9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 18:36

Le 9 janvier 2022

Découverte d’une grotte située versant sud de la Sainte-Baume entre Cuges-les-Pins et Signes, connue pour avoir été le lieu de tournage du film « Manon des sources » - dans la version de Claude Berri en 1986 – pour la scène du lac souterrain. On peut y admirer, non pas Emmanuelle Béart en tenue d'Eve prenant son bain (ah les émois d’adolescent !), mais un des plus beaux concrétionnements de la région, pour une approche « facile » (quelques dizaines de mètres de désescalade à travers châtières et boyaux, le tout sur un sol parfois un peu boueux) et qui ne demande en tout cas pas la corde. La dernière salle offre en effet un volume inhabituel, une cathédrale de calcite sur un côté avec une immense coulée de méduses sur une quarantaine de mètres de haut, face à des colonnes et une chandelle suspendue exceptionnelle, un vrai lustre de pierre à allumer à la frontale !
Au-delà de son intérêt patrimonial, cette grotte du Vieux Mounoï propose donc pour la région un des meilleurs ratios intérêt spélestéthique/temps d’approche et de parcours (30 minutes de marche + 30 minutes de progression spéléo dans des boyaux et chaos de blocs), le plus difficile étant comme souvent de trouver au départ LA galerie qui ne soit pas une impasse mais mène bien au Graal de la salle finale !

la grotte, ses lierres et ses trous au plafond
la grotte, ses lierres et ses trous au plafond

la grotte, ses lierres et ses trous au plafond

dans la première grande salle (cul-de-sac)

dans la première grande salle (cul-de-sac)

dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses
dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses

dans l'avant-dernière salle, draperies et fistuleuses

dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle
dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle

dans la salle du bas 50 mètres sous la surface, superbes méduses en mur de 40 mètres et en chandelle

12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 20:38

Le 12 décembre 2021

Voie du « dièdre gauche du perdreau » sous la Tête du Trou du Chat
2 longueurs, équipé, 5b max
A mon sens 5b/5a
Journée de découverte et d’initiation au-dessus des Goudes, sous la Tête du trou du chat et ses dalles du perdreau. En guise de perdreaux une séance d’initiation ou de reprise de l’escalade sur ce joli site de couennes et d’une (très) petite grande voie de 2 longueurs, du rocher neuf – parfois d’ailleurs un peu fragile – avec une fréquentation manifestement très faible malgré la beauté du site et de son cadre panoramique face à la mer et au cirque des parois du rocher des Goudes au rocher Saint-Michel.
Après la progression sur le calcaire sculpté en gouttes d’eau on rentrera dans le calcaire de la grotte « voisine » (très parcourue ce jour !) – toujours en tee-shirt - pour y admirer les plafonds d’excentriques ; y restera une salle à découvrir après quelques jours de jeûne pour être en mesure de passer la sévère étroiture d’entrée !

vue de la tête du trou du chat et de son toit

vue de la tête du trou du chat et de son toit

les couennes de la dalle du perdeau

les couennes de la dalle du perdeau

dans la mini-grande voie sur la dalle du perdreau
dans la mini-grande voie sur la dalle du perdreau
dans la mini-grande voie sur la dalle du perdreau

dans la mini-grande voie sur la dalle du perdreau

excentriques dans la grotte "voisine"
excentriques dans la grotte "voisine"
excentriques dans la grotte "voisine"

excentriques dans la grotte "voisine"

crépuscule sur Maïre

crépuscule sur Maïre

3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 20:53

Le 3 août 2021

Itinéraire : la Pointe Rouge - port de la Madrague - Cap Croisette - tour de l'île Plane - Cap Croisette - port de la Madrague - la Pointe Rouge (23 km environ)

Retour dans « ma » grotte « secrète » des calanques, toujours aussi richement et diversement concrétionnée, avec cette fois un départ de la Pointe Rouge par peur des bouchons de retour aux Goudes. Un essai qui ne sera pas répété, la section Pointe Rouge-Cap Croisette s’avérant aussi longue (environ 1 heure aller) que peu intéressante le long d’une côte souvent urbanisée. On poussera jusqu’à l’île Plane et ses curiosités géologiques à découvrir en kayak, la crique presque fermée près de son cap est et la longue faille traversante qui relie le nord de la calanque de Pouars à la pleine mer.

