3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 21:07

Le 3 février 2019
Voie « le toboggan de la corniche», L2 et L3, 2 longueurs, équipé, 5c+ max
5c/5c+
Puis traversée des écureuils jusqu’à la voie suivante :
Voie « le pilier du Styx », 4 longueurs, équipé, 6b+ max
5c+/AO ou 6c (?)/6a+/6a à mon sens
Retour par les « petites escalades »… en désescalade


Journée variée vers les falaises de l’Oule, entre grandes voies et randonnées du vertige, avec en dénominateur commun du calcaire  blanc ciselé au-dessus de l’eau. Avec la fermeture de la route du col de la Gardiole l’approche se fera depuis la presqu’île de Cassis puis le Trou du Serpent, de quoi échapper en partie dans l’abri des pinèdes au fort mistral qui balaie les calanques. Ce sera mon troisième parcours du bas de la voie du toboggan de la corniche, mais sans doute pas le dernier car on ne se lasse pas facilement de ces grandes dalles de calcaire blanc ciselé perchées au-dessus du golfe de l’Oule, avec par mer agitée comme ce jour, de superbes points de vue sur les tourbillons qui colorent la Méditerranée sous les chaussons.
 On rejoindra ensuite sous un ciel voilé et donc des températures bien froides (qui nous feront renoncer au projet initial plus technique) le bas de la voie du « pilier du Styx », 4 longueurs récemment (bien) équipées qui remontent un pilier au rocher de qualité… croissant avec l’altitude. On commence par marcher sur des oeu… euh grimper sur un rocher beau et coloré, décoré de filons de quartz et d’aragonite, mais aussi fracturé et fragile, avec un crux en L2 qui passera d’ailleurs grâce aux prises les plus solides, les dégaines accrochées aux spits ! La suite par contre se fera sur une excellent calcaire compact, découpé comme rarement en L3, au point  qu’y serrer les prises s’avère douloureux.  On a donc guère envie de tomber sur cette râpe à grimpeurs couverte de mini-rasoirs de calcaire, et on profite donc avec plaisir mais vigilance de cette très belle longueur dalleuse sur un éperon suspendu, avant une dernière longueur encore belle et intéressante en fissure malcommode. Le retour en corde tendue par les arêtes situées sous l’abri Azemas puis les petites escalades près du Trou du Canon complèteront cette longue journée, finalement passée autant en baskets qu’en chaussons !

dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué
dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué

dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué

dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !
dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !
dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !

dans L2 du toboggan de la corniche, vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !

dans L3 du toboggan de la corniche

dans L3 du toboggan de la corniche

la cordée dans le toit du piton masqué

la cordée dans le toit du piton masqué

dans L1 du pilier du Styx

dans L1 du pilier du Styx

dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule
dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule

dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule

sur le rocher abrasif de L3 du pilier du Styx

sur le rocher abrasif de L3 du pilier du Styx

dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx
dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx
dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx

dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx

au retour, vue vers Castelvieil, un de mes coings préférés des calanques, en escalade, kayak de mer et plongée apnée !

au retour, vue vers Castelvieil, un de mes coings préférés des calanques, en escalade, kayak de mer et plongée apnée !

27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 19:28

Le 27 janvier 2019

Voie « Tora Bora», 3 longueurs, équipé, 6b+ max
6b/6b (1 pas bloc)/6b+, puis
Voie « la vie au grand air », 4 longueurs, équipé, 6c max
A mon sens 5c/6b+/6c/6a


Au menu du jour deux grandes voies, petites mais costaudes, avec un crescendo de difficultés jusqu'à un niveau bien ambitieux pour un grimpeur des dimanches... sans poudreuse !

Tora Bora offre 2 belles longueurs, la première pour ses 40 mètres de 6b soutenu avec un registre presque complet de styles : dalle, fissure à Dülfer, dièdre, petit dévers... de quoi s'échauffer pour la splendide troisième longueur, sur un rocher qui confine à l'exceptionnel dans le mur blanc et lisse final, suspendu sur son éperon au-dessus des bandes de Forbes du glacier de Marseilleveyre devant le Riou.
Après une descente en 2 rappels on s’oriente vers « la vie au grand air », qui vaut surtout pour sa troisième longueur sur un gendarme de calcaire plein gaz, de la grimpe aussi fine qu'athlétique... "au grand air", et même plein vent pour la suite ! C’est sans doute la plus belle des 3 voies déjà parcourues dans le secteur nouvellement équipé du cirque de la Galinette, même si très imparfaitement protégée du mistral…

au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou
au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou

au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou

dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue

dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue

après le pas de bloc de L2

après le pas de bloc de L2

sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher
sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher

sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher

descente en  2 rappels dans la voie

descente en 2 rappels dans la voie

la voie suivante : "la vie au grand air"

la voie suivante : "la vie au grand air"

dans L1

dans L1

sur le bitard de L3
sur le bitard de L3

sur le bitard de L3

vue depuis le relais sommital de L4

vue depuis le relais sommital de L4

26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 17:03

Le 26 janvier 2019

Faute de ski de randonnée, à cause de ce flux de nord-ouest récurrent depuis fin décembre, synonyme de sécheresse et de vents du nord forts dans les Alpes du Sud, et donc de conditions de neige très médiocres, on se rabat sur un autre sport de glisse plus adapté aux terrains rocailleux de Provence : le VTT ! 
Poursuite de la reprise en deux roues aujourd’hui entre les 2 forts de Niolon, sur la route des plus beaux monotraces de la côte bleue : des sentiers taillés dans la garrigue, entre les ajoncs jaunes de fleurs, au-dessus du golfe de Marseille et face à la « skyline » de la Joliette. La portion située entre la route Pompidou et le fort de Figuerolles, sur une crête panoramique au-dessus du vallon des Fontêtes,  et qui alterne montées et descentes entre les pins et les ajoncs, puis les passages en corniche sur un antique chemin muletier, valent bien les quelques claques de mistral prises parfois  sur les crêtes !

vers le fort de Niolon Haut
vers le fort de Niolon Haut

vers le fort de Niolon Haut

VTT aux forts de Niolon
singles vers le fort de Figuerolles
singles vers le fort de Figuerolles
singles vers le fort de Figuerolles

singles vers le fort de Figuerolles

20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 11:40

Le 19 janvier 2019

Voie « le droit de rêver », 6 longueurs, équipé, 6b max
A mon sens 5c/6a+/5b/marche/6a+/6b/5c pour la dernière longueur de sortie par l’arête de 10 heures


Retour sur la falaise des Walkyries, voisine de la jolie voie déjà parcourue 2 fois « six à nous trois ». La voie du « droit de rêver » remonte sur 2 grandes  longueurs un pilier situé à l’extrémité ouest de la vire du nid d’aigle, puis rejoint par une sente de quelques centaines de mètres le versant sud-ouest de la falaise qui soutient l’arête de 10 heures, par laquelle on peut d’ailleurs sortir. Si le départ s’avère particulièrement ingrat avec une traversée exposée non protégée et non protégeable sur rocher délité pour rejoindre un premier point rouillé… la suite récompense largement les sueurs froides initiales avec de très beaux passages d’escalade. Ainsi la seconde longueur remonte un pilier compact de calcaire blanc par une escalade variée et soutenue dans le 6a, où l’on louvoie autour du fil à la recherche des passages les plus faciles… et des spits, et comporte un dernier pas de rétablissement pas anodin ! 
La seconde partie au-dessus du GR98 s’avère un peu plus difficile dans ces 2 premières longueurs, avec quelques pas de 6a+ dans la première puis une seconde variée et soutenue dans le 6a+/b, avec dans l’ordre dièdre, traversée et dalle. La fin sur le haut de l’arête de 10 heures, moins délicate,  n’en est pas moins la plus chouette, une mini course d’arêtes sur des gendarmes typés montagne quelques centaines de mètres au-dessus de la mer face aux péninsules du Bec de Sormiou, du Cap Morgiou et de Cap Canaille.

au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou
au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou
au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou

au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou

sortie de L1

sortie de L1

sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+
sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+

sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+

dans la courte L3
dans la courte L3
dans la courte L3

dans la courte L3

dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)

dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)

fin de L5

fin de L5

la fissure de L6

la fissure de L6

sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures

sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures

20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 11:30

Les 15 et 18 janvier 2019

Quelques vues d'avion depuis les vols Paris-Rome du 15 janvier et Rome-Marseille du 18 janvier.

le 15 janvier : le Mont Aiguille

le 15 janvier : le Mont Aiguille

le 15 janvier : Jura et Lac Léman

le 15 janvier : Jura et Lac Léman

le 15 janvier : les Bornes et le Haut-Giffre

le 15 janvier : les Bornes et le Haut-Giffre

le 15 janvier : Parmelan et sa couronne de nuages

le 15 janvier : Parmelan et sa couronne de nuages

le 15 janvier : de l'Aiguille Rouge au dôme de la Sache

le 15 janvier : de l'Aiguille Rouge au dôme de la Sache

le 15 janvier : la Grande Sassière

le 15 janvier : la Grande Sassière

le 15 janvier : la Haute-Maurienne et l'Albaron

le 15 janvier : la Haute-Maurienne et l'Albaron

le 15 janvier : Bracciano devant son lac éponyme et les Abruzzes au fond

le 15 janvier : Bracciano devant son lac éponyme et les Abruzzes au fond

le 16 janvier : dans le centre historique d'Ascoli Piceno

le 16 janvier : dans le centre historique d'Ascoli Piceno

le 18 janvier : mur de föhn au Corno Grande

le 18 janvier : mur de föhn au Corno Grande

le 18 janvier :  les calanques et Marseille
le 18 janvier :  les calanques et Marseille
le 18 janvier :  les calanques et Marseille

