16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:23

Le 15 juin 2021

Voie « le magicien d’Oz », 10 longueurs, équipé, 6b max
Cotations topo 5c/5c/5b/6a/5c/6a/6b/6a+/6a/6a
Ressenti 5c+/5c/5b/6a/5c/6a+ (soutenu)/6a+(soutenu)/6a/6a/6a+

Dernière voie d’escalade de ce séjour vallorcin, et pas la moindre, la voie dite Piola sur les dalles de Barberine. C’est une escalade absolument superbe de la première à la dernière de ses 10 longueurs, de la grimpe fine et variée, toute en placements sur ce beau granite sombre, souvent dalleux mais pas que. Tous les styles y passent, dalle à friction, fissure à doigts ou à Dülfer, dièdre, traversée, et quelques passages athlétiques, le tout avec des relais confortables sur des vires. Evidemment l’ambiance n’est donc pas celle du Verdon, les vires coupant la verticalité et le gaz, mais on grimpe tout de même près de 300 mètres de granite en 10 grandes longueurs bien individualisées. L’équipement reste excellent du bas en haut sur scellements, relais chaînés, points bien placés en général au niveau ou juste en-dessous des pas, laissant donc l’escalade obligatoire pour notre plus grand plaisir…
Comme quelques jours plus tôt sur la voie Cambon à Cognet, de la belle escalade plaisir sans tension nerveuse, merci aux équipeurs pour leur travail d’orfèvres du rocher !

L1 en... dalle
L1 en... dalle

L1 en... dalle

plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle
plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle

plus haut, un festival de belle grimpe à belle gestuelle

couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés
couleurs au retour dans les prés

couleurs au retour dans les prés

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:20

Les 13 et 14 juin 2021

Itinéraire : Charamillon – refuge Albert Premier – col des Fourches – cote 3100 sous le Glacier de l’Epaule – rimaye sous le col Adams Reilly – rive gauche du Glacier du Tour – ruisseau du Plagnard – sentier de Péclerey – le Tour
Sommet : 3450 m au col des Fourches
Dénivelée :
J1 : 500 m (2200-2700)
J2 : 1050 m (2700-2650-3450-3100-3350-1450)
Difficulté : 3.2, mais des pentes délicates entre les séracs dans la partie basse du Glacier de l’Epaule

Après les 2 courtes virées des jours précédents autour d’Emosson, départ vers le massif du Mont-Blanc et le Glacier du Tour à son extrémité septentrionale. La télécabine puis le télésiège de Charamillon permettent d’accéder au refuge Albert Premier en 2 petites heures sur un sentier déjà sec jusqu’à près de 2500 m, nonobstant quelques traversées de névé délicates. On profitera au refuge du crépuscule puis d’une belle nuit étoilée sans lune, des jaunes du crépuscule qui se lèvent au-dessus des Aiguilles Rouges au nord-ouest puis des blancs de la voie lactée au-dessus de l’Aiguille du Chardonnet au sud-est. Malgré le confort des dortoirs remplis à 50% avec le covid, la chaleur nocturne qui rend les duvets – non pris – superflus (pas de couverture, toujours à cause du covid), l’insomnie sera bien là, l’occasion contre mauvaise fortune bon cœur de tester mon nouvel objectif grand angle et très lumineux sur la voie lactée, le tout en sous-vêtements à 2700 m en pleine nuit sans la moindre impression de fraîcheur !
Quelques heures plus tard et malgré cette chaleur nocturne, on se félicitera sur le glacier d’un bon regel nocturne et d’une neige portante dure qui nous mènera facilement sous la face nord de l’Aiguille du Chardonnet. On renoncera alors au plan initial – l’arête est de l’Aiguille au-dessus de la Fenêtre Supérieure du Tour et du sérac de la Bosse, soit le départ de la classique arête Forbes – avec la glace très présente sous la Fenêtre Supérieure et l’exposition disparate des pentes – nord-est en haut, nord-ouest en bas, avec donc un dégel à 8h en haut et 11 h en bas…, pour le peu connu et sauvage col des Fourches. On remontera ensuite sur le Glacier de l’Epaule vers le col Adams Reilly, une courte mais superbe virée sur un glacier tourmenté où la trace se fait sur le bas entre les séracs. L’heure de descente sera alors optimale avec un début aux alentours de 9h30, moquette de 3300 m à 2700 m, puis après une courte transition en croûte, névé de 2600 m au déchaussage à 2050 m, pas mal pour une mi-juin presque caniculaire... L’itinéraire rive gauche du Glacier du Tour permet d’éviter la foule montant au refuge sur la moraine de la rive droite et d’optimiser l’enneigement sur une orientation plus protégée.
Encore de bonnes conditions de ski donc pour cette dernière sortie de la trentaine de la saison 2021, globalement riche en poudreuse et en bonne météo !

