4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:16

Le 1er décembre 2015

Après la séance de masque et tuba la veille à Bandar Khayran, nouvelle journée de plongée libre (joli terme pour l’apnée !), cette fois-ci sur le récif le plus réputé d’Oman, à savoir celui des îles Daymaniyat au large de Muscat. Après une petite heure de bateau on atteint ce chapelet d’îles à peine émergées entourées d’un récif corallien effectivement magnifique, riche, dense et varié à l’instar de ce que j’ai pu voir par exemple à Madagascar ou en Indonésie. Dans la jungle de corail mou ou dur, de tables et de cerveaux de polypes, on trouve en abondance les poissons multicolores habituels dans les récifs coralliens, mais aussi tortues, seiches ou murènes rencontrés un peu moins fréquemment plus près du continent. Une très belle destination de plongée donc, qui plus est dans une eau moins trouble qu’ailleurs à Oman…

poissons perroquet, espèce parmi les plus répandues dans les eaux superficielles Omanaises

poissons perroquet, espèce parmi les plus répandues dans les eaux superficielles Omanaises

banc de poissons en plein nourrissage au plancton

banc de poissons en plein nourrissage au plancton

une tortue peu farouche

une tortue peu farouche

murène un peu plus farouche...

murène un peu plus farouche...

calamars

calamars

seiches en pleine étreinte, pas dérangés par le voyeur en masque et tuba !

seiches en pleine étreinte, pas dérangés par le voyeur en masque et tuba !

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:09

Le 30 novembre 2015

Retour dans la mangrove de Bandar Khayran, dont le littoral des îles recèle des récifs coralliens à la riche vie marine. L’île est de Bandar Khayran, découverte en avril 2013 par vent fort, temps couvert et températures frisquettes (un comble à Oman !), s’atteint à la nage par un court bras de mer d’une centaine de mètres. Bien loin de l’aridité et de la végétation steppique qui caractérise sa partie émergée ses fonds regorgent de formations coralliennes et de sa faune habituelle : poissons perroquets, clowns, balistes, seiches et pour les parties sablonneuses raies et soles. Une oasis de vie sous-marine donc sous le désert Omanais, même si cette profusion de vie vient d’eaux riches en plancton et donc à la visibilité plutôt mauvaise.

vue des fjords de Bandar Khayran, l'île est à gauche

vue des fjords de Bandar Khayran, l'île est à gauche

les coraux du coin, du mou et du cerveau
les coraux du coin, du mou et du cerveau
les coraux du coin, du mou et du cerveau

les coraux du coin, du mou et du cerveau

poisson coffre

poisson coffre

au-dessus des coraux

au-dessus des coraux

une sole insuffisamment camouflée

une sole insuffisamment camouflée

seiches mâle et femelle

seiches mâle et femelle

raie dans le chenal et son eau trouble, attention à ne pas marcher sur le dard venimeux !

raie dans le chenal et son eau trouble, attention à ne pas marcher sur le dard venimeux !

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:08

Le 29 novembre 2015

Troisième parcours de ce wadi situé sur le versant occidental du Hajar oriental, dont la partie aval recèle des vasques absolument splendides découvertes en 2012 et à nouveau parcourues en 2013. Depuis le village de Bidah, à l'amont de la partie aval (sic) un sentier peu marqué louvoie entre torrent et gros blocs dans le wadi qui s’encaisse de plus en plus ; après 2 belles vasques sous cascades il devient un véritable canyon dominée par des parois compactes de plusieurs centaines de mètres de hauteur. Le crux de l’encaissement est alors aussi celui de l’esthétisme, avec des vasques profondes aux couleurs féériques sous le soleil du début d’après-midi, un avant-goût du jardin d’Eden dans cette Arabie des canyons qui a tout de l’Arabie heureuse ! Et dire qu’on dormira dans l’océan de dunes du désert voisin de Wahiba quelques heures plus tard…

le village de Bidah au-dessus de sa palmeraie

le village de Bidah au-dessus de sa palmeraie

au début de la descente rive gauche

au début de la descente rive gauche

les premières grandes vasques, et leur faune sauteuse du jour
les premières grandes vasques, et leur faune sauteuse du jour

les premières grandes vasques, et leur faune sauteuse du jour

vue d'ensemble des splendides vasques médianes
vue d'ensemble des splendides vasques médianes
vue d'ensemble des splendides vasques médianes

vue d'ensemble des splendides vasques médianes

vue de détail des splendides vasques médianes
vue de détail des splendides vasques médianes
vue de détail des splendides vasques médianes

