26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 20:07

Le 25 décembre 2019

Sommet du Môle depuis Bovère par la face sud, en aller-retour

Sommet : 1850 m

Dénivelée : 700 m

Difficulté : 2.2

Virée express à skis sur le Môle, la montagne sentinelle de la basse vallée de l'Arve qui offre aux skieurs ses grands alpages raides versants sud et est. Après la pluie jusqu'à plus de 2000 mètres de la veille, l'adret permettra un dégel superficiel de la croûte de regel sous le pâle soleil du solstice, et le ski sera finalement assez bon sur les 400 mètres de la grande pente sud, avant un final plus difficile sur la piste de montée, en neige croûtée défoncée par les traces de raquettes ! Une jolie sortie au final sur l'un des rares bons créneaux météo de la période, sortie expresse avec une montée en 1h10, avec du temps perdu au départ dans la forêt... 

à  la montée, rigoles dues à la pluie et vue sur le Petit Môle
à  la montée, rigoles dues à la pluie et vue sur le Petit Môle

à la montée, rigoles dues à la pluie et vue sur le Petit Môle

sur la crête sommitale, corniches devant les Aravis et le Mont-Blanc, vue plongeante vers les Granges et la vallée
sur la crête sommitale, corniches devant les Aravis et le Mont-Blanc, vue plongeante vers les Granges et la vallée
sur la crête sommitale, corniches devant les Aravis et le Mont-Blanc, vue plongeante vers les Granges et la vallée
sur la crête sommitale, corniches devant les Aravis et le Mont-Blanc, vue plongeante vers les Granges et la vallée

sur la crête sommitale, corniches devant les Aravis et le Mont-Blanc, vue plongeante vers les Granges et la vallée

à la descente, sur une neige croûtée par la pluie en cours de décaillage

à la descente, sur une neige croûtée par la pluie en cours de décaillage

20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 20:50

Le 20 avril 2019

Sommet : 2400 m
Dénivelée : 850 m (1550-2400)
Difficulté : 3.2


Après une semaine de ski de piste et de randonnée avec montées (en partie) mécanisées, retour aux fondamentaux du ski de montagne avec une montée exclusivement en télé-mollet ! Les pentes de Côte Belle au-dessus du village de Vaujany offrent une pente régulière et un départ relativement élevé sur la route du col du Sabot, chose appréciable en adret! On profitera donc d’une belle ambiance en cette saison de transition entre l’hiver encore perché sur les sommets et l’été qui remonte depuis les plaines. Les crocus et les marmottes émergent de la pelouse jaunie, les crocus se montrent, les marmottes se cachent en sifflant, plus haut le crissement de la neige sous les couteaux remplit le silence. La crête sommitale offre une vue impressionnante sur le large versant sud des Aiguillettes, des ravins de schistes ruiniformes qui plongent face le grand versant ouest des Grandes Rousses skié à plusieurs reprises durant la semaine. Encore une belle journée de ski, une parmi beaucoup d'autres en cette saison 2019 moyennement enneigée, voire pauvre en neige dans les Alpes du Sud, mais riche comme rarement en créneaux idéaux pour le ski de montagne (beau temps, bonne neige et risque d’avalanche faible).

au départ, sur les crocus
au départ, sur les crocus
au départ, sur les crocus

au départ, sur les crocus

en bas de la pente sommitale

en bas de la pente sommitale

vues plongeantes sur les ravins délités du versant sud des Aiguillettes de Vaujany
vues plongeantes sur les ravins délités du versant sud des Aiguillettes de Vaujany
vues plongeantes sur les ravins délités du versant sud des Aiguillettes de Vaujany

vues plongeantes sur les ravins délités du versant sud des Aiguillettes de Vaujany

vue sur le versant ouest de la Cochette skié 5 jours plus tôt (trace encore visible !)

vue sur le versant ouest de la Cochette skié 5 jours plus tôt (trace encore visible !)

vue vers les rochers Rissiou

vue vers les rochers Rissiou

à la descente, moquette à point dans la section médiane

à la descente, moquette à point dans la section médiane

l'avalanche de fond de ravin ramenant (quasiment) à la voiture

l'avalanche de fond de ravin ramenant (quasiment) à la voiture

final sur la prairie de crocus !
final sur la prairie de crocus !

final sur la prairie de crocus !