J1 : sérac sous le refuge Albert Premier

J1 : sérac sous le refuge Albert Premier

J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver
J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver

J1 : crépuscule sur le refuge d'hiver

J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8
J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8
J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8

J1-2 : voie lactée au-dessus de l'Aiguille du Chardonnet, test de l'objectif 24 mm F1.8

aube sur le Glacier du Tour
aube sur le Glacier du Tour
aube sur le Glacier du Tour

aube sur le Glacier du Tour

arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches
arrivée au Col des Fourches

arrivée au Col des Fourches

descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet
descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet

descente sous les séracs de la face nord du Chardonnet

sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs
sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs

sur la branche est du Glacier de l'Epaule, grande ambiance entre les séracs

plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour
plus bas rive gauche du Glacier du Tour

plus bas rive gauche du Glacier du Tour

neige rigolée en bas du glacier
neige rigolée en bas du glacier
neige rigolée en bas du glacier

neige rigolée en bas du glacier

sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard
sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard

sous le glacier puis sur le ruisseau du Plagnard

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:18

Le 12 juin 2021

Itinéraire : Fontanabran en aller-retour depuis le barrage d’Emosson, par la Combe du Col, le lac de Fontanabran puis la pente sud sous la croupe suspendue ouest
Sommet : 2700 m
Dénivelée : 850 m (1950-2000-1950-2700-1950-2000-1950)
Difficulté : 4.1 pour la pente raide sud d’accès à la crête ouest sommitale

Retour dans le bassin d’Emosson pour une seconde virée à skis sur l’un des sommets dominant le lac à l’est : Fontanabran. Comme la veille les coqs de bruyère se donnent en spectacle pour les femelles, mais aussi les automobilistes, sur la route du barrage, et le tyrannosaure en plastique reste à l’affût dans le premier tunnel. Après près d’une heure de marche sur la route, le long de la rive est du lac, on chausse immédiatement, et on atteindra encore le sommet de Fontanabran sans le moindre déchaussage, d’abord par un fond de gorge esthétique dans les affleurements de cargneule puis des pentes se redressant sous le sommet.
Comme la veille la neige sera la meilleure… sur le névé sous 2400 m, de quoi enchaîner de beaux virages avant la longue marche retour à flanc jusqu’au col de la Gueulaz, heureusement panoramique au-dessus du lac en cours de dégel aux 50 nuances de bleus.

des couleurs sur le blanc

des couleurs sur le blanc

du sommet vue vers la face est des Pointes d'Aboillon

du sommet vue vers la face est des Pointes d'Aboillon

sur la raide pente sud d'accès au sommet
sur la raide pente sud d'accès au sommet
sur la raide pente sud d'accès au sommet

sur la raide pente sud d'accès au sommet

en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !
en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !

en bas du versant ouest de Fontanabran, de la cargneule dans la gorge d'accès !

