1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 18:58

Les 28 et 31 décembre 2021

Il s’agit sans doute du plus beau spot de plongée bouteille/snorkeling de la côte, malgré la proximité des complexes touristiques qui encadrent la plage, et donc la forte fréquentation du site par les plongeurs bouteilles ou masque et tuba, sans que tout cela semble nuire à la richesse naturaliste du site.
On y trouve effectivement une variété et densité de faune sous-marine encore plus importantes qu’ailleurs, avec notamment dans le grand herbier de très nombreuses tortues vertes (surmontées ou « sous-montées » de leur voire leurs rémora.s, et jusqu’au nombre de 4 dans un disque de 10 mètres de diamètre) et raies, dont des espèces peu communes telles que la raie léopard ou la raie guitare. Les récifs sur les côtés de l’herbier ne sont pas en reste, avec leurs formations coralliennes riches et diversifiées, et leur faune non fixée aussi colorée que leurs forêts de polypes, l’écosystème corallien figurant décidément parmi les plus esthétiques de la planète…
Dans cette réserve marine d’accès payant où pêche et chasse sont interdites, les poissons ont perdu tout ou partie de leur méfiance naturelle envers leur principal prédateur et s’avèrent plus curieux et joueurs que peureux avec les plongeurs, particulièrement pour les girelles paons de Mer Rouge et poissons-chirurgiens qui prennent facilement la pose. Pas difficile non plus de tirer le portrait des nombreuses tortues, pas plus incommodées par les rémoras qui s’accrochent à elles que par les plongeurs qui les frôlent caisson photo en main. Seule déception du séjour, et pas la moindre, les (rares) dugongs ne se seront pas laissés admirer malgré leur présence avérée sur site (l’avant-veille d’une de nos plongées à Marsa Egla) ; les vaches de mer se montrent finalement plus farouches que les chèvres des montagnes !

le 28 décembre : les buissons de corail et leurs nuages de poissons colorés
le 28 décembre : les buissons de corail et leurs nuages de poissons colorés
le 28 décembre : les buissons de corail et leurs nuages de poissons colorés

le 28 décembre : les buissons de corail et leurs nuages de poissons colorés

poisson chirurgien curieux
poisson chirurgien curieux

poisson chirurgien curieux

mérou céleste
mérou céleste

mérou céleste

syngnathe

syngnathe

poisson globe

poisson globe

tortue verte

tortue verte

girelle paon de Mer Rouge
girelle paon de Mer Rouge
girelle paon de Mer Rouge
girelle paon de Mer Rouge
girelle paon de Mer Rouge

girelle paon de Mer Rouge

labre oiseau
labre oiseau

labre oiseau

poisson papillon
poisson papillon

poisson papillon

poisson perroquet
poisson perroquet
poisson perroquet
poisson perroquet
poisson perroquet

poisson perroquet

chirurgien voilier
chirurgien voilier

chirurgien voilier

poisson papillon

poisson papillon

labre échiquier

labre échiquier

baliste Picasso

baliste Picasso

turbot
turbot

turbot

tortue verte et ses rémoras
tortue verte et ses rémoras
tortue verte et ses rémoras
tortue verte et ses rémoras

tortue verte et ses rémoras

poisson-faucon

poisson-faucon

rascasse volante

rascasse volante

le 31 décembre : maquereaux indiens
le 31 décembre : maquereaux indiens

le 31 décembre : maquereaux indiens

vivaneau à point noir

vivaneau à point noir

raia pastenague à points bleus

raia pastenague à points bleus

tortue verte

tortue verte

rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes
rassemblement de tortues vertes

rassemblement de tortues vertes

1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 18:57

Le 30 décembre 2021

Virée à Tondoba, site de plongée situé au voisinage sud immédiat de Marsa Alam, et intéressant - comme souvent dans cette zone - aussi bien par le récif corallien que par l’herbier. On y naviguera en kayak pour la seule fois de ce voyage en Mer Rouge, le kayak ne s’avérant pas indispensable le long de ces côtes basses d’accès terrestre facile partout, et ce alors que tous les sites de plongée peuvent se rejoindre facilement à la nage depuis la mise à l’eau. Quoi qu’il en soit encore un beau site de plongée, particulièrement pour son récif qui vire au plateau de corail quelques centaines de mètres au nord du club de plongée.

