15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 18:39

Le 15 mars 2020

Itinéraire : Serre Michèle – Pra Gasta – le Piolit – Pra Gasta – Clot Rond – col de Chorges – Pra Gasta – Serre Michèle
Sommet : 2450 m
Dénivelée : 1250 m (1600-2450-1900-2300-1600)
Difficulté : 3.3

Journée de ski de randonnée versant sud du Champsaur, sur les flancs du Piolit au-dessus du lac de Serre-Ponçon, pour une classique bien visible en voiture de la N94 à chaque virée alpine mais encore jamais skiée. Durant la montée en voiture on peine à s’imaginer skis aux pieds dans cet adret qui semble déjà bien déneigé, mais une fois parvenus au bout de la piste à 1600 mètres un portage de seulement 20 minutes sous les mélèzes et entre les crocus permet d’accéder à la neige continue, encore abondante au-dessus de 2000 mètres. Comme souvent cette saison, ce sera du grand ski sur neige de printemps, parfaitement à point au cours des 2 descentes du jour, la première s’étant avérée tellement bonne que les peaux ont été remises. Des grandes courbes… ou de la petite godille sur de la moquette en face du fjord de Serre-Ponçon et sous les plissements calcaires des falaises des Parias, de quoi bien profiter du ski de printemps avant… quelques semaines de balades dans la garrigue de la côte bleue ! 

dans le mélézin

dans le mélézin

entre neige (ravinée par les pluies), torrents et crocus
entre neige (ravinée par les pluies), torrents et crocus
entre neige (ravinée par les pluies), torrents et crocus
entre neige (ravinée par les pluies), torrents et crocus

entre neige (ravinée par les pluies), torrents et crocus

dans la montée, sous les plissements de calcaire au-dessus de Serre-Ponçon
dans la montée, sous les plissements de calcaire au-dessus de Serre-Ponçon
dans la montée, sous les plissements de calcaire au-dessus de Serre-Ponçon

dans la montée, sous les plissements de calcaire au-dessus de Serre-Ponçon

sous le sommet du Piolit
sous le sommet du Piolit
sous le sommet du Piolit
sous le sommet du Piolit

sous le sommet du Piolit

première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon
première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon
première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon
première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon
première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon

première descente, moquette au-dessus du fjord de Serre-Ponçon

plus bas, ambiance lacustre ou maritime...
plus bas, ambiance lacustre ou maritime...
plus bas, ambiance lacustre ou maritime...

plus bas, ambiance lacustre ou maritime...

seconde descente
seconde descente

seconde descente

au retour le printemps s'est déployé

au retour le printemps s'est déployé

25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 19:51

Du 23 au 25 février 2020

Itinéraire : Bagni de Vinadio - refuge Migliorero - pas d'Ischiator - refuge de Rabuons - couloirs sud-est de la Tête de Lusernier - mont Ténibre - lac Chaffour - refuge de Rabuons - pas de Corborant -San Bernalfo - Bagni de Vinadio
Sommet : 3050 m sur le mont Ténibre
Dénivelée : 
J1 : 1400 m (1450-2850-2500)
J2 : 850 m (2500-2850-2750-2950-2750-3050-2500)
J3 : 450 m (2500-2950-1300)
Difficulté : 4.1 pour le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, 4.2 ou 4.3 pour le second avec environ 200 mètres à 40° avec de courts passages à 45° et une largeur variant de 2 à maximum 10 mètres, ambiance bobsleigh par endroits ! 