Fontanabran à skis
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac
retour à pieds le long du lac

retour à pieds le long du lac

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:17

Le 11 juin 2021

Voie « l’écume des ours », 3 longueurs, équipé, 6b max
A mon sens 5a/6b (soutenu et obligatoire)/5c, arrêt à mi-longueur dans L2
Sortie par les 2 longueurs finales de « traces de grizzri », 2 longueurs, équipé, 6a+ max
A mon sens 6a+ (soutenu et obligatoire)/5b

Après le ski de la matinée, on remplace les chaussons thermoformables contre les chaussons d’escalade sur la dalle de Vallorcine, un site surtout de couennes mais aussi de petites grandes voies sur un escarpement de granite d’une petite centaine de mètres de hauteur. La dalle sommitale haute d’une cinquantaine de mètres est superbe, du granite compact et lisse sillonné de voies dans le 6a/b où tous les pas sont obligatoires et l’escalade un peu engagée. On renoncera d’ailleurs au milieu de « l’écume des ours », un pas de 6b à friction trop loin au-dessus du point à mon goût, pour nous rabattre dans une voie à droite aussi soutenue mais un zeste moins difficile !

dans L1 de "l'écume des ours"

dans L1 de "l'écume des ours"

dans L2 de "l'écume des ours"
dans L2 de "l'écume des ours"

dans L2 de "l'écume des ours"

sur la longueur en dalle de "traces de grizzri"
sur la longueur en dalle de "traces de grizzri"

sur la longueur en dalle de "traces de grizzri"

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:15

Le 11 juin 2021

Itinéraire : Bel-Oiseau (point coté 2643 au sud du col du Bel Oiseau) en aller-retour depuis le barrage d’Emosson par la combe ouest
Sommet : 2650 m
Dénivelée : 800 m (1950-2000-1950-2650-1950-2000-1950)
Difficulté : 2.3

Première journée de ski de randonnée autour du lac d’Emosson, sur un itinéraire relativement rapide d’accès depuis le barrage. La montée en voiture au barrage à 5h30 permettra d’observer longuement et parfois de près de nombreux tétras-lyres - dont un coq en parade nuptiale - attendant le lever de soleil. Pas de photo malheureusement avec mon unique objectif grand angle, mais un joli spectacle visuel… et sonore avec les roucoulements des mâles, avant de mettre les skis sur le sac direction… Bel Oiseau, et de croiser un tyrannosaure dans le premier tunnel d’accès à la rive est du lac. 
On chaussera sur cette route à 1950 m avant de remonter la combe ouest menant à la crête sommitale au nord de Bel Oiseau. Superbe ambiance au sommet sur une lame de calcaire entre cumulus bourgeonnants à l’est et lac en cours de dégel à l’ouest, et la descente sera globalement bonne entre neige de printemps en cours de décaillage au départ, courte section mal regelée au milieu, avant le névé du bas peu sensible aux cycles de regel, pas de quoi se plaindre mi-juin malgré l’heure et demi de portage (panoramique) à l’horizontal du jour.
Un itinéraire un peu court, mais avec la chaleur de cette mi-juin le court créneau de décaillage de la neige donne une bonne excuse à la paresse, et puis la journée se poursuivra l’après-midi sur le granite au-dessus de Vallorcine !

au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord
au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord
au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord
au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord
au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord

au sommet, la Tour Salière et le Ruan au nord

descente au-dessus du lac
descente au-dessus du lac
descente au-dessus du lac

descente au-dessus du lac

entre cumulus et soleil
entre cumulus et soleil
entre cumulus et soleil

entre cumulus et soleil

arrivée au lac puis au barrage
arrivée au lac puis au barrage
arrivée au lac puis au barrage
arrivée au lac puis au barrage

arrivée au lac puis au barrage

16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 17:13

Le 10 juin 2021

Voie « le Trident du Drac », 11 longueurs, équipé, 6a max
A mon sens 5b+/5b/5c+(1 pas)/4/5b/5c+(soutenu)/5b/5b/6a+ (soutenu)/4/6a(1 pas)