sur la plage

sur la plage

sur l'eau, vue vers l'intérieur

sur l'eau, vue vers l'intérieur

Tondoba
Tondoba
barbier rouge

barbier rouge

poisson-ballon géant

poisson-ballon géant

1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 18:53

Le 29 décembre 2021

Excursion à la journée vers le parc national du Wadi El Gemal, une région d’Egypte riche bien sûr de ses récifs coralliens et herbiers mais aussi de mangrove et de zones steppiques au-dessus. Le parc a surtout permis d’éviter toute construction le long de plages magnifiques qu’il aurait été facile de promouvoir avec leur sable fin blanc et leurs eaux caribéennes, tant pis pour les resorts et tant mieux pour la préservation des lieux. 
On découvrira après une grosse heure de route la mangrove de Ras Hankorab puis au retour la plage paradisiaque de Sharm El Luli, son ruban de sable blanc aussi fin que de la farine et ses fonds translucides de faible profondeur, qui amènent directement au tombant corallien. Un régal donc aussi bien au bord de l’eau de Sharm El Luli que sous l’eau, avec là encore une riche vie ichtyenne, avec notamment bancs de maquereaux indiens et baliste titan rencontrés ce jour.

la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab
la mangrove de Ras Hankorab

la mangrove de Ras Hankorab

la plage de Sharm El Luli
la plage de Sharm El Luli
la plage de Sharm El Luli
la plage de Sharm El Luli
la plage de Sharm El Luli
la plage de Sharm El Luli

la plage de Sharm El Luli

des récifs coralliens bien préservés
des récifs coralliens bien préservés

des récifs coralliens bien préservés

baliste olivâtre

baliste olivâtre

baliste Picasso
baliste Picasso
baliste Picasso

baliste Picasso

sergent-major
sergent-major

sergent-major

banc de maquereaux indiens

banc de maquereaux indiens

bénitier dans le corail

bénitier dans le corail

poisson-ange royal

poisson-ange royal

baliste olivâtre
baliste olivâtre

baliste olivâtre

demoiselle bicolore

demoiselle bicolore

sur la route du retour

sur la route du retour

1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 18:50

Les 27 et 31 décembre 2021

Plongées dans la baie de Marsa Egla quelques kilomètres au nord de Marsa Alam, une baie encore sauvage et vierge de constructions, connue pour la richesse de sa vie marine, et lieu donc de nombreuses plongées apnée ou bouteille depuis le bord (la bouteille n’apportant à mon avis pas de valeur ajoutée dans ces fonds peu profonds). Comme souvent sur la côte égyptienne de la Mer Rouge, les récifs coralliens des côtés, avec leur piétaille de poissons colorés, laissent la place au milieu à l’herbier (beaucoup moins dense que la posidonie en Méditerranée !) où viennent se reposer ou paître raies, tortues vertes… et dugongs que l’on n’aura pas la chance d’observer.
C’est effectivement très beau dans une eau encore douce (entre 22 et 25°C) et offrant une bonne visibilité malgré les fonds sablonneux, avec du corail dense, riche et coloré (pléonasme), de véritables buissons sous-marins peuplés d’une vie foisonnante, qui côtoient un herbier sans faune fixée mais parcouru de nombreuses tortues vertes et raies (pastenague, léopard et la rare raie-guitare…).

le 27 décembre : le récif vu depuis la plage

le 27 décembre : le récif vu depuis la plage

bénitiers
bénitiers

bénitiers

Marsa Egla
Marsa Egla
raie pastenague

raie pastenague

tortue verte

tortue verte

raie pastenague

raie pastenague

raie léopard

raie léopard

la rare et belle raie guitare
la rare et belle raie guitare

la rare et belle raie guitare

la plus commune raie pastenague à tâches bleues
la plus commune raie pastenague à tâches bleues
la plus commune raie pastenague à tâches bleues
la plus commune raie pastenague à tâches bleues
la plus commune raie pastenague à tâches bleues
la plus commune raie pastenague à tâches bleues

la plus commune raie pastenague à tâches bleues

le 31 décembre

le 31 décembre

platax batavianus

platax batavianus

poisson cocher

poisson cocher

poisson-ballon géant (proche du mètre)
poisson-ballon géant (proche du mètre)
poisson-ballon géant (proche du mètre)

poisson-ballon géant (proche du mètre)

