17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:49

Le 17 février 2019

Rochers du Parquet, depuis la Richardière en aller-retour par le couloir du pin

Sommet : 2000 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 4.2, environ 200 mètres de couloir avec un passage raide et étroit à plus de 45°

Après quelques jours de ski en Sicile puis entre autres une virée/bambée de 2 jours dans Belledonne (incroyable la foule pour des sudistes !), on délaisse le basalte et le gneiss pour ce que nous préférons en habitués de l'Ubaye ou des calanques : le ski dans les couloirs de calcaire ! 
Après avoir trouvé le restaurant qui sied à nos estomacs puis l'hébergement, reste à choisir une course qui remplisse le cahier des charges ([sic]): itinéraire court, exposé au soleil levant et proche de l'hébergement. Le couloir du pin aux rochers du Parquet remplira plus que son rôle : un beau corridor encaissé entre calcaire stratifié... et pins, sous les vautours fauves et chamois qui peuplent ces falaises, et face au monolithe du Mont Aiguille. Malgré un trop tardif départ à 8h , on profitera de cette superbe ambiance et d'un ski globalement bon en neige transformée qui clôturera une très belle semaine exotique... dans les Alpes du Nord, serties par des conditions presqu'idéales cette semaine !

les rochers aux premiers rayons

les rochers aux premiers rayons

sur la piste d'accès, devant la Devil's Tower du Vercors

sur la piste d'accès, devant la Devil's Tower du Vercors

devant l'objectif et entre les hêtres
devant l'objectif et entre les hêtres

devant l'objectif et entre les hêtres

fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille
fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille

fin de l'approche, sous les vautours fauves et face au Mont Aiguille

dans le couloir tournant
dans le couloir tournant
dans le couloir tournant
dans le couloir tournant

dans le couloir tournant

arrivée au sommet, vue sur les corniches sommitales et les hauts-plateaux du Vercors

arrivée au sommet, vue sur les corniches sommitales et les hauts-plateaux du Vercors

à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir
à la descente du couloir

à la descente du couloir

en moquette sous le couloir
en moquette sous le couloir

en moquette sous le couloir

dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude
dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude

dans la forêt, encore bien skiable malgré sa basse altitude

17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:28

Le 13 février 2019

Couloir rectiligne dans le Dévoluy

Sommet : 2000 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 4.3, environ 250 m à 40° de moyenne avec passages plus raides et étroits

De retour de l’Etna en éruption et de ses grandes pentes de basalte battues par les vents, on commence ces 5 journées de ski de randonnée dans les Alpes par un couloir encaissé du Dévoluy, bien à l’abri des vents du nord siciliens ! Repéré partiellement il y a 5 ans c’est en fait un superbe itinéraire dans une géologie  non moins magnifique : une approche dans les épicéas amène à l’entrée du couloir sous une forêt d’aiguilles de calcaire, et on remonte alors un couloir rectiligne dont les parois déversantes se resserrent jusqu’à presque se fermer à mi-hauteur. Le couloir s’élargit alors entre une lame de calcaire lisse et blanc à droite et une haute paroi à gauche, avec des jeux de lumière qui rappellent ceux des canyons, une ambiance splendide qui se prolonge à la sortie du couloir sur une selle neigeuse suspendue en face ouest, face au Vercors et au-dessus d’un impressionnant gendarme de calcaire. 
La descente dans une neige vierge souvent poudreuse sera à la hauteur du cadre, dans un couloir qui bien qu’inconnu des topos et ne débouchant pas sur un col ou un sommet, figure donc sans doute parmi les plus beaux du Dévoluy voire des Alpes du Sud. Une petite pépite secrète du Dévoluy, exceptionnelle par l’esthétisme du parcours (à envisager par temps frais et peu après une chute de neige vu les risques de chutes de pierres), qui vaut bien certains classiques des chourums, la foule en moins ! 

approche sous les aiguilles
approche sous les aiguilles

approche sous les aiguilles

dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir
dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir

dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir

encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir

encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir

entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute

entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute

descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir

descente dans le couloir

sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...

sous le couloir, toujours en poudreuse...