20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 20:48

Le 18 avril 2019

Sommet : 3350 mètres
Dénivelée : 100 mètres (3300-3200-3350-1600) (!)
Difficulté : 3.3 dans la première descente, un peu exposée


Descente du versant ouest des Grandes Rousses par le col de la Pyramide, atteint par 150 mètres de montée en peaux et qui offre ensuite une descente de près de 2000 mètres consécutifs. L’enneigement bien meilleur que 2 ans plus tôt rend la descente du versant ouest du col de la Pyramide moins exposée, et on trouve plus bas une alternance de neige transformée et poudreuse qui rend la section médiane très plaisante, avant une fin vibrante sur neige pas encore décaillée. 

au col, vues vers les Aiguilles d'Arves et la Meije
au col, vues vers les Aiguilles d'Arves et la Meije

au col, vues vers les Aiguilles d'Arves et la Meije

la pente sommitale sous le col et la suite face à Belledonne
la pente sommitale sous le col et la suite face à Belledonne

la pente sommitale sous le col et la suite face à Belledonne

poudreuse puis moquette au-dessus du Plan des Cavalles
poudreuse puis moquette au-dessus du Plan des Cavalles

poudreuse puis moquette au-dessus du Plan des Cavalles

marmottes (sous le télésiège !) à Villard-Reculas

marmottes (sous le télésiège !) à Villard-Reculas

20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 20:24

Le 17 avril 2019

Sommet : 3300 mètres
Dénivelée : 100 mètres  (!) (3300-1900-2000-1500) 
Difficulté : 3.1


Un bon ratio montée-descente encore pour cette descente qui s’apparente plus au ski hors-piste qu’au ski de randonnée, merci le ski mécanisé (!). Le glacier du Grand Sablat s’atteint de façon gravitaire depuis le sommet du téléphérique du Pic Blanc et donne accès à un long vallon exposé est, en bonnes conditions ce jour avec les quelques centimètres de neige tombés la veille. A noter un passage esthétique dans les simili-séracs et crevasses créés par la reptation du manteau sur les dalles moutonnées, à éviter évidemment par dégel trop prononcé… Le retour à flanc vers le col de Sarenne, à travers ravins de schistes et pelouses et éboulis raides, le tout à moitié déneigé, sera moins plaisant et prendra une grosse heure de « ski de combat » puis de portage, alors que les quelques groupes encadrés de skieurs hors-piste rencontrés rentrent … en hélicoptère à la station (ce qui est autorisé puisqu’il ne s’agit pas d’une « dépose »  - interdite en France - mais d’une « reprise »…).

au départ, devant la Meije

au départ, devant la Meije

crevasses et sérac de reptation sur les dalles moutonnées
crevasses et sérac de reptation sur les dalles moutonnées
crevasses et sérac de reptation sur les dalles moutonnées

crevasses et sérac de reptation sur les dalles moutonnées

en bas du vallon, toujours une petite couche de poudreuse sur un fond dur
en bas du vallon, toujours une petite couche de poudreuse sur un fond dur

en bas du vallon, toujours une petite couche de poudreuse sur un fond dur

dans la longue (et pénible) traversée à flanc de ravines jusqu'au col de Sarenne
dans la longue (et pénible) traversée à flanc de ravines jusqu'au col de Sarenne
dans la longue (et pénible) traversée à flanc de ravines jusqu'au col de Sarenne

dans la longue (et pénible) traversée à flanc de ravines jusqu'au col de Sarenne

20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 20:22

Le 15 avril 2019
Itinéraire : Pic Blanc – col de la Pyramide – Pic Bayle – glacier des Quirlies – col des Quirlies – pic de l’Etendard – col de la Barbarate – combe est de la Cochette – Brèche de la Cochette – col du Couard – draye du Couard – le Vallonet – haut du télésiège du Vallonnet (! )
Sommet : 3450 m
Dénivelée : 1100 m (3300-3200-3450-2900-3450-3000-3150-1800-1950)
Difficulté : 3.3 max à la descente, mais passage raide et malaisé d’une trentaine de mètres sous la Brèche de la Cochette en versant ouest, corde de préférence (rappel équipé de sangles à demeure) ou à défaut crampons/piolet (si le passage est enneigé)