Sur la route de la Haute-Savoie, halte en Matheysine pour y grimper l’une des dernières créations de Jean-Michel Cambon, décédé peu après l’équipement de cette voie dans le secteur. « Le Trident du Drac » est une grande voie d’une dizaine de longueurs qui passe sur une curiosité géologique dominant les gorges du Drac sous le village de Cognet, une lame de rocher dressée en 3 aiguilles, dont l’itinéraire suit le plus souvent le fil. C’est une très belle voie, surtout pour la beauté de ce cadre rocheux insolite au-dessus des eaux du Drac, mais aussi pour la grimpe, notamment dans L6 soutenue dans le petit 6a et en L9 dans le 6a+. Merci encore pour l’énorme travail de repérage, ouverture, équipement, purge et consolidation du rocher, Jean-Michel Cambon ayant même ajouté une planche sous le relais de l’unique rappel de la voie pour rendre son départ plus confortable !
De la grimpe plaisir donc, bien (voire presque trop) équipée, tout comme quelques jours plus tard une autre voie d’un autre équipeur de haut vol - Michel Piola !

le Trident de profil

le Trident de profil

L1

L1

L3
L3
L3

L3

L5

L5

sortie de L6

sortie de L6

L7, avant le rappel
L7, avant le rappel

L7, avant le rappel

L9
L9
L9

L9

6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 19:05

Le 6 juin 2021

Itinéraire : les Quatre Chemins – Tête de la Commune – Colle de Fède – le Jas de Marquand – les Faisses de Montrieux – Planier – la Gueirarde – Rochers de l’Aigle – la Gueirarde – Abîme de Maramouyé – vallon de Carnaval – Tête du Cade – le Puits d’Envès – la Tête de l’Eveque - les Quatre Chemins
Journée de VTT sur le plateau du Siou Blanc entre Sainte-Baume et côte varoise, un immense plateau karstique… nonobstant les restes d’un volcan à son extrémité sud-ouest vers les Rochers de l’Aigle. On roulera sur pistes et monotraces sans parfois croiser personne durant plusieurs heures, profitant donc de l’ombre dans cette grande forêt méditerranéenne bien préservée et plus riche en chênaies qu’en pinèdes. Les genêts en forêts de fleurs jaunes odorantes et les cistes blancs donneront un cachet particulier aux blocs de basalte des Rochers de l’Aigle et à leur carrière abandonnée, surprenant de découvrir cette géologie volcanique au cœur de la Provence verte ! 
Au final un joli parcours sauvage (abstraction faite des moteurs qui hurlent sur le circuit du Castellet voisin…) d’une trentaine de kilomètres et 800 mètres de dénivelée, roulant tout du long et agrémenté de belles descentes, notamment la première versant sud sur le long monotrace au-dessus du Jas de Marquand.

sous les chênes et sur les prés fleuris des monotraces du Siou Blanc
sous les chênes et sur les prés fleuris des monotraces du Siou Blanc
sous les chênes et sur les prés fleuris des monotraces du Siou Blanc

sous les chênes et sur les prés fleuris des monotraces du Siou Blanc

entre les genêts versant nord des Rochers de l'Aigle
entre les genêts versant nord des Rochers de l'Aigle
entre les genêts versant nord des Rochers de l'Aigle

entre les genêts versant nord des Rochers de l'Aigle

falaises et blocs de basalte couverts de lichens au sommet des Rochers de l'Aigle
falaises et blocs de basalte couverts de lichens au sommet des Rochers de l'Aigle
falaises et blocs de basalte couverts de lichens au sommet des Rochers de l'Aigle
falaises et blocs de basalte couverts de lichens au sommet des Rochers de l'Aigle

falaises et blocs de basalte couverts de lichens au sommet des Rochers de l'Aigle

6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 18:18

Le 6 juin 2021

Exploration du versant sud du Grand Puech et de sa muraille de falaises de calcaire blanc visibles de loin. L’approche se fait commodément en VTT depuis Mimet sur les pistes qui ceinturent la montagne jusqu’à la  base du versant sud au point coté 568, où quelques sentes plus ou moins marquées se transforment rapidement en passages de sanglier, avant de disparaître complètement à mesure que la pente de raidit. Plus haut ce sera donc un bartassage d’anthologie à travers la garrigue de kermès et de chèvrefeuille, un combat permanent contre branches et troncs pour gagner quelques mètres, de quoi rappeler si besoin était la difficulté de se déplacer hors sentiers dans la garrigue. L’arrivée au sommet sera donc vécue comme un soulagement sur le « boulevard » du sentier de crêtes !

