17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:45

Le 16 février 2019

Pinte de Comberousse depuis, en aller -retour depuis la vallée du Haut Bréda, retour par le passage Odru

Sommet : 2850 m

Dénivelée : 2150 m (1000-2850-2100-2400-1000)

Difficulté : 3.1

Après la longue randonnée de la veille, on retourne dans le vallon adjaçent de la Grande Valloire, où là encore une approche en forêt donne accès à de hautes combes suspendues sous les sommets de gneiss. Une montée raide et rapide, à plus de 700 m/h sous le Lac Blanc, nous montre des cohortes de skieurs dans les couloirs ouest du pic de la Grande Valloire, et on bifurque donc vers le nord en direction de la Pointe de Comberousse, qu’on atteint sur son antécime ouest à travers de belles formations de gneiss stratifié. Comme on en a pris l’habitude, la descente se fera au choix en moquette ou en poudre (tassée), si bien qu’au retour au Lac Blanc on décidera de remonter vers le passage Odru et ses belles pentes nord… en poudreuse pour changer ! Là encore ce sont 500 mètres de neige froide et vierge qui nous attendent, avant une forêt plus raide et délicate que la veille mais encore bien skiable à condition de bien maîtriser les virages sautés entre troncs et souches ! Une journée de plus de grand ski sur près de 2200 m de dénivelée ;  les 1000 mètres du lendemain ne seront plus qu’un échauffement !

ombres et formes vers le Lac Blanc
ombres et formes vers le Lac Blanc

ombres et formes vers le Lac Blanc

dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire
dans la combe de la Grande Valloire

dans la combe de la Grande Valloire

vue du sommet vers le Mont Blanc

vue du sommet vers le Mont Blanc

 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire
 à la descente de la combe de la Grande Valloire

à la descente de la combe de la Grande Valloire

à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse
à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse

à la descente du passage Odru, globalement en poudreuse

Partager cet article

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:34

Le 15 février 2019

Rocher Blanc par la Combe Madame, retour par le col des Badons

Sommet : 2950 m

Dénivelée : 2050 m (1050-2950-2600-2750-1050)

Difficulté : 4.1 pour la descente du versant nord-ouest du col des Badons

Première véritable journée de ski de randonnée dans Belledonne, pour une course longue mais classique : le Rocher Blanc par la Combe Madame au départ de la Martinette. Un long parcours en forêt puis dans un vallon encaissée et des combes suspendues amène au sommet du Rocher Blanc avec sa vue panoramique sur la Meije ou le Mont-Blanc. Nos velléités de boucler à vue ne se concrétiseront pas dans la face nord-ouest du Rocher Blanc, en neige durcie par le vent et exposée au-dessus de barres, mais dans le versant nord-ouest du col des Badons, qui nous donnera accès à plus de 1200 mètres de pente en poudreuse tassée,  dont la moitié en neige vierge ! Une très belle descente donc, qui s’achèvera dans une forêt très enneigée et bien skiante sur le chemin de montée, et clôturera une journée de plus de 2000 mètres de montée dans un massif aux forts dénivelées (départs bas et sommets titillant les 3000 mètres)… et à forte fréquentation, y compris en semaine hors vacances scolaires (locales). Même s’il est vrai que les conditions du jour frisaient la perfection, beau temps doux, faible risque d’avalanches, neige souvent poudreuse au nord et transformée au sud, il ne doit pas être facile de faire sa trace dans ce massif proche des métropoles iséroises et savoyardes !

dans le bas de la Combe Madame, encore une bonne épaisseur de neige

dans le bas de la Combe Madame, encore une bonne épaisseur de neige

dans le haut de la Combe Madame
dans le haut de la Combe Madame

dans le haut de la Combe Madame

vue du sommet vers les Aiguilles de l'Argentière

vue du sommet vers les Aiguilles de l'Argentière

poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc
poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc

poudreuse sous le soleil vers le col du Rocher Blanc

dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons
dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons

dans les 1000 mètres de poudreuse de la combe nord-ouest du col des Badons

Partager cet article

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:31

Le 14 février 2019

Le matin, couloir est du Pas de l'Etoupe vers les tours du Playnet

Sommet : 1950 m

Dénivelée : 900 m

Difficulté : 4.2 avec l'arrêt sous la corniche sommitale, déversante et fissurée...

