés (attention au tirage en rappelant la corde), on atteint la grande vire de départ par une portion de la traversée sans retour agrémentée du ramping. On se remettra de ces émotions dans les 4 longueurs du muet qui rit, avec de beaux passages de grimpe dans le dièdre de L2 ou les petits dévers de L4. Ce n'est clairement pas la plus belle voie de Castelvieil, avec un certain manque d'ambiance du à la vire médiane, mais tout de même un joli itinéraire introductif à cette falaise exceptionnelle par son isolement et son rocher.

les calanques vues depuis Castelvieil
les calanques vues depuis Castelvieil

les calanques vues depuis Castelvieil

dans les rappels de la zize
dans les rappels de la zize
dans les rappels de la zize

dans les rappels de la zize

approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance
approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance
approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance
approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance
approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance

approche par la traversée sans retour, son ramping et ses sections faciles mais ambiance

dans L1
dans L1

dans L1

dans le dièdre L2, calcaire blanc et aragonite ocre
dans le dièdre L2, calcaire blanc et aragonite ocre

dans le dièdre L2, calcaire blanc et aragonite ocre

sur les gouttes d'eau à la fin de L3

sur les gouttes d'eau à la fin de L3

dans la L4, crux de la voie
dans la L4, crux de la voie
dans la L4, crux de la voie

dans la L4, crux de la voie

28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 20:22

Le 28 février 2016

Clito

3 longueurs, équipé, 6a+ max

A mon sens 5c+/6a+/6a

Courte session d’escalade au crêt Saint-Michel en ce week-end de retour d’est à la météo bien humide. Une éclaircie dimanche après-midi nous orientera vers cette falaise peu haute et d’accès rapide, bien adaptées aux courts créneaux et déjà sèche quelques heures après la fin des pluies. La voie « clito » (!) propose 3 longueurs d’une escalade majoritairement en dalle et parfois soutenue comme dans L2 et au début de L3, sur un rocher encore très adhérent alors que la patine touche pas mal de voies adjacentes…

fin de L1

fin de L1

dans la délicate L2
dans la délicate L2
dans la délicate L2

dans la délicate L2

sortie de la voie

sortie de la voie

lumières sur la Candelle
lumières sur la Candelle

lumières sur la Candelle

Rechercher