12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 09:06

Le 11 novembre 2016

la valse des dauphins, 3 longueurs, équipé, 6a max

6a/5b/6a

le pilier des fadolis, 4 longueurs, équipé, 6a max

6a/5c/6a/5c

Journée d’escalade dans 2 nouvelles dans un secteur récemment équipé situé juste à l’est des rappels du Collet au-dessus de l’aiguille de l’Eissadon. La falaise, coupée à mi-hauteur d’une large vire à garrigue, manque à cet endroit d’ampleur et de verticalité, ce qui explique sans doute qu’elle n’ait pas été exploitée plus tôt par les ouvreurs/équipeurs. En tout cas sa partie supérieure, haute d’une centaine de mètres, offre un beau calcaire très sculpté, un rocher parfois rond et chipseux qui évoque celui de la calanque de l’Oule voisine, et un cadre parmi les plus beaux des calanques au-dessus de la pyramide de calcaire de l’aiguille de l’Eissadon et face à l’enfilade des calanques occidentales.

Les 2 voies parcourues ce jour s’avèrent donc un peu hétérogènes, des sections raides et compactes côtoyant des portions plus délitées, mais comportent de très belles longueurs par la grimpe et le rocher, comme L1  de « la valse des dauphins », avec son mur inaugural sculpté de trous, un petit air de départ du « Linceul » à l’Oule (les nombreux spits en plus) et L4 du « pilier des fadolis », sur un mur sommital raide mais très sculpté et donc plus athlétique que technique, un petit air de fin de « sur les traces de Gaston » (le chenal en moins). Au final de belles mais courtes grandes voies dans un niveau 5c/6a, panoramiques et bien équipées (même si l’accès en rappels puis marche sur vire reste encore un peu délicat), et qui devraient devenir classiques par temps de mistral, les grandes voies équipées dans le niveau  5sup/6a sur des falaises sud n’étant pas si nombreuses dans les calanques !

dans la voie "la valse des dauphins"
dans la voie "la valse des dauphins"
dans la voie "la valse des dauphins"

dans la voie "la valse des dauphins"

vue vers les cordées du secteur "bonne femme"

vue vers les cordées du secteur "bonne femme"

dans les rappels du collet

dans les rappels du collet

sortie de L1 du pilier des fadolis

sortie de L1 du pilier des fadolis

les cordées adjacentes
les cordées adjacentes

les cordées adjacentes

dans la L3 du pilier des fadolis

dans la L3 du pilier des fadolis

cordée crépusculaire dans "avec toi c'est extra"

cordée crépusculaire dans "avec toi c'est extra"

sortie de L3 du pilier des fadolis

sortie de L3 du pilier des fadolis

dans L4 du pilier des fadolis

dans L4 du pilier des fadolis

lever de lune sur Castelvieil et les soubeyrannes

lever de lune sur Castelvieil et les soubeyrannes

10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 18:32

Le 7 novembre 2016

Beaux panoramas sur les Alpes à l’occasion d’un vol entre Marseille et Rome, au lendemain d’un épisode de pluie puis de mistral qui a bien nettoyé le ciel. L’excellente visibilité permettra donc d’observer l’ensemble des Alpes françaises au-dessus du Var et des Alpes Maritimes, avec notamment une vue qui englobe au-dessus de l’Esterel l’ensemble des Alpes françaises, de la côte d’Azur au versant sud-ouest du Mont-Blanc !

le lac de Bimont et la Sainte-Victoire

le lac de Bimont et la Sainte-Victoire

le lac Sainte-Croix, l'aval des gorges du Verdon et le versant sud de l'Estrop enneigé au second plan

le lac Sainte-Croix, l'aval des gorges du Verdon et le versant sud de l'Estrop enneigé au second plan