Voilà quelques années que je voulais découvrir ces lacs et refuges perchés de la haute Tinée, haute de par sa position septentrionale mais aussi son altitude, des cirques glaciaires constellés de lacs à plus de 2000 mètres. Un coing de Mercantour loin des métropoles maralpines, des stations de ski, et dont l’ingratitude de l’accès pour les skieurs, sur des adrets raides et avec des accès routiers bas, garantit la tranquillité.
Après une première incursion au refuge de Vens en avril 2017, la découverte de ces lieux se poursuivra dans le magnifique cirque de Rabuons en février 2020, avec des conditions nivo-météorologiques rappelant plus une  fin de printemps qu’un cœur d’hiver. On skiera en effet sur de la moquette à poils plus ou moins longs, parfois en tee-shirt, au-dessus de lacs en début de débâcle, et le refuge d'hiver s'avèrera bien confortable dans une ambiance sauvage (seulement 2 autres randonneurs le premier soir) mais douce (merci le poêle) voire douillette. C’est un refuge qui date de plus d’un siècle, bien confortable pour autant avec ses panneaux solaires (pas d’origine !), idéalement positionné sur un promontoire rocheux entre le lac de Rabuons et la vallée de la Tinée 1500 mètres plus bas.
Quelques jours hors de la civilisation, passées à se nourrir de soupes en poudre et de pâtes à cuisson rapide, mais surtout d'aubes et de crépuscules, de lacs aux rivages de neige fracturés de crevasses, de couloirs qui fendent les falaises de gneiss dorées de lichens, de bouquetins et chamois qui nous regardent de haut, de sommets qui flamboient au crépuscule pour laisser la scène à la voie lactée. Loin des désirs factices, du temps dicté par la vie moderne, on revient à l’essentiel, et au temps du skieur seulement rythmé par le soleil, la lumière et les températures.
Dommage qu’un enneigement pauvre et vieux (datant pour la presque totalité de novembre...) caractérise ici comme ailleurs les conditions, avec un fort gradient de qualité et de quantité : le cirque de Rabuons côté France est particulièrement sec (évoquant une fin mai, le lac de Rabuons commençant d'ailleurs à dégeler par endroits) alors que l'enneigement reste encore relativement abondant dans les versants italiens (sauf en adrets). Avec des versants nord où le vent a remplacé la neige par de la pierraille, le meilleur ski se trouve au soleil, loin des crêtes déneigées, entre 10h et 14h d'est en ouest. On trouvera même par endroits de la neige aux allures de névé, jaunie par les poussières sahariennes et au ramollissement limité même aux heures chaudes. On pourra tout de même skier de très belles lignes, deux couloirs presque parallèles situés en face sud-est de la Tête de Lusernier, repérés depuis le pas d’Ischiator et qui tiendront toutes leurs promesses : des traits de neige dans les parois de gneiss compact hérissées de gendarmes qui offrent une magnifique ambiance entre rocher coloré d’or, lacs gelés sous les crampons et mer de nuages au-dessus de la Méditerranée.

J1 : cascade printanière sous le refuge Migliorero
J1 : cascade printanière sous le refuge Migliorero

J1 : cascade printanière sous le refuge Migliorero

J1 : vers le refuge Migliorero puis le lac Ischiator di Mezzo
J1 : vers le refuge Migliorero puis le lac Ischiator di Mezzo
J1 : vers le refuge Migliorero puis le lac Ischiator di Mezzo
J1 : vers le refuge Migliorero puis le lac Ischiator di Mezzo

J1 : vers le refuge Migliorero puis le lac Ischiator di Mezzo

J1 : descente ouest sous le pas d'Ischiator
J1 : descente ouest sous le pas d'Ischiator
J1 : descente ouest sous le pas d'Ischiator

J1 : descente ouest sous le pas d'Ischiator

J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons
J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons

J1 : au-dessus du lac de Rabuons et de ses crevasses, avant l'arrivée au refuge de Rabuons

J1 : crépuscule sur le cirque de Rabuons et la Montagne de l'Alpe
J1 : crépuscule sur le cirque de Rabuons et la Montagne de l'Alpe

J1 : crépuscule sur le cirque de Rabuons et la Montagne de l'Alpe

J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie
J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie
J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie
J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie
J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie
J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie

J2 : montée dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, demi-tour à 50 mètres de la sortie

J2 : descente dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, sous le gneiss doré (de lichens)
J2 : descente dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, sous le gneiss doré (de lichens)
J2 : descente dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, sous le gneiss doré (de lichens)