tortues vertes
tortues vertes
tortues vertes

tortues vertes

myripristis à grands yeux

myripristis à grands yeux

orphie coutelas

orphie coutelas

1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 18:48

Le 26 décembre 2021

Première journée de ce voyage sur la côte égyptienne de la Mer Rouge, près de Marsa Alam, une région située 3 heures de route au sud d’Hurghada, et donc (pour l’instant) encore un peu à l’écart de la frénésie touristique qui a atteint le nord de la Mer Rouge (près d’Hurghada et de Charm el-Cheikh) depuis plusieurs décennies. Autour de Marsa Alam, et malgré les « resorts » qui commencent à pousser sporadiquement, on peut encore trouver des baies vierges de constructions et des récifs intacts, pour y profiter en plongée bouteille ou apnée du merveilleux écosystème corallien, sa profusion et sa variété exceptionnelles – sans équivalent à ma connaissance - de vie, de couleurs et de formes !
Pour autant, avant de rejoindre cet éden corallien encore préservé, arrêt d’une demi-journée près de l’aéroport d’Hurghada, dans un petit récif situé sur la plage d’un hôtel. Cela s’avérera effectivement bien moins riche que plus au sud, mais permettra tout de même d’observer les poissons-clowns défendant leur anémone et un poisson-lézard aux yeux plus gros… que la bouche !

poisson-clown et son anémone

poisson-clown et son anémone

poisson-lézard et sa proie
poisson-lézard et sa proie

poisson-lézard et sa proie

bénitiers

bénitiers

27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 17:08

Du 19 au 27 octobre 2019

Après le kayak (« ski » en Turc) de neige en mars, place au kayak de mer lors de ce troisième voyage « estival » (quatrième au total) dans cette extrémité sud-ouest de la Turquie où les montagnes du Taurus rencontrent la Méditerranée, avec donc de belles côtes sauvages et escarpées, des montagnes alpines en bord de mer richement pourvues en sites antiques, des falaises, des grottes et des canyons creusés dans un calcaire de rêve, bref tout pour justifier encore un n-ième voyage sur place !

des ruines
des ruines
des ruines
des ruines

des ruines

du kayak de mer fin octobre, repéré en kayak ("ski" en Turc) de neige en mars
du kayak de mer fin octobre, repéré en kayak ("ski" en Turc) de neige en mars
du kayak de mer fin octobre, repéré en kayak ("ski" en Turc) de neige en mars

du kayak de mer fin octobre, repéré en kayak ("ski" en Turc) de neige en mars

des plages, vues de plus ou moins haut
des plages, vues de plus ou moins haut
des plages, vues de plus ou moins haut
des plages, vues de plus ou moins haut
des plages, vues de plus ou moins haut

des plages, vues de plus ou moins haut

des grottes marines
des grottes marines
des grottes marines
des grottes marines

des grottes marines

et les habitants du dessous
et les habitants du dessous
et les habitants du dessous
et les habitants du dessous
et les habitants du dessous

et les habitants du dessous

27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 16:59

Le 26 octobre 2019

Journée de kayak au départ de la plage de Kabak vers la crique de Cennet quelques kilomètres au sud, et qui s’atteint par une côte rocheuse qui offre une jolie grotte bleue près de la plage de Kabak et des tombants couverts de… vers de feu ! Sur la plage de Cennet ce ne sont pas leurs poils urticants qui nous feront faire demi-tour mais guêpes et frelons, fin de journée donc sur la plage de Kabak, décidément un bel endroit encore authentique préservé par sa route d’accès qui se transforme en piste, le tout à quelques kilomètres du tourisme de masse d’Oludeniz façon Londres-sur-Méditerranée.

vue depuis l'hôtel sur le littoral et la plage de Kabak
vue depuis l'hôtel sur le littoral et la plage de Kabak

vue depuis l'hôtel sur le littoral et la plage de Kabak

cyclamens au-dessus de la plage de Kabak

cyclamens au-dessus de la plage de Kabak

la grotte marine voisine de la plage de Kabak
la grotte marine voisine de la plage de Kabak
la grotte marine voisine de la plage de Kabak