de l'Esterel au Mont-Blanc sur la moitié gauche de la photo

de l'Esterel au Mont-Blanc sur la moitié gauche de la photo

10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 18:30

Le 6 novembre 2016

Balade vers la Sainte-Baume autour de la chapelle du Saint-Pilon, montée par le col du Saint-Pilon et retour par le Pas de la Cabre, afin de profiter des couleurs d’automne qui commencent à apparaître dans la forêt de feuillis qui recouvre le versant nord de la montagne. De belles teintes pour des bucco-rhodaniens nourris à la monochromie des pinèdes, mais une polychromie assez limitée dans ces forêts dotés de peu d’essences, majoritairement du chêne pubescent dont la floraison automnale reste moins esthétique que l’exubérance colorée des érables ou même des hêtres…

vue vers la chapelle du Saint-Pilon depuis le pas de la Cabre

vue vers la chapelle du Saint-Pilon depuis le pas de la Cabre

à la descente sur le sentier nord du pas de la Cabre, vers la grotte Sainte-Marie Madeleine
à la descente sur le sentier nord du pas de la Cabre, vers la grotte Sainte-Marie Madeleine

à la descente sur le sentier nord du pas de la Cabre, vers la grotte Sainte-Marie Madeleine

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 18:22

Le 1er novembre 2016

9 longueurs, équipé, 6a max

5b/5c/6a/5c/6a/4/5c/4c

Nouveau parcours de la grande traversée du Bec de Sormiou, une voie atypique dans l’absolu mais assez classique pour les calanques, à savoir une traversée quasiment horizontale sur une dizaine de longueurs, de la grimpe donc sur les pieds avec du gaz et la mer entre les chaussons. La grimpe y est en général facile avec quelques pas de 6a bien protégés, sur le calcaire blanc et compact made in Marseilles, et dans une belle ambiance aérienne et maritime non moins caractéristique des calanques. La sortie par les 50 m de la belle cheminée de le Momie ajoute une note verticale et plus physique  à cette escalade principalement à flanc, une grande voie en tout cas beaucoup moins classique que les nombreuses voies qu’elle croise, chose appréciable en ce jour férié de vacances scolaires où les grimpeurs se sont tous donné rendez-vous à Sormiou !

dans la première longueur

dans la première longueur

dans la traversée, vue vers les cordées ascendantes dans les voies voisines
dans la traversée, vue vers les cordées ascendantes dans les voies voisines
dans la traversée, vue vers les cordées ascendantes dans les voies voisines

dans la traversée, vue vers les cordées ascendantes dans les voies voisines

dans la traversée, sur son beau rocher blanc

dans la traversée, sur son beau rocher blanc

dans l'avant-dernière longueur en traversée

dans l'avant-dernière longueur en traversée

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 18:16

Le 31 octobre 2016

« Celui qui remonte d’ici-bas ne sait pas tout redire», 3 longueurs, équipé, 6a max

5c/5c+/6a à mon sens

Retour dans les nouvelles voies de l‘aven du Cancéou, 2 semaines après leur découverte. Cette fois-ci on rajoute le masque et le tuba sur les cordes et les baudriers histoire de franchir le siphon d’accès et de sortie du lagon bleu de la porte de Rome, et après la courte plongée dans une eau encore proche des 20°C on remontera les 60 mètres de l’aven au-dessus du disque d’eau fluorescente du lagon. La sortie se fera cette fois par la voie « Celui qui remonte d’ici-bas ne sait pas tout redire», qui se termine par une longueur en traversée à 180° puis une bien verticale après un passage par une châtière. Au final de la grimpe variée en mur raide, dièdre, traversée et petit dévers, ludique et surtout diablement esthétique dans ce puits aux lumières extraordinaires, connu des spéléologues et maintenant accessible aux grimpeurs !

cherchez l'intrus

cherchez l'intrus

dans les rappels d'accès au fond de l'aven du Cancéou
dans les rappels d'accès au fond de l'aven du Cancéou

dans les rappels d'accès au fond de l'aven du Cancéou

dans le lagon bleu, vue sous-marine sur le siphon d'accès
dans le lagon bleu, vue sous-marine sur le siphon d'accès

dans le lagon bleu, vue sous-marine sur le siphon d'accès

ambiance psychédélique dans la première longueur
ambiance psychédélique dans la première longueur
ambiance psychédélique dans la première longueur