le 18 janvier : les calanques et Marseille

13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 14:47

Rapide retour en images sur l'année nature 2018, encore et toujours à la recherche des plus belles lumières et couleurs de la nature sauvage.

Après une viré héliotrope de début d'année sur la belle géologie volcanique et insulaire de Ténérife 

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

on profitera d'un hiver exceptionnel, avec un enneigement record gratifié de très bons créneaux nivo-météorologiques, 

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

de bons créneaux encore présents durant une semaine de ski de randonnée-escalade en Italie centrale

rétrospective 2018
rétrospective 2018

avant une fin de saison perturbée par un flux d'est chaud et instable, mais dont on retiendra une traversée Valgaudemar-Vénéon originale et engagée dans une ambiance glaciaire magnifique

rétrospective 2018

On se rabattra alors sur l'escalade dans les calanques,

rétrospective 2018
rétrospective 2018

la randonnée, avec encore de belles découvertes dans une Provence décidément riche en coings encore confidentiels,

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

sans compter la visite de 3 grottes des calanques exceptionnelles par leur concrétionnement et état de préservation en regard de leur facilité d'accès, avec en particulier une splendide grotte marine peut-être (re ?) découverte, l'un des temps forts de l'année nature !

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

L'été sera éclectique, entre une unique session de canyon entre les orages, une petite semaine d'escalade dans l'Ubaye,  toujours de la grimpe dans les calanques, 

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

et surtout une pratique nouvelle mais assidue du kayak de mer, conçu comme moyen d'exploration et d'approche pour les grottes marines et la plongée apnée

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

L'automne se passera quant à lui sous d'autres cieux et d'autres mers, découverte des forêts québecoises au pic de flamboyance des érables, balades dans le Maroc méditerranéen et raid en kayak de mer dans la péninsule Omanaise du Musandam.

rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018
rétrospective 2018

avant un début d'hiver marqué par des premières sorties ski de bonne qualité en Ubaye, pourvu que le reste de la saison soit à l'image de la précédente !

rétrospective 2018
rétrospective 2018
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 14:45

Le 12 janvier 2019

Voie « le festin de Satan » pour son premier ressaut uniquement
3 longueurs, équipé, 6a+ max
A mon sens 5b/5c/6a+
Reprise de l’escalade au retour du Martinique, sur la première partie de la voie « le festin de Satan » située sous la vire du sentier des corniches Paretti.  Les 3 grandes longueurs de difficulté croissante partent d’une terrasse blottie quelques mètres au-dessus de l’eau avant de remonter de grandes dalles peu inclinées puis un dernier mur final un peu plus athlétique, pour globalement de la grimpe facile et peu soutenue. Plus que l’escalade c’est l’ambiance calanques qu’on vient chercher dans ces falaises parmi les plus isolées et sauvages des calanques : la mer qui mugit sous les chaussons, parfois couverte par les cris des gabians, et le rocher blanc vertical tacheté de vert autour.  

dans l'approche, devant la Grande Candelle

dans l'approche, devant la Grande Candelle

dans les 3 rappels d'accès
dans les 3 rappels d'accès
dans les 3 rappels d'accès

dans les 3 rappels d'accès

au départ

au départ

L1
L1

L1

L2
L2
L2
L2

L2

au retour, vue vers les dalles de la Lèque
au retour, vue vers les dalles de la Lèque

au retour, vue vers les dalles de la Lèque

13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 11:55

Les 4 et 9 janvier 2019

Séances de plongée apnée et de masque  et de kayak au départ des Anses Dufour et Noire, 2 belles plages proches mais bien différentes par leur apparence (sable blanc pour l’Anse Dufour, noir pour l’autre) et leur fréquentation touristique (forte sur l’Anse Dufour, modérée sur l’Anse Noire). Les fonds marins sont constitués d’un herbier où viennent s’ébattre de nombreuse tortues vertes, parfois grosses (jusqu’à 1m50), dont certaines peu farouches peuvent s’approcher de très près. Même s’il semblerait que du nourrissage soit à la base de ce comportement, c’est l’occasion pour les nombreux baigneurs de littéralement nager et plonger avec ces tortues. Hormis ces reptiles qui constituent le clou du spectacle sous-marin, on peut également y découvrir des murènes, poissons volants ou autres poissons-trompette, le tout sous les pélicans qui foncent en piqué vers les bancs d’alevins… et les chauve-souris plus statiques (en journée) de la grotte éponyme.