En fin d'après-midi, le grand Rocher depuis le foyer de ski de fond du Barioz

Sommet : 1850 m

Dénivelée : 450 m

Difficulté : 2.1

Après le couloir du Dévoluy la veille, on remonte vers le nord en direction de massifs qui nous sont encore inconnus en ski de randonnée : le Vercors et Belledonne, bien servis par le flux de nord-ouest de fin janvier et début février et encore bien enneigés y compris en adrets et à basse altitude. On skiera donc le couloir est du Pas de l’Etoupe le matin et le Grand Rocher en fin d’après-midi, de quoi profiter des lumières de l’aurore sur la barrière orientale de falaises du Vercors et du crépuscule sur les versants ouest de Belledonne.
Le couloir est du Pas de l’Etoupe s’atteint rapidement par une forêt relativement skiante puis de grandes pentes depuis le départ de Bourgmenu près de Saint-Andéol, tant mieux vu l’orientation au soleil levant du couloir et la chaleur printanière de la journée. On profitera quand même à la montée de l’aube qui embrase les falaises, avant de remonter ce couloir court mais raide. La sortie mal enneigée sous une grosse corniche surplombante et fissurée nous conduira à stopper sous cette dernière et à chausser en pleine pente, avant une descente en neige transformée puis en poudreuse là où le soleil n’a pas donné, de bonnes neiges d’hiver ou de printemps qui constitueront donc le leitmotiv de la semaine ! 
Rentrés avant le déjeuner, on remettra le couvert… euh les skis en fin d’après-midi près de notre camp de base des jours à venir à Allevard, sur le Grand Rocher au-dessus du foyer de ski de fond du Barioz. Une randonnée facile, courte et ultra-fréquentée, mais qui nous permettra de repérer les courses des journées suivantes dans Belledonne et de skier au soleil couchant sur une neige rosie par les derniers rayons !

le Rocher du Playnet au soleil levant

le Rocher du Playnet au soleil levant

lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est
lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est

lumières douces du matin dans la hêtraie puis sous le couloir est

belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe
belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe

belle ambiance rocheuse dans le couloir est du Pas de l'Etoupe

à la descente, en neige transformée face au Dévoluy
à la descente, en neige transformée face au Dévoluy
à la descente, en neige transformée face au Dévoluy

à la descente, en neige transformée face au Dévoluy

en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir
en moquette puis poudreuse sous le couloir

en moquette puis poudreuse sous le couloir

vers le Grand Rocher, à la sortie de la forêt

vers le Grand Rocher, à la sortie de la forêt

ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente
ski crépusculaire à la descente

ski crépusculaire à la descente

Partager cet article

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:28

Le 13 février 2019

Couloir rectiligne dans le Dévoluy

Sommet : 2000 m

Dénivelée : 1000 m

Difficulté : 4.3, environ 250 m à 40° de moyenne avec passages plus raides et étroits

De retour de l’Etna en éruption et de ses grandes pentes de basalte battues par les vents, on commence ces 5 journées de ski de randonnée dans les Alpes par un couloir encaissé du Dévoluy, bien à l’abri des vents du nord siciliens ! Repéré partiellement il y a 5 ans c’est en fait un superbe itinéraire dans une géologie  non moins magnifique : une approche dans les épicéas amène à l’entrée du couloir sous une forêt d’aiguilles de calcaire, et on remonte alors un couloir rectiligne dont les parois déversantes se resserrent jusqu’à presque se fermer à mi-hauteur. Le couloir s’élargit alors entre une lame de calcaire lisse et blanc à droite et une haute paroi à gauche, avec des jeux de lumière qui rappellent ceux des canyons, une ambiance splendide qui se prolonge à la sortie du couloir sur une selle neigeuse suspendue en face ouest, face au Vercors et au-dessus d’un impressionnant gendarme de calcaire. 
La descente dans une neige vierge souvent poudreuse sera à la hauteur du cadre, dans un couloir qui bien qu’inconnu des topos et ne débouchant pas sur un col ou un sommet, figure donc sans doute parmi les plus beaux du Dévoluy voire des Alpes du Sud. Une petite pépite secrète du Dévoluy, exceptionnelle par l’esthétisme du parcours (à envisager par temps frais et peu après une chute de neige vu les risques de chutes de pierres), qui vaut bien certains classiques des chourums, la foule en moins ! 

approche sous les aiguilles
approche sous les aiguilles

approche sous les aiguilles

dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir
dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir

dans la forêt d'aiguilles du bas du couloir

encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir
encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir

encaissement et jeux de lumières dans la partie basse du couloir

entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute
entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute

entre lames de calcaires et gendarmes, dans la partie haute

descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir
descente dans le couloir

descente dans le couloir

sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...
sous le couloir, toujours en poudreuse...

sous le couloir, toujours en poudreuse...