28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 21:26

Le 28 décembre 2018

Sommet : 2900 m (arrêt 150 mètres sous la sortie du couloir)

Dénivelée : 1450 m (1850-2900-2350-2750)

Difficulté : 5.1 pour le couloir, mais seule sa première moitié à été skiée ce jour

Dernière journée de cette presque semaine de ski de randonnée ; on ne change pas un versant qui gagne ! Après les virages en poudre versant est du Panestrel de retour du couloir de la Pyramide dimanche 23, on décide de retourner dans ce beau cirque sud de la Font Sancte, versant est et non pas sud . 
La couloir est de gauche nous semble tout indiqué, mais c'était sans compter une croûte de surface dure qui émoussera notre motivation. On fera donc demi-tour à mi-couloir, mais remontera par contre une seconde fois les pentes situées sous le couloir, en bonne poudreuse parfois un peu croûtée, mais avec du bon ski d'hiver rare en cette fin décembre printanière. Tant pis pour la sortie au sommet, et tant mieux pour le ski ! 
Encore une belle journée de ski en Ubaye, et sans doute les meilleures conditions de neige que nous aurons rencontrées cette semaine !

au départ nuages au-dessus du Grand Bec de la Blachière

au départ nuages au-dessus du Grand Bec de la Blachière

arrivée dans le vallon de Panestrel sous le couloir est de gauche
arrivée dans le vallon de Panestrel sous le couloir est de gauche

arrivée dans le vallon de Panestrel sous le couloir est de gauche

à la montée, au-dessus du rétrécissement

à la montée, au-dessus du rétrécissement

premiers virages dans le rétrécissement
premiers virages dans le rétrécissement
premiers virages dans le rétrécissement
premiers virages dans le rétrécissement

premiers virages dans le rétrécissement

sous l'entrée du couloir
sous l'entrée du couloir

sous l'entrée du couloir

poudreuse dans les pentes d'approche
poudreuse dans les pentes d'approche
poudreuse dans les pentes d'approche
poudreuse dans les pentes d'approche

poudreuse dans les pentes d'approche

28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 21:24

Le 27 décembre 2018

Itinéraire : Maljasset -Aiguille Large - brèche ouest de l'Aiguille Pierre André - col de Miéjour - tête de Miéjour - Maljasset

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 1150 m (1900-2850-2650-2750-2600-2700-1900

Difficulté : 4.1 pour le couloir des militaires sous la brèche ouest de l'Aiguille Pierre André

Un très beau tour panoramique adaptée aux conditions de neige plutôt médiocres du moment, le vent ayant ravagé les chutes de neige de la semaine dernière, et les adrets n'étant souvent pas encore suffisamment transformés. On en prend plein les mirettes dans cette longue boucle entre vallons suspendus et aiguilles de quartzite, le tout sous la face nord des Chambeyron. La descente par la partie haute du couloir des militaires puis les pentes versant nord-ouest de la tête de Miéjour apporteront un air nouveau par rapport à ma sortie de 2011, et une neige plutôt bonne entre la damée du couloir des militaires puis la poudreuse tassée (et parfois un peu cartonnée...) sous la tête de Miéjour. On a tracé tout du long dans cette classique à juste titre réputée, autant à la montée qu'à la descente, et croisé personne (seulement quelques chamois) passé le verrou du vallon de Mary, vive l'Ubaye sauvage !