la grotte marine voisine de la plage de Kabak

ver de feu sur le tombant entre les plages de Kabak et Cennet

ver de feu sur le tombant entre les plages de Kabak et Cennet

en kayak dans la baie de Cennet
en kayak dans la baie de Cennet

en kayak dans la baie de Cennet

27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 16:53

Le 25 octobre 2019

Une fois n’est pas coutume, journée touristique « classique » sur la plage d’Oludeniz puis sur le belvédère montagneux du Babadag, 2 endroits qui figurent parmi les spots les plus connus du littoral Turc ! On y trouvera effectivement les stigmates du tourisme de masse, un peu atténués en cette fin de saison, mais également un superbe point de vue depuis l’aire de décollage de parapente du Babadag et de belles rascasses volantes (ou poisson lion)  sur la plage. A noter d’ailleurs que les fonds marins Turcs se sont globalement montrés plutôt pauvres en faune, peut-être l’effet de la prolifération des rascasses et poissons-globes, espèces plus rencontrées durant ce voyage que toute autre... Une bénédiction pour le photographe sous-marin que ces rascasses à éventails photogéniques et peu farouches avec leurs épines venimeuses, mais une plaie pour l’écosystème : ces espèces arrivées de la Mer Rouge par le canal de Suez profitent des eaux chaudes de la Méditerranée Orientale, et ont fortement endommagé l’écosystème originel de par leur voracité et l'absence de prédateurs (due à leurs épines venimeuses ou à leur chair toxique)… Il ne reste qu’à souhaiter que le réchauffement climatique ne conduise pas à leur prolifération en Méditerranée Occidentale, mer « fraîche » pour l’instant encore préservée !

rascasse volante et poisson-perroquet à Oludeniz
rascasse volante et poisson-perroquet à Oludeniz

rascasse volante et poisson-perroquet à Oludeniz

vue sur la lagune presque fermée d'Oludeniz depuis le Babadag
vue sur la lagune presque fermée d'Oludeniz depuis le Babadag

vue sur la lagune presque fermée d'Oludeniz depuis le Babadag

la plage entourée de falaises de Kelebekler sur la route de Kabak

la plage entourée de falaises de Kelebekler sur la route de Kabak

27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 16:52

Le 24 octobre 2019

Journée de croisière touristique au départ de Kaleüçağız vers l’île attenante de Kekova et sa « cité engloutie », les restes partiellement immergés d’une  ville antique détruite par un séisme. On en profitera également pour découvrir les ruines du château de Uçağız et de la nécropole voisine, ainsi que barboter dans la baie persque fermée de Kekova, des eaux cristallines, chaudes et plates mais très pauvres en flore et en faune, si ce n’est de nombreux poissons globes seulement pêchés pour (tenter d')enrayer leur prolifération !

sur l'île de Kekova

sur l'île de Kekova

la "cité engloutie" de Kekova en bord de (et sous) la mer

la "cité engloutie" de Kekova en bord de (et sous) la mer

nécropole à Uçağız
nécropole à Uçağız

nécropole à Uçağız

27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 16:50

Le 23 octobre 2019

Retour sur la belle plage (très touristique) de Kaputas, et surtout la grotte marine qui la jouxte quelques centaines de mètres à l’est. C’est une grotte marine exceptionnelle par ses dimensions, une ouverture d’une poignée de mètres carré de section qui ouvre sur une immense salle d’environ 50 mètres sur 50 mètres, avec une hauteur sous plafond proche d’une vingtaine de mètres. On y profite des couleurs d’eau caractéristiques d’une grotte bleue, de nombreuses chauve-souris au-dessus du tuba, et des bancs de poissons peu farouches dans la pénombre devant le masque. A noter que la traversée à la nage depuis la crique de Kaputas vers sa grotte passe devant de nombreuses et grandes grottes marines immergées, devant lesquelles l’eau est froide et la visibilité presque nulle, l’effet d’importantes sources sous-marines d’eau douce qui se mélange à l’eau salée.

Le surlendemain sur la route de Fethyie, on admirera la fin du long canyon qui débouche sur la plage, un formidable encaissement et une paroi concrétionnée à faire rêver un grimpeur, des airs de Kalymnos sur une falaise vierge au-dessus d’une crique aux eaux cristallines !

la plage de Kaputas

la plage de Kaputas

la grotte marine de Kaputas
la grotte marine de Kaputas
la grotte marine de Kaputas
la grotte marine de Kaputas

la grotte marine de Kaputas

jeux de lumières sur les bancs de poissons à l'entrée de la grotte
jeux de lumières sur les bancs de poissons à l'entrée de la grotte

jeux de lumières sur les bancs de poissons à l'entrée de la grotte

poisson lion

poisson lion

le dernier encaissement du canyon de Kaputas, et son calcaire de rêve
le dernier encaissement du canyon de Kaputas, et son calcaire de rêve

le dernier encaissement du canyon de Kaputas, et son calcaire de rêve

Rechercher