31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 09:37

Le 29 août 2014

 Après un parcours partiel en deep water solo l’année précédente, retour en baudrier sur la première partie de la grande traversée en escalade du cap Morgiou appelée « El Cap », dans les 10 longueurs de « en attendant petit bout ». Un escalade équipée dans un cadre maritime plaisant, où les cormorans assurent le spectacle, mais pas très homogène ni soutenue, où de longues portions faciles alternent avec de courts pas de grimpe en 5c/6a. Attention aux lunules sans doute fragilisées par les plaisanciers qui y amarrent leurs bateaux ; j’en ferai les frais peu après L3 avec au final un vol de 5 mètres dans l’eau… après escale douloureuse sur des rochers…

P8300013 (Large)P8300044 (Large)

Voie "en attendant Petit Bout", 10 longueurs, équipé, 6a+ max

5c+/4/6a+/5c/5b/6a+ (arrêt à L6)

P8300007 (Large)

la voie du jour, première partie des 39 (!) longueurs de El Cap, et ma dernière avant quelques semaines...

DSC03554 (Large)

dans L1, photo de Nicolas

P8300013 (Large)

dans la portion facile après la première longueur en 5+

P8300017 (Large)

la Candelle et sa couronne de cirrus

P8300023 (Large)

dans L3 en  6a+, pas évident en tête avec une fracture ([sic])

P8300038 (Large)

cormoran prenant la pose    

P8300044 (Large)

 

DSC03745 (Large)

au départ de L6, photo de Nicolas

P8300054 (Large)

fin de L6

P8300057 (Large)

crépuscule sur la Candelle et la Concave

P8300076 (Large)

29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 21:19

Le 29 août 2014

Les orages de la mi-journée s’évacuent vite, et on en profite pour retourner en fin d’après-midi sur le secteur Draïoun du Cap  Canaille, encore une exposition géologique à ciel ouvert délicatement éclairée par le soleil couchant. Au final 6 longueurs d’escalade variées en calcaire, grès et conglomérat, dont la difficulté va crescendo du dièdre de L1 en 6a+ à la belle fissure de L3 en 6b+ et au mur de poudingue de L4 en 6c+, avant 2 longueurs moins difficiles en guise de transition vers le belvédère unique de la crête sommitale sur le crépuscule dans les calanques.

DSC07321 (Large)DSC07410 (Large)DSC07296 (Large)P1190850 (Large)DSC07402 (Large)

rêve d'abricot, équipé, 6 longueurs, 6c+ max

6a+/6b/6b+/6c+/6b/5c

 

 

P1190811 (Large)

au départ du dièdre de L1, photo de Lucile

DSC07293 (Large)

fin de L1

DSC07296 (Large)

sur les tablettes déversantes du départ de L2

P1190830 (Large)

fin de L2 en dièdre, photo de Lucile

P1190850 (Large)

dans le magnifique dièdre de L3, photo de Lucile

DSC07321 (Large)

 

DSC07331 (Large)

 

DSC07349 (Large)

au départ de L4 et du poudingue

DSC07355 (Large)

juste avant le crux de L4

DSC07369 (Large)

dans L5

P1190917 (Large)

fin de L5, photo de Lucile

DSC07377 (Large)

au relais sommital de L5

DSC07382 (Large)

300 mètres au-dessus de la Grande Bleue...

DSC07388 (Large)

... et face aux calanques

DSC07402 (Large)

 

DSC07410 (Large)

 

DSC07416 (Large)

dernières lueurs vers la chaîne de l'Etoile et le Pilon du Roi

27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 21:59

Le 27 août 2014

Soirée d’escalade en face ouest du rocher Saint-Michel, sur la voie du « couloir de la faucille » dans le secteur du pin. Trois longueurs sur un bon calcaire à trous, avec un équipement qui bien qu’ancien reste excellent tout du long, de quoi par exemple se lancer sans frayeur la belle fissure oblique en 6b de la seconde longueur. Le couchant offre dans ce secteur une ambiance superbe, avec la mer qui rougeoie sous les chaussons à l’ouest, et la crête des lames et du rocher des Goudes qui se détachent devant le casque au sud. On parviendra d’ailleurs au sommet du rocher saint-Michel aux dernières lueurs du jour, avant de descendre dans la nuit tombante les 2 rappels de « la rectiligne » puis de viser les lumières de Callelongue à travers la garrigue !