ambiance psychédélique dans la première longueur

dans la traversée
dans la traversée

dans la traversée

dans la dernière longueur en 6a

dans la dernière longueur en 6a

les calanques entre les entrées maritimes

les calanques entre les entrées maritimes

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 20:59

Le 30 octobre 2016

Après la randonnée dans l’encaissement ombragé des gorges de Saint-Pierre la veille, on retourne au soleil vers le lac d’Allos et les tours éponymes. Loin de la sauvagerie et de la solitude de la veille on y trouvera de très nombreux marcheurs attirés par la beauté et la rapidité d’accès des lieux, une demi-heure de marche sur un large sentier menant du parking du Laus situé à 2100 m au lac 150 mètres plus haut.  Un grand lac de moyenne montagne serti dans un cirque culminant aux tours calcaires d’Allos, et sublimé en cette fin octobre par les mélèzes colorés d’orange. La tour ouest d’Allos, dite petite tour, peut s’atteindre par une petite heure de marche depuis le lac et offre un panorama à 360° sur les Alpes du Sud avec entre autres de belles vues plongeantes sur les lacs de l'Encombrette.

les pozzines sur le plateau du Laus

les pozzines sur le plateau du Laus

le lac d'Allos dans sa parure automnale
le lac d'Allos dans sa parure automnale

le lac d'Allos dans sa parure automnale

luge panoramique sur les vestiges des chutes de neige de la mi-octobre

luge panoramique sur les vestiges des chutes de neige de la mi-octobre

vue depuis le sommet de la Petite Tour sur le lac d'Allos...
vue depuis le sommet de la Petite Tour sur le lac d'Allos...

vue depuis le sommet de la Petite Tour sur le lac d'Allos...

... et celui de l'Encombrette

... et celui de l'Encombrette

floraison automnale vers Villard Haut

floraison automnale vers Villard Haut

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 20:55

Le 29 octobre 2016

Week-end de randonnées dans le val d’Allos, un des coins sauvages des Alpes du Sud avec une longue vallée relativement peu touristique.

Les gorges de Saint-Pierre, véritable canyon situé au-dessus du village de Beauvezer, sont parcourues à mi-hauteur d’un sentier de chevrier taillé dans les falaises et offrent donc une superbe randonnée sur un chemin suspendu vertigineux mais suffisamment large pour ne pas être trop exposé. Une véritable ambiance « canyon » accessible aux promeneurs donc, un peu austère à l’ombre mais piquetée des taches de jaune et d’orange des feuillus en un milieu d’automne.

La vire suspendue laisse place brutalement à l’amont des gorges aux pentes douces d’un mélézin ensoleillé chaudement coloré d’aiguilles jaunes. On rejoint alors par un large sentier facile la cabane forestière de Congerman et ses tables en bois panoramiques, avant de faire demi-tour pour retrouver l’encaissement un peu oppressant mais toujours aussi esthétique des gorges.

premier ravin de robines vers la chapelle Saint-Pierre

premier ravin de robines vers la chapelle Saint-Pierre

sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre
sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre
sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre
sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre
sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre

sur le sentier suspendu des gorges de Saint-Pierre

l'encaissement sommital du torrent

l'encaissement sommital du torrent

soleil et couleurs flamboyantes à la sortie des gorges

soleil et couleurs flamboyantes à la sortie des gorges

la cabane forestière de Congerman

la cabane forestière de Congerman

retour par les gorges...

retour par les gorges...

... et la chapelle Saint-Michel

... et la chapelle Saint-Michel

22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 17:38
rochers de Baude et gorge de Badarel

Le 22 octobre 2016

Après-midi de randonnée dans l’extrémité occidentale du Lubéron au-dessus du village de Robion. Le sentier tracé sur ce versant ouest du Lubéron dominant la vallée du Rhône suit une longue vire à flanc de falaises, une véritable curiosité géologique à quelques kilomètres des rubans de bitume et de chemins de fer ! Comme souvent dans le Lubéron, le calcaire prend des formes insolites au milieu des pins et des cèdres, des baumes couvertes de lierre aux pitons percés de fenêtres, et la descente dans la gorge de Badarel donne l’occasion de découvrir un bel encaissement, certes court par rapport à celui des gorges de Régalon voisines, mais tout de même bien marqué pendant quelques dizaines de mètres.