vue de détail des splendides vasques médianes

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:07

Les 28 et 29 novembre 2015

Avant et après le wadi Bani Khalid balades et bivouacs dans les dunes ocre et jaune du désert de Wahiba à quelques dizaines de kilomètres des montagnes du Hajar oriental. Un beau morceau d’erg facilement accessible par une piste de sable dur, mais drainant justement pas mal d’amateurs de conduites sur dunes dans ce pays où l’essence s’avère moins chère à la pompe que du soda… Nonobstant les quelques ronflements de 4*4 on profitera du confort de des bivouacs sous la voie lactée et sur le sable mou du lieu…

premier bivouac
premier bivouac

premier bivouac

les lignes du désert
les lignes du désert

les lignes du désert

balade dunaire au crépuscule
balade dunaire au crépuscule

balade dunaire au crépuscule

second bivouac sous la voie lactée

second bivouac sous la voie lactée

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:07

Le 28 novembre 2015

Les montagnes du Hajar au sud-est d’Oman tombent abruptement dans la mer d’Oman, les pluies torrentielles y ayant taillé une succession de canyons presque parallèles, avec notamment du nord au sud ceux de Ta’ab, Shab et Tiwi, qui comportent des encaissements très marqués, profonds, longs de plusieurs kilomètres et toujours en eau, un rêve de canyoneur au milieu des déserts arabiques ! Après une mise en bouche la veille dans le Wadi Shab et une nuit en bivouac au sommet de la piste d’approche on s’attaquera ce jour au canyon de Ta’ab, réputé technique et long, munis d’un bon topo trouvé sur Internet (dont on croisera d’ailleurs l’auteur par hasard quelques jours plus tard dans le canyon de Tiwi !) d’un non moins beau blog : www.https://climbing7.wordpress.com

On sera guidés par un habitant d’un des hameaux de bergers du coin vers le point de départ du canyon : le magnifique village abandonné de Ta'ab et ses habitations troglodytes dominant une splendide palmeraie encore exploitée. Quelques minutes de marche à travers le labyrinthe des falaj (canaux d’irrigation à Oman, peu à peu remplacés par les tuyaux en caoutchouc…) mènent à des vasques boueuses entrecoupées de désescalades malcommodes ou rappels sur maigres lunules. Un rappel enfin équipé de 50 mètres envoie dans une vasque vide uniformément couverte d’une couche de 10 cm de boue, dont on s’extrait par 5 mètres d’une escalade très délicate sur bloc poli et boueux. De vieilles cordes fixes facilitent ce passage, mais il convient de s’en méfier vu leur état très dégradé ; on en fera d’ailleurs les frais avec une mauvaise chute au sol et sur la tête qui rappellera si besoin était l’importance du casque !

Un autre rappel de 35 mètres mène enfin dans la première vasque aux eaux vertes, un grand bief de toute beauté perdu au milieu des parois de calcaire zébrées de grès. La suite reste magnifique tout du long de son kilomètre de développée en alternant biefs et petits rappels, dans un cadre atypique et varié fait de cascades de tuf parfois concrétionnées, placages de grès ou de conglomérat et rubans ou taches de verdure, un festival de formes et de couleurs modelées par les eaux en plein désert. Après ce parcours soutenu et donc relativement long on atteint un dernier bief taillé dans les falaises blanc chantilly avant de quitter le canyon rive gauche puis remonter en escalade facile par un itinéraire bien balisé de spits.

Au final un beau canyon technique, sans doute parmi les plus beaux d'Oman de par son encaissement extrême et la variété de ses formations géologiques, encore un cran au-dessus par exemple du Snake canyon plus au nord.

dans l'approche routière et au bivouac
dans l'approche routière et au bivouac

dans l'approche routière et au bivouac

durant l'approche, au-dessus du coup de hache du canyon

durant l'approche, au-dessus du coup de hache du canyon

dans la palmeraie abandonnée de Ta'ab
dans la palmeraie abandonnée de Ta'ab
dans la palmeraie abandonnée de Ta'ab
dans la palmeraie abandonnée de Ta'ab

dans la palmeraie abandonnée de Ta'ab

premier rappel sur fine lunule

premier rappel sur fine lunule

le rappel de 50 mètres et sa vasque boueuse d'arrivée
le rappel de 50 mètres et sa vasque boueuse d'arrivée

le rappel de 50 mètres et sa vasque boueuse d'arrivée

le rappel de 35 mètres et la première grande vasque, magnifique
le rappel de 35 mètres et la première grande vasque, magnifique
le rappel de 35 mètres et la première grande vasque, magnifique
le rappel de 35 mètres et la première grande vasque, magnifique

le rappel de 35 mètres et la première grande vasque, magnifique

rappel devant les concrétions de grès

rappel devant les concrétions de grès

vue de la partie haute du canyon

vue de la partie haute du canyon

plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès
plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès
plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès
plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès
plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès
plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès

plus en aval, entre blanc, vert et ocre, calcaire, cascades de tuf et concrétions de grès

une gargouille de tuf

une gargouille de tuf

dernières sections avant le bief final
dernières sections avant le bief final
dernières sections avant le bief final

dernières sections avant le bief final

le bief final dans le rocher blanc
le bief final dans le rocher blanc

le bief final dans le rocher blanc

portions d'escalade (bien équipée) à la sortie

portions d'escalade (bien équipée) à la sortie

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 15:06

Le 27 novembre 2015

Première journée de cette semaine de voyage à Oman dans le canyon de Shab, déjà remonté en 2012 et qui vaut surtout par sa magnifique grotte terminale accessible à la nage à travers une étroite faille en forme de trou de serrure. Une bonne entrée en matière pour ce séjour dans le désert arabique marqué sous le signe de l’eau, même si la facilité d’accès des lieux et la journée fériée à Oman conduiront à une fréquentation importante… Ce sera une autre histoire le lendemain dans le canyon voisin technique de Ta’ab...

de l'eau, des palmiers et des falaises, un wadi Omanais...

de l'eau, des palmiers et des falaises, un wadi Omanais...

dans les vasques à l'aval de la grotte
dans les vasques à l'aval de la grotte

dans les vasques à l'aval de la grotte

dans la grotte et sa faille d'entrée
dans la grotte et sa faille d'entrée

dans la grotte et sa faille d'entrée

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 19:42

Le 22 novembre 2015

3 longueurs, équipé, 6a +max

6a+/6a/5c

Demi-journée de grimpe sur la face sud de la Grande Candelle, assez bien abritée du mistral fort de ce jour. La voie de la cheminée Bouisson ne comporte que 3 longueurs sur une grosse centaine de mètres de hauteur, mais un triptyque variée en dalle, fissure et cheminée-dièdre, soutenu dans le niveau 5c/6a dans les 2 premières longueurs. La dalle initiale cotée 5c réservera d’ailleurs bien du chausson à retordre aux grimpeurs un peu juste dans ce niveau… L’équipement, quoique souvent obligatoire, s’avère correct, et les quelques friends que j’avais pris eu égard aux commentaires parfois faits sur cette voie sont sagement restés au baudrier ; il conviendra plutôt de garder quelques grandes sangles histoire de cravater un becquet au départ de L2 ou une lunule au premier tiers de L3.

Assez bien abrités du vent de nord-ouest jusqu’à la jonction avec l’arête de Marseille ; ensuite la sortie sur la crête plein mistral donnera une ambiance subitement hivernale à la journée, le froid et les doigts gourds limitant la pause panoramique au profit de la recherche du rappel de descente vers le col de la Candelle !

durant l'approche par le couloir du Candélon, entre vues sur la calanque des pierres tombées et piou-pious
durant l'approche par le couloir du Candélon, entre vues sur la calanque des pierres tombées et piou-pious
durant l'approche par le couloir du Candélon, entre vues sur la calanque des pierres tombées et piou-pious

durant l'approche par le couloir du Candélon, entre vues sur la calanque des pierres tombées et piou-pious

dans L1, dalle fine en 6a++ au départ
dans L1, dalle fine en 6a++ au départ

dans L1, dalle fine en 6a++ au départ

dans la belle fissure de L2
dans la belle fissure de L2
dans la belle fissure de L2

dans la belle fissure de L2

dans la cheminée spéléo de L3

dans la cheminée spéléo de L3

sortie ventée sur l'arête de Marseille
sortie ventée sur l'arête de Marseille

sortie ventée sur l'arête de Marseille

couleurs vespérales au retour sur le sentier des 13 contours
couleurs vespérales au retour sur le sentier des 13 contours

couleurs vespérales au retour sur le sentier des 13 contours

crépuscule derrière l'île Plane
crépuscule derrière l'île Plane
crépuscule derrière l'île Plane

crépuscule derrière l'île Plane

15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 21:43

Le 15 novembre 2015

Voie du Baou Rouge (et sortie par « pour la mémoire de nos enfants »)

6 longueurs, équipé, 6a+ max

5c+/5c/5b/5c+/5b/6a+ pour mon ressenti

Journée d’escalade sur la Tour Save à l’extrémité orientale du cirque du Devenson, l’un des secteurs les plus sauvages des calanques, sur la voie du Baou Rouge, la plus facile des lieux avec son niveau maximal 5c, mais qui sera remplacée ce jour dans sa dernière longueur par le magnifique 6a+ terminal de «pour la mémoire de nos enfants ».