J2 : descente dans le premier couloir sud-est de la Tête de Lusernier, sous le gneiss doré (de lichens)

J2 : montée dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier, jusqu'à son débouché sur la crête faîtière
J2 : montée dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier, jusqu'à son débouché sur la crête faîtière

J2 : montée dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier, jusqu'à son débouché sur la crête faîtière

J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier
J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier

J2 : descente dans le second couloir sud-est de la Tête de Lusernier

J2 : dans le couloir sud-est du Mont Ténibre

J2 : dans le couloir sud-est du Mont Ténibre

J2 : du sommet du Ténibre au lac Chaffour
J2 : du sommet du Ténibre au lac Chaffour
J2 : du sommet du Ténibre au lac Chaffour
J2 : du sommet du Ténibre au lac Chaffour

J2 : du sommet du Ténibre au lac Chaffour

J2 : au bord du lac de Rabuons
J2 : au bord du lac de Rabuons
J2 : au bord du lac de Rabuons

J2 : au bord du lac de Rabuons

J2 : crépuscule avant voie lactée
J2 : crépuscule avant voie lactée

J2 : crépuscule avant voie lactée

J3 : descente du pas de Corborant versant sud-est, vers le laghi Lansfero
J3 : descente du pas de Corborant versant sud-est, vers le laghi Lansfero
J3 : descente du pas de Corborant versant sud-est, vers le laghi Lansfero

J3 : descente du pas de Corborant versant sud-est, vers le laghi Lansfero

J3 : sur la longue et jolie piste finale au fond du vallon de San Bernolfo
J3 : sur la longue et jolie piste finale au fond du vallon de San Bernolfo
J3 : sur la longue et jolie piste finale au fond du vallon de San Bernolfo

J3 : sur la longue et jolie piste finale au fond du vallon de San Bernolfo

25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 19:34

Le 22 février 2020

Itinéraire : le Pontet – vallon de l’Orrenaye – col de Feuillas – valle Enchiausa – Auto Vallonasso – Valle Enchiausa – Colle d’Enchiausa – lac d’Apsoi – col du Bœuf – le Pontet
Sommet : 2850 m
Dénivelée : 1950 m (1950-2800-2300-2750-2400-2750-2350-2650-1950)
Difficulté : 4.1 pour la descente du versant nord du col de Feuillas, à 40° sur 100 mètres et un peu exposée au tout début

Après une tentative avortée au col de Feuillas 3 ans plus tôt sur doutes nivologiques, retour autour de la Tête de Moïse par les 3 cols – Feuillas, Enchiausa et du Bœuf. Après des semaines de temps sec et chaud, les risques d’avalanches ne sont cette fois pas de nature à nous contraindre au demi-tour, et on pourra donc boucler ce tour - non sans fourvoiements après une montée superflue vers le sommet d’Auto Vallonasso et son cul-de-sac ! La descente versant nord du col de Feuillas n’en reste pas moins impressionnante sous la corniche sommitale et sur des pentes convexes un peu exposées au départ, et la totalité du tour bien long, avec près de 2000 mètres de dénivelée - y compris les 350 mètres superflus causés par l’erreur d’itinéraire.
Mais la beauté du cadre, dolomitique du col de Feuillas au col du Bœuf sous les tours rocheuses de l’Orrenaye, ainsi que les descentes du col de Feuillas en poudreuse alourdie sur le bas et du col du Bœuf en neige de printemps encore bonne malgré l’heure tardive valent amplement ces efforts… et la descente pénible du versant ouest du col d’Enchiausa en neige glacée et caillouteuse ! 

sous le col de Feuilas et la face sud de la Tête de Moïse

sous le col de Feuilas et la face sud de la Tête de Moïse

à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !
à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !
à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !
à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !
à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !
à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !

à la descente du versant nord du col de Feuillas, encore (un peu) de (vieille) poudre !

remontée (injustifiée) vers le sommet de Auto Vallonasso
remontée (injustifiée) vers le sommet de Auto Vallonasso

remontée (injustifiée) vers le sommet de Auto Vallonasso

(bon,ne) remontée vers le Colle d’Enchiausa
(bon,ne) remontée vers le Colle d’Enchiausa

(bon,ne) remontée vers le Colle d’Enchiausa

traversée sous la face nord de la Tête de Moïse, un ski rendu difficile par la neige glacée couverte de cailloux

traversée sous la face nord de la Tête de Moïse, un ski rendu difficile par la neige glacée couverte de cailloux

sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !
sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !
sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !
sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !
sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !
sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !

sous le col du Boeuf, encore de le moquette à 15h30 !

25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 19:31

Le 21 février 2020

Itinéraire : Larche - vallon de Bouchouse - couloir sud-est des arêtes de la Portiolette - Pré Lafont - ravin du Combal
Sommet : 2900 m
Dénivelée : 1300 m (1700-2900-2150-2250-1700)
Difficulté : 4.1 pour la partie skiée (partie finale du couloir mal enneigée et en neige dure)

Première journée d’une virée ski de randonnée de 5 jours à la frontière italienne, entre Val Maira et Stura. On vise l’un des couloirs sud de l’arête de la Portiolette, repéré 3 ans plus tôt pour sa géologie singulière lors justement du tour de la Portiolette. Après une approche, d’abord à pieds sur des pentes sud déneigées jusqu’à plus de 2000 mètres, puis à skis dans le long vallon sous le col de la Portiolette, on pourra admirer de près ces aiguilles de calcaire caractéristiques de l’Ubaye, qui trouvent ici leur plus belle expression avec notamment un bitard aux allures de demoiselle coiffée ! Les conditions sèches et chaudes de cet hiver ne permettront malheureusement pas de sortir le couloir à skis, dont les 50 mètres terminaux se feront donc en crampons entre les rochers et sur neige dure.
Après un départ le matin même de Marseille, le ciel voilé ralentira le dégel de la neige, au point que le couloir sera descendu en neige dure. Plus bas les descentes se feront  en neige bien décaillée, notamment dans les belles pentes rive gauche du ravin de Combal, chose appréciable à 17h, avant un superbe crépuscule coloré à Jausiers !

lichens sur calcaire

lichens sur calcaire

devant la Tête de Viraysse

devant la Tête de Viraysse

à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour
à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour

à la montée dans le couloir, fin pas en conditions faite en crampons en aller-retour

à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses
à la descente au milieu des tours rocheuses

à la descente au milieu des tours rocheuses

pas de cadeau sous le sapin décoré de nos baskets de portage !

pas de cadeau sous le sapin décoré de nos baskets de portage !

vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions
vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions
vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions

vers l'Isalette, puis dans le ravin du Combal encore enneigé et en bonnes conditions

crépuscule coloré à Jausiers

crépuscule coloré à Jausiers

16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 21:59

Le 15 février 2020

Epaule ouest de l’Aiguillette, en aller-retour par la cabane des Mulets et le couloir sud de l’Aiguillette
Sommet : 2500 m
Dénivelée : 1050 m
Difficulté : 4.1, environ 200 mètres à 40°

 