les rochers de Baude vus du départ

les rochers de Baude vus du départ

sur la longue vire médiane
sur la longue vire médiane
sur la longue vire médiane

sur la longue vire médiane

le beau calcaire du Lubéron
le beau calcaire du Lubéron

le beau calcaire du Lubéron

mante religieuse

mante religieuse

dans l'encaissement des gorges de Badarel
dans l'encaissement des gorges de Badarel

dans l'encaissement des gorges de Badarel

22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 17:13
au fond du lagon bleu

Le 21 octobre 2016

« Prends-moi sec au-dessus du lagon bleu », 3 longueurs, équipé, 5c max

5b+/5c/5c à mon sens

Sortie par la fin de « l’oubli est la ruse du diable », 5 longueurs, équipé, 6a max

5b/5c+/6a/5b/5c+ à mon sens

Découverte d’une nouvelle (courte) grande voie au Cancéou, dans le gouffre ou l’aven de la porte de Rome, dont le fond peut s’atteindre à la nage par un court siphon depuis l’extérieur… ou par les 3 rappels  équipés de cette voie d’escalade. On y découvre une ambiance exceptionnelles, avec cet aven obscur vu du haut et qu’on découvre lors de la descente en rappel, à mesure que les yeux s’habituent à l’obscurité, avec en ligne de mire le disque bleu fluorescent du  « lac » intérieur au fond du puits. L’éclairage de ce lac par le bas lui confère sa couleur splendide (et illumine suffisamment le bas du gouffre pour se passer de frontale), une sorte de grotte du Capélan made in Cancéou, mais de développement vertical et non pas horizontal. On peut d’ailleurs s’y baigner par mer calme (la houle pénétrant dans cette cavité), et profiter de son souffle pour rejoindre l’extérieur par un court siphon, ou de ses avant-bras pour grimper les dévers surplombant ce lac, alors qu’une dalle peu inclinée en bord de lac fait office de plage… à l’abri des coups de soleil !

Pas facile donc de quitter ce cadre improbable fait d’eau fluorescente et de rochers illuminés de bleu, mais les 3/4 longueurs de sortie, très bien équipées et ne dépassant à mon sens jamais le 5c, s’avèrent également plaisantes avec une grimpe intéressante en dièdre, léger dévers et traversée. Le rocher malgré son aspect délité ne reste pas dans les mains, même si la poussière et le guano ( les fientes de gabians…) couvrent évidemment une bonne partie des prises dans ce terrain jamais nettoyé par le vent et la pluie.

La fin de la voie nouvellement équipée « l’oubli est la ruse du diable » permet entre autres lignes de sortir du Cancéou par 5 longueurs d’escalade en 6a max. Une longue et belle longueur en cheminée, au-dessus de la classique châtière de retour à la vire du Cancéou, offre notamment plus de 40 mètres d’escalade prisue mais athlétique sur un rocher parfois encore fragile mais toujours magnifique, partagé entre bouffigues de calcaire et véritables fours d’aragonite. Les 3 longueurs terminales restent en cran en-dessous en termes d’intérêt de l’escalade et de beauté du rocher, mais il est de toute façon difficile d’égaler la grimpe spéléologico-maritime du puits de la porte de Rome !

Au final un très bel itinéraire donc, les voies faciles et bien équipées dans l’ambiance extraordinaire de la grotte ayant vocation à devenir rapidement classiques dès la parution du nouveau topo d’escalade des calanques !