 

DSC07200 (Large)DSC07214 (Large)DSC07167 (Large)DSC07176 (Large)DSC07196 (Large)

Voie « le couloir de la faucille », 3 longueurs, équipé, 6b max

6a/6b/5b (L3  en traversée gazeuse et malcommode, plutôt 5b que 4c à mon sens)

DSC07167 (Large)

"panoramique vertical" dans L1

DSC07176 (Large)

fin de L1 devant les lames

DSC07194 (Large)

dans la fissure de L2

DSC07196 (Large)

une cordée sous les lames

DSC07200 (Large)

bruyère en fleurs au relais de L1

DSC07212 (Large)

au départ de la traversée de L3    

DSC07224 (Large)

face au large

DSC07253 (Large)

 

DSC07261 (Large)

vue vers l'île Maïre et le phare du Planier

21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 21:42

Le 21 août 2014

Retour sur la voie « 2 gamins sous la pluie » dans le secteur de la grotte des Tablettes, cette fois en été et au crépuscule pour profiter de la baignade au pied des 3 rappels d’accès et des lumières du couchant sur les zébrures de grès du pied des falaises. Une voie dont effectivement je ne me lasse pas, avec son départ sur une plate-forme rocheuse posée face au large, en belvédère parfait sur les calanques de Marseille d’un côté et la grande muraille des soubeyrannes de l’autre. La grimpe bien qu’un peu hétérogène dans la difficulté reste variée tout au long des 4 longueurs, de la dalle de grès au dièdre de conglomérat via un dévers puis une traversée, à noter une première longueur dans un cadre exceptionnellement beau mais aussi bien coriace pour du 6a, qui plus est quand les chaussons patinent sur la couche de sable posée sur les dalles de grès… Et puis il faudra revenir rapidement pour goûter aux 2 nouvelles longueurs repérées ce jour, qui apparemment  en mettent plein les yeux… et les avant-bras !

DSC06964 (Large)DSC07061 (Large)DSC06956 (Large)DSC07029 (Large)DSC07045 (Large)

Voie " 2 gamins sous la pluie", 4 longueurs, équipé, 6c max

6a/6c/5b/5c

DSC06952 (Large)

second rappel vu du haut...

DSC06956 (Large)

et de l'intérieur...

DSC06964 (Large)

troisième et dernier rappel    

DSC06968 (Large)

baignade au départ de la voie

DSC06985 (Large)

sur les zébrures de grès de la première longueur    

DSC06999 (Large)

 

DSC07003 (Large)

au relais sommital de L2

DSC07029 (Large)

dans le dièdre de 35 m de L4    

DSC07045 (Large)

crépuscule depuis la corniche des grands-ducs    

DSC07061 (Large)

crépuscule depuis la villa Sainte-Frétouse

18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 19:06

Le 17 août 2014

Dernière journée de ces 2 semaines de congés en montagne rendues difficile par une météo souvent plus hivernale qu’estivale. Avant le retour à Marseille, on choisit de finir non pas sur le gneisss ou le granite mais un rocher mieux connu des calanquistes, à savoir le calcaire, sur la face sud-est de la tête de Gaulent, au-dessus de Champcella et de la falaise du Ponteil.

La voie « Gaulent Temen » comprend 8 longueurs variées en traversée, dalle ou dièdre dans une ambiance raide au départ et vertigineuse dans les dernières longueurs, avec notamment une L5 et L6 soutenues sur un magnifique calcaire orangé à gouttes d’eau très abrasif. Au final une jolie voie plus difficile que les cotations du topo ne le laisseraient penser ;  le dièdre de L6 coté Vsup vaut par exemple son pesant de magnésie, son ambiance gazeuse étant accentuée ce jour par un vent du nord glacial qui nous accompagnera toute la montée.