Première journée d’un week-end ski, de randonnée et de télésièges ([sic]), dans les Préalpes Dignoises. Après une approche commune sur la piste -par endroits littéralement glacée - de la cabane des Mulets, sortie en solo dans le couloir sud de l’Aiguillette. C’est un bel itinéraire, en bonnes conditions ce jour avec de la neige de printemps à point à 15h en versant ouest ou une pellicule de poudreuse rapportée par le vent en versant nord, comme toujours sauvage dans ce massif confidentiel pour le ski de randonnée. Le couloir offre une belle ambiance où le canyon du ravin des Clots de Selon et les plissements et strates de calcaire garantissent le spectacle géologique, du beau caillou donc à défaut de bon puisque durant mon passage de bons pavés de la taille parfois d’un frigo tomberont puis rouleront dans le couloir… Il convient donc de se méfier par temps de redoux et dégel des falaises qui dominent le couloir rive gauche. Parvenu à l’épaule à 2500 m, l’heure tardive, la neige qui commence à trop ramollir dans le couloir mais s’avère complètement glacée versant nord, me dispenseront du sommet 100 mètres plus haut, et je profiterai d’une bonne neige de printemps à la descente, un peu trop cuite dans le couloir mais à point plus bas en versant ouest.
Des nombreux itinéraires déjà parcourus à skis au départ de la cabane des Mulets – col La Pierre, Dos de Chameau – Mournière – Pic des Têtes, ce n’est ni le plus skiant (de par la grande traversée entre le Clot du col La Pierre et le bas du couloir) ni le plus difficile, mais peut-être le plus esthétique !
 

sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel
sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel

sur la piste des Mulets : glace dans le ravin de l'Avalanche et strates calcaires du Tourtourel

plissements calcaires en bas du couloir
plissements calcaires en bas du couloir

plissements calcaires en bas du couloir

depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche
depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche

depuis l'épaule ouest, vue vers la crête des Gliérettes et la basse vallée de la Blanche

à mi-couloir

à mi-couloir

vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon
vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon
vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon

vues sur le couloir et le ravin des Clots de Selon

plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance
plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance
plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance

plus bas, fine couche de poudreuse et moquette en alternance

9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 20:19

Les 8 et 9 février 2020

Itinéraire : Villar-Loubière - le pas de Galiane - refuge des Souffles - col des Clochettes - lac du Lautier - pic Turbat - Chamousset - prés du Lautier - pas de Galiane - Villar-Loubière

Sommet : 3050 m

Dénivelée :

J1 : 1100 m (1050-2150-1950)

J2 : 1200 m (1950-2200-2150-2400-2350-3050-1050)

Difficulté : 3.3 max, mais pentes parfois exposées en neige dure sous le lac du Lautier et sous le pic Turbat

Encore une belle sortie dans ce versant sud du Valgaudemar où les 1500 mètres de descente, en excellente moquette ce jour, font oublier les 600 m de portage du départ. Un refuge d'hiver confortable, doté de plusieurs dortoirs et d’un poêle, un itinéraire panoramique et presqu'intégralement au soleil, l'ambiance grand large et rocheuse des combes sommitales 2000 mètres au-dessus de l'auge glaciaire en U de la vallée, font de cette course une belle classique d'hiver ou de début de printemps, évidemment déserte dans cet adret un peu ingrat dans les vernes du bas. 
La vallée du Valgaudemar, maintes fois explorée à skis ces dernières années, offre décidément bon nombre de parcours majeurs à skis, toujours sauvages et un peu délicats dans cette vallée aux versants très raide et avalancheux. La basse vallée n’a pas l’ambiance haute montagne glaciaire de la haute vallée vers les Rouies ou le Sirac, demande un portage plus long de par les départs à seulement 1000 mètres d’altitude, mais donne accès à des points de vues exceptionnels sur la vallée en U et encore plus de solitude et de wilderness qu’ailleurs !

J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches
J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches

J1 : à pieds, devant les colonnes de schistes des Arraches

J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles
J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles
J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles

J1 : à skis, arrivée au refuge de Souffles

J1 : ski crépusculaire au-dessus du refuge

J1 : ski crépusculaire au-dessus du refuge

J2 : départ devant les Arraches et le Dévoluy

J2 : départ devant les Arraches et le Dévoluy

J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier
J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier

J2 : entre col des Clochettes et lac Lautier

J2 : vers le lac Lautier
J2 : vers le lac Lautier
J2 : vers le lac Lautier

J2 : vers le lac Lautier

J2 : dans les pentes sommitales
J2 : dans les pentes sommitales

J2 : dans les pentes sommitales

J2 : ente granite du Turbat et calcaire de la face nord-ouest de l'Olan

J2 : ente granite du Turbat et calcaire de la face nord-ouest de l'Olan

J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar
J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar

J2 : au sommet, vue plongeante sur la basse vallée du Valgaudemar

J2 : plongeoir vers l'auge en U

J2 : plongeoir vers l'auge en U

J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset
J2 : descente dans Chamousset

J2 : descente dans Chamousset

J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U
J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U

J2 : dans les Prés du Lautier, au-dessus de la vallée en U

J2 : accident d'airbag !