 

 

vues durant la marche d'accès sur les crêtes de Morgiou
vues durant la marche d'accès sur les crêtes de Morgiou

vues durant la marche d'accès sur les crêtes de Morgiou

vue vers les vires de la voie "l'oubli est la ruse du diable", une cordée dans la traversée en 6b+avant le rappel
vue vers les vires de la voie "l'oubli est la ruse du diable", une cordée dans la traversée en 6b+avant le rappel

vue vers les vires de la voie "l'oubli est la ruse du diable", une cordée dans la traversée en 6b+avant le rappel

descente en rappels dans l'aven de la Porte de Rome
descente en rappels dans l'aven de la Porte de Rome
descente en rappels dans l'aven de la Porte de Rome
descente en rappels dans l'aven de la Porte de Rome

descente en rappels dans l'aven de la Porte de Rome

dans le lagon bleu et ses lumières irréelles, baignade et deep water solo
dans le lagon bleu et ses lumières irréelles, baignade et deep water solo
dans le lagon bleu et ses lumières irréelles, baignade et deep water solo
dans le lagon bleu et ses lumières irréelles, baignade et deep water solo

dans le lagon bleu et ses lumières irréelles, baignade et deep water solo

remontée de l'aven : dans L1...
remontée de l'aven : dans L1...
remontée de l'aven : dans L1...

remontée de l'aven : dans L1...

... L2

... L2

... L3
... L3
... L3
... L3
... L3

... L3

sortie du boyau d'accès à la vire du Cancéou

sortie du boyau d'accès à la vire du Cancéou

dans la magnifique cheminée du puits
dans la magnifique cheminée du puits
dans la magnifique cheminée du puits
dans la magnifique cheminée du puits
dans la magnifique cheminée du puits
dans la magnifique cheminée du puits

dans la magnifique cheminée du puits

dans la dernière longueur de "l'oubli est la ruse du diable", au soleil couchant...
dans la dernière longueur de "l'oubli est la ruse du diable", au soleil couchant...

dans la dernière longueur de "l'oubli est la ruse du diable", au soleil couchant...

... juste avant le crépuscule sur le bec de Sormiou et les calanques orientales
... juste avant le crépuscule sur le bec de Sormiou et les calanques orientales

... juste avant le crépuscule sur le bec de Sormiou et les calanques orientales

16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 20:39
sur les faces de la Candelle

Le 16 octobre 2016

la voie de la croix (avec la première longueur de El Cap), 4 longueurs, équipé, 6b max

6a/6b/6a+/6a

la Suzon, 4 longueurs, équipé, 6b max

5c+/6a+/6b/6b

Journée d’escalade sur deux faces de la Grande Candelle, d’abord la face sud-ouest avec la voie dite de la croix puis la face nord avec la Suzon, 2 grandes voies de 4 longueurs principalement en 6a/b, relativement proches par leur niveau mais très différente par leur ambiance. Si la voie de la croix sillonne le bouclier de dalles de la face sud, le plus souvent sur le célèbre calcaire blanc local sculpté en goutte d’eau, dans un cadre ouvert face au large, la Suzon remonte une longue fissure raide de la face nord, sur un rocher moins adhérent et plus fragile, dans un style beaucoup plus physique à base de fissures et dièdres verticaux, et dans l’ambiance plus austère du cirque presque fermé constitué par les parois de la Candelle et du Candélon, un paysage moins souriant en cette journée balayée d’entrées maritimes, donc une voie adaptée à une journée grise.

Mention spéciale pour la Suzon avec son long crescendo de difficultés, et en point d’orgue le gros 6b terminal, de quoi achever des biceps déjà bien entamés par 3 longueurs bien raides, après quoi le parcours facile de la fin de l’arête de Marseille fait office d’une séance d’étirements bienvenue !

romarin en fleurs au départ

romarin en fleurs au départ

fin de L1 de "El Cap"

fin de L1 de "El Cap"

au départ de L2 de "la voie de la croix"

au départ de L2 de "la voie de la croix"

dans L3 de "la voie de la croix"
dans L3 de "la voie de la croix"

dans L3 de "la voie de la croix"

au relais sommital de L3 de "la voie de croix"

au relais sommital de L3 de "la voie de croix"

dans L1 de "la Suzon"

dans L1 de "la Suzon"

au départ de L2 de "la Suzon"

au départ de L2 de "la Suzon"

dans L3 de "la Suzon"
dans L3 de "la Suzon"

dans L3 de "la Suzon"

au départ de L4 de "la Suzon"

au départ de L4 de "la Suzon"

Rechercher