13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 12:11

Le 12 mai 2018

Balade dans le vallon de la Panouse situé dans la portion nord des calanques, là où le flot des randonneurs se fait discret. Ce vallon méconnu permet de rejoindre le haut de la muraille de Chine qui domine la route du col de la Gineste, et offre un bel environnement sauvage et calme malgré la proximité de la ville qu’on domine. Après les nombreux incendies qui l’ont ravagé, on y trouve une garrigue dense et bien fleurie en ce mois de mai arrosé, des ruines de fours à chaux sous des falaises stratifiées rive droite et des gendarmes de calcaire rive gauche, une vue mer (… et ville) des crêtes sommitales, bref une belle ambiance calanques vite accessible du parking en ne croisant en tout et pour tout que 2 personnes de la journée.

la rive droite du vallon au-dessus des genêts

la rive droite du vallon au-dessus des genêts

la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...
la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...

la garrigue en fleurs, genêts, cystes, chèvrefeuille, coquelicots...

les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse
les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse

les ruines du four à chaux au fond du vallon de la Panouse

dalle lisse et rocher stratifié
dalle lisse et rocher stratifié
dalle lisse et rocher stratifié

dalle lisse et rocher stratifié

sabline de Provence dans les éboulis

sabline de Provence dans les éboulis

vue sur la muraille de Chine en haut du vallon

vue sur la muraille de Chine en haut du vallon

brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359
brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359

brèches et vue sur Marseille vers le point coté 359

11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 19:46

Les 10 et 11 mai 2018

Itinéraire : Ailefroide – refuge du Pelvoux – selle neigeuse à 3800 m – refuge du Pelvoux – Ailefroide


Sommet : 3800 m
Dénivelée : 
J1 : 1500-2700
J2 : 2700-3800-1500
Difficulté : 4.2 pour le couloir Coolidge, avec environ 300 m à plus de 40°


Tentative de traversée du Pelvoux en ce printemps encore bien enneigé malgré la fonte extrêmement rapide depuis un mois, mais aux créneaux météo décidément bien limités. On se fie à la belle matinée prévue le vendredi matin pour monter au refuge du Pelvoux, sous les nuages et parfois la pluie fine, sous forme liquide jusqu’à plus de 3000 mètres. Le lendemain matin les éclaircies espérées ne sont pas là, et l’on atteint le plateau glaciaire sommital dans le brouillard. Devant la perspective de skier sans visibilité la chute de séracs du glacier des Violettes la décision s’impose de descendre par le couloir Coolidge de la montée, qu’on skiera dans sa partie basse sur une dizaine de cm de poudreuse de la nuit et sous la seule éclaircie de la journée, large quoique courte. Après ce bel intermède on retourne sous les nuages et la neige détrempée malheureusement caractéristique de ce mois de mai. Les névés du fond du vallon du Sélé apportent plus de portance et donc un meilleur ski, presque jusqu’à la passerelle à 1570 m (pas mal pour une mi-mai, malgré environ 200 mètres de portage  vers l’ancien abri Puiseux). On reviendra pour la traversée, avec une meilleure neige mais surtout une meilleure météo !
 

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons
J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J1 : au départ dans les mélèzes en fleurs et en bourgeons

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge
J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : aurore colorée en bas du couloir Coolidge

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : sur le plateau sommital du Pelvoux, bien nuageux...

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard
J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : à la descente, en haut du couloir Coolidge dans le brouillard

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom
J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : l'éclaircie de la journée en bas du couloir Coolidge, poudreuse face aux arêtes de Sialouze et au Pic Sans Nom

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : traversée du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme
J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : avalanches sous la crête de l'Agulier et en bas du ravin du Clôt de l'Homme