J2 : accident d'airbag !

J2 : sur la passerelle du torrent du Lautier

J2 : sur la passerelle du torrent du Lautier

12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 21:50

Le 12 janvier 2020

Itinéraire : Clot Regnaud – chemin de la Baume – le Cougnet – cabane du Casset – col est de Roche Méane en aller-retour

Sommet : 2700 m
Dénivelée : 1200 m
Difficulté : 3.2


Journée de ski de randonnée à la découverte d’un secteur inédit pour moi, celui du vallon de Reyssas dans l’extrême sud des Ecrins. Un parking à basse altitude, un accès ingrat par une forêt dense et raide exposée au sud et donc rapidement déneigée, donne à ce secteur pourtant proche du lac de Serre-Ponçon et dominant un secteur urbanisé un caractère très sauvage. Des pistes récemment refaites permettent en fait de monter en voiture jusqu’à plus de 1500 m puis par une longue traversée à flancs, à skis et … à pieds, de rejoindre le verrou du vallon à 1900 m, point de départ pour les belles combes skiantes situées au-dessus.
Celles-ci justifient bien cette heure d’approche un peu sanglier et ingrate, et on ne croisera ensuite personne, juste une vieille trace de bipèdes à skis… et de nombreuses traces de quadrupèdes. Le vallon du Casset offre 800 mètres de pentes entre la pointe de Serre et la Tête d’Eslucis jusqu’au col est de Roche Méane, une crête alpine dominant le ravin de la Pisse à l’ouest. On renoncera à monter au sommet de la Tête d’Eslucis vu l’horaire et l’enneigement faible de son arête nord en conditions mixtes ; la descente réservera quelques bons passages de neige froide et de transformée dans une neige malgré tout souvent abîmée par le vent et une transformation encore insuffisante. A noter d’ailleurs l’apparition de pénitents en adrets, rappelant les allures andines des Ecrins en mars dernier après des semaines de sécheresse hivernale ! La fin de la descente sera surtout intéressante pour son cadre avec de beaux points de vue sur  le fjord de Serre-Ponçon, avant la traversée descendante finale, tout de même plus rapide que durant le trajet aller… 

Un secteur qui se mérite donc, mais qui vaut pour son aspect virginal comme rarement aussi près de Gap, et pour sa belle ambiance au-dessus du lac de Serre-Ponçon.

vers la cabane du Casset, vue vers le lac de Serre-Ponçon
vers la cabane du Casset, vue vers le lac de Serre-Ponçon
vers la cabane du Casset, vue vers le lac de Serre-Ponçon

vers la cabane du Casset, vue vers le lac de Serre-Ponçon

dans la combe du Casset
dans la combe du Casset
dans la combe du Casset
dans la combe du Casset

dans la combe du Casset

au col est de Roche Méane, vue vers les fissures de reptation
au col est de Roche Méane, vue vers les fissures de reptation

au col est de Roche Méane, vue vers les fissures de reptation

descente en alternant vieille poudreuse et neige dure
descente en alternant vieille poudreuse et neige dure
descente en alternant vieille poudreuse et neige dure
descente en alternant vieille poudreuse et neige dure
descente en alternant vieille poudreuse et neige dure

descente en alternant vieille poudreuse et neige dure

en bas de la combe du Casset, vue panoramique
en bas de la combe du Casset, vue panoramique

en bas de la combe du Casset, vue panoramique

vers le torrent de Reyssas
vers le torrent de Reyssas

vers le torrent de Reyssas

5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 18:55

Le 5 janvier 2019

Itinéraire : pont des Houerts - cabane des Houerts - la conque de Panestrel - couloir sud de la conque - col du Sanglier - couloir est sous le point 2385 - la Barge