On sera donc soulagés de fouler le plancher des marmottes après 3 rappels de descente bien verticaux, avant de retrouver la prairie des Hautes-Alpes puis la garrigue marseillaise, après 2 semaines pleines de vent, de soleil, de neige, de brouillard et de givre, de dizaines heures d’approche et de longueur d’escalade, de nombreux demi-tours en alpinisme, d’une poignée de fondues au dîner et de poignées de myrtilles au pied des voies !

DSC06910 (Large)DSC06943 (Large)DSC06866 (Large)DSC06890 (Large)DSC06929 (Large)

Voie « Gaulent Temen», équipé, 8 longueurs, 6a max

5b/5c/5c/5b/6a/5c/5a/4c pour les cotations officielles, 6a/5c/6a/5c/6a/6a+/5a/4c, le dièdre de L6 nous a paru bien difficile pour du Vsup !

Sommet : 2800 m

Dénivelée : 700 m d’approche pédestre, 200 m d’escalade

DSC06866 (Large)

durant l'approche, devant la courte mais raide et compacte face sud-est de la tête de Gaulent

DSC03239 (Large)

dans L1, photo de Nicolas

DSC06876 (Large)

vue du relais sommital de L1

DSC06878 (Large)

dans L2

DSC06882 (Large)

la traversée de L3

DSC06890 (Large)

au départ du dièdre de L6... 

DSC06892 (Large)

... sur du rocher bien sculpté

DSC06910 (Large)

sortie du dièdre...

DSC06921 (Large)

... plein gaz

DSC06929 (Large)

une cordée dans les rappels de descente    

DSC03334 (Large)

sur les gendarmes de L8, photo de Nicolas

DSC06933 (Large)

au départ de L8

DSC06935 (Large)

au départ du premier des 3 rappels

DSC06943 (Large)

sentinelle sur le retour

18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 19:05

Le 16 août 2014

Après les péripéties de la veille on vient se reposer sur une grande voie équipée dominant le pré de Madame Carle, des délices de l’escalade sur bon gneiss et spits versus l’alpinisme mixte sur rocher délité… La voie « Engat’s aux Arcas » déroule ses 16 longueurs d’escalade sur la face sud de la pointe des Arcas, un belvédère idéalement situé devant les faces nord du Pelvoux et sud-est de la Barre des Ecrins. La grimpe reste intéressante tout au long des 500 mètres d’escalade, d’abord en mur raide puis sur un gneiss qui se couche et offre des styles plus variés,  mais toujours les mains entre les buissons d’edelweiss et les yeux sur le Pelvoux ! A noter un second bastion au-dessus de la vire herbeuse équipé (partiellement, relais à compléter ou constituer sur sangles) de 2 longueurs en 6b dans la variante dite du grimpeur, à ne pas rater pour profiter de 2 longueurs soutenues sur un bel éperon suspendu.

DSC06770 (Large)DSC06828 (Large)DSC06794 (Large)DSC06796 (Large)DSC06814 (Large)

 

Voie « Engat’s aux Arcas », équipé, 16 longueurs, 6b max (demi-tour à la treizième longueur à 18h30 après un départ bien tardif, avant d’entamer 10 rappels de descente…).

Sommet : 2800 m

Dénivelée : 500 m d’approche pédestre, 400 m d’escalade

 

DSC06768 (Large)

au départ du Pont du Ban    

DSC06770 (Large)

fleur devant la Barre    

DSC06783 (Large)

grimpeur devant le Pelvoux

DSC06785 (Large)

au pied de la pointe des Arcas, face aux 13 premières longueurs

DSC06790 (Large)

à l'attaque

DSC06794 (Large)

dans les premières longueurs en mur de gneiss

DSC03152 (Large)

photo de Nicolas

DSC06795 (Large)

panoramique vertical devant le Pelvoux et le glacier des Violettes

DSC06796 (Large)

panoramique vertical devant la Barre des Ecrins et le glacier Noir

DSC06798 (Large)

 

DSC06800 (Large)

 

DSC06814 (Large)

le nez dans les edelweiss

DSC06824 (Large)