Première virée en ski de randonnée d’une semaine de piste sur le domaine de l’Alpe d’Huez, le forfait permettant un départ élevé depuis le sommet du Pic Blanc à plus de 3300 mètres et donnant accès aux grands vallons, glaciaires ou non, qui descendent de chaque côté de la crête sommitale du massif des Grandes Rousses. On profitera, comme souvent en avril depuis 3 ans, d’une très belle météo (à l’exception d’un mardi nuageux) et de bonnes à excellentes conditions de neige, poudreuse au nord au-dessus de 2500 mètres en début de semaine, puis moquette à tous les étages et côtés, le tout avec un risque d’avalanches très faible. 
Le lundi sera donc consacré à la course-phare du secteur, la traversée des Grandes Rousses, qui permet de traverser les points hauts du massif du sud vers le nord, au départ du sommet des remontées mécanique de l’Alpe d’Huez. La difficulté consiste surtout en la descente sous la crête sommitale versant ouest, celle-ci n’offrant aucun point de faiblesse sur des kilomètres de long, et en la variété des orientations parcourues, la première descente se déroulant versant est, avant une dernière remontée également exposée au levant puis une longue descente finale tournée à l’ouest (heureusement !). La météo fraîche du jour permettra de parcourir ces pentes à des horaires parfois tardifs mais dans de bonnes conditions de neige quels que soient l’horaire et l’orientation, le crux technique de la journée étant constitué par la désescalade du versant ouest de la brèche de la Cochette en crampons et piolet, une trentaine de mètres raides et étroits, heureusement encore enneigés (alors que souvent en conditions mixtes) et peu exposés, qu’il aurait été plus aisé de descendre en rappel avec la sangle à demeure à la brèche (encore aurait-il fallu disposer d’une corde…) !
Quoi qu’il en soit et malgré ce passage délicat en solo, une très belle journée de ski de randonnée sur ce massif des Grandes Rousses dans une solitude absolue passé le sommet de l’Etendard ; la descente de la partie supérieure du glacier des Quirlies sous le pic Bayle, en poudreuse le long des séracs bleutés (dont l’un s’effondrera d’ailleurs lors de mon passage) et face aux dents des aiguilles d’Arves fichées dans la montagne vers l’est !

au pied du Pic Bayle, face à l'Oisans
au pied du Pic Bayle, face à l'Oisans

au pied du Pic Bayle, face à l'Oisans

la descente en poudreuse du sérac du glacier des Quirlies
la descente en poudreuse du sérac du glacier des Quirlies
la descente en poudreuse du sérac du glacier des Quirlies

la descente en poudreuse du sérac du glacier des Quirlies

sur le glacier des Quirlies, avant le col éponyme
sur le glacier des Quirlies, avant le col éponyme

sur le glacier des Quirlies, avant le col éponyme

au sommet du Pic de l'Etendard, vues vers les aiguilles d'Arves et le Pic Bayle
au sommet du Pic de l'Etendard, vues vers les aiguilles d'Arves et le Pic Bayle

au sommet du Pic de l'Etendard, vues vers les aiguilles d'Arves et le Pic Bayle

la descente ouest vue 5 jours plus tard de Côte Belle et le passage délicat de la Brèche des Cochettes, encore plus sans corde
la descente ouest vue 5 jours plus tard de Côte Belle et le passage délicat de la Brèche des Cochettes, encore plus sans corde
la descente ouest vue 5 jours plus tard de Côte Belle et le passage délicat de la Brèche des Cochettes, encore plus sans corde

la descente ouest vue 5 jours plus tard de Côte Belle et le passage délicat de la Brèche des Cochettes, encore plus sans corde

sous la brèche, cascade de glace et poudreuse à l'arrivée sur le Plan des Cavalles
sous la brèche, cascade de glace et poudreuse à l'arrivée sur le Plan des Cavalles

sous la brèche, cascade de glace et poudreuse à l'arrivée sur le Plan des Cavalles

vers le col du Couard et l'impressionnant versant sud ruiniforme des Aiguillettes de Vaujany
vers le col du Couard et l'impressionnant versant sud ruiniforme des Aiguillettes de Vaujany

vers le col du Couard et l'impressionnant versant sud ruiniforme des Aiguillettes de Vaujany

17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:45

Le 16 février 2019

Pinte de Comberousse depuis, en aller -retour depuis la vallée du Haut Bréda, retour par le passage Odru

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 2150 m (1000-2850-2100-2400-1000)

Difficulté : 3.1

Après la longue randonnée de la veille, on retourne dans le vallon adjaçent de la Grande Valloire, où là encore une approche en forêt donne accès à de hautes combes suspendues sous les sommets de gneiss. Une montée raide et rapide, à plus de 700 m/h sous le Lac Blanc, nous montre des cohortes de skieurs dans les couloirs ouest du pic de la Grande Valloire, et on bifurque donc vers le nord en direction de la Pointe de Comberousse, qu’on atteint sur son antécime ouest à travers de belles formations de gneiss stratifié. Comme on en a pris l’habitude, la descente se fera au choix en moquette ou en poudre (tassée), si bien qu’au retour au Lac Blanc on décidera de remonter vers le passage Odru et ses belles pentes nord… en poudreuse pour changer ! Là encore ce sont 500 mètres de neige froide et vierge qui nous attendent, avant une forêt plus raide et délicate que la veille mais encore bien skiable à condition de bien maîtriser les virages sautés entre troncs et souches ! Une journée de plus de grand ski sur près de 2200 m de dénivelée ;  les 1000 mètres du lendemain ne seront plus qu’un échauffement !