Sommet : 3000 m

Dénivelée : 1400 m (1700-3000-2550-2650-1850)

Difficulté : 4.2

Après la tentative vite avortée dans le versant sud-ouest du pic des Heuvières la veille, retour sur une course référencée où les risques d'"échec" sont beaucoip plus faibles ! Une course et surtout un couloir sud de la conque repérés plusieurs fois en approches d'escalade au Sommet Rouge ou de retour de la Tête du Sanglier, le beau calcaire de l'Ubaye confinant ici au magnifique dans un dédale de pinnacles gris et beiges parfois dressés en feuillets verticaux.
Au final un choix judicieux pour cette course en excellentes conditions, tant en versants froids qu'en versants chauds, avec respectivement de la vielle poudreuse encore bien conservée ou de la moquette à point pour le déjeuner ! Le couloir sud de la conque, exceptionnel avec son rocher et ses lignes fuyantes au-dessus des méandres du torrent des Houerts (qui coule encore à 2500 m en ce début janvier)  est l'un des plus beaux du coing dans une géologie aussi insolite qu'esthétique, et constitue bien le clou du spectacle naturel de la journée !
La courte remontée au col du Sanglier, bien mal-nommé en l'occurence puisqu'il nous permettra d'éviter la bartasse du bas du vallon des Houerts, nous fera basculer sur le vallon de Panestrel. Y alterneront neige dure à bon grip et poudreuse tassée, du bon ski d'hiver en cette météo de fin de printemps !

sortie de la séance de bartassage dans la forêt du bas du vallon des Houerts

sortie de la séance de bartassage dans la forêt du bas du vallon des Houerts

sous les falaises du Sommet Rouge et de la Conque
sous les falaises du Sommet Rouge et de la Conque
sous les falaises du Sommet Rouge et de la Conque

sous les falaises du Sommet Rouge et de la Conque

dans la Conque de Panestrel
dans la Conque de Panestrel
dans la Conque de Panestrel

dans la Conque de Panestrel

dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique
dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique

dans le splendide couloir sud de la conque et sa géologie esthétique

remontée au col du Sanglier

remontée au col du Sanglier

descente nord sous le col du Sanglier
descente nord sous le col du Sanglier

descente nord sous le col du Sanglier

dans le couloir est sous le point coté 2385
dans le couloir est sous le point coté 2385
dans le couloir est sous le point coté 2385

dans le couloir est sous le point coté 2385

5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 18:49

Le 4 janvier 2019

Itinéraire : collet de Sainte-Anne - brèche des Heuvières couloir nord - brèche sud-ouest des Heuvières - tentative au pic des Heuvières par un couloir sud-ouest, en aller-retour

sommet : 3150 m

Dénivelé : 1150 m (2400-3100-2900-3150-2900-3100-1700)

Difficulté : 4.3, 40 à 45° sur 300 m pour le couloir nord de la brèche des Heuvières