Un état d’urgence suffit, et on évite pour l’accès à la voie les rappels éponymes, aussi gazeux qu’impressionnants, par ceux de « riz au lait » qui déposent en haut du cirque du Devenson. Après une descente sanglier dans la garrigue on rejoint les eaux azuréennes de la calanque du Devenson pour comme la veille profiter d’une mer encore tiède. Des cordes fixes permettent ensuite de rejoindre directement le départ de la seconde longueur, une fissure dièdre soutenue en 5c athlétique qui constitue peut-être le crux de la voie. La ligne remonte ensuite des piliers entrecoupés de dalles à gouttes d’eau pour rejoindre le collu au pied de la Tour Save et de la dernière longueur de « pour la mémoire de nos enfants », 50 mètres aussi beaux par leur escalade que par le cadre sur un éperon d’aragonite concrétionnée entre le cirque du Devenson et Castelvieil. Au final une grande voie parmi les plus belles des calanques dans le niveau 5sup, évidemment de par son ambiance mais aussi de par sa grimpe variée et souvent intéressante.

depuis le départ des rappels, vue de l'objectif du jour

depuis le départ des rappels, vue de l'objectif du jour

les falaises colorées du Devenson

les falaises colorées du Devenson

dans les rappels de "riz au lait"

dans les rappels de "riz au lait"

avant l'effort le réconfort, de l'eau qui approche encore les 20°C

avant l'effort le réconfort, de l'eau qui approche encore les 20°C

durant l'approche, entre 2 cordes fixes

durant l'approche, entre 2 cordes fixes

dans L3

dans L3

vue vers la calanque du Devenson

vue vers la calanque du Devenson

dans L5

dans L5

depuis la dernière longueur de "pour la mémoire de nos enfants", vue vers l'Eissadon et Castelvieil

depuis la dernière longueur de "pour la mémoire de nos enfants", vue vers l'Eissadon et Castelvieil

vue vers la longueur d'aragonite et la Tour Save

vue vers la longueur d'aragonite et la Tour Save

crépuscule vers Castelvieil

crépuscule vers Castelvieil

dans la dernière longueur de "pour la mémoire de nos enfants", photo de Laurent C.

dans la dernière longueur de "pour la mémoire de nos enfants", photo de Laurent C.

dans la dernière longueur du Baou Rouge

dans la dernière longueur du Baou Rouge

grimpe au Baou Rouge
crépuscule vers le Riou

crépuscule vers le Riou

dans le pilier d'aragonite de "pour la mémoire..."

dans le pilier d'aragonite de "pour la mémoire..."

grimpe au Baou Rouge
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 21:36

Le 14 novembre 2015

Balade sur le sentier des douaniers au départ de Bandol et donc en direction du port d’Alon. Après une première partie ingrate entre les ensembles résidentiels le chemin retrouve une curieuse forêt de chênes liège aux branches torturées puis le littoral, avec de belles vues sur le rocher aux allures de galère et son anse éponyme. Le rocher, d’accès officiellement interdit en raison du risque de chutes de pierres, s’atteint facilement en longeant l’anse de la galère, et offre une superbe dalle colorée veinée de filons rouges, verts et bleus, permettant le farniente entre 2 baignades dans une mer encore proche des 20°C.

vue sur l'anse de la galère depuis le sentier des douaniers

vue sur l'anse de la galère depuis le sentier des douaniers

le rocher de la Galère et ses veines colorées
le rocher de la Galère et ses veines colorées

le rocher de la Galère et ses veines colorées

les falaises littorales en face de la presqu'île de la galère

les falaises littorales en face de la presqu'île de la galère

12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 18:33

Le 11 novembre 2015

7 longueurs, (extrêmement) équipé, 5b+ max

4c/5b/5a+/5a/5b+/5b/4b

Demi-journée de grimpe au-dessus de Moustiers à l’entrée des gorges du Verdon. Du parking du col de Félines un bon sentier mène en une grosse demi-heure de marche sur une grande pyramide de rocher verdonesque (du calcaire gris compact travaillé en gouttes d’eau crochetantes) qui domine le lac de Sainte-Croix.

La voie de l’arête de la patte de chèvre louvoie autour de l’arête de gauche de cette pyramide, sans jamais dépasser le 5c, mais en offrant de belles sections de grimpe dans la dalle de L3 ou le dièdre de L7. Ses difficultés modérées, son équipement surabondant et ses relais généralement confortables facilitent également une initiation à l’escalade en tête sans trop de frayeurs…

escadron de vautours au départ

escadron de vautours au départ

dans L1, sous les vautours

dans L1, sous les vautours

sortie de L3, sur un beau rocher Verdonesque
sortie de L3, sur un beau rocher Verdonesque

sortie de L3, sur un beau rocher Verdonesque

dans le joli dièdre de L5

dans le joli dièdre de L5

sortie de L7 et de la voie

sortie de L7 et de la voie

crépuscule sur le lac de Sainte-Croix

crépuscule sur le lac de Sainte-Croix

Rechercher