Partager cet article

Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 19:15

Du 9 au 12 février 2019

Virée impromptue en Sicile, pour du ski de randonnée maritime et volcanique sur les flancs de l'Etna, à la faveur d'un bon créneau météo quelques jours après une grosse chute de neige, ... et malgré une éruption en cours ! On profitera au final d'une belle météo et d'assez bonnes conditions de ski, dans un cadre rarement dépaysant à 2 heures d'avion : du ski au-dessus de la Méditerranée et de son chapelet d'îles volcaniques, sous le panache de scories qui s'échappe des cratères sommitaux, et sur des coulées de lave où le basalte figé vient parfois percer le manteau neigeux de ses formes torturées. 
Niveau neige, ici plus qu'ailleurs, c'est le vent, omniprésent sur ce haut volcan isolé planté dans la Méditerranée, qui nous imposera le choix des itinéraires. Les versants sous le vent, de l'est au sud, ont une neige couverte des scories venues des cratères sommitaux, pas de plaque à vent donc mais une neige grise à noire... (pas) propre(ment) inskiable ! On doit donc partir du versant nord près de la station de ski de Piano Provenzano, sur de la neige... blanche...mais dans le vent, autant dire que la vue du panache de cendres et des îles éoliennes ne suffira pas à nous réchauffer et que les pauses seront courtes... 
Quoi qu'il en soit, les panoramas sur la mer derrière les cratères secondaires qui parsèment les flancs de l'Etna, l'éruption au sommet du cratère nord-est aux allures de chaudière à gaz ou la descente face aux îles éoliennes feront vite oublier le windchill factor. 
Avec la météo qui se gâte le troisième jour, on ira se réfugier du Blizzard qui balaie les crêtes dans la forêt, avec là encore du ski bien exotique dans la pinède de laricios trouée des coulées de lave, de quoi alterner petites courbes entre les troncs et grandes courbes dans les lits des rivières de magma...

J1 : antécime est de l'Etna depuis le refuge Citelli et par le Pizzi Deneri, descente par le versant sud-est

Sommet : 3150 m

Dénivelée : 1750 m (1700-2850-2800-3150-2150-2400-1700)

Difficulté : 3.3

J2 : sommet du cratère nord-est en aller-retour depuis Piano Provenzana

Sommet : 3350 m

Dénivelée : 1600 m (1750-3350-1750)

Difficulté : 3.1

J3 : Monte Pizillo, en alller-retour depuis Piano Provenzana (tentative vers la Grotta Del Gelo), puis aller-retour jusqu'à 1500 m

Sommet : 2400 m

Dénivelée : 900 m (1750-2400-1500-1750)

Difficulté : 2.1

sur la route d'accès, vue sur les coulées de lave et la mer
sur la route d'accès, vue sur les coulées de lave et la mer

sur la route d'accès, vue sur les coulées de lave et la mer

J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri
J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri
J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri
J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri
J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri
J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri

J1 : cônes secondaires, neige cendrée et mer de nuages vers le Pizzi Deneri

J1 : neige cendrée à l'arrivée sur la selle 3150 à l'ouest du cratère nord-est

J1 : neige cendrée à l'arrivée sur la selle 3150 à l'ouest du cratère nord-est

J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove
J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove
J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove
J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove
J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove
J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove

J1 : à la descente, vers la Valle Del Bove

J1 : entre panache de cendres et mer de nuages, sur le versant nord-est du Pizzi Deneri
J1 : entre panache de cendres et mer de nuages, sur le versant nord-est du Pizzi Deneri
J1 : entre panache de cendres et mer de nuages, sur le versant nord-est du Pizzi Deneri
J1 : entre panache de cendres et mer de nuages, sur le versant nord-est du Pizzi Deneri

J1 : entre panache de cendres et mer de nuages, sur le versant nord-est du Pizzi Deneri