dans le vallon de Mary, sous la Pierre André et l'Aiguille Large
dans le vallon de Mary, sous la Pierre André et l'Aiguille Large
dans le vallon de Mary, sous la Pierre André et l'Aiguille Large
dans le vallon de Mary, sous la Pierre André et l'Aiguille Large

dans le vallon de Mary, sous la Pierre André et l'Aiguille Large

sous le sommet de l'Aiguille Large
sous le sommet de l'Aiguille Large

sous le sommet de l'Aiguille Large

au sommet de l'Aiguille Large, au-dessus de la Pierre André et face aux Chambeyron
au sommet de l'Aiguille Large, au-dessus de la Pierre André et face aux Chambeyron

au sommet de l'Aiguille Large, au-dessus de la Pierre André et face aux Chambeyron

dans la face sud de l'Aiguille Large

dans la face sud de l'Aiguille Large

remontée à la brèche ouest de la Pierre André
remontée à la brèche ouest de la Pierre André
remontée à la brèche ouest de la Pierre André

remontée à la brèche ouest de la Pierre André

dans le haut du couloir des militaires face nord de la Pierre André
dans le haut du couloir des militaires face nord de la Pierre André
dans le haut du couloir des militaires face nord de la Pierre André

dans le haut du couloir des militaires face nord de la Pierre André

jeux d'ombres sur la crête de Miéjour
jeux d'ombres sur la crête de Miéjour

jeux d'ombres sur la crête de Miéjour

descente face nord de Miéjour
descente face nord de Miéjour
descente face nord de Miéjour
descente face nord de Miéjour

descente face nord de Miéjour

28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 21:21

Le 26 décembre 2018

Itinéraire : Réallon - brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières - l'Oucane - point coté 2261 en aller-retour

Sommet : 2250 m

Dénivelée : 850 m (1500-2250-2200-2250-2200-2250-1500)

Difficulté : 3.3 pour la descente est de la brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières

Première journée d'un courte virée dans les Alpes du Sud, retour vers le cadre dolomitique des aiguilles de Chabrières sur la route de Vars. La neige très médiocre tout du long, de la croûte cassante tant à la montée qu'à la descente, nous orientera vers ce tour peu skiant mais très panoramique, et on en aura pour notre sueur : tours de calcaire sous la brèche versant est, le karst - rare dans les Alpes du Sud - des Oucanes avec son labyrinthe de crevasses puis la vue sur toute la partie nord du lac de Serre-Ponçon depuis la crête de l'Esillon.  Trois cadres majeurs par leur esthétisme, et autant de plaisir pour les yeux, à défaut de celui des spatules !

montée versant est sous les tours et la brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières
montée versant est sous les tours et la brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières
montée versant est sous les tours et la brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières

montée versant est sous les tours et la brèche nord de l'arête des aiguilles de Chabrières

dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst
dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst

dans le lapiaz des Oucanes, entre les crevasses de karst

vues sur le lac de Serre-Ponçon depuis l'Esillon
vues sur le lac de Serre-Ponçon depuis l'Esillon
vues sur le lac de Serre-Ponçon depuis l'Esillon

vues sur le lac de Serre-Ponçon depuis l'Esillon

au retour, sur les rigoles dues à la pluie

au retour, sur les rigoles dues à la pluie

premier virage sous la brèche est

premier virage sous la brèche est

24 décembre 2018 1 24 /12 /décembre /2018 18:09

Le 24 décembre 2018

L’Arpillon au départ de Sainte-Anne la Condamine, montée par la Résinière, descente par les Jacets
Sommet : 2550 m (arrêt 150 mètres sous le sommet vu le fort vent de nord-ouest et les risques de plaques)
Dénivelée : 1000 m (1850-2550-200-2400-1850)
Difficulté : 2.1