le 4 janvier : pélican dans l'Anse Noire (après les colibris butinant devant l'hébergement)
le 4 janvier : pélican dans l'Anse Noire (après les colibris butinant devant l'hébergement)
le 4 janvier : pélican dans l'Anse Noire (après les colibris butinant devant l'hébergement)
le 4 janvier : pélican dans l'Anse Noire (après les colibris butinant devant l'hébergement)

le 4 janvier : pélican dans l'Anse Noire (après les colibris butinant devant l'hébergement)

le 4 janvier : snorkeling dans l'Anse Dufour : poissons-volants

le 4 janvier : snorkeling dans l'Anse Dufour : poissons-volants

le 4 janvier : gorgone-éventail et anénomes jaunes
le 4 janvier : gorgone-éventail et anénomes jaunes

le 4 janvier : gorgone-éventail et anénomes jaunes

le 4 janvier : murène serpentine rayée
le 4 janvier : murène serpentine rayée
le 4 janvier : murène serpentine rayée

le 4 janvier : murène serpentine rayée

le 4 janvier : tortue verte dans l'herbier
le 4 janvier : tortue verte dans l'herbier
le 4 janvier : tortue verte dans l'herbier

le 4 janvier : tortue verte dans l'herbier

le 4 janvier : banc d'alevins

le 4 janvier : banc d'alevins

le 4 janvier : ver spirographe

le 4 janvier : ver spirographe

le 9 janvier : tortue verte près de la plage
le 9 janvier : tortue verte près de la plage
le 9 janvier : tortue verte près de la plage
le 9 janvier : tortue verte près de la plage

le 9 janvier : tortue verte près de la plage

le 9 janvier : tour en kayak au départ de l'Anse Noire, dans "la grotte aux chauve-souris"

le 9 janvier : tour en kayak au départ de l'Anse Noire, dans "la grotte aux chauve-souris"

le 9 janvier : sur l'anse Cailloux, poisson-trompette
le 9 janvier : sur l'anse Cailloux, poisson-trompette

le 9 janvier : sur l'anse Cailloux, poisson-trompette

13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 11:53

Le 7 janvier 2019

Balade en kayak ver l’îlet Chancel au large du Robert, pour y observer une des dernières colonies d’iguanes des Caraïbes. On pourra effectivement côtoyer quelques-uns de ces gros lézards à l’allure intimidante, mais aussi beaucoup de touristes dans cette destination ralliée par les bateaux à moteur. On trouvera malgré tout une jolie crique au sud-est de l’îlet Chancel, à l’abri à la fois des sargasses qui ont envahi toutes les plages ouvertes vers l’est… et des touristes à la recherche des fonds blancs !

igaune des Caraïbes sur l'îlet Chancel

igaune des Caraïbes sur l'îlet Chancel

vers le sud-est de l'îlet Chancel

vers le sud-est de l'îlet Chancel

seiche

seiche

12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 22:11

Le 6 janvier 2019

Randonnée sur le sentier côtier de la presqu’île de la Caravelle, dans des paysages variés une fois de plus. Après l’immersion kenyane la veille dans la savane des pétrifications, on se rapproche de la Bretagne vers l’Anse Chandelier et ses rochers gris battus par les vagues, avant de revenir sous les tropiques dans la mangrove bordant la Baie du Trésor. Une jolie balade donc, spécialement dans la mangrove avec ses palétuviers rouges, aussi insolites à l’air libre avec leur treillis dense de racines nues que sous l’eau avec les racines colonisées par les moules et autres spirographes, et sa faune de crabes à pince unique sur-developpée et bernards l’hermite.

vue du phare de la caravelle vers la Baie du Trésor

vue du phare de la caravelle vers la Baie du Trésor

vers l'Anse Chandelier
vers l'Anse Chandelier

vers l'Anse Chandelier

la mangrove vers le Château Dubuc : racines de palétuvier rouge, sur et sous l'eau, et crabe mantou
la mangrove vers le Château Dubuc : racines de palétuvier rouge, sur et sous l'eau, et crabe mantou
la mangrove vers le Château Dubuc : racines de palétuvier rouge, sur et sous l'eau, et crabe mantou
la mangrove vers le Château Dubuc : racines de palétuvier rouge, sur et sous l'eau, et crabe mantou

la mangrove vers le Château Dubuc : racines de palétuvier rouge, sur et sous l'eau, et crabe mantou

Rechercher