J2 : au départ à Piano Provenzana, entre panache de cendres et pins laricios
J2 : au départ à Piano Provenzana, entre panache de cendres et pins laricios
J2 : au départ à Piano Provenzana, entre panache de cendres et pins laricios
J2 : au départ à Piano Provenzana, entre panache de cendres et pins laricios

J2 : au départ à Piano Provenzana, entre panache de cendres et pins laricios

J2 : zoom sur un pin Laricio

J2 : zoom sur un pin Laricio

J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer
J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer
J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer
J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer
J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer

J2 : entre cratères, fumants ou non, et mer

J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri
J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri
J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri
J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri
J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri
J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri

J2 : plateau vers 2800 m, à l'ouest du Pizzi Deneri

J2 : sur la neige cendrée à 3100 m, au fond les îles Eoliennes

J2 : sur la neige cendrée à 3100 m, au fond les îles Eoliennes

J2 : à 3300 m sur le cratère nord-est, grosse ambiance avec panache de fumées qui sort d'un cratère de 200 mètres de diamètre, entourés par la Méditerranée !
J2 : à 3300 m sur le cratère nord-est, grosse ambiance avec panache de fumées qui sort d'un cratère de 200 mètres de diamètre, entourés par la Méditerranée !
J2 : à 3300 m sur le cratère nord-est, grosse ambiance avec panache de fumées qui sort d'un cratère de 200 mètres de diamètre, entourés par la Méditerranée !

J2 : à 3300 m sur le cratère nord-est, grosse ambiance avec panache de fumées qui sort d'un cratère de 200 mètres de diamètre, entourés par la Méditerranée !

J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord
J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord
J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord
J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord
J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord

J2 : à la descente, devant la Calabre vers l'est et les îles Eoliennes vers le nord

J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !
J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !
J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !
J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !
J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !
J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !

J2 : sous le Pizzi Deneri, toujours des cratères, la mer, des îles... et le vent !

J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières
J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières

J3 : ski sur les coulées de lave et la pinède, brûlée près des premières

Partager cet article

Repost0
3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 21:07

Le 3 février 2019
Voie « le toboggan de la corniche», L2 et L3, 2 longueurs, équipé, 5c+ max
5c/5c+
Puis traversée des écureuils jusqu’à la voie suivante :
Voie « le pilier du Styx », 4 longueurs, équipé, 6b+ max
5c+/AO ou 6c (?)/6a+/6a à mon sens
Retour par les « petites escalades »… en désescalade


Journée variée vers les falaises de l’Oule, entre grandes voies et randonnées du vertige, avec en dénominateur commun du calcaire  blanc ciselé au-dessus de l’eau. Avec la fermeture de la route du col de la Gardiole l’approche se fera depuis la presqu’île de Cassis puis le Trou du Serpent, de quoi échapper en partie dans l’abri des pinèdes au fort mistral qui balaie les calanques. Ce sera mon troisième parcours du bas de la voie du toboggan de la corniche, mais sans doute pas le dernier car on ne se lasse pas facilement de ces grandes dalles de calcaire blanc ciselé perchées au-dessus du golfe de l’Oule, avec par mer agitée comme ce jour, de superbes points de vue sur les tourbillons qui colorent la Méditerranée sous les chaussons.
 On rejoindra ensuite sous un ciel voilé et donc des températures bien froides (qui nous feront renoncer au projet initial plus technique) le bas de la voie du « pilier du Styx », 4 longueurs récemment (bien) équipées qui remontent un pilier au rocher de qualité… croissant avec l’altitude. On commence par marcher sur des oeu… euh grimper sur un rocher beau et coloré, décoré de filons de quartz et d’aragonite, mais aussi fracturé et fragile, avec un crux en L2 qui passera d’ailleurs grâce aux prises les plus solides, les dégaines accrochées aux spits ! La suite par contre se fera sur une excellent calcaire compact, découpé comme rarement en L3, au point  qu’y serrer les prises s’avère douloureux.  On a donc guère envie de tomber sur cette râpe à grimpeurs couverte de mini-rasoirs de calcaire, et on profite donc avec plaisir mais vigilance de cette très belle longueur dalleuse sur un éperon suspendu, avant une dernière longueur encore belle et intéressante en fissure malcommode. Le retour en corde tendue par les arêtes situées sous l’abri Azemas puis les petites escalades près du Trou du Canon complèteront cette longue journée, finalement passée autant en baskets qu’en chaussons !

dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué
dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué

dans les rappels, vue vers une cordée dans le piton masqué

dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !
dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !
dans L2 du toboggan de la corniche,  vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !

dans L2 du toboggan de la corniche, vues en plongée vers le Grand Bleu… et Blanc !

dans L3 du toboggan de la corniche

dans L3 du toboggan de la corniche

la cordée dans le toit du piton masqué

la cordée dans le toit du piton masqué

dans L1 du pilier du Styx

dans L1 du pilier du Styx

dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule
dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule

dans L2 du pilier du Styx, vues vers l'architecture à la Gaudi de la falaise de l’Oule

sur le rocher abrasif de L3 du pilier du Styx

sur le rocher abrasif de L3 du pilier du Styx

dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx
dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx
dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx

dans le dièdre de départ puis sur l'arête sommitale de L4 du pilier du Styx

au retour, vue vers Castelvieil, un de mes coings préférés des calanques, en escalade, kayak de mer et plongée apnée !

au retour, vue vers Castelvieil, un de mes coings préférés des calanques, en escalade, kayak de mer et plongée apnée !

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 19:28

Le 27 janvier 2019

Voie « Tora Bora», 3 longueurs, équipé, 6b+ max
6b/6b (1 pas bloc)/6b+, puis
Voie « la vie au grand air », 4 longueurs, équipé, 6c max
A mon sens 5c/6b+/6c/6a


Au menu du jour deux grandes voies, petites mais costaudes, avec un crescendo de difficultés jusqu'à un niveau bien ambitieux pour un grimpeur des dimanches... sans poudreuse !

Tora Bora offre 2 belles longueurs, la première pour ses 40 mètres de 6b soutenu avec un registre presque complet de styles : dalle, fissure à Dülfer, dièdre, petit dévers... de quoi s'échauffer pour la splendide troisième longueur, sur un rocher qui confine à l'exceptionnel dans le mur blanc et lisse final, suspendu sur son éperon au-dessus des bandes de Forbes du glacier de Marseilleveyre devant le Riou.
Après une descente en 2 rappels on s’oriente vers « la vie au grand air », qui vaut surtout pour sa troisième longueur sur un gendarme de calcaire plein gaz, de la grimpe aussi fine qu'athlétique... "au grand air", et même plein vent pour la suite ! C’est sans doute la plus belle des 3 voies déjà parcourues dans le secteur nouvellement équipé du cirque de la Galinette, même si très imparfaitement protégée du mistral…

au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou
au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou

au départ, lumières et trains d'ondes devant le Riou

dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue
dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue

dans L1 de "Tora Bora", variée et soutenue

après le pas de bloc de L2

après le pas de bloc de L2

sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher
sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher

sur l'éperon de L3, à la grimpe aussi belle que le rocher

descente en  2 rappels dans la voie

descente en 2 rappels dans la voie

la voie suivante : "la vie au grand air"

la voie suivante : "la vie au grand air"

dans L1

dans L1

sur le bitard de L3
sur le bitard de L3

sur le bitard de L3

vue depuis le relais sommital de L4

vue depuis le relais sommital de L4

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 17:03

Le 26 janvier 2019

Faute de ski de randonnée, à cause de ce flux de nord-ouest récurrent depuis fin décembre, synonyme de sécheresse et de vents du nord forts dans les Alpes du Sud, et donc de conditions de neige très médiocres, on se rabat sur un autre sport de glisse plus adapté aux terrains rocailleux de Provence : le VTT ! 
Poursuite de la reprise en deux roues aujourd’hui entre les 2 forts de Niolon, sur la route des plus beaux monotraces de la côte bleue : des sentiers taillés dans la garrigue, entre les ajoncs jaunes de fleurs, au-dessus du golfe de Marseille et face à la « skyline » de la Joliette. La portion située entre la route Pompidou et le fort de Figuerolles, sur une crête panoramique au-dessus du vallon des Fontêtes,  et qui alterne montées et descentes entre les pins et les ajoncs, puis les passages en corniche sur un antique chemin muletier, valent bien les quelques claques de mistral prises parfois  sur les crêtes !