la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions
la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions

la grotte marine dite "aux méduses", vue de la grotte bleue au travers des concrétions

sous la méduse de calcite

sous la méduse de calcite

des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques
des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques
des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques

des colonnes, fistuleuses et stalactites aux formes excentriques

anneau de calcite

anneau de calcite

colonne en choux-fleurs

colonne en choux-fleurs

lièvre de mer dans la calanque de Pouars

lièvre de mer dans la calanque de Pouars

20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 17:07

Le 19 juin 2021
Voie "le voyage du crabe" ou "la stratégie du crabe", 8 longueurs, équipé, 6a max
5c/6a/4c/4b/4b/5c (aérien)/5c(aérien)/5b
Retour sur les falaises du Cap Canaille, à nouveau fréquentables vu le temps nuageux et venteux du jour. Avec le ciel brouillé de poussière saharienne apportée par le flux de sud-est, comme en février, et la terne luminosité sepia associée, c’est l’occasion de re-découvrir les grottes locales, et on fera donc un détour par la grotte du 14 juillet située à mi-hauteur des rappels du cirque éponyme.
C’est une grotte maintenant très classique et souvent fréquentée par des groupes encadrés, mais relativement bien préservée avec un concrétionnement en colonnes et stala-x-ites encore riche dans sa seconde moitié. 
Le second rappel de 45 mètres puis une randonnée, aérienne au niveau du passage dit du « Pas de la Chèvre », nous emmènera au départ de la cheminée presque fermée de la première longueur du « voyage du crabe ». Cette voie offre de beaux passages de grimpe en son début et sa fin, et une belle géologie « canaillesque » dans ses premières et troisième longueurs, le tout dans des difficultés modérées (uniquement un pas de 6a bien protégé dans L2), mais n’est pour autant pas indiquée à des débutants avec des relais souvent suspendus et le gaz qui peut impressionner dans L8 et surtout la traversée de L7.

dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet
dans la grotte du 14 juillet

dans la grotte du 14 juillet

L1 en cheminée spéléo

L1 en cheminée spéléo

fin de L3

fin de L3

dans la première traversée de L4

dans la première traversée de L4

dans le ramping de L5

dans le ramping de L5

L6

L6

la très belle L7 aérienne en poudingue
la très belle L7 aérienne en poudingue
la très belle L7 aérienne en poudingue

la très belle L7 aérienne en poudingue

7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 18:13

Le 7 février 2021

Découverte des mines de bauxite de La Treille, sous la Tête Ronde au Garlaban. On accède après un boyau d’une quinzaine de mètres à un petit réseau de galeries minières désormais inexploitées, mais encore dotées de leurs rails et wagons de transport, une belle ambiance post-industrielle. Les parois des galeries offrent également un début de concrétionnement sous la forme de draperies et stalactites (tout comme dans le tunnel abandonné du Rove), et de belles couleurs aux plafonds avec les filons métallifères, le tout collé sur le rocher rouge riche en bauxite des lieux.
Une belle balade souterraine donc, aussi insolite qu’esthétique.

la barre rouge près de l'entrée

la barre rouge près de l'entrée

dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants
dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants
dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants
dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants
dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants
dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants

dans les galeries sous les filons colorés et les concrétionnement naissants

les vestiges de l'exploitation, ca rouille mais ça roule !
les vestiges de l'exploitation, ca rouille mais ça roule !
les vestiges de l'exploitation, ca rouille mais ça roule !
les vestiges de l'exploitation, ca rouille mais ça roule !

les vestiges de l'exploitation, ca rouille mais ça roule !

31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 18:32

Le 31 janvier 2021

Balade pédestre et spéléologique dans les Alpilles entre Eyguières et Aureille, vers le sommet de ces mini-Alpes : les Opies et leur tour de guet juché sur le plateau sommital. Le sentier, assez marqué et balisé de bleu, très fréquenté en ce dimanche de beau temps non venté, part de la Romanière puis louvoie à travers les barres de calcaire jusqu’au sommet et sa vue panoramique, du Verdon au pic Saint-Loup en passant par l’étang de Berre ou le Ventoux.
On en profitera pour explorer sur le sentier des Barres Rouges la grotte de l’Arpian, classique donc très dégradée. Heureusement, le boyau d’accès à la dernière salle comporte deux rétrécissements (où l’on doit progresser par reptation) qui ont permis la conservation d’un plafond de fistuleuses.
Une des jolies balades du versant sud des Alpilles, où le regard porte sur les stalactites à quelques centimètres ou les Pyrénées à quelques centaines de kilomètres !