J2 : premières floraisons dans le mélézin

J2 : premières floraisons dans le mélézin

8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 20:59

Le 8 mai 2018

Balades sur le sentier littoral de la vieille Couronne à la zone humide du Grand Vallat à Sausset au niveau de l’anse de Boumandariel. C’est une courte et très jolie randonnée facile, où l’on progresse entre parterres de fleurs, dont de véritables buissons de mauves royales, côte souvent rocheuse, avec une barre de calcaire d’une dizaine de mètres de haut creusée à sa base par la mer, et parfois effondrée en criques à l’eau translucide. On trouve d’ailleurs des restes d’une carrière antique dans l’anse de la Beaumaderie, avec un quadrillage de blocs taillés insolite en bord de mer, déjà un but de randonnée en soi. On rejoint ensuite via les plages de Sainte-Croix et le port des Tamaris l’embouchure du fleuve (!) du Grand Vallat et sa zone humide longée par un sentier botanique, une roselière à la flore rare dans les Bouches-du-Rhône, où l’on peut observer de très près canards et ragondins à quelques mètre d’une départementale.
Une belle journée de balades et de baignades en un mois de mai qui constitue décidément ma période préférée de l’année, où l’on peut passer, comme je l’ai fait cette semaine, du ski entre les séracs à la balade en shirt entre coquelicots et lavatères ou aux premiers ploufs dans la Grande Bleue !

le phare de la Couronne Vieille

le phare de la Couronne Vieille

la carrière antique de la Beaumaderie
la carrière antique de la Beaumaderie
la carrière antique de la Beaumaderie

la carrière antique de la Beaumaderie

buissons de lavatères maritimes
buissons de lavatères maritimes
buissons de lavatères maritimes

buissons de lavatères maritimes

la côte "bleue"
la côte "bleue"
la côte "bleue"

la côte "bleue"

flore des marais du Grand Vallat
flore des marais du Grand Vallat

flore des marais du Grand Vallat

les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches
les ragondins peu farouches

les ragondins peu farouches

6 mai 2018 7 06 /05 /mai /2018 18:34

Les 5 et 6 mai 2018

Itinéraire : Gioberney - cabane du Vaccivier - col du Chardon - glacier du Petit Chardon - refuge du Carrelet - glacier du Says - col du Says - cabane du Vaccivier - Gioberney - Dénivelé réel effectué : 2800m

Sommet : 3200 m au collu 200 mètres au sud du col du Says

Dénivelée : 2800 m

J1 : 1600-3100-1900

J2 : 1900 - 3200 - 1600

Difficulté : 4.2 dans la descente du couloir sud-ouest du col du Says, départ à 45° puis 300 m à 40°

Un beau tour, alpin et sauvage, mais aussi engagé et exposé, encore plus par météo médiocre et nivologie encore pire comme c'était le cas ce week-end.

Le temps s'est avéré beaucoup moins bon qu'annoncé et espéré, avec dans les 2 cas du ciel souvent couvert hormis quelques éclaircies en fin de matinée et samedi en fin  d'après-midi. Les sommets à l'est du Vénéon sont d'ailleurs restés dans les nuages durant les 2 jours, et les Ailefroide n'ont jamais daigné montrer leur crête sommitale au-dessus de l'impressionnante paroi nord-ouest plâtrée de fraîche.

Côté neige rien de bien bon non plus : c'est beaucoup mieux en quantité qu'en qualité avec un faible regel nocturne au-delà de 2500 m le samedi et 2800 m le dimanche, et de la croûte non portante sous 2900 m. La neige de névé sous 2500 m environ, et son enfoncement limité même aux heures les plus chaudes, a peut-être donné le meilleur ski du raid !  De nombreux et parfois gros restes d'avalanches parsèment ce printemps le fond des vallons des Ecrins, notamment dans le Valgaudemar. L'avalanche des Rouies est d'ailleurs partie cette année, et son dépôt est énorme en surface et épaisseur au niveau du replat devant le chalet du Gioberney (sans doute près de 20 mètres par endroits) !

On était un peu tendus dans les descentes à vue du glacier du Petit Chardon par sa rive droite (erreur de notre part en voulant re-traverser rive gauche) et surtout dans celle du couloir sud-ouest du col du Says, raide et exposé au-dessus d'une barre (exposition à relever d'ailleurs à 3 à mon avis). Le repérage préalable la veille dans la montée au col du Chardon et Iphigénie sur le smartphone permettent de trouver la bonne ligne à travers les barres rocheuses dans les 400 mètres supérieurs, depuis un collu situé une centaine de mètres au sud du col du Says. Heureusement qu'un petit regel a gardé la neige à peu près portante en haut du couloir, à défaut, les autres passage possibles entre Vénéon et Valgaudemar par le sommet des Rouies ou le col du Chardon parcouru la veille ne nous inspirant pas plus, cela aurait été retour à la Bérarde et grosse galère pour rejoindre la voiture dans le Valgaudemar !
Sinon un tour peu classique et très esthétique avec une ambiance glaciaire marquée malgré la faible altitude du pic du Says autour duquel la boucle se déroule : on évolue près voire entre de hauts et beaux séracs bleutés sur les glaciers du Petit Chardon et du Says, ambiance tour de la Meije ou dôme des Ecrins avec un petit refuge rien que pour nous, loin de la foule du Promontoire ou du Glacier Blanc...