vers le fort de Niolon Haut
vers le fort de Niolon Haut

vers le fort de Niolon Haut

VTT aux forts de Niolon
singles vers le fort de Figuerolles
singles vers le fort de Figuerolles
singles vers le fort de Figuerolles

singles vers le fort de Figuerolles

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 11:40

Le 19 janvier 2019

Voie « le droit de rêver », 6 longueurs, équipé, 6b max
A mon sens 5c/6a+/5b/marche/6a+/6b/5c pour la dernière longueur de sortie par l’arête de 10 heures


Retour sur la falaise des Walkyries, voisine de la jolie voie déjà parcourue 2 fois « six à nous trois ». La voie du « droit de rêver » remonte sur 2 grandes  longueurs un pilier situé à l’extrémité ouest de la vire du nid d’aigle, puis rejoint par une sente de quelques centaines de mètres le versant sud-ouest de la falaise qui soutient l’arête de 10 heures, par laquelle on peut d’ailleurs sortir. Si le départ s’avère particulièrement ingrat avec une traversée exposée non protégée et non protégeable sur rocher délité pour rejoindre un premier point rouillé… la suite récompense largement les sueurs froides initiales avec de très beaux passages d’escalade. Ainsi la seconde longueur remonte un pilier compact de calcaire blanc par une escalade variée et soutenue dans le 6a, où l’on louvoie autour du fil à la recherche des passages les plus faciles… et des spits, et comporte un dernier pas de rétablissement pas anodin ! 
La seconde partie au-dessus du GR98 s’avère un peu plus difficile dans ces 2 premières longueurs, avec quelques pas de 6a+ dans la première puis une seconde variée et soutenue dans le 6a+/b, avec dans l’ordre dièdre, traversée et dalle. La fin sur le haut de l’arête de 10 heures, moins délicate,  n’en est pas moins la plus chouette, une mini course d’arêtes sur des gendarmes typés montagne quelques centaines de mètres au-dessus de la mer face aux péninsules du Bec de Sormiou, du Cap Morgiou et de Cap Canaille.

au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou
au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou
au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou

au départ sur la vire du nid d'aigle, vues sur le Riou

sortie de L1

sortie de L1

sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+
sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+

sortie de L2, soutenue dans le 6a/6a+

dans la courte L3
dans la courte L3
dans la courte L3

dans la courte L3

dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)
dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)

dans L4 (première longueur au-dessus du GR98)

fin de L5

fin de L5

la fissure de L6

la fissure de L6

sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures
sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures

sortie aérienne et esthétique par l'arête de 10 heures

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 11:30

Les 15 et 18 janvier 2019

Quelques vues d'avion depuis les vols Paris-Rome du 15 janvier et Rome-Marseille du 18 janvier.

le 15 janvier : le Mont Aiguille

le 15 janvier : le Mont Aiguille

le 15 janvier : Jura et Lac Léman

le 15 janvier : Jura et Lac Léman

le 15 janvier : les Bornes et le Haut-Giffre

le 15 janvier : les Bornes et le Haut-Giffre

le 15 janvier : Parmelan et sa couronne de nuages

le 15 janvier : Parmelan et sa couronne de nuages

le 15 janvier : de l'Aiguille Rouge au dôme de la Sache

le 15 janvier : de l'Aiguille Rouge au dôme de la Sache

le 15 janvier : la Grande Sassière

le 15 janvier : la Grande Sassière

le 15 janvier : la Haute-Maurienne et l'Albaron

le 15 janvier : la Haute-Maurienne et l'Albaron

le 15 janvier : Bracciano devant son lac éponyme et les Abruzzes au fond

le 15 janvier : Bracciano devant son lac éponyme et les Abruzzes au fond

le 16 janvier : dans le centre historique d'Ascoli Piceno

le 16 janvier : dans le centre historique d'Ascoli Piceno

le 18 janvier : mur de föhn au Corno Grande

le 18 janvier : mur de föhn au Corno Grande

le 18 janvier :  les calanques et Marseille
le 18 janvier :  les calanques et Marseille
le 18 janvier :  les calanques et Marseille

le 18 janvier : les calanques et Marseille

Partager cet article

Repost0

Rechercher

QUOI DE NEUF

Boules à skis

 

le Chiran en poudreuse

 

 

 

 

ski sur la côte bleue

le Cuchon

 

d'anses en ravines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d'éperons en avens