les globulaires en fleurs

les globulaires en fleurs

dans le boyau de la grotte de l'Arpian, plafond de fistuleuses pas trop dégradé
dans le boyau de la grotte de l'Arpian, plafond de fistuleuses pas trop dégradé
dans le boyau de la grotte de l'Arpian, plafond de fistuleuses pas trop dégradé

dans le boyau de la grotte de l'Arpian, plafond de fistuleuses pas trop dégradé

dans la montée vers les Opies au-dessus des Barres Rouges, l'étang de Berre au fond
dans la montée vers les Opies au-dessus des Barres Rouges, l'étang de Berre au fond
dans la montée vers les Opies au-dessus des Barres Rouges, l'étang de Berre au fond

dans la montée vers les Opies au-dessus des Barres Rouges, l'étang de Berre au fond

de la tour de guet des Opies, vue vers les Civadières

de la tour de guet des Opies, vue vers les Civadières

23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 17:40

Le 23 janvier 2021

Retour dans la belle grotte « secrète » (non répertoriée sur les cartes et à l’entrée masquée) découverte 7 ans plus tôt. 
C’est une cavité fossile (sans écoulement d’eau) riche d’un concrétionnement varié et encore relativement préservé de par la confidentialité des lieux, et surtout de magnifiques excentriques aux formes improbables. Qui plus est, nonobstant les quelques mètres de châtière d’accès passés à ramper dans… la poussière, les galeries d’une trentaine de mètres ne présentent aucune difficulté et aucun danger, ce qui en fait une grotte appropriée à l’initiation, rarement belle en regard de sa facilité d’accès.

les aiguilles de calcaire du cirque des Walkyries et son chaos dolomitique
les aiguilles de calcaire du cirque des Walkyries et son chaos dolomitique

les aiguilles de calcaire du cirque des Walkyries et son chaos dolomitique

dans la galerie principale
dans la galerie principale
dans la galerie principale
dans la galerie principale

dans la galerie principale

vues de détail des excentriques
vues de détail des excentriques
vues de détail des excentriques
vues de détail des excentriques

vues de détail des excentriques

lumières à la sortie

lumières à la sortie

20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 10:00

Le 19 septembre 2020

Voie "collector" au socle de la carrière de la montagne Sainte-Victoire, 5 longuueurs, équipé, 5b max

A mon sens 3b/4c/4c/5b/5c (sortie par la dernière longueur de Samsara Sattva)

Retour sur une des grandes voies faciles du socle de la carrière versant sud de la montagne Sainte-Victoire, sur ce calcaire qui confine parfois conglomérat multicolore aux allures de marbre. La voie du jour « collector » n’offre pas un rocher aussi beau que dans les voies voisines déjà parcourues  « Samsara Sattva » ou « la marbrière », une escalade moins continue et plus facile, mais se prête bien à l’initiation dans une ambiance peu aérienne coupée de vires et des difficultés qui ne dépassent pas le 4c, hormis dans les quinze premiers mètres de L4 - dalle relevée dans le 5b à l’équipement qui plus est bien espacé (retour au sol possible jusqu’à la troisième dégaine).
Cette voie, tout comme « Samsara Sattva », permet d’accéder à la grotte du petit chanteur située juste à gauche de l’avant-dernier relais, et de découvrir ses parois de marbre lisse ou de calcaire concrétionné en méduses, tout en veillant à moins déranger sa chauve-souris que la mante religieuse adoptée durant la marche d’approche.

tracé approximatif de la voie "collector"  avec ses relais et localisation de la grotte du petit chanteur

tracé approximatif de la voie "collector" avec ses relais et localisation de la grotte du petit chanteur

leçon de choses durant l'approche

leçon de choses durant l'approche

dans les 4 premières longueurs sur dalle couchée (presque verticale au départ de L4)
dans les 4 premières longueurs sur dalle couchée (presque verticale au départ de L4)
dans les 4 premières longueurs sur dalle couchée (presque verticale au départ de L4)
dans les 4 premières longueurs sur dalle couchée (presque verticale au départ de L4)

dans les 4 premières longueurs sur dalle couchée (presque verticale au départ de L4)

la grotte du petit chanteur, son marbre du Tholonet, sa chauve-souris et ses méduses de calcaire
la grotte du petit chanteur, son marbre du Tholonet, sa chauve-souris et ses méduses de calcaire
la grotte du petit chanteur, son marbre du Tholonet, sa chauve-souris et ses méduses de calcaire