Seconde journée d'une petite virée Ubayenne avant les fêtes, sur les pentes de l’Arpellin au-dessus de la  station de  Sainte-Anne la Condamine, avec donc un départ élevé et une orientation est adaptés aux contraintes nivologiques et personnelles du jour. On pensait faire l'aller-retour par la combe de la Résinière, mais l'ombre, le vent et le froid auront raison de nos bonnes résolutions de fin 2018. Vu le vent tempétueux sur la crête 2427 et les risques de plaques y compris sur la croupe menant au sommet, on s’arrêtera  150 mètres sous le sommet et descendra côté Jacets par une poudre lourde mais finalement bonne (à condition de sortir les cuissots), à l’image d’un repas de fêtes… On remontera d'ailleurs 300 mètres en peaux tellement la neige était à notre goût, pas de risque d’overdose après 7 mois sans ski ! 

au départ, la petite maison dans l'alpage

au départ, la petite maison dans l'alpage

première descente sous le point coté 2427
première descente sous le point coté 2427
première descente sous le point coté 2427
première descente sous le point coté 2427
première descente sous le point coté 2427

première descente sous le point coté 2427

à la remontée, vues sur les crêtes fumantes
à la remontée, vues sur les crêtes fumantes
à la remontée, vues sur les crêtes fumantes

à la remontée, vues sur les crêtes fumantes

la seconde descente
la seconde descente

la seconde descente

11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 19:46

Les 10 et 11 mai 2018

Itinéraire : Ailefroide – refuge du Pelvoux – selle neigeuse à 3800 m – refuge du Pelvoux – Ailefroide


Sommet : 3800 m
Dénivelée : 
J1 : 1500-2700
J2 : 2700-3800-1500
Difficulté : 4.2 pour le couloir Coolidge, avec environ 300 m à plus de 40°


Tentative de traversée du Pelvoux en ce printemps encore bien enneigé malgré la fonte extrêmement rapide depuis un mois, mais aux créneaux météo décidément bien limités. On se fie à la belle matinée prévue le vendredi matin pour monter au refuge du Pelvoux, sous les nuages et parfois la pluie fine, sous forme liquide jusqu’à plus de 3000 mètres. Le lendemain matin les éclaircies espérées ne sont pas là, et l’on atteint le plateau glaciaire sommital dans le brouillard. Devant la perspective de skier sans visibilité la chute de séracs du glacier des Violettes la décision s’impose de descendre par le couloir Coolidge de la montée, qu’on skiera dans sa partie basse sur une dizaine de cm de poudreuse de la nuit et sous la seule éclaircie de la journée, large quoique courte. Après ce bel intermède on retourne sous les nuages et la neige détrempée malheureusement caractéristique de ce mois de mai. Les névés du fond du vallon du Sélé apportent plus de portance et donc un meilleur ski, presque jusqu’à la passerelle à 1570 m (pas mal pour une mi-mai, malgré environ 200 mètres de portage  vers l’ancien abri Puiseux). On reviendra pour la traversée, avec une meilleure neige mais surtout une meilleure météo !
 

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons
J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge
J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard
J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme
J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : premières floraisons dans le mélézin

J2 : premières floraisons dans le mélézin

6 mai 2018 7 06 /05 /mai /2018 18:34

Les 5 et 6 mai 2018

Itinéraire : Gioberney - cabane du Vaccivier - col du Chardon - glacier du Petit Chardon - refuge du Carrelet - glacier du Says - col du Says - cabane du Vaccivier - Gioberney - Dénivelé réel effectué : 2800m

Sommet : 3200 m au collu 200 mètres au sud du col du Says

Dénivelée : 2800 m

J1 : 1600-3100-1900

J2 : 1900 - 3200 - 1600

Difficulté : 4.2 dans la descente du couloir sud-ouest du col du Says, départ à 45° puis 300 m à 40°

Un beau tour, alpin et sauvage, mais aussi engagé et exposé, encore plus par météo médiocre et nivologie encore pire comme c'était le cas ce week-end.

Le temps s'est avéré beaucoup moins bon qu'annoncé et espéré, avec dans les 2 cas du ciel souvent couvert hormis quelques éclaircies en fin de matinée et samedi en fin  d'après-midi. Les sommets à l'est du Vénéon sont d'ailleurs restés dans les nuages durant les 2 jours, et les Ailefroide n'ont jamais daigné montrer leur crête sommitale au-dessus de l'impressionnante paroi nord-ouest plâtrée de fraîche.