 

DSC03170 (Large)

en bas du bastion en 6b, photo de Nicolas

DSC03197 (Large)

en haut du bastion en 6b, photo de Nicolas

DSC06828 (Large)

 

DSC06834 (Large)

 

DSC06838 (Large)

début de descente

DSC06840 (Large)

en haut des 400 mètres de rappels

13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 20:25

Le 13 août 2014

Après un fourvoyage dans l’approche, ascension sans topo d’une voie de 4 longueurs que nous reconnaîtrons a posteriori comme la voie « Anaconda », au secteur Belvédère des falaises soubeyrannes. L’équipement toujours très serré des voies du Cap Canaille nous incitera à terminer cette voie inconnue de nous jusqu’à la consultation du topo au retour à la voiture, avec au final un itinéraire varié et continu dans le 6b, doté de passages superbes , notamment dans la niche de grès du relais sommital de L2, le dièdre parfait de calcaire de L4 ou le surplomb de conglomérat de L6. C’est un plaisir sans cesse renouvelé que de parcourir ces strates géologiques aux formes surréalistes qui offrent de la grimpe aussi ludique que variée !

DSC06600 (Large)DSC06628 (Large)DSC06566 (Large)DSC06604 (Large)DSC06618 (Large)DSC02908 (Large)DSC02928 (Large)

anaconda, 7 longueurs, équipé, 6c+ max

6a+/6a+/6b/6c+/6a/6b+/6a+ (L1 et L7 non faites ce jour)

DSC06552 (Large)

au départ de L2 sur les strates de grès

DSC02897 (Large)

dans le gros dévers de L2, photo de Nicolas

DSC06554 (Large)

dans la niche du relais sommital de L2

DSC06566 (Large)

 

DSC02903 (Large)

dans la niche du relais sommital de L2, photo de Nicolas

DSC02908 (Large)

sur une gargouille au départ de L3, photo de Nicolas

DSC02916 (Large)

au départ du dièdre de L4, photo de Nicolas

DSC02928 (Large)

dans le dièdre parfait de la fin de L4, photo de Nicolas

DSC06584 (Large)

vue depuis le dièdre

DSC06594 (Large)

sortie du dièdre

DSC06600 (Large)

le nid d'abeille au relais sommital de L4

DSC02929 (Large)

photo de Nicolas

DSC06604 (Large)

dans la courte L5

DSC06618 (Large)

à la sortie du mur de conglomérat de L6

DSC06622 (Large)

 

DSC06628 (Large)

13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 09:44

Le 12 août 2014

Deux mois après la voie "Ioan" retour sur les tenailles de Montbrison pour l'éperon Renaud. Au final une grande voie magnifique à tous points de vue et de chaussons, tant pour l'ambiance montagne sur un éperon plein gaz parmi les tours de calcaire aux allures de spigolo des Dolomites, que pour l'escalade soutenue dans le 5c/6a et équipée intelligemment. Les 350 mètres de grimpe offrent une grimpe variée même si principalement en fissures athlétiques "à l'ancienne", avec une mention spéciale pour le second ressaut et sa grimpe ludique "à cheval" sur l'arête de L7 face au minb, soutenue sur la belle et longue fissure en 6a+ de L8 et aussi bien technique et physique dans le dièdre délicat de L10. A noter que l'équipement typé montagne de la voie ne protège que les pas les plus "difficiles", et rend les portions faciles plus engagées, comme les 35 mètres de L9 dotés de 3 points.