Retour dans le cirque de couloirs de la Font Sancte, une valeur sûre du ski de pente raide pour paresseux (avec une approche courte depuis le sommet des remontées mécaniques de Ceillac) et dans le versant sud du Pic de Heuvières, parcouru en mars 2015 en première partie de la splendide traversée des Veyres. L’objectif était de monter au sommet du pic des Heuvières depuis la brèche au sud-ouest du sommet, des photos prises du sommet de la Font Sancte et trouvée sur le Web laissant penser qu’un système de couloirs et de pentes suspendues peut permettre de connecter cette brèche au sommet. Sur le terrain la progression s’interrompra finalement une cinquantaine de mètres au-dessus de la brèche, l’heure tardive et la neige dure mettant fin à mes velléités de sortie au sommet. Si les pentes de droite (en montant), suspendues au-dessus d’une falaise d’une centaine de mètres de haut, s’avèrent trop exposées pour des skieurs soloistes, il semblait bien qu’un couloir sur la gauche donne accès aux pentes terminales, raide mais relativement peu exposé.
On fera donc demi-tour pour descendre versant sud dans une neige encore insuffisamment transformée, avant de profiter dans le couloir nord de la brèche des Heuvières et surtout plus bas d’une bonne neige froide, d’abord dure à bon grip puis en vieille poudreuse légère.
Voilà donc un bon prétexte pour revenir dans ces combes et couloirs suspendus sous les crêtes de la Font Sancte et profiter de cette géologie exceptionnelle : aiguilles et grands murs lisse de calcaire multicolore entaillés de couloirs et de goulottes, un rêve de grimpeur… et de skieur de couloirs !

en bas du cirque de la Font Sancte, dans l'approche du couloir (le second en partant de la droite)

en bas du cirque de la Font Sancte, dans l'approche du couloir (le second en partant de la droite)

sous et dans le couloir nord de la brèche des Heuvières
sous et dans le couloir nord de la brèche des Heuvières

sous et dans le couloir nord de la brèche des Heuvières

descente versanrt ouest de la Brèche des Heuvières
descente versanrt ouest de la Brèche des Heuvières
descente versanrt ouest de la Brèche des Heuvières

descente versanrt ouest de la Brèche des Heuvières

dans la montée sous et au-dessus de la brèche sud-ouest des Heuvières, une géologie fantastique
dans la montée sous et au-dessus de la brèche sud-ouest des Heuvières, une géologie fantastique
dans la montée sous et au-dessus de la brèche sud-ouest des Heuvières, une géologie fantastique
dans la montée sous et au-dessus de la brèche sud-ouest des Heuvières, une géologie fantastique

dans la montée sous et au-dessus de la brèche sud-ouest des Heuvières, une géologie fantastique

dans les pentes sud sous la brèche sud-ouest des Heuvières
dans les pentes sud sous la brèche sud-ouest des Heuvières

dans les pentes sud sous la brèche sud-ouest des Heuvières

remontée à la brèche des Heuvières
remontée à la brèche des Heuvières
remontée à la brèche des Heuvières
remontée à la brèche des Heuvières

remontée à la brèche des Heuvières

descente dans le couloir nord
descente dans le couloir nord
descente dans le couloir nord

descente dans le couloir nord

26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 20:08

Le 26 décembre 2019

Itinéraire : le Jocou par son versant sud au départ du col de Grimone, arrêt au col Pigeon, descente par le col de Vente-Cul

Sommet : 1850 m

Dénivelée : 550 m

Difficulté : 2.2

Courte escale en montagne sur la route du retour des Alpes du Nord, près du col de la Croix Haute. L'objectif était de gravir à skis le Jocou depuis le virage 1294 au nord-ouest du col de Grimone, mais, après une montée un peu délicate sur un enneigement famélique et dans une forêt parfois dense, le vent fort de nord près des cols Pigeon et Vente-Cul me fera faire demi-tour après une heure d'ascension, nulle envie de m'envoler ou de me geler le c... La descente se fera sur la fin en conversions sur les 5 à 10 cm de neige posée sur l'herbe... et les cailloux ; il  restera malgré tout de cette pause sportive express de beaux points de vue sur les Baronnies et le Ventoux au sud-oues,t ainsi que le Dévoluy à l'est qui se coiffe de son nuage lenticulaire en précurseur de la dégradation météo du lendemain.

le Jocou vu depuis le col Pigeon, trop de vent

le Jocou vu depuis le col Pigeon, trop de vent

les Amoussières vues depuis le bien nommé col Vente-Cul

les Amoussières vues depuis le bien nommé col Vente-Cul

début de descente dans la pinède

début de descente dans la pinède

les Garnesier sous le lenticulaire

les Garnesier sous le lenticulaire

Rechercher