ombres et formes vers le Lac Blanc
ombres et formes vers le Lac Blanc

ombres et formes vers le Lac Blanc

dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire

dans la combe de la Grande Valloire

vue du sommet vers le Mont Blanc

vue du sommet vers le Mont Blanc

 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire

à la descente de la combe de la Grande Valloire

à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse

à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse

17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:34

Le 15 février 2019

Rocher Blanc par la Combe Madame, retour par le col des Badons

Sommet : 2950 m

Dénivelée : 2050 m (1050-2950-2600-2750-1050)

Difficulté : 4.1 pour la descente du versant nord-ouest du col des Badons

Première véritable journée de ski de randonnée dans Belledonne, pour une course longue mais classique : le Rocher Blanc par la Combe Madame au départ de la Martinette. Un long parcours en forêt puis dans un vallon encaissée et des combes suspendues amène au sommet du Rocher Blanc avec sa vue panoramique sur la Meije ou le Mont-Blanc. Nos velléités de boucler à vue ne se concrétiseront pas dans la face nord-ouest du Rocher Blanc, en neige durcie par le vent et exposée au-dessus de barres, mais dans le versant nord-ouest du col des Badons, qui nous donnera accès à plus de 1200 mètres de pente en poudreuse tassée,  dont la moitié en neige vierge ! Une très belle descente donc, qui s’achèvera dans une forêt très enneigée et bien skiante sur le chemin de montée, et clôturera une journée de plus de 2000 mètres de montée dans un massif aux forts dénivelées (départs bas et sommets titillant les 3000 mètres)… et à forte fréquentation, y compris en semaine hors vacances scolaires (locales). Même s’il est vrai que les conditions du jour frisaient la perfection, beau temps doux, faible risque d’avalanches, neige souvent poudreuse au nord et transformée au sud, il ne doit pas être facile de faire sa trace dans ce massif proche des métropoles iséroises et savoyardes !

dans le bas de la Combe Madame, encore une bonne épaisseur de neige

dans le bas de la Combe Madame, encore une bonne épaisseur de neige

dans le haut de la Combe Madame
dans le haut de la Combe Madame

dans le haut de la Combe Madame

vue du sommet vers les Aiguilles de l'Argentière

vue du sommet vers les Aiguilles de l'Argentière

poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc
poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc

poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc

dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons

dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons

17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:31

Le 14 février 2019

Le matin, couloir est du Pas de l'Etoupe vers les tours du Playnet

Sommet : 1950 m

Dénivelée : 900 m

Difficulté : 4.2 avec l'arrêt sous la corniche sommitale, déversante et fissurée...

En fin d'après-midi, le grand Rocher depuis le foyer de ski de fond du Barioz

Sommet : 1850 m

Dénivelée : 450 m

Difficulté : 2.1

Après le couloir du Dévoluy la veille, on remonte vers le nord en direction de massifs qui nous sont encore inconnus en ski de randonnée : le Vercors et Belledonne, bien servis par le flux de nord-ouest de fin janvier et début février et encore bien enneigés y compris en adrets et à basse altitude. On skiera donc le couloir est du Pas de l’Etoupe le matin et le Grand Rocher en fin d’après-midi, de quoi profiter des lumières de l’aurore sur la barrière orientale de falaises du Vercors et du crépuscule sur les versants ouest de Belledonne.
Le couloir est du Pas de l’Etoupe s’atteint rapidement par une forêt relativement skiante puis de grandes pentes depuis le départ de Bourgmenu près de Saint-Andéol, tant mieux vu l’orientation au soleil levant du couloir et la chaleur printanière de la journée. On profitera quand même à la montée de l’aube qui embrase les falaises, avant de remonter ce couloir court mais raide. La sortie mal enneigée sous une grosse corniche surplombante et fissurée nous conduira à stopper sous cette dernière et à chausser en pleine pente, avant une descente en neige transformée puis en poudreuse là où le soleil n’a pas donné, de bonnes neiges d’hiver ou de printemps qui constitueront donc le leitmotiv de la semaine ! 
Rentrés avant le déjeuner, on remettra le couvert… euh les skis en fin d’après-midi près de notre camp de base des jours à venir à Allevard, sur le Grand Rocher au-dessus du foyer de ski de fond du Barioz. Une randonnée facile, courte et ultra-fréquentée, mais qui nous permettra de repérer les courses des journées suivantes dans Belledonne et de skier au soleil couchant sur une neige rosie par les derniers rayons !