Côté neige rien de bien bon non plus : c'est beaucoup mieux en quantité qu'en qualité avec un faible regel nocturne au-delà de 2500 m le samedi et 2800 m le dimanche, et de la croûte non portante sous 2900 m. La neige de névé sous 2500 m environ, et son enfoncement limité même aux heures les plus chaudes, a peut-être donné le meilleur ski du raid !  De nombreux et parfois gros restes d'avalanches parsèment ce printemps le fond des vallons des Ecrins, notamment dans le Valgaudemar. L'avalanche des Rouies est d'ailleurs partie cette année, et son dépôt est énorme en surface et épaisseur au niveau du replat devant le chalet du Gioberney (sans doute près de 20 mètres par endroits) !

On était un peu tendus dans les descentes à vue du glacier du Petit Chardon par sa rive droite (erreur de notre part en voulant re-traverser rive gauche) et surtout dans celle du couloir sud-ouest du col du Says, raide et exposé au-dessus d'une barre (exposition à relever d'ailleurs à 3 à mon avis). Le repérage préalable la veille dans la montée au col du Chardon et Iphigénie sur le smartphone permettent de trouver la bonne ligne à travers les barres rocheuses dans les 400 mètres supérieurs, depuis un collu situé une centaine de mètres au sud du col du Says. Heureusement qu'un petit regel a gardé la neige à peu près portante en haut du couloir, à défaut, les autres passage possibles entre Vénéon et Valgaudemar par le sommet des Rouies ou le col du Chardon parcouru la veille ne nous inspirant pas plus, cela aurait été retour à la Bérarde et grosse galère pour rejoindre la voiture dans le Valgaudemar !
Sinon un tour peu classique et très esthétique avec une ambiance glaciaire marquée malgré la faible altitude du pic du Says autour duquel la boucle se déroule : on évolue près voire entre de hauts et beaux séracs bleutés sur les glaciers du Petit Chardon et du Says, ambiance tour de la Meije ou dôme des Ecrins avec un petit refuge rien que pour nous, loin de la foule du Promontoire ou du Glacier Blanc...

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages
J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : sur la neige de névé sous le glacier
J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un  gros dépôt à 1100 m plein sud !

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un gros dépôt à 1100 m plein sud !

22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 18:26

Les 21 et 22 avril 2018

Itinéraire : Fouillouse - refuge de Chambeyron - couloir Bujon au Brec de Chambeyron - descente jusqu'au Y du couloir - couloir nord (arrêt à la selle) - refuge de Chambeyron - pointe de Chauvet - pas de la Souvagéa - vallon d'Aval - couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa - vallon d'Aval - le Pont Voûté

J1 : couloir Bujon et couloir nord au Brec de Chambeyron

Dénivelée : 1750 m (1900-2750-2600-3250-3000-3250-2600)

Difficulté : 5.1 pour la partie skiée (couloir Bujon, partie haute du couloir nord en neige froide mais compacte faite en aller-retour), plus de 45° sur 100 mètres puis plus de 40° sur 200 mètres

J2 : traversée de la pointe d'Aval avec un couloir de la Souvagéa au passage

Dénivelée : 1250 m (2600-3300-2350-2900-1650)

Difficulté : 4.3, environ 300 mètres à plus de 40° dont 100 mètres à 45° pour le couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa

Week-end de ski de couloirs autour du refuge de Chambeyron, idéalement situé au coeur du chaînon des aiguilles et du Brec éponymes en Haute-Ubaye et doté de tout le confort... qu'on ne peut ne pas attendre d'un refuge non gardé : lumière, poêle à charbon, couettes, toilettes sèches et même eau courante à quelques dizaines de mètres ! On y profitera pas de la solitude espérée mais en tout cas de beaux couloirs en conditions par contre inespérées, avec encore de la neige froide dans les parties encaissées ne voyant pas le soleil au-dessus de 2700 mètres, évoluant sans transition croûtée à la descente vers de la bonne moquette à poils plus ou moins ras suivant l'heure de descente ! Après une descente tendue du haut du couloir Bujon, on ne skiera par contre pass le haut du couloir nord du Brec, en neige un peu trop compacte pour une pente à 50°, et  s'arrêtera même au niveau de la selle neigeuse : la traversée puis le couloir à 55° au-dessus, suspendus au-dessus de 200 mètres de falaise, nous feront faire demi-tour, même en crampons !

On poursuivra malgré tout le lendemain dans la même veine (ou plutôt couloir !) sous la crête de Souvagéa, versant nord du vallon d'Aval, où des couloirs encaissés de 200 à 400 mètres de hauteur serpentent entre des tours rocheuses aux allures dolomitiques : là encore la moquette d'avril succède directement à la poudreuse de l'ombre des couloirs, avant par contre une neige totalement pourrie par la chaleur et l'absence de regel sous 2000 mètres. On enregistrera d'ailleurs une température de près de 20°C sur une terrasse de café à Maljasset  (1900 m) à 15h !

J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec

J1 : dans l'approche des couloirs du Brec

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa
J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 20:06

Le 24 mars 2018

Itinéraire : station de Lure - sommet de Lure – descente versant nord jusqu’à 1550 m – remontée au sommet de Lure – station de Lure
Sommet : 1800 m
Dénivelée : 500 m (1600-1800-1550-1800-1700-1750-1600)
Difficulté : 3.3, 40° sur 50 m au départ sous la corniche versant nord


Journée de ski de randonnées en adret puis en ubac de la montagne de Lure, bien enneigée sur ses 2 versants, chose pas si courante durant les 2 derniers hivers. C’est une longue montagne orientée ouest-est, semblable au Ventoux avec un versant sud peu raide qui contraste avec un raide versant nord ourlé de corniches en haut. La « station », limitée à un court téléski et à un tapis roulant, fournit un accès routier haut et un chaussage à la voiture versant sud. Un parcours de douces crêtes permet ensuite de rejoindre le sommet et sa forêt d’antennes. Le versant nord offrira contre toute attente, en cette fin mars après une semaine de beau temps, une bonne poudreuse, alourdie sur le bas, avant une moquette à poils très courts sur le versant sud, la faute au fort vent de sud-est et aux nuages qui accrocheront le sommet dès le début d’après-midi. Dommage donc pour la météo, mais on aura enfin skié ce versant nord qui nous faisait de l’œil depuis longtemps au retour du ski sur l’A51, et découvert la belle ambiance de la hêtraie de Lure bien remplie de poudreuse…

repérage en avion la veille sur le Ventoux et Lure, avec tracé de l'itinéraire sur Lure !
repérage en avion la veille sur le Ventoux et Lure, avec tracé de l'itinéraire sur Lure !

repérage en avion la veille sur le Ventoux et Lure, avec tracé de l'itinéraire sur Lure !

dans la montée, encore sous des éclaircies
dans la montée, encore sous des éclaircies

dans la montée, encore sous des éclaircies

à la descente en haut du versant nord, poudreuse !
à la descente en haut du versant nord, poudreuse !
à la descente en haut du versant nord, poudreuse !
à la descente en haut du versant nord, poudreuse !
à la descente en haut du versant nord, poudreuse !

à la descente en haut du versant nord, poudreuse !

plus bas sur et à travers les hêtres
plus bas sur et à travers les hêtres

plus bas sur et à travers les hêtres

remontée dans et au-dessus de la hêtraie
remontée dans et au-dessus de la hêtraie

remontée dans et au-dessus de la hêtraie

haut de la descente versant sud

haut de la descente versant sud

Rechercher