les barres de calcaire versant sud du Bau Trauqua
les barres de calcaire versant sud du Bau Trauqua

les barres de calcaire versant sud du Bau Trauqua

fleurs et simili-borie au départ de la partie pédestre
fleurs et simili-borie au départ de la partie pédestre
fleurs et simili-borie au départ de la partie pédestre

fleurs et simili-borie au départ de la partie pédestre

aménagement sous la Tête du Grand Puech

aménagement sous la Tête du Grand Puech

5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 17:57

Le 5 juin 2021

Première sortie en kayak de mer de la saison 2021 entre Corbières et Figuerolles sur le rivage oriental de la côte bleue, qui réserve entre autres de belles criques peu ou pas fréquentées, un "tombant" ombragé riche pour la plongée apnée et un lac d'eau de mer (non visité ce jour) niché dans une superbe géologie. La mer encore fraîche (entre 18 et 19°C) mais calme malgré le petit vent d'ouest permet tout de même de tester le nouveau kayak gonflable (de voyage) et de boucler la boucle des sports de fin de printemps, avec en moins d'un mois des sorties canyonisme, ski de randonnée, kayak de rivière, escalade, VTT, kayak de mer et plongée apnée 

les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier
les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier
les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier
les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier
les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier
les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier

les criques bondées de la côte bleue - 1 : le Coucourdier

les criques bondées de la côte bleue - 2 : l'Establon
les criques bondées de la côte bleue - 2 : l'Establon
les criques bondées de la côte bleue - 2 : l'Establon

les criques bondées de la côte bleue - 2 : l'Establon

sur les parois à l'ombre, éponges et doris (première observation pour moi)
sur les parois à l'ombre, éponges et doris (première observation pour moi)
sur les parois à l'ombre, éponges et doris (première observation pour moi)
sur les parois à l'ombre, éponges et doris (première observation pour moi)

sur les parois à l'ombre, éponges et doris (première observation pour moi)

sous les parois à l'ombre : éponge tubulaire rose et rascasse
sous les parois à l'ombre : éponge tubulaire rose et rascasse
sous les parois à l'ombre : éponge tubulaire rose et rascasse

sous les parois à l'ombre : éponge tubulaire rose et rascasse

5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 17:55

Le 5 juin 2021

le calendal, équipé, 6a+ max
5c/6a+(soutenu)/5c+(soutenu)/6a+(1 pas)


Retour dans cette belle voie d'En Vau 6 ans après son premier parcours. Dans le niveau bon 6a c'est sans doute la plus belle de la rive nord d'En Vau, 4 longueurs souvent soutenues dans le niveau, notamment L2 avec 2 pas bien marqués au début et sous la traversée finale, et L3 magnifique sur cette dalle à gouttes d'eau homogène et soutenue... dans le 5c.
Le crux est à mon sens la traversée sous bombé de L4, pas facile sur rocher un peu usé et avec les doigts qui poissent sous la chaleur. La traversée finale de L2 est certes non protégée sur 3 mètres mais s’avère facile dans le 5b/c si l'on prend la peine de suivre les prises vers le haut et non pas de tirer au plus court vers le relais...
Une voie belle donc pour la grimpe mais aussi et surtout pour son cadre au-dessus des eaux aux couleurs psychédéliques d'En Vau, un peu moins encombrées de bateaux désormais avec l'interdiction de mouillage toute récente. Le mieux pour optimiser les 50 nuances de turquoise est de venir ici juste avant le solstice d'été, lorsque le soleil est assez haut pour éclairer la calanque et même la falaise en fin de matinée.

vue vers la calanque d'En Vau depuis la vire éponyme

vue vers la calanque d'En Vau depuis la vire éponyme

L1
L1

L1

L2
L2
L2
L2

L2

L3
L3

L3

L4 (voilà des légendes synthétiques !)
L4 (voilà des légendes synthétiques !)

L4 (voilà des légendes synthétiques !)

Rechercher