le Rocher du Playnet au soleil levant

le Rocher du Playnet au soleil levant

lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est

lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est

belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe

belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe

à la descente, en neige transformée face au Dévoluy
à la descente, en neige transformée face au Dévoluy
à la descente, en neige transformée face au Dévoluy

à la descente, en neige transformée face au Dévoluy

en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir

en moquette puis poudreuse sous le couloir

vers le Grand Rocher, à la sortie de la forêt

vers le Grand Rocher, à la sortie de la forêt

ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente

ski crépusculaire à la descente

15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 17:18

Le 13 avril 2018

Sommet : 3400 m

Dénivelée : 600 m

Difficulté : 3.2

Après la chute de neige de la nuit, qui a déposé environ 30 cm de poudreuse au-dessus de 3000 m (bien moins en-dessous), et les sessions de hors-piste de la matinée, montée en ski de randonnée au col des Roches au-dessus du Grand Col, sur la voie d'ascension du Mont Pourri. Je renoncerai finalement à ce dernier, la faute à une trace qui s'interrompt au col des Roches avec une pente finale du Pourri exposée ouest convexe au-dessus de la barre de séracs (après une semaine de fort vent d'est...) et une crevasse/rimaye encore bien apparente depuis le col, pas très rassurant, encore plus en solo. La descente du glacier du Grand Col en poudreuse, vierge à l'exception d'une trace, ne laissera aucune amertume, un plaisir de godiller à côté des séracs en glace bleue. 50 minutes de montée, une petite demi-heure de descente (un plaisir à savourer...), contrat rempli avant le retour sur les pistes des Arcs.

repérage depuis le sommet de l'Aiguille Rouge le matin, la trace est faite !

repérage depuis le sommet de l'Aiguille Rouge le matin, la trace est faite !

vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc
vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc

vue du col des Roches vers la pente finale des Monts Pourri et ...Blanc

à la descente
à la descente

à la descente

15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 17:16

Du 9 au 15 avril 2018

Pendant cette semaine de ski/piscine/luge/hammam/sauna basée aux Arcs, quelques sessions de ski hors-piste et/ou de randonnée au départ des remontées mécaniques. Malgré les prévisions météo pessimistes au départ, on bénéficiera au final d'une météo dominée par le soleil dès le mardi 10 après-midi, un temps de föhn jusqu'au jeudi 12 au soir. Une météo donc venteuse de sud-est, parfois voilée mais le plus souvent ensoleillée et plutôt fraîche, avec une petite chute de neige le 10 au matin et une autre de 20 à 40 cm à 3000 m dans la nuit du 12, qui permettra du grand ski de poudreuse le lendemain. A noter une météo nuageuse et neigeuse toute la semaine seulement quelques kilomètres plus à l'est vers la frontière italienne, qui joue donc bien son rôle de barrière climatique pour ces retours d'est !

le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...
le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...

le 12 avril : hors-piste de proximité autour des superbes pitons rocheux de la face sud de la montagne de la Forcle sur l'adret de La Plagne...

... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...
... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...

... sous le soleil alors que comme durant presque toute la semaine les hauts-sommets de Vanoise et du Mont-Blanc seront pris dans le mur de föhn...

... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !
... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !

... et le tout sur une moquette de rêve, à 13h plein sud !

le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest
le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest

le 13 avril au matin : aiguille Grive en traversée, montée du sommet du télécabine Transarc versant est, descente par les facettes sud-ouest puis ouest

sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur
sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur
sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur

sur l'arête ouest, 5 cm de poudre sur un fond dur

le 13 avril après-midi : hors-piste sous le téléphérique de l'Aiguille Rouge, de 20 à 40 cm de poudreuse qui rebondit à chaque virage... avant une montée en peaux au col des Roches, une journée bien remplie !

le 13 avril après-midi : hors-piste sous le téléphérique de l'Aiguille Rouge, de 20 à 40 cm de poudreuse qui rebondit à chaque virage... avant une montée en peaux au col des Roches, une journée bien remplie !

Rechercher