la grotte du petit chanteur, son marbre du Tholonet, sa chauve-souris et ses méduses de calcaire

sortie dans Samasara Sattva sur rocher marbré
sortie dans Samasara Sattva sur rocher marbré
sortie dans Samasara Sattva sur rocher marbré

sortie dans Samasara Sattva sur rocher marbré

6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 21:05

Le 6 septembre 2020

Balades de fin d’après-midi vers le Béouveyre au départ du vallon des Aiguilles. La grotte de la colonne sera découverte dans la première montée au Béouveyre : relativement bien préservée elle montre passé son grand porche d’entrée de belles concrétions, particulièrement de grandes méduses qui ornent presque toutes ses parois. On peut alors rejoindre directement par un joli sentier en corniche un peu exposée le col des Chèvres, puis de là le sommet de Béouveyre et sa vue panoramique. Son versant sud-ouest offre des formations rocheuses intéressantes, notamment une arche et une grande aiguille décollée près de la Tête du Trou du Chat. Grotte, méduses, arche et monolithes, le calcaire des calanques a décidément de quoi satisfaire les randonneurs autant que les grimpeurs !

la grotte de la Colonne
la grotte de la Colonne
la grotte de la Colonne

la grotte de la Colonne

curioisités géologiques versants sud-ouest de Béouveyre
curioisités géologiques versants sud-ouest de Béouveyre

curioisités géologiques versants sud-ouest de Béouveyre

crépuscule sur Marseille et le Tiboulen de Maïre
crépuscule sur Marseille et le Tiboulen de Maïre

crépuscule sur Marseille et le Tiboulen de Maïre

31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 16:06

Le calcaire des calanques a donné naissance à de nombreuses grottes, plus ou moins profondes, étendues, concrétionnées, facilement accessibles ou préservées, marines ou terrestres, et d’intérêt variable pour le spéléologue du dimanche. Cet article vise à présenter certaines d’entre elles, celles qui à mon sens s’avèrent les plus esthétiques de par l’état, variété et richesse de par leur concrétionnement et leur cadre, les grottes marines jouissant là du privilège de leurs eaux bleu fluorescentes à l’éclairage indirect. Pour des raisons évidentes de préservation (quelques passages d’indélicat.e.s peuvent suffire à endommager irrémédiablement et en quelques minutes des concrétions formées en plusieurs dizaines d’années) je ne donnerai aucun indice quant à la localisation de ces cavités. Certaines présentées ci-dessous sont de toute façon bien connues et aisément localisables, ne serait-ce que via des moteurs de recherche sur la toile. Mieux vaut de toute façon profiter du plaisir de l’exploration et de la découverte que suivre laborieusement un topo pour trouver un trou couvert de tags et aux stalactites arrachées !

Loin des classiques et très dégradées grottes du rocher Saint-Michel (grotte de Saint-Michel d’eau douce, grotte de l’ermite, grotte de l’ours) ou grotte Rolland, on peut encore trouver de belles grottes terrestres peu ou pas endommagées, comme celle dite de « la casserole », aux concrétions fossiles mais très riches

ou une autre, heureusement « passée de mode », qui présente encore un très beau concrétionnement dans ses salles latérales


Les grottes marines sont nombreuses dans les calanques : de la très connue grotte bleue de Morgiou, facilement accessible à pied et sur-fréquentée l’été 

 

à celle de la faille de l’Oule plutôt réservées aux plaisanciers et kayakistes de par sa situation isolée


la grotte du Capelan dont l’accès terrestre passe par l’escalade d’un mur d’une quinzaine de mètres de haut, matériel de grimpe indispensable

la Poulidette, que l’on peut rejoindre comme la précédente en apnée par un siphon (attention à sa longueur pour les apprentis plongeurs libres !)

la porte de Rome, plutôt un gouffre à ciel ouvert qu’une grotte, que des voies d’escalade récemment équipées ont rendu classique chez les grimpeurs


Mais le plus beau est ailleurs : une grotte remplie d’un lac au plafond de stalactites et de fistuleuses, confidentielle mais pas secrète


et surtout la splendide grotte bleue dite "aux méduses", petite mais riche de concrétions exceptionnellement denses et diversifiées, cette dernière (presque) totalement inconnue, protégée par son isolement, et un accès tour à tour en nage sous voûte mouillante puis, dans l’obscurité, nage et escalade d’un ressaut de 5 mètres…

 

Rechercher