DSC06437 (Large)DSC06509 (Large)DSC06399 (Large)DSC06427 (Large)DSC06465 (Large)

éperon Renaud, 12 longueurs, équipé, 6a+ max

6a/5b/5c/5c/4b/5b/rappel/4a/6a+/5c/5c/5b+/3c

DSC03538 (Large)

les tenailles vues depuis le sentier d'accès, photo prise le 20 juin

DSC02670 (Large)

à l'attaque du dièdre délicat de L1, pose d'un friend avant le premier point à 6 mètres du sol, photo de Nicolas

DSC02679 (Large)

plus haut dans L1, photo de Nicolas

DSC06391 (Large)

sortie de L1

DSC06399 (Large)

vue sur une cordée dans la voie voisine "vol et volupté"

DSC02693 (Large)

départ de L2, photo de Nicolas

DSC06427 (Large)

sortie de L2

DSC06429 (Large)

sortie de L2 

DSC02710 (Large)

dans L3, photo de Nicolas

DSC06437 (Large)

arrivée au relais sommital de L5, vue sur la seconde aiguille au centre et sa belle fissure déversante en 6a+ de L8

DSC02757 (Large)

photo de Nicolas

DSC06447 (Large)

dans le rappel de descente de la première aiguille, avec son ombre caractéristique à droite

DSC06461 (Large)

la première aiguille au-dessus de Briançon, un petit air de "ancient art"  des tours de l'Utah !

DSC06465 (Large)

dans L7, une belle ambiance...

DSC02799 (Large)

dans la belle et longue fissure en 6a+ de L8, photo de Nicolas

DSC06475 (Large)

vue de L8

DSC06483 (Large)

edelweiss dans la voie

DSC06485 (Large)

sortie de L8

DSC06497 (Large)

sortie du pas dur de L10, le vide se creuse sous les chaussons...

DSC06509 (Large)

... et on grimpe maintenant plein gaz dans L11    

DSC06534 (Large)

vue du sommet des tenailles

DSC02870 (Large)

grimpeurs en rappel sur la première aiguille, photo de Nicolas

13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 09:40

Le 11 août 2014

Après la tentative avortée par la pluie dans "ouvrez les Bans" descente à Ailefroide pour se sécher sur les dalles de granite, dans une grande voie du secteur de la Draye. On échappera effectivement aux averses et le soleil nous gratifiera même de quelques rayons, de quoi oublier le réveil au bivouac à 4h30 sous la pluie, sans tente et possibilité de s'abriter et au-dessus de 300 mètres de dalles de gneiss lubrifiées par les averses ! La voie  "l'explosion des calcanéums" offre une jolie escalade variée dans ces styles mais homogène dans le 5c/6a, avec une première partie en dalle puis une seconde plus athlétique en fissures et dièdres.

 

6 longueurs, équipé, 6a max

6a/6a/4a/6a/5c/5b

DSC06350 (Large)

sur les dalles de L2

DSC06358 (Large)

dans la fissure à Dülfer de L4

DSC02645 (Large)

dans L5, photo de Nicolas

DSC06376 (Large)

sortie de L5

DSC06384 (Large)

à la sortie, devant le Glacier Blanc au fond

2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 18:49

Le 2 août 2014

Demi-journée d'escalade dans les gorges du Destel au-dessus du village d'Ollioules, sur la voie de "la grande vadrouille", située sur la grande face au-dessus de la route. Les équipeurs ont réussi à ouvrir une belle ligne sur 8 longueurs, une gageure dans cette face de hauteur limitée et coupée de vires, mais même si la voie manque donc d'ambiance la grimpe s'avère souvent intéressante et toujours variée entre les dalles de L2 et L3, la fissure à Dülfer de L1, la traversée de L5, le dièdre de sortie de L7...

DSC05752 (Large)DSC05756 (Large)

"la grande vadrouille", équipé, 8 longueurs, 6b+ max

6a+/5b/5b/4a/6b+/5c+/5c+/6a+/3

DSC05690 (Large)

sortie de la fissure athlétique de L1

DSC05693 (Large)

au début de la belle dalle de L2-L3

DSC05719 (Large)

dans la traversée de L5

DSC05729 (Large)

vue vers les grès d'Evenos

DSC05742 (Large)

dans les pas durs de la fin de L7

DSC05752 (Large)

sortie dans L8

DSC05754 (Large)

du sommet vue vers le fond des gorges du Destel et les ruines du château d'Evenos    

DSC05756 (Large)

dans l'éboulis de descente, très commode en mode ramasse...

DSC05760 (Large)

du parking, vue vers la grande face, la voie parcourue remontant la portion gauche de la falaise

Rechercher