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages
J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : au départ du Gioberner, ambiance un peu glauque sur les avalanches et sous les nuages

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : portage dans la barre sous la cabane du Vaccivier

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud
J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la montée au col du Chardon versant sud

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !
J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : dans la descente du glacier du Petit Chardon, "Petit" mais bien actif, séracs et crevasses à profusion !

J1 : sur la neige de névé sous le glacier
J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : sur la neige de névé sous le glacier

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : comment traverser le Vénéon sans mouiller ses chaussures !

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...
J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ambiance bucolique et printanière au refuge du Carrelet, entre crocus...

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J1 : ... et spectacle sons et lumières des coulées qui sautent les falaises sous la tête du Chéret

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : dans le vallon de la Pilatte, ambiance toujours austère après la pluie

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)
J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : montée dans le vallon du Says sous les séracs de la face nord du Gioberney (le central gravi en 2010)

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : début de descente exposé versant Valgaudemar sous la (grosse) corniche du col du Says

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois
J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : plus bas dans le vallon du Vaccivier, surveillés par les chamois

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : dans le court portage de la barre sous la cabane du Vaccivier, face aux Aupillous

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says
J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : traversées de torrents et d'avalanches près du Gioberney, et tracé de la descente versant sud-ouest du col du Says

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un  gros dépôt à 1100 m plein sud !

J2 : l'avalanche du Casset traversée par la route du Gioberney, encore un gros dépôt à 1100 m plein sud !

1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 20:48

Le 1er mai 2018

Voie Mahavishnu, sortie par le temple
6 longueurs, équipée, 6b max
6a+/5c+/6b pour Mahavishnu
2/5c+/5c/5a pour la sortie par le temple


Escalade au socle de la Candelle sur la voie Mahavishnu, proche du Temple et de la Civa. Ses 3 longueurs (qui rejoignent ensuite les longueurs terminales du Temple) proposent une escalade variée en mur raide, dièdre et dalle, délicate en L1, à la fois athlétique, patinée, soutenue dans le 6a/6a+ et d’équipement relativement espacé laissant certains pas obligatoires. Une longueur donc bien dure à froid, plus dans le 6a+ que le 6a, la suite s’avérant plus tranquille dans le très beau dièdre de L2 puis la dalle de L3, nonobstant un seul pas dur dans L3, pas simple à passer en artif et encore plus en libre ! 
 

dans la (dure) première longueur de Mahavishnu
dans la (dure) première longueur de Mahavishnu

dans la (dure) première longueur de Mahavishnu

au départ du dièdre en L2 de Mahavishnu

au départ du dièdre en L2 de Mahavishnu

sortie de la troisième et dernière longueur de Mahavishnu

sortie de la troisième et dernière longueur de Mahavishnu

dans L7 du Temple, fissures puis traversée
dans L7 du Temple, fissures puis traversée

dans L7 du Temple, fissures puis traversée

à la sortie du Temple

à la sortie du Temple

28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:36

Un nouveau topo/livre d'escalade en Provence d'un grimpeur marseillais (Nicholas Armstrong), avec une sélection de 100 grandes voies, des calanques au Verdon en passant par Cap Canaille, sélection que je partage et que j'ai parcourue en grande partie pour les voies de mon niveau !

On y trouve des topos détaillés de voies dans des niveaux du 5 au 7 et un riche fond photographique. J'ai d'ailleurs contribué à l'illustration photographique de 2 itinéraires particulièrement esthétiques sur des arêtes ou au fond d'un aven donnant sur la Grande Bleue.

http://www.chemindescretes.fr/100%20plus%20belles%20grandes%20voies%20de%20Provence.html

les 100 plus belles grandes voies de Provence
les 100 plus belles grandes voies de Provence
les 100 plus belles grandes voies de Provence
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:34

Le 28 avril 2018

13 longueurs, équipé, 6b max
6a/5a/6b/6a/5c/5c/6a pour la section parcourue ce jour (à partir de la septième longueur)


Après un premier parcours partiel en 2012, interrompu au sommet du second ressaut, retour sur cette belle grande voie qui remonte l’intégralité de la montagne Sainte-Victoire sur ses 3 ressauts jusqu’à la brèche du Prieuré. On ne grimpera cette fois que les second et troisième ressauts, avec de belles longueurs en dalles dont les crux se trouvent aux milieux de L9 et L10, friction des chaussons obligatoire ! Le dernier ressaut près de la brèche du Prieuré, découvert ce jour, offre 3 longueurs d’escalade de difficulté croissante jusqu’à une belle troisième longueur variée en traversée à droite, dalle, traversée à gauche (attention au tirage !) et petit mur terminal, le tout face à la Croix de Provence et au-dessus de la brèche du Prieuré. Une belle ambiance donc pour les yeux, et une bonne pause pour les papilles sous ce dernier ressaut avec de nombreuses asperges encore bien vertes ! 

dans L7, athlétique !

dans L7, athlétique !

dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b
dans L9 et son pas de 6b

dans L9 et son pas de 6b

dans L10

dans L10

dans L12
dans L12

dans L12

dans L13 en dalle et traversée(s)
dans L13 en dalle et traversée(s)
dans L13 en dalle et traversée(s)

dans L13 en dalle et traversée(s)

vue sur la Sainte-Victoire sur le chemin du retour

vue sur la Sainte-Victoire sur le chemin du retour

28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 18:32

Le 27 et 29 avril 2018

Balade autour de l’étang de Bolmon vers les observatoires ornithologiques de la Palun et de Barlatier, juste au sud de l’étang de Berre. Entre les zones urbanisées, les pistes de l’aéroport, les autoroutes et les usines, les communes de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues offrent une zone protégée par le Conservatoire du Littoral au sud de l’étang de Bolmon, encore sauvage malgré cet environnement dégradé. On évolue sur des sentiers blottis sous la roseraie entre les marais, observe les rapaces et les cygnes depuis les observatoires ornithologiques, un vrai petit coin de Camargue échoué au bord de l’étang de Berre !

roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique
roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique

roselière et parterres de thym sur le sentier de l'observatoire ornithologique

dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !
dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !

dans les observatoires ornithologiques, la Camargue... à Marignane !

26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 22:01

Le 26 avril 2018

Vieille canaille, 6 longueurs, équipé, 6b max
A mon sens 5c+/6a/6b/6b/6a+/6b


Après plus d’un mois d’infidélité(s), retour sur les falaises soubeyrannes, dans une nouvelle voie voisine de « Ciao Bella » déjà parcourue plusieurs fois pour sa beauté et sa rapidité d’accès en un seul rappel en contrebas du parking. La voie « vieille canaille » remonte les murs et dévers de grès juste au nord de « Ciao Bella » en 6 longueurs dont aucune n’est à oublier. Du rocher (déjà) bon et beau de bas en haut, un équipement de qualité et de la grimpe finalement assez variée entre dalle, dièdre, dévers et mur raide concourent à en faire une très belle voie, parmi les plus belles du secteur. Mention spéciale pour la magnifique L3 en dalle de grès compacte sur une trentaine de mètres, L4 en toits (trop) athlétiques mais prisus et L6 à nouveau en dévers ludique puis traversée fine au-dessus d’un magnifique relais perché dans une grotte. Une voie qui devrait donc rapidement figurer dans les classiques de Canaille, pour une obligation qui ne dépasse sans doute pas le 6a+ (en L3 et L6).

dans L1
dans L1

dans L1

dans L2

dans L2

la vire avant L3

la vire avant L3

dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3
dans le magnifique mur compact de L3

dans le magnifique mur compact de L3

à la sortie du toit de L4
à la sortie du toit de L4

à la sortie du toit de L4

dans L5
dans L5
dans L5

dans L5

vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6
vues du relais à la base de L6

vues du relais à la base de L6

22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 18:26

Les 21 et 22 avril 2018

Itinéraire : Fouillouse - refuge de Chambeyron - couloir Bujon au Brec de Chambeyron - descente jusqu'au Y du couloir - couloir nord (arrêt à la selle) - refuge de Chambeyron - pointe de Chauvet - pas de la Souvagéa - vallon d'Aval - couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa - vallon d'Aval - le Pont Voûté

J1 : couloir Bujon et couloir nord au Brec de Chambeyron

Dénivelée : 1750 m (1900-2750-2600-3250-3000-3250-2600)

Difficulté : 5.1 pour la partie skiée (couloir Bujon, partie haute du couloir nord en neige froide mais compacte faite en aller-retour), plus de 45° sur 100 mètres puis plus de 40° sur 200 mètres

J2 : traversée de la pointe d'Aval avec un couloir de la Souvagéa au passage

Dénivelée : 1250 m (2600-3300-2350-2900-1650)

Difficulté : 4.3, environ 300 mètres à plus de 40° dont 100 mètres à 45° pour le couloir nord-ouest du point coté 3013 de la crête de la Souvagéa

Week-end de ski de couloirs autour du refuge de Chambeyron, idéalement situé au coeur du chaînon des aiguilles et du Brec éponymes en Haute-Ubaye et doté de tout le confort... qu'on ne peut ne pas attendre d'un refuge non gardé : lumière, poêle à charbon, couettes, toilettes sèches et même eau courante à quelques dizaines de mètres ! On y profitera pas de la solitude espérée mais en tout cas de beaux couloirs en conditions par contre inespérées, avec encore de la neige froide dans les parties encaissées ne voyant pas le soleil au-dessus de 2700 mètres, évoluant sans transition croûtée à la descente vers de la bonne moquette à poils plus ou moins ras suivant l'heure de descente ! Après une descente tendue du haut du couloir Bujon, on ne skiera par contre pass le haut du couloir nord du Brec, en neige un peu trop compacte pour une pente à 50°, et  s'arrêtera même au niveau de la selle neigeuse : la traversée puis le couloir à 55° au-dessus, suspendus au-dessus de 200 mètres de falaise, nous feront faire demi-tour, même en crampons !

On poursuivra malgré tout le lendemain dans la même veine (ou plutôt couloir !) sous la crête de Souvagéa, versant nord du vallon d'Aval, où des couloirs encaissés de 200 à 400 mètres de hauteur serpentent entre des tours rocheuses aux allures dolomitiques : là encore la moquette d'avril succède directement à la poudreuse de l'ombre des couloirs, avant par contre une neige totalement pourrie par la chaleur et l'absence de regel sous 2000 mètres. On enregistrera d'ailleurs une température de près de 20°C sur une terrasse de café à Maljasset  (1900 m) à 15h !

J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec
J1 : dans l'approche des  couloirs du Brec

J1 : dans l'approche des couloirs du Brec

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m
J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : montée dans le couloir Bujon jusqu'à l'arête à 3250 m

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y
J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : descente du couloir Bujon, en neige froide mais compactée , et arrêt au Y

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)
J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : montée du couloir nord, et ses 200 mètres à 50°, et arrêt à la selle juste sous la sortie sur le plateau sommital (au-delà traversée exposée puis couloir à 55° au-dessus de 200 mètres de falaise !)

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...
J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : descente à skis du bas du couloir nord, puis du bas du Bujon, encore de la poudreuse en cette fin avril estivale...

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : ... avant la neige de printemps (encore bien skiable à 15h) au-dessus du refuge de Chambeyron

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J1 : crépuscule sur le Brec de Chambeyron depuis le refuge éponyme

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa
J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : dans la montée à la pointe de Chauvet, devant la crête de la Souvagéa

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet
J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : panorama du sommet de la pointe d'Aval ou de Chauvet

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses
J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut  du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : dans la descente de la croupe sud-ouest de la pointe de Chauvet, puis du haut du vallon d'Aval, ambiance dolomitique sous les tours rocheuses

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande
J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 : remontée dans un couloir nord-ouest de la Souvagéa, arrêt sous la corniche déversante, vue vers les rochers du Pas de l'Ouléta et de l'Aiguille Grande

J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h
J2 :  dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : dans la descente du couloir, en poudreuse tassée, puis des pentes inférieures, en neige de printemps à point à 13h

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...
J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

J2 : ski de combat en bas du vallon d'Aval, neige pourrie sur toute son épaisseur et torrent en